COCHON QUI S'EN DEDIT !


Très mécontent de la manière dont l’avait traité le public madrilène en juin dernier (photo ci-contre), Luis Francisco Espla avait déclaré sur un ton quelque peu méprisant qu’il ne remettrait plus les pieds à Las Ventas et que la difficile corrida de Samuel Flores qu’il y avait combattu était la dernière.

On sait aujourd’hui qu’il n’en sera probablement rien, puisque le torero alicantino a décidé de confier ses intérêts aux Choperitas, toujours gérants de l’arène madrilène malgré les derniers épisodes du feuilleton politico judiciaire qui menace à terme de les en écarter. Un choix conforme à une logique commerciale de despedida qui est à l’opposé de ce que Espla avait toujours dit qu’il ferait : partir sur la pointe des pieds avant qu’on ne le pousse à la retraite.

Il y aura donc tournée d’adieux, et Espla a déjà dressé la liste des arènes où il souhaite se produire, précisant même que pour l’occasion il espère pouvoir se mesurer à des adversaires autres que ceux qu’on lui a toujours réservé. Autrement dit, pas de corridas dures dans la mesure du possible.

Torero atypique dans tous les sens du terme, Espla choisit donc de rentrer dans le rang en fin de carrière, quitte à décevoir ses plus chauds partisans, en demandant à une des empresas les plus puissantes d’un système dont il a toujours dénoncé les dérives d’organiser pour lui l’évènement et de le mener à ce qui devrait être le dernier sommet de sa carrière : l’alternative de son fils Alejandro.


André Viard