Dimanche 2 octobre 2011

L'Edito

 

MARRONS CHAUDS
Avec l’automne revient la saison des marrons, ceux que certains envoient et que d’autres retirent du feu à la faveur de circonstances favorables.
Voir édito.

Actualité

MADRID : OREILLE POUR FANDIÑO

Madrid- Las Ventas – 01 octobre 2011 –3ème corrida de la Feria de Otoño. L’adage taurin selon lequel “quand il y a des toros il n’y a pas de toreros” devrait être inversé car aujourd’hui il y eut deux TOREROS – Iván Fandiño et David Mora – et pas de toros – ceux de Antonio de Gavira - dont les réserves des aficionados à la publication des cartels étaient fondées. Malgré cela la corrida, la tauromachie, dirai-je, est sortie grandie de l’évènement que promettait la présence en « mano a mano »de ces deux toreros en récompense pour leur différentes prestations à Las Ventas en 2011. Le public ne s’est pas trompé en répondant massivement à cette affiche attractive et à réservé une ovation à la fin du paseo aux deux toreros et à leur départ - par leur propre pied ! - car la tarde fut mouvementée, vibrante, émouvante, angoissante parfois et quasi triomphale pour les deux diestros.
Les toros de Gavira, dont le premier fut remplacé par un toro de Hnos Lozano car il s´était brisé la corne gauche dans un choc dans l’estribo du picador de service, furent tous mansos, faibles sauf le 5ème qui finalement accepta la muleta de Iván Fandiño et dura, alors que le 6ème, intoreable, montra de très mauvaises intentions, criminelles pourrait-on dire. Avec ce matériel les deux toreros furent très vaillants, téméraires mêmes car lis ne reculèrent un seul instant devant les difficultés pour construire les faenas et intéresser des toros qui fuyaient les capotes ou entraient sans conviction dans les muletas. Il y eut même « competencia » et un échange de quites par chicuelinas serrées au toro de Hnos. Lozano qui, lui aussi manso, déséquilibra et accrocha au sol Iván Fandiño qui en eut pour des degâts vestimentaires seulement. Finalement , par faiblesse et s´étant blessé la patte antérieure gauche, ce toro n’avançait plus. Après une série templada de la main droite il fut mis à mort par une bonne estocade entière par le torero basque. Le vent et les charges brutales et désordonnées du 3ème empêchèrent la faena que Iván Fandiño était disposé à réaliser. A noter une série par la droite, valeureuse dans un terrain impossible, qui tempéra momentanément le toro cinqueño de Gavira. Une demi-estocade. Venait le 5ème, un toro de nom « Fantastico » de 626 kg, et pour Fandiño le tout ou rien pour conclure son « actuación » à Madrid. Avec seulement des picotazos aux piques car il fuyait sous le fer, ce toro arrivait violent à la muleta. En une faena intelligente, mesurant bien les distances et profitant de l’inertie des charges, Iván Fandiño construisit une faena de passes liées sur la droite – difficile car il fallait rester et laisser passer ce toro de grand gabarit – et de naturelles ajustées, presque toujours croisé, de trois-quart , terminée par des manoletinas. Une grande estocade se jetant littéralement sur le morillo du toro, sortant soulevé et le toro roulant des quatre fers au centre de la piste. Un oreille.
Davis Mora ne put se distinguer que par intermittence car ses toros ne lui donnèrent que peu de possibilitées sauf de briller dans des quites au capote, émouvants et toujours serrés, dans la faena du 2ème qu’il lidia avec mando et finalement au 6ème, déjà signalé, toro arrêté, de « mal genio » dangereux des deux cornes qui accrocha le madrilène à son troisième derechazo après un cite vaillant de loin. Malgré tout, des essais de passes des deux côtés avec, à chaque « embroque », les cornes à la fémorale ou à la poitrine. Une estocade et le public invite le torero à un vuelta al ruedo amplement méritée.
Donc grande tarde de deux gladiateurs, deux toreros qui honorent leur profession.
Iván Fanfiño : saluts ; silence ; une oreille. David Mora : silence à ses deux premiers et vuelta au 6ème. Georges Marcillac.

