Samedi 5 octobre 2013

L'Edito

 

CID ET VERBENERO

Ni bancable, ni glamour, le Cid ne bénéficie plus depuis quelques années du halo bienveillant qui l'accompagna tant qu'il triomphait face aux victorinos, mais il conserve cependant la meilleure main gauche du toreo. Et à Madrid hier, il l'a dégainée.


Voir édito






   

Actualité
LA CONSTRUCTION DES MYTHES

L'opus 47 de Terres taurines sort en kiosques aujourd'hui.
Sans Platon nous ne saurions rien de l’Atlantide, mais sans les scientifiques, nous ne saurions pas qu’elle s’appelait en fait Santorin et avait été engloutie par un tsunami méditerranéen. À Dax, le Splendid fermé, Ponce absent, la feria champagne qui devient torista, les aficionadophobes qui hurlent aux portes et trois élus verts en rupture de solidarité municipale battent en brèche le mythe d’un art de vivre cultivé depuis longtemps «chez nous». Les événements se précipitent, mais l’histoire nous apprend qu’il est toujours possible de les inverser. À condition de ne pas attendre, pendant 2000 ans, l’autopsie des scientifiques. Dans cet opus aussi, le retour en grâce d'Adolfo Martín, l'étonnnte histoire d'Andrés Moreno et de la ligne de vie de Camprodon, les trois élevages de Capea end C°, l'été indien de Ponce et le naturel au galop, l'incroyable tradition des Espantes de Fuentesauco, José Cruz et les secrets de Cabezal Viejo, et les toros du Castro Zamarril. 160 pages, 14 €. Feuilleter.

MADRID : LA FAENA DE LA RECONQUISTA DU CID

La première corrida de la Feria d’automne fut tout un évènement et les aficionados célébraient à la sortie la résurrection de « El Cid » à Las Ventas après une faena dont on parlera longtemps qui malheureusement ne fut pas couronnée de la Puerta Grande pour rester dans les annales. Le toro de Victoriano del Río « Verbenero », sorti 4ème, haut sur pattes, armé de deux guadañas, ne semblait pas s’intéresser au capote de « El Cid » et ne s’employait pas aux deux piques règlementaires. Alors que les banderilleros étaient en position, « El Cid » dessinait un quite par véroniques en « tablier » delantales et le toro sortait de la suerte mollement, Iván Fandiño lui répliquait par un quite par gaoneras serrés et brionesa, passe de poitrine avec la cape. Manuel Jesús se piquait au jeu et à son tour, au centre de la piste, dessinait trois véroniques lentes et une demie supérieure. Le toro était fixé et après le brindis au public, muleta en main, la symphonie de naturelles allait résonner dans le coso venteño ponctuée des clameurs d’un public (re)conquis. Le corps vertical , abandonné, « El Cid » conduisait « Verbenero » majestueusement, le toro prolongeait sa charge pour être repris dans les plis de la muleta dans des séries liées sur place avec pour terminaison la passe de poitrine ou celle du mépris. Une seule série de la droite et des passes de aliño pour fixer le toro parfaitement cadré. Las ! Deux pinchazos et une estocade entière tombée anéantissaient le couronnement grandiose  que l’on espérait. « El Cid », dépité, était gratifié d’une vuelta, maigre récompense pour l’œuvre réalisée. « El Cid » venait de se réconcilier avec Madrid après ses dernières prestations ternes et décevantes. A son premier, faible de pattes, qui répondait aux cites mais qui ne tenait pas la distance, il avait produit une faena quelconque sans profondeur, faite de passes linéaires et décollées avec en conclusion un pinchazo et une entière contraire.
Ivan Fandiño avait coupé une oreille à son premier après une faena commencée par des statuaires au centre du ruedo assorties de passes basses aidées. Ce début prometteur était prolongé par des séries où le torero restait bien en el sitio pour lier les passes mais l’ensemble manquait de profondeur, toreo de profil peu habituel chez Fandiño qui n’arrivait pas à convaincre les puristes. Pour conclure des manoletinas style « mondeñina » et une estocade un peu tombée mais bien portée recevaient l’approbation d’une partie du public et l’oreille était accordée. Le 5ème, un toro fade, qui allait au pas et ne se livrait pas, avait été entrepris en début de faena par la suerte du « pendule », sans émotion. La suite à l’unisson de la mollesse du toro était parachevée par une estocade arrière.
Sebastián Ritter aurait pu être la vedette de cette course car il prenait l’alternative ce jour avec le toro « Ebanista » de 526 kg. Le toro faible de pattes se défendait en fins de passes. Le jeune colombien  réalisait une faena des deux mains, de passes bien faites mais sans émotion où l’on pouvait remarquer de bonnes naturelles souvent de face. Le dernier toro n’offrait aucune possibilité de briller car très fortement châtié aux piques il n’avait plus le ressort nécessaire pour répondre aux cites de Sebastián Ritter.
Les toros de Victoriano del Río (2ème, 3ème et 4ème) et ceux de Toros de Cortés (même origine JPD) ne sont allés aux piques qu’avec réticence, certains al relance, seul le 6ème recevait un châtiment exagéré, pratiquement tous les autres voyaient le piquero lever rapidement la pique dès le contact avec le cheval. Comme le 4ème avait duré et collaboré à la faena du « Cid », une vuelta était réclamée par certains aficionados justement non accordée par la présidence. Manuel Jesús « El Cid » : silence ; un avis et tour de piste. Iván Fandiño : un avis et une oreille ; silence. Sebastián Ritter : saluts et silence.
Georges Marcillac.

