Jeudi 1er novembre 2012

L'Edito

 

APPRENTIS SORCIERS

À ce qu'il semble, nous vivons les dernières heures e l'exclusivité qu'avait réussi à faire signer aux toreros du G10 sur leurs droits d'image, à l'instigation de certains d'entre eux dont les intentions étaient bien évidemment de peser sur le marché de cette manière.

Voir édito




Actualité
FIESTA CAMPERA DE RION

Le cartel de la Fiesta Campera qui aura lieu à Rion le dimanche 2 décembre au matin est le suivant : novillos de Jalabert pour Juan Bautista, Fernando Robleño, Fernando Cruz, Juan Leal et Juan Bautista Molas. À cette occasion, Fernando Cruz reprendra l'épée après la terrible blessure reçue à Madrid en août dernier.

CHRONIQUE : RÉFLEXIONS SUR LES RÉFLEXIONS DU JULI

U
n récent article de la revue taurine espagnole 6TOROS6 désigne Julián López « El Juli » le leader de la saison qui s’achève. En tant que tel, bien qu’il s’en défende, « El Juli » analyse sa temporada atypique puisqu’il n’a toréé que 39 corridas de mars à octobre de cette année. Cette analyse le conduit à traiter plusieurs thèmes dont sa participation à diverses manifestations pour la promotion et la défense de la corrida, entre autre l’action du G10 (qui est en train de se défaire, NDLR), les démonstrations de toreo de salon et la quote-part du torero aux prix des entrées des jeunes aux arènes et son opinion sur la valeur des diffusions télévisées des corridas de toros.
Le principal intétrêt des déclarations de « El Juli » est lorsqu’il révèle ses sentiments de torero et leur évolution nés, sans doute, de son temps libre laissé par la réduction de ses contrats cette saison. « Je me suis rapproché de l’aspect spirituel du toreo » dit-il littéralement et plus loin, qu’il est entré « spirituellement » dans le toreo. Cette introspection est fort louable et montre que la maturité, cette entrée dans « l’esprit du toreo », sont plus fortes que les oreilles coupées, habituellement seul résultat comptabilisé à la fin de la temporada. Ces révélations intimes sont agrémentées d’affirmations comme « les toreros sont l’axe de ce que signifie le toreo » et ensuite « les toreros sont la référence de la Fiesta » ou encore « nous les toreros sommes l’axe (moteur) de ce spectacle » . En d’autres mots la Fiesta ne tient que par les toreros qui en sont la référence visible aux yeux du public (aficionado ? ou non). Le cas de José Tomás est glissé au passage pour accentuer cette importance et le côté médiatique des toreros. La surprise est de taille car tout au long de l’article il apparaît que « El Juli » fait abstraction totale d’un élément essentiel de la corrida : les toros ! Ce mot est prononcé évidement mais seulement dans les expressions comme « les toros sont les compléments (au spectacle) » ou « tarde de toros » et « corrida de toros » ou bien « je vais en Equateur pour tuer quatre toros » et enfin « ce que signifie le toro par sa vie et sa mort ». Il était temps que nous soit dit, par le leader de la torería actuelle, que les toros n’étaient finalement que des accessoires pour que les toreros s’expriment, se « sentent » comme ils ont coutume de le dire et que ce sont eux, les toreros, qui font le spectacle. Démonstration est aussitôt faite à la fin de l’article où sont donnés les résultats de la temporada de « El Juli » : 39 corridas, 79 toros mis à mort, 74 oreilles et 2 queues coupées, soit une moyenne de 2 oreilles par corrida. Ce bilan ne peut pas être meilleur et le rendement par corrida est notable. Les esprits chagrins noteront toutefois que les 79 toros étaient tous d’origine Juan Pedro Domecq selon les nuances que peuvent apporter les Garcigrande-Domingo Hernández, Victoriano del Río, Nuñez del Cuvillo, Daniel Ruiz et autres Jandilla. Pour être juste « El Juli » a coupé aussi des oreilles à des produits de Fuente Ymbro (Cuenca) et de « Joselito » (Bayonne). Tout le mérite revient à « El Juli » dont on ne niera pas la maîtrise devant une majorité de ces toros, même s’ils sortent mauvais ou mansos et dont reconnaîtra son titre indéniable de figure. Par contre on regrettera qu’au moment où la Fiesta de los Toros traverse une crise, c’est justement, lui, le leader qui, par ses réflexions mystiques, participe à la banalisation du combat du toro et le conduit à sa déchéance, le réduisant à un spectacle oú l’esthétique étouffe l’éthique, oú le toro est un comparse. On ne peut que s’élever contre cet état de fait. Il serait bon que, en premières personnes, le leader et ses adeptes, les jusqu’à présent éleveurs complaisants, les empresas adoptent des mesures radicales pour (re)donner à la Fiesta son caractère dramatique et noble oú les toros et les hommes seraient les acteurs véritables et égaux du spectacle incomparable qu’est la corrida. Souhaitons que la prochaine temporada, la trève hivernale ayant porté conseil, les dérives enregistrées dernièrement soient corrigées, que les figures, « El Juli » en tête, relèvent le défi que leur font les aficionados de combattre des TOROS, de sauvegarder leurs intérêts, bien sûr,mais aussi ceux de l’afición qui, malgré la crise, retrouvera ainsi le chemin des arènes.
Georges Marcillac.


