Lundi 10 novembre 2008


L'Edito

La photo


DROITS D'IMAGE

Annoncée "a bombo y platillo", c'est à dire avec tambours et trompettes la semaine dernière, la "première corrida télévisée en direct sur le net" a bien été diffusée hier soir de Guadalajara. Huit petits jours de retard, ce qui est peu, et s'explique par des raisons simples. Voir l'édito


Actualité

DANS LES RUEDOS AMERICAINS

Castella à Queretaro
Samedi à Queretaro au Mexique, Sébastien Castella a écouté les trois avis et laissé repartir vivant son premier adversaire réfugié aux planches et qu'il ne parvint pas à tuer. Zotoluco a coupé la seule oreille d'une corrida interminable (4 heures) au cours de laquelle chacun des toreros offrit un sobrero pour essayer en vain de faire oublier le piètre jeu des toros de Bernardo de Quiros. Le Payo, chez lui, a été discret. Corrida triomphale à Monterrey où Castella a coupé trois oreilles et une queue, Joselito Adame deux oreilles et une queue et Zotoluco deux oreilles à un lot de Begoña. Toreros et ganadero sont sortis a hombros. À Guadalajara, Antonio Barrera a coupé la seule oreille d'une piètre corrida de San Isidro lors de la première retransmission en direct et en ligne qui fut perturbée par de nombreux incidents techniques et un débit très insuffisant. À Lima au Pérou, dans le cadre de la Feria del Señor de los Milagros, Fandi et Manzanares qui reprenait l'épée après trois mois d'arrêt sont sortis a hombros après avoir coupé chacun deux oreilles à un toro de Roberto Puga. Pour sa part, Alfonso Simpson qui prenait l'alternative a coupé une oreille et s'est fait casser la clavicule. Il ne put combattre son second.

MEXICO : EL ZAPATA ET POLO CASASOLA EMOUVANTS

Doblon à l'ancienne d'El Zapata
Véronique de Casasola
Photos Raphael Petit-Milian
Six toros de Rancho Seco inégalement présentés et offrant des conditions diverses. Le troisième fut sifflé dès son entrée en piste et le cinquième fut primé d'une vuelta. El Zapata offrit un sobrero de Medina Ibarra qui fut compliqué et manso. Uriel Moreno “El Zapata” salut, applaudissements et ovation face au sobrero offert, Leopoldo Casasola silence et division d'opinions, Guillermo Martínez sifflets et avis et sifflets. Certains estimaient l'entrée à huit mille personnes et d'autres moins optimistes assuraient qu'il n'y en avait pas plus de quatre mille payantes. Le cartel était intéressant dans la mesure où les trois toreros font partie de l'élite du pays.
De Zapata il y a beaucoup à dire. Face au premier, un toro très sérieux de 554 kg, il donna des muletazos d'un temple infini. Malheureusement le toro n'avait aucune force. Face au second il se doubla et lidia comme les plus grands, rappelant ainsi que le toreo est domination, proximité et pouvoir. Malheureusement le toro n'humiliait ni ne transmettait. Faisant preuve d'optimisme, Uriel Moreno offrit un sobrero de Medina Ibarra - ganaderia initialement annoncée puis refusée pour cette corrida - mais il ne dura pas. En résumé, El Zapata brilla tout au long des trois tiers, fut élégant à la cape, banderilla avec maestria (notamment un violin au sobrero) et toréa très bien de muleta à base de muletazos très longs. La "demi passe de l'impossible" donnée au dernier souleva une explosion de joie dans les tendidos et les doblones au premier et au quatrième, templés et de saveur antique, mirent le public debout. Ce torero est dans un moment très important, se comporte en maestro, et n'attend qu'un toro brave.
Polo Casasola n'a peur de rien, reste plus quieto que la Giralda et possède une envie de dévorer le monde qu'il ne peut contenir. Ce qu'il fit de plus important vint au cinquième, un toro castaño qui embista bien. Le torero de Texcoco le fit passer trés prés ce qui lui permit de donner une série de derechazos extraordinaires. Un secteur du public demanda l'indulto, comme pour prouver son ignorance. Qu'il soit bien clair que le toro de lidia doit pouvoir être toréé mais que ce n'est que le minimum exigible. Finalement, entre ceux qui lui disaient de tuer et ceux qui lui disaient de ne pas le faire, Polo s'embrouilla et rata sa mise à mort ; et au final, personne ne reconnut la qualité de son travail. Le président, un pauvre ignorant, donna la vuelta au toro. Il ne devrait pas être possible que la sensiblerie pédante porte atteinte ainsi au mérite d'une faena engagée et artistique. La Fiesta dans la Plaza México perd ses valeurs et personne ne semble en mesure de les lui rendre.
Le fin torero de Guadalajara, Guillermo Martínez, toucha le plus mauvais lot. Au troisième qui aurait dù être renvoyé aux corrales pour manque de trapio et invalidité, les olés moqueurs et la mauvaise humeur du public ne lui permirent rien. Face au sixième, très compliqué et qui tirait des cornadas des deux côtés, il n'y avait rien à faire.
Il est pathétique de voir comment l'empresa et le bétail qu'elle choisit aboutit à carboniser des toreros de valeur. Le public jette ses coussins, personne ne distingue le toro idiot du toro brave, la foule veut des indultos et le chaos règne en maître. Ainsi va la plus grande plaza du monde dimanche après dimanche, entre: décisions inopportunes, bêtises, et espoir que le hasard vienne à la rescousse. Mais ces trois toreros ont beaucoup à dire et il est souhaitable qu'un jour justice leur soit rendue car ils peuvent rivaliser avec Castella, Ponce et mille autres toreros, à condition qu'on leur propse des toros braves.
Gaston Ramirez.