LAFITTE À BILBAO


Jean-Luc Lafitte expose à Bilbao dans les salons de l'hôtel Ercilla du 25 novembre au 15 décembe. 25 toiles sur le thème du toreo et du flamenco. Voir le film "Juan" qu'a consacré Xavier Sallefranque à Jean-Luc).

FESTIVAL DE SAINT-GILLES DEMAIN

Plusieurs changements à Saint-Gilles pour le festival de dimanche, suite aux forfaits de Ruiz Miguel, Fernandez Meca et Cayetano Ortiz qui s'est cassé la clavicule hier. Le cartel définitif est le suivant : novillos de Jalabert, Meynadier, Riboulet, Cuillé, Tierra d'Oc et Sait Sébastien pour Patrick Varin, Denis Loré, Morenito de Nimes, Camille Juan, Román Pérez et Lilian Ferrani. Ce festival est organisé au bénéfice de l'association Sang pour Sang qui lutte contre la leucémie infantile.

LETTRE OUVERTE D'HENRI EMMANUELLI AU CRAC

Il n'est pas fréquent, pour ne pas dire qu'il est fort rare, qu'un homme politique de premier plan se départisse de la langue de bois habituelle pour aborder des sujets sensibles, au risque de heurter ceux qu'il renvoie face à leurs responsabilité. Avec beaucoup de profondeur et en posant les vrais problèmes, c'est l'exercice auquel s'est livré Henri Emmanuelli dans une lettre ouverte au CRAC. Lire.

LA EMBESTIDA DE BOUILLARGUES

Le samedi 5 octobre 2013, la Peña Taurina « La Embestida » de Bouillargues propose, une journée taurine. Dans les arènes, en matinée, trois « minots toreros » se mesureront à des anoubles de la ganaderia "TARDIEU". Dans la foulée, un apéritif suivi du repas de l’Aficion seront servis dans le parc municipal. Ils seront animés par la Peña Lou Carretié . Prix 15€ - Réservation obligatoire. A 16 H 30, au plan di Biou, dans les arènes André Dupuis, se déroulera une novillada sans picador avec 6 Erales d’élevages et d’origines Français différents. Pour le Sud-est, on retrouvera les ganaderias Hubert YONNET - François ANDRE et Christophe FANO et pour le Sud-ouest, les Ganaderias du LARTET, de l’ASTARAC et de MALABAT. Ces Erales seront combattus et mis à mort par Daniel SOTO, David GARZON et Louis HUSSON . Entrée 10€. Entrée gratuite pour les enfants de – de 16 ans accompagnés. PACK : Repas + Novillada : 23€. Après la course, dans la salle de la Bergerie, remise du prix « Pundonor » au meilleur novillero et du prix « Embestida » au meilleur toro suivi d’un apéritif et d’une soirée bodéga.

TERRES TAURINES SUR TWITTER

Depuis quelques mois Terres Taurines est sur twitter dans sa version espagnole. Rejoignez-le pour recevoir, en français, des infos parfois exclusives et impressions à chaud en direct des ruedos et du campo. @Tierras Taurinas.




EXPO PERMANENTE
DE TERRES TAURINES À LAS VENTAS


Devant un public fourni et en présence de nombreux ganaderos, l'exposition consacrée au toro au campo par Terres Taurines a été inaugurée hier midi par André Viard. Installée dans la galerie du Tendido 2 elle restera accrochée durant toute la temporada. Parmi les toros exposés, entre ceux de Miura, Adolfo Martin, Prieto de la Cal, Barcial ou Cuadri, quatre ganaderías françaises sont à l'honneur : Blohorn, Margé, Scamandre et Francine Yonnet. Au fil de la saison, de nouveaux élevages seront présentés, afin de montrer la diversité des paysages et des encastes qui sont la richesse des terres taurines.


TOUTE LA TEMPORADA DU SUD-OUEST

Programme complet de sa temporada dans le Sud-Ouest. Voir programme. Voir numéros de réservations.


FERIA DE CARCASSONNE

L’association "Carcassonne Toros" a annoncé les élevages retenus pour la Féria 2013 : vendredi 30 août, corrida mixte d’Aguadulce (rejon et forcados, 2 novilleros à pied ), samedi 31 août, novillos de Cebada Gago, dimanche 1er septembre, novillos de Miura.


DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

 































imprimez cette page