ET LA TEMPORADA SE PREPARE


Alors que la polémique "Narbonesque" rebondit avec de nouveaux propos tenus par la ministre dans une chronique publiée par le Mundo, les empresas sont déjà plongées dans le casse-tête qui consiste à monter leurs ferias. Grandes ou petites, toutes y pensent déjà.

Loin de se repentir, la ministre excessive en remet une couche, précisant que la tauromachie s' apparente à tout ce que l' humanité a inventé de pire. Mais elle admet aussi que son initiative est vouée à l' échec dans la mesure où la corrida est parfaitement légale. Ce qui permet de penser que l' important pour elle était finalement d' exister. Et comme il est plus facile de montrer du doigt les "pervers" que nous sommes que de loger les sans abris, elle s' en donne à coeur joie.

Ce qui tendrait à démontrer que l'anti taurinisme est un travers de pays riches et que les plus aptes à s'y abandonner sont ceux qui heureusement pour eux n' ont guère de problèmes existentiels plus urgents à régler. Chacun ses priorités, mais ce n' est pas en dressant ce constat que nous réglerons le problème.

Comment y parvenir ? En mettant la question centrale au centre du débat - l' homme est-il l' égal des animaux comme le disent les anti taurins pour justifier leur démarche - et en ouvrant celui-ci sur une grande échelle quitte à pousser le raisonnement des antis dans ses ultimes retranchements. L'absurde est une arme non négligeable et l' argumentation des anti taurins est un merveilleux champs d' expérimentation pour tous ceux qui voudraient s'y livrer.

André Viard