RODILHAN DIMANCHE : SIX OREILLES ET UNE QUEUE

Dans l'ordre de sortie, ont été lidiés un novillo de Meynadier, fade mais maniable; trois novillos de Virgen Maria inégaux, de vuelta posthume le second, bronco et reticent le troisième, sans classe le quatrième, et un novillo de Alain Tadieu, très brave qui finit avisé. Patrick Varin une oreille. Marc Serano deux oreilles et la queue. Julien Lescaret, deux oreilles. El Santo silence. Marco Leal une oreille. Le public est sorti des arènes enchanté, après une excellente après midi de toros, grâce aux qualités conjugués des matadors et de leurs adversaires.
Le premier (Meynadier)ne refusa pas le contact du peto mais s'y défendit de la tête. Le temple de son matador  rectifia vite ce port de tête exubérant. Brillantissime au capote Payrick Varin se rendit maître de toutes le situations à la muleta. Il livra une faena artistique de haute qualité que vint conclure efficacement une entière engagée. Une oreille et lourde pétition de la seconde que la Présidence aurait du accorder.
Le second (Virgen Maria) poussa en faisant sonner l'étrier. Ce défaut disparut dans la muleta, où il se livra sans arrières pensées, encouragé dans ce sens par un Marc Serano toujours bien placé et synchrone. Constamment de qualité, la longue faena culmina lors des ultimes derchazos liés à des tours complets dans les deux sens. Le novillo, excellent jusque là, fit alors mine de chercher les planches, ce qui n'empêcha pas qu'une dynamique d'indulto de se mette en place. Marc Serano y mit fin d'un magnifique volapied. Deux oreilles et la queue et vuelta posthume à la dépouille.
Le troisième (V.M.) poussa droit, mais s'endormit sous le fer, puis sortit seul de la seconde rencontre. Il arriva à la muleta bronco et peu enclin à se livrer. Avec une belle assurance Julien Lescaret l'obligea à humilier en lui laissant la muleta toujours collée à l'oeil contraire. Une authentique prouesse de virtuose, très dans le ligne technique de ce que demandent les ganaderia dures auxquelles il semble promis. Entière. Descabello. Deux oreilles.
Le quatrième (V.M.) ne se fit pas remarquer au cheval, sinon par son absence de classe. A pied il se montra carrément vulgaire, promenant sa corne à mi hauteur et ne chargeant jamais autrement qu'au pas. Santo resta sans option et tua très mal. Silence.
Le colorado dernier (Alain Tardieu) montra classe et bravoure dans le peto; trop de bravoure même pour un si petit ruedo dont exiguïté le laissait en permanence au contact des hommes et où il s'épuisa à répéter généreusement ses attaques. Dans une grande piste il aurait été plus à son avantage et plus facile à toreer. C'est avec agressivité et sans niaiserie qu'il s'engouffra dans la muleta de Marco Leal à qui il ne fit aucun cadeau. Jamais il ne sortit de la passe plus loin que là où la muleta l'avait laissé et il relança sans cesse les débats, sans jamais permettre à son matador d'améliorer son placement. De quoi en faire sécher plus d'un. Leal opposa sa détermination à sa vilolence. Grace à un placement impeccable il sut profiter des 30 bonnes charges que le Tardieu avait à donner. Après quoi la faena baissa de ton car il dut composer avec des ½ charges. Entière. Descabellos. Une oreille. Soleil voilé. Public majoritairement jeune et bien disposé.
Frédéric Pascal.

