LE SYNDROME VEGASIEN


Alors que le fiasco artistico-financier des premiers épisodes a provoqué la fin prématurée des projets de Don Bull, la dérive lasvegasienne pourrait trouver un prolongement dans le débat catalan.

Pour avoir écrit ici il y a longtemps qu'une loi d'abolition totale ne serait pas constitutionnelle et en avoir déduit que le véritable danger se situait dans l'organisation d'une tauromachie allégée (sans pique, banderille et estocade), je ne suis pas surpris par le désir exprimé par certains socialistes catalans de trouver un consensus autour de l'ILP en proposant une voie médiane pour éviter le choc frontal.

Cette volonté de ne pas trancher, propre à bien des politiques désireux de ne se couper d'aucune réserve de voix, explique la proposition faite par divers députés du PSC pour qui l'organisation de corridas sans mise à mort serait la solution idéale...

Cette position inacceptable a immédiatement été retoquée, et le PSC a déjà annoncé par la voix de son porte-parole que lors du prochain vote le groupe se prononcerait contre l'abolition. Ce revirement de positionnement est bien sûr à mettre en parallèle avec la déclaration de la porte-parole du gouvernement qui a précisé que l'exécutif n'était pas favorable à une interdiction. En se positionnant résolument contre l'abolition le PSC place donc CiU (les indépendantistes de droite) dans l'obligation de sortir de sa position ambigüe, dans la mesure où du choix de ses députés dépendra que la balance penche d'un côté ou de l'autre. Le sort des toros n'est bien sûr pas ce qui le motivera, mais plutôt la proximité des élections autonomiques.

De manière générale, interpellé par le vote catalan, le monde politique, pour la première fois, se manifeste en force en faveur de la Fiesta. Une réunion est prévue en janvier à laquelle l'Observatoire participera, laquelle réunira à Madrid les principales comunidades d'Espagne, toutes sensibilités politiques confondues, dans le but de revendiquer la culture taurine comme patrimoine dans les mêmes termes que ceux retenus lors du dernier congrès de l'UVTF. Autant dire que les chances d'infliger un revers cinglant aux anti taurins se précisent.


André Viard