LÉGENDES DE L'ART ÉQUESTRE

Les 4 plus grandes Ecoles d’Art Equestre du monde seront présentes à Arles pour 9 soirées de gala dans l’écrin des Arènes décorées par Christian Lacroix :
Vendredi 26 et samedi 27 Juillet Le Cadre Noir de Saumur ; Vendredi 9 et samedi 10 août L’Ecole Royale d’Art Equestre de Jerez ; Vendredi 16 et Samedi 17 août L’Ecole Portugaise d’Art Equestre de Lisbonne ; Jeudi 22, Vendredi 23 et Samedi 24 août l’Ecole Espagnole de Vienne. Ces 4 Ecoles ne sont pas des conservatoires aux équitations similaires, elles portent et transmettent chacune un patrimoine vivant qu’elles n’ont de cesse d’enrichir à leur façon et en cela elles sont toutes différentes. Toutes sont les dignes héritières de la tradition équestre la plus artistique, la plus accomplie et la plus noble. Ces hommes et leurs chevaux sont à la fois les reflets de leur époque et les maillons d’une longue chaîne qui ne cesse aujourd’hui encore d’affiner ses connaissances. En équitation comme dans d’autres arts, comment comparer Van Gogh à Picasso ou Mozart à Beethoven ? Location à partir du 12 novembre 2012, places à partir de 30 € (enfants de – de 12 ans 15 €). Tous les galas débuteront à 22h. contact@arenes-arles.com. Abonnements – 10% (1 billet dans la même catégorie pour chaque Ecole). Groupes (+ de 10 personnes) – Comités Entreprises – Centres Equestres - Opérations Entreprises – Soirées VIP : 04 90 96 90 93.
.

SEMAINE TAURINO CULTURELLE DE SAINT-SEVER

La 28ème semaine taurino culturelle de Saint-Server aura lieu du 3 au 11 novembre. Au programme de la journée du 11 : à 10 heures 30, 3 novillos de Pilar Población pour Patrick Varin, Antonio Nazaré et Mario Dieguez ; à 16 heures, deux erales de Castillejo de Huebra (encaste Murube), deux de Miguel Zaballos (encaste Saltillo) et deux de Adelaida Rodriguez (encaste Lisardo Sanchez) pour Vicente Soler et Juan Torres en mano a mano. Voir programme complet de la semaine.

OPUS 41 : L'AFICIÓN ORPHELINE

Comme une maladie incurable dont nul ne sait expliquer l’origine, l’aficion orpheline alterne phases de crises et périodes de rémission. D’où vient le mal docteur ? De l’absence de toro, de la perte d’éthique, de cet étrange sentiment d’abandon que ressentent les aficionados face aux caprices des figuras et à la démission des empresas. Pour soigner la crise, une seule solution : fuir la routine et aller là où la tauromachie parvient encore à vivre à l’abri d’une modernité qui la banalise. L’itinéraire est hasardeux, les déceptions possibles, mais les rencontres riches. Au sommaire : "les mouettes de la Malgueta", "tendido paradis", "pique bleue", "veaux, vaches, cochons, couvées...", "le sereno de la Glorieta", "échec scolaire", "le syndrome de l’Heteronectes", "le palco de la Viergeet le chaudron du Dagda", "danse de la pluie et émail diamant". Mais aussi, "Révolution culturelle", et "Sánchez Covaleda : chronique d'une éradication annoncée". 160 pages d'un itinéraire athypique.

FIESTA CAMPERA DE RION

Organisée au cœur des Landes par la peña "TORO BLANCO" de Rion-des-Landes avec la participation de la peña "CRÉO QUÉ SÍ" de Tartas, la FIESTA CAMPERA de Rion aura lieu les samedi 1er et dimanche 2 décembre. Le programme définitif sera communiqué ultérieurement. Possibilité de logement collectif à proximité de Rion-des-Landes pour la nuit de samedi au dimanche. Renseignements et Réservations : PEÑA TORO BLANCO à RION-des-LANDES. Pascal Vilaton : 06.79.55.28.53 ou penatoroblanco@orange.fr.

DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 






























imprimez cette page