RODILHAN SAMEDI : DEUX OREILLES POUR MATEO JULIAN

Cinq novillos de François André, faibles, fades et collaborateurs, les premier troisième et quatrième; réticent le second; et âpre et incommode le dernier. Cet intéressant festival réunissait les 5 derniers lauréats de l'opération « Graine de Toreros », ce qui en faisait une finale des finalistes. Marc Antoine Romero salut. Patrick Villebrun, salut. Vincent Cardo, salut. Thomas Bournel, une oreille. Mateo Julian, deux oreilles.
Le premier resta discret au cheval. A pied il fut excellent pour le torero. Il ne pêcha que par une nette propension à chercher l'abri des planches, ce que peut expliquer l'exiguïté du ruedo de Rodilhan. Faena sans rythme de Marco Antonio Romero qu'on a connu plus généreux. Entiere. Decabellos. Salut.
Le second montra de la bonne volonté au cheval, mais arriva à la muleta réticent et prédisposé à se défendre tête a mi hauteur. Avec beaucoup de détermination Patrick Villebrun lui présenta la muleta par le bas et l'obligea à humilier. En trois derechazos formidablement consentis et techniquement irréprochables, il imposa sa domination. Il ne relacha pas son effort par la suite et assura tout au long d'une faena dense et plaisante. Hélas il perdit les oreilles avec une petite déroute au descabello. Salut.
Le troisième fut épargné au cheval. Il se jeta dans la muleta, tête basse, au point d'en perdre l'équilibre à de nombreuses reprises. Cardo, qui n'était pas venu jouer les brancardiers, lui imposa une faena de vaillant, un peu à contre emploi. Atravesada, ¾ de lame perpendiculaire, salut.
Le quatrième ne fit que son devoir au cheval. Il répéta ce type de comportement au troisième tiers où il prit les passes en gardant la tête à mi-hauteur, sans se livrer. Bournel soigna son placement et varia les terrains, sans pouvoir lui insuffler de la vibration. Faena fade, mais bien conclue d'une entière. Une oreille.
Le dernier montra plus de vivacité que ses frères mais aussi plus de difficultés. Dans le peto et dans les leurres il tricota de la corne. A la muleta il avança par sauts de mouton successifs en dodelinant de la tête. Un vrai poison. Pour donner une charge propre il demandait un sens du placement, un aguante et un temple de maestro. Mateo Julian  lui apporta tout ça, avec, en plus, une classe d'enfer. Sa faena fut un festival de bonnes manières parachevé d'une grande estocade. Deux oreilles. Soleil d'automne. Plus de 400 personnes. Organisation de qualité. Ambiance bon enfant.
Frédéric Pascal.

DU SENS ET DES VALEURS

Sous le thème Tauromachie et démocratie, les Clubs Taurins Réunis d'Arles organisent le 19 décembre à 20h30 (salle d'honneur de la Marie), une rencontre sous forme de mano a mano entre Michel VAUZELLE et Francis WOLFF. Six thèmes seront abordés :
- Corrida et cultures régionales, Tauromachie et environnement, Corrida et respect des animaux, Corrida et valeurs humaines, Tauromachie et valeurs sociales, Corrida et enfants.

