Dimanche 13 octobre
2013

L'Edito

 

BATEAU IVRE

La temporada s'achève par un fracaso monumental : celui d'une arène de première catégorie qui coule par la faute d'une situation rocambolesque dont on ne sait plus trop à qui il faut imputer la responsabilité.


Voir édito






   
Antonio Ferrera à Madrid

Actualité
MADRID : PACO UREÑA CONFIRME SES AMBITIONS

En ce jour de fête nationale espagnole et corrida de clôture de la saisson, la place de Las Ventas célébrait à sa manière le jour de la « Hispanidad » en offrant un cartel hispano-international avec Luis Bolivar de Colombie, Paco Ureña espagnol de Murcie et Sergio Flores du Mexique. Les toros étaient un panaché de deux toros de José Luis Pereda (2ème et 3ème), trois de La Dehesilla d‘encaste Nuñez du même propriétaire et un de Hnos. Sánchez Herrero (4ème) d’origine Domecq via Aldeanueva. Tous de bonne présentation et de comportements divers, il passaient la formalité du tercio de piques, souvent manseando avec malgré tout une chute monumentale enregistrée au premier de La Dehesilla qui s’avérait ensuite le meilleur pour le torero avec des charges longues desquelles Luis Bolivar sut profiter sans pour autant construire une faena compacte car le toro finissait son passage dans la muleta par des génuflexions répétées. Deux bonnes séries de la droite néanmoins, sans la templanza requise pour donner aux passes le cachet que méritait ce toro un instant revigoré. La faena se terminait par les sacro-saintes manoletinas et plusieurs pinchazos en guise de mise à mort. Sonnait un avis. Le 4ème était un manso qui courait dans tous les sens, cherchant la sortie, allant chercher le picador dans le terrain du toril et confirmant son caractère dans la muleta du colombien, bronco, donnant des coups de tête - cabeceo – et se relevant en fin de passes naturelles. Il s’efforçait d’allonger la charge et réussissait une série liée, la seule, de la droite. Un coup d’épée tombée mettait fin à cette faena volontaire mais désordonnée étant données les conditions de l’animal.
Paco Ureña peut être crédité d’une prestation qui lui vaudra sans doute un nouveau contrat en début de saison prochaine. Ses deux toros lui permettaient seulement de montrer combien il a le sens du toreo, par son placement, « croisé » face aux cornes, la muleta présentée de face, jouant de la ceinture et terminant ses passes derrière la hanche. Malheureusement ces toros quasi statiques ne lui laissaient aucune option de lier les passes, seuls les débuts de faena par statuaires et passe de poitrine à son premier et un panaché de passe de costadillo, les pieds rivés au sol,un trincherazo et pecho enchaînées à son second montraient ses dispositions et son concept de toreo pur. On notait aussi ses recours physiques limités car il relevait d’une cornada il y a à peine deux semaines reçue à Corella (Navarre). Les mises à mort escamotées par des pinchazos ne l’empêchaient pas de recevoir deux belles ovations d’unanime reconnaissance.
Sergio Flores, lui, s’est heurté à deux toros compliqués, manso le premier, de charge indécise mais violente avec des retours brusques face auxquel il montrait le recours et la fermeté nécessaires pour n’être pas débordé, à son second un toro qui humiliait, certes, il donnait des passes sans continuité avec des accrochages de muleta en fin de passe annulant ainsi toute tentative de ligazón. A chaque fois il tuait d’estocades efficaces,  fulminante la première et trasera la deuxième. Luis Bolivar : un avis et silence; saluts. Paco Ureña. Un avis et saluts ; ovation et saluts au tercio. Sergio Flores : applaudissements ; un avis et silence.
Georges Marcillac.