LES PRESIDENCES EN QUESTION À PAU

Le vendredi 21 novembre le club taurin Palois Joseph Peyré redémarre le cycle de ses soirées hivernales en organisant un débat autour des présidences avec trois des présidents de corrida les plus en vue dans le sud-ouest, le dacquois Eric Darrière par ailleurs arbitre international de rugby et qui préside des corridas dans l’ensemble du sud-ouest, l’Aturin qui vit à Pau, Marc Amestoy qui préside à Mont-de-Marsan, Dax, Bayonne et Vic-Fézensac et Christian Hayet, membre du club qui préside notamment à Aignan. Dosage des piques, attribution des trophées, corridas concours, réglement, suspension des spectacles et indulto seront abordés. Prix 15 euros repas et boissons compris. Réservations et inscriptions sur le site http://clubtaurinpau.com.

NOUVEAU BLOG EN LIGNE

Nadège Vidal informe les aficionautes de l'ouverture de son blog que l'on peut visiter sur
http://www.nadegevidal.blogspot.com/.

EL JULI SUR LES SIGNES DU TORO

Le troisième magazine des Signes du Toro réalisé par Michel Dumas et proposé par Joël Jacobi sera entièrement consacré au seul contre six du Juli à Nîmes. Diffusion le samedi 15 novembre sur France 3 Sud à 16 heures 15.
Le nouveau magazine de la tauromachie, produit par France 3 à Toulouse et à Bordeaux, et diffusé sur les trois régions Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon, s’accompagne désormais d’un site : http://signesdutoro.france3.fr

PEÑA CAYETANO DE NÎMES

La pena Cayetano Rivera Ordonez de Nîmes honorera le revistero de Midi Libre Roland Massabiau le vendredi 14 novembre à 20h30 au Carré d'Art  de Nîmes. Pour cette soirée est prévue une discussion avec les  aficionados sur le rôle de la presse, l'avenir de la corrida et bien  d'autres sujets, le tout agrémenté par des souvenirs de 40 ans  d'aficion. A l'issue de la discussion, le bureau de la pena remettra  son 2ème ''Duende de oro'' au journaliste. La soirée se poursuivra au  siège du club autour d'un repas (les personnes désirant dîner devront  se faire connaître en arrivant au Carré d'Art) Pour tous  renseignements, contact: a.beraud@numericable.fr

EDUARDO MIURA AU CLUB TAURIN DE PARIS

Le Club Taurin de Paris recevra Eduardo Miura le mercredi 19 novembre. Le président de la Union parlera de sa ganaderia, de la situation de l'élevage et de la défense de la culture taurine en Espagne  Cette réunion aura lieu au Restaurant Loubnane à partir de 20 heures, 29, rue Galande, Paris 5ème. M° Saint-Michel. Participation par personne (incluant dîner avec vin à volonté)  : Membres à jour de cotisation : 24 € ; jeunes de moins de 25 ans : 12 € ; hôtes de passage 35 €. NB : il est possible de se mettre à jour ou d'adhérer sur place. Rappel montant cotisations 2008-09 : Individuels : 55 €   Couples : 75 €     Jeunes de moins de 25 ans : 20 € Réservation obligatoire (possible jusqu'à 24 heures à l'avance) de préférence par mail ou au 01 43 14 09 49 (répondeur : ne pas oublier de laisser le nom, la date de la réunion et le nombre de personnes).

VIèmes JOURNEES SUR LE GANADO DE LIDIA

Le programme des Vièmes journées consacrées au Ganado de Lidia qui auront lieu les 21 et 22 novembre à l'Université Publique de Navarre (Pamplona) peut être consulté ici.

JEUDI DES ARTISTES CHEZ PABLO ROMERO

Le jeudi 13 novembre 2009 à partir de 18 heures, la bodega Pablo Romero rouvrira ses portes pour la seconde des Jeudis des Artistes. Après avoir reçu Jose Pires, Stéphane Lopez et Laurent Arpinon, qui fut le seul à réaliser une œuvre à base de collages en direct, c’est autour de trois amis de venir s’exhiber en public. Honneur au sculpteur, ce qui est rare, avec un Denis XXII tout droit revenu du pays du soleil levant pour travailler une pièce en fil de fer barbelé, une prouesse. Ensuite c’est Jacques Gorde qui animera la matière sur une toile, une de ses oeuvres dont il a le secret et qu’il nous fera le plaisir de nous faire découvrir. Et pour finir Christian Jullian, à l’aide de pinceaux rallongés grâce à des tiges de bois, va effectuer une peinture à même le sol, avec en prime une petite surprise, et quelle surprise mais on ne vous en dit pas plus. Pour garder la démarche culturelle et l’esprit bon enfant les Amis de Pablo Romero laisseront le verre de vin des costières de la cave à 1 euro, le tapas restera, lui, à 2 euro. En prime, pour cette soirée qui se veut très spéciale, les huîtres du grand El San Gillen apporteront une note régionale et taurine des plus prisées. Donc rendez-vous le jeudi 13 novembre pour une soirée cultur-auromachique à la bodega Pablo Romero 12, rue Emile Jamais à Nîmes.

JOURNEE DU CLUB TAURIN MARC SERRANO

Le Club Taurin Marc Serrano organise une grande journée campera le 16.11.2008 chez Olivier Fernay. Au programme : 11h tienta avec Marc Serrano - Patrick Varin, Aperitif + Repas. Après midi visite de l'élevage. Renseignements : 04.66.84.95.39 ou 06.03.07.19.36. Inscriptions jusqu'au 10.11.2008 

ACTIVITES DANS LES CLUBS ET PEÑAS

Retrouvez le programme complet des activités dans les clubs et peñas pour les prochaines semaines en page "agenda".

DEUX FESTIVALES À RODILHAN

La Ville de Rodilhan et le Club Taurin Paul Ricard "Caissargues y Toros" organisent deux festivales les samedi 8 et dimanche 9 novembre au profit de l'association "La Clé". Samedi 8 novembre à 15h00 – Entrée 10 € - Festival en hommage à l’opération « Graines de Torero ». Cinq novillos de François André pour les vainqueurs des 5 éditions de Graines de Torero : Patrick VILLEBRUN (2004), Vicente CARDO (2005), Marc-Antoine ROMERO (2006), TOMÁS (2007), MATEO JULIÁN (2008). Dimanche 9 à 10h30 encierro dans les rues avec les novillos du Festival ; repas (10€) ; 15h00 – Entrée 20 € - 5 Novillos de ganaderías françaises pour les Matadors de Toros Patrick VARIN, Marc SERRANO, Julien LESCARRET, EL SANTO et le novillero Marco LEAL. Après le Festival Taurin Apéritif de clôture. Renseignements et réservation au 06.24.65.25.53. Les toreros et cuadrillas participent bénévolement. Pour les deux Festivals Taurins, il n’y aura pas de novillo de réserve

FERIA DE ACHO

L'empresa Taurolima a annoncé les cartels de la Feria de Los Milagros 2008. Samedi 1er novembre novillada sans chevaux. Erales de Santiago Apostol pour Milagros Sánchez “Milagros de Peru", Lulú de la Vega et Michelito Lagravere tous deux du Mexique. Dimanche 2 novembre. Ganadería colombienne d'El Capiro pour Jose Ignacio Uceda Leal, Fernando Roca Rey (Perú) et David Galán. Dimanche 9 novembre. Toros de Roberto Puga pour El Fandi, José María Manzanares et Alfonso Simpson (Perú), qui prendra l'alternative. Dimanche 16 novembre. Ganadería colombienne La Ahumada paour Matías Tejela, Miguel Ángel Perera et un troisième. Dimanche 23. Toros de Roberto Puga pour Enrique Ponce, Sebastián Castella et Miguel Ángel Perera.