LA CONSTRUCTION DES MYTHES

L'opus 47 de Terres taurines sort en kiosques aujourd'hui.
Sans Platon nous ne saurions rien de l’Atlantide, mais sans les scientifiques, nous ne saurions pas qu’elle s’appelait en fait Santorin et avait été engloutie par un tsunami méditerranéen. À Dax, le Splendid fermé, Ponce absent, la feria champagne qui devient torista, les aficionadophobes qui hurlent aux portes et trois élus verts en rupture de solidarité municipale battent en brèche le mythe d’un art de vivre cultivé depuis longtemps «chez nous». Les événements se précipitent, mais l’histoire nous apprend qu’il est toujours possible de les inverser. À condition de ne pas attendre, pendant 2000 ans, l’autopsie des scientifiques. Dans cet opus aussi, le retour en grâce d'Adolfo Martín, l'étonnnte histoire d'Andrés Moreno et de la ligne de vie de Camprodon, les trois élevages de Capea end C°, l'été indien de Ponce et le naturel au galop, l'incroyable tradition des Espantes de Fuentesauco, José Cruz et les secrets de Cabezal Viejo, et les toros du Castro Zamarril. 160 pages, 14 €. Feuilleter
.

FIESTA CAMPERA DE RION

La Fiesta campera de Rion aura lieu les samedi 23 et dimanche 24 novembre prochains. Samedi à 18 heures conférence taurine et buffet. Dimanche 24, à partir de 9 heures 30, "croupions grillés", pastis landais, café… 10h30, fiesta campera dans les arènes (cartel communiqué ultérieurement) avec  des toros et novillos de l’élevage français des Frères JALABERT (Arles). A l’issue du festival, le GRAND REPAS DE L’AFICION sera servi sous chapiteau chauffé aux participants à la fiesta, toreros acteurs et spectateurs (garbure à volonté, daube, tarte aux pommes, café. Participation aux frais : 36 €  la journée entière de dimanche (casse-croûte d’accueil, spectacle taurin et repas). Possibilité de logement collectif à proximité de Rion-des-Landes pour la nuit de samedi au dimanche. Renseignements et Réservations : PEÑA TORO BLANCO à RION-des-LANDES - Pascal Vilaton :  06.79.55.28.53 ou par Internet : penatoroblanco@orange.fr.

LAFITTE À BILBAO


Jean-Luc Lafitte expose à Bilbao dans les salons de l'hôtel Ercilla du 25 novembre au 15 décembe. 25 toiles sur le thème du toreo et du flamenco. Voir le film "Juan" qu'a consacré Xavier Sallefranque à Jean-Luc).

LETTRE OUVERTE D'HENRI EMMANUELLI AU CRAC

Il n'est pas fréquent, pour ne pas dire qu'il est fort rare, qu'un homme politique de premier plan se départisse de la langue de bois habituelle pour aborder des sujets sensibles, au risque de heurter ceux qu'il renvoie face à leurs responsabilité. Avec beaucoup de profondeur et en posant les vrais problèmes, c'est l'exercice auquel s'est livré Henri Emmanuelli dans une lettre ouverte au CRAC. Lire.

TERRES TAURINES SUR TWITTER

Depuis quelques mois Terres Taurines est sur twitter dans sa version espagnole. Rejoignez-le pour recevoir, en français, des infos parfois exclusives et impressions à chaud en direct des ruedos et du campo. @Tierras Taurinas.




EXPO PERMANENTE
DE TERRES TAURINES À LAS VENTAS


Devant un public fourni et en présence de nombreux ganaderos, l'exposition consacrée au toro au campo par Terres Taurines a été inaugurée hier midi par André Viard. Installée dans la galerie du Tendido 2 elle restera accrochée durant toute la temporada. Parmi les toros exposés, entre ceux de Miura, Adolfo Martin, Prieto de la Cal, Barcial ou Cuadri, quatre ganaderías françaises sont à l'honneur : Blohorn, Margé, Scamandre et Francine Yonnet. Au fil de la saison, de nouveaux élevages seront présentés, afin de montrer la diversité des paysages et des encastes qui sont la richesse des terres taurines.


DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

 































imprimez cette page