FIESTA CAMPERA DE RION

Le cartel de la Fiesta Campera qui aura lieu à Rion le 23 novembre au matin est le suivant : sept novillos de Sepulveda, Antonio Palla, Pierre-Marie Meynadier, Jalabert, Camino de Santiago et Cyril Colombeau pour André Viard, Juan Bautista, Julien Lescarret, Mehdi Savalli, Marco Leal, Mario Guirao et Mathieu Guillon. Organisée au coeur des Landes par les peñas du pays tarusate,la peña "Toro Blanco" de Rion-des-Landes, etla peña "Créo Qué Si" de Tartas,la FIESTA CAMPERAde fin novembre dans les ARENES DE RION-DES-LANDES est un rendez-vous traditionnel important de fin de temporada dans le sud-ouest. La fiesta campera débute le samedi 22 novembre à 19h par une conférence taurine gratuite avec la participation des matadors et éleveurs présents.:« MAYORAL DE GANADERIA, MA VIE AVEC LES TOROS » durant laquelle Jean-Luc COURRIOL, mayoral de l’élevage des frères Jalabert, Sébastien GRANIER,le mayoral de l’élevage de Pierre-Marie Meynadier et Jean-Louis DARET qui est à la fois ganadero etmayoral de sa ganaderia gersoise nous expliqueront leur métier, leur méthodes de sélection etd’analyse du comportement de leur bétail, leur vision du toro moderne, leur quotidien au campo ... ettout simplement leur passion du toro. La soirée se poursuivra par une soirée conviviale autour de tapas et grillades.Dimanche 23 novembre, le rendez-vous est fixé à partir de 8h30 devant les arènes. Vous y serez accueillis pour déguster les "croupions grillés" (carcasses de canards gras) avec tout les accompagnement qui permettent de démarrer une bonne journée. A partir de 8h30, les « practicos » feront des démonstrations et initiations au toréo de salon. Vers 9h00, quelques vaches seront proposées aux plus entreprenants pour une capéa réservée aux amateurs dans les arènes.10h00 sera l’heure du GRAND FESTIVAL DE LA FIESTA CAMPERA. A 13h30 le repas de l’aficion sera servi sous chapiteau chauffé aux participants à la fiesta, toreros acteurs et spectateurs. Au menu : Tourin, Assiette de charcuteries espagnoles Daube de toro ou Confit de canard Tarte aux pommes et café Participation aux frais: 35 € la journée entière de dimanche (casse-croûte d’accueil, spectacle taurin et repas). Renseignements et Réservations auprès des peñas: PEÑA "TORO BLANCO" RION-des-LANDES - Bernard Dabbadie: 05.58.57.17.40 ou 06.72.96.28.18 PEÑA "CREO QUE SI " TARTAS - Gilles Cazeaux : 05.58.73.30.47 Et par Internet : penatoroblanco@netcourrier.com

ALEJAN CELEBRE SON PREMIER ANNIVERSAIRE

En effet, voilà 1 an que ALEJAN ouvrait son site en France, c’était le 01 Décembre 2007.
1 année durant laquelle vous avez pu découvrir et apprécier la qualité de nos vêtements 100% Français.
1 année riche en actions pour les jeunes des écoles taurines qu’il faut continuer à soutenir car ils sont l’avenir de notre Culture.
1 année de triomphes pour ALEJAN qui se positionne, grâce à vous, comme la marque des vrais aficionados, fiers de porter nos valeurs, celle des professionnels et de nos matadors qui aiment porter ALEJAN et le font savoir.

Pour célébrer cet anniversaire et vous remercier de votre confiance, ALEJAN vous offre, du 15 Octobre au 20 Novembre 2008, 3 avantages cadeaux :
 -       
Les frais de port gratuits pour toute commande supérieure à 100 Euros
 -        La participation au tirage au sort pour gagner 15 abonnements de 1 an à Terres Taurines pour toute commande supérieure à 150 Euros. *
 -        Une nouvelle Collection  d’une trentaine de tissus supplémentaires 
ALEJAN porte en elle ces valeurs que nous partageons dans la Tauromachie :
-       
Vous respectez en vous offrant des produits de Qualité Française
-        Soutenir l’Avenir de notre Aficion que sont ces jeunes apprentis toreros
-        Etre Fier de revendiquer notre Passion Rejoignez-nous sur le www.alejan.eu pour célébrer cet anniversaire et continuer ensemble cette Aventure d’Utilité Taurine. ALEJAN, Porter nos valeurs avec Fierté…

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 








imprimez cette page