MADRID : LE CID COUPE L'OREILLE D'UN GRAND TORO DU PUERTO

Madrid- Las Ventas – 30 septembre 2011 – 2ème corrida de la Feria de Otoño. Le cartel de “figures” de la feria n’a pas tenu ses promesses, bien que les avertis pouvaient émettre quelques craintes pour les toros de Puerto de San Lorenzo dont le souvenir de leur présence à la San Isidro n’augurait rien de bon. Deux des trois toreros du mois de mai étaient les mêmes, Sebastien Castella remplissant un contrat habituel en fin de saison à Madrid. Comme hier, seul un toro a pu sauver l’image de cet élevage, le 4ème, qui échut à Manuel Jesús « El Cid ». Comme pour tous ses congénères, des signes de mansedumbre au capote et aux piques – une pique en arrière et une autre sortant seul - néanmoins permettait un bon quite par veroniques et demie, ce toro, transfiguré en brave, alla avec un bon galop aux banderilles de « El Boni » ce qui sans doute décida El Cid à brinder au public et entamer la faena de muleta à gauche, citant de loin du centre de la piste et dessinant des naturelles « de la casa » allongeant le bras et le corps très « descolgado » à mon goût. En ces deux séries de naturelles la communion, torero, toro et public était celle des grands évènements de Las Ventas. Manuel Jesús passait la muleta à la main droite et faisait monter le ton de la faena en deux séries templées, celles-ci plus rapprochées, le corps vertical et baissant la main dans les remates et passes du mépris. Le toro avait réduit sa charge et le temple des derechazos était plus évident. Pour terminer des passes basses aidées et… un pinchazo et une estocade entière …dans le flanc. L’oreille et le triomphe s’envolaient et une ovation chaleureuse ponctuait la seule « actuación » notable de l’après midi. Le premier de El Cid avait donné le ton d’une corrida de toros, mansos, faibles mais qui donnaient l’illusion de toros braves car, malgré tout, ils répondaient à tous les cites pour aussitôt en sortir se dirigeant vers les planches ou évitant tout simplement les capotes ou entrant et sortant des muletas la tête en l’air quand ils ne perdaient pas l’équilibre !. Le toro sorti 3ème reçut de Miguel Angel Perera une faena appliquée et laborieuse, resta dans la muleta en une seule série, alors que sa tendance était de fuir vers le toril. Rien à signaler au 6ème de surcroît sobrero de Los Bayones, petit de gabarit mais de 526 kg, qui avait déclaré ses mauvaises qualités aux piques? et à qui Perera donna une faena insipide, toujours de profil. Deux estocades arrières dans les deux cas.
Sebastien Castella n’eut pas à sortir le grand jeu devant des adversaires faibles, de charges incertaines et courtes assorties de chutes en fin de passe - au 2ème - qu’il avait brindé au public et qui l’arrêta dans son geste et au 5ème il dut lui prodiguer des passes d’infirmier diplomé pour maintenir son toro sur pied.
El Cid : silence et saluts. Sebastien Castella : silence aux deux. Miguel Angel Perera : un avis et silence :silence. Georges Marcillac.

MADRID : OREILLE POUR VICTOR BARRIO

Madrid- Las Ventas – 29 septembre 2011 - Novillada de la Feria de Otoño. Les novillos de Gabriel Rojas (encaste Nuñez) ont en grande partie déçu par leur comportement , absents de bravoure et justes de force suffisantes pour animer une novillada que les novilleros n’ont pas toujours su gérer, à défaut de faena, surtout au moment des mises à mort . Ces réflexions s’adressent aux deux premiers novilleros du cartel et ne peuvent être appliquées au troisième, Victor Barrio, qui a finalement coupé une oreille.
En effet le sixième de Gabriel Rojas, joli novillo de 495 kg - poids sans doute supérieur à celui affiché, la bascule de Las Ventas fait souvent douter de l’exactitude du pesage – fut le seul qui permit à Victor Barrio de réaliser une faena bien construite et variée. La réception laissa craindre le pire car le novillo entrait dans les capotes lançant les pattes en avant et se freinant, pourtant il poussa sous une bonne pique malgré la carioca, perdant l’équilibre à la sortie et suivi d’un picotazo. Aux banderilles il se déplaçait avec un bon tranco et dans ses conditions Victor Barrio, à la muleta, au centre de la piste le recevait par une série de redondos à genoux. Le reste de la faena, mesurée, donnant distance au novillo bien fixé, se basa sur deux grandes séries de passes de la droite, templées, de main basse et terminées par la passe de poitrine. Le novillo protestait un peu sur le côté gauche. Des passes basses aidées pour mettre le novillo en suerte de matar mais Victor, de nouveau à genoux, signait deux manoletinas et une passe de poitrine. Le novillo « demandait la mort » et il reçut un estocade entière et il mourrut comme un brave au centre du ruedo. Un oreille au torero et applaudissements unanimes à la dépouille du novillo.
Jusqu’à ce final heureux, rien n’avait pu réveiller le public abattu si ce ne fut par les protestations lancées à l’encontre du ganadero pour avoir envoyé des novillos aussi peu braves, insipides et parfois compliqués comme le premier (3ème) de Barrio qui le mit mal à l’aise et le déconcerta par ses réactions dans la muleta.
Que dire des deux autres novilleros ? Avec Francisco Montiel on ne vit rien de notable à ses deux novillos et il eut toutes les peines du monde pour tuer ses deux opposants : son inexpérience et mal accompagné par sa cuadrilla, il écouta les trois avis et vit ainsi son deuxième rentrer vivant aux corrales!
Alberto Durán laissa apparaître quelques qualités au capote mais ses deux novillos, respectivement l’un sans force et l’autre manso, ne l’aidèrent guère à la muleta qu’ils prenaient sans le moindre entrain.
Antonio Cama de la cuadrilla de Franciscol Montiel reçut un coup de corne mal placé au cours de la brega du 4èmeet passa à l’infirmerie. Bon comportement habituel de Miguel Martín et Alberto Zayas de la cuadrilla de Victor Barrio.
Francisco Montiel : deux avis et silence ; trois avis et sifflets. Alberto Durán : un avis et silence ; silence. Victor Barrio : silence et oreille. Georges Marcillac.

ARLES FÊTE LA BOUVINE LES 7, 8 ET 9 OCTOBRE


Arles organise la Finale du championnat de France de course camarguaise, 60 ème anniversaire du Trophée Taurin La Provence - Midi Libre.
Vendredi 7 et Samedi 8 Octobre Aux Corrales d’Arles à partir de 10h (entrée gratuite)  :
-   Des ateliers avec les Gardians , le Parc de Camargue, les Razeteurs, les Exposants, les Eleveurs, les Manadiers.
-   Des rencontres dans les arènes avec les Razeteurs qui ont fait l’actualité taurine durant toute cette saison.
-   Des courses camarguaises avec les meilleurs Razeteurs des Ecoles Taurines de Provence et du Languedoc.
Dimanche 9 Octobre
- A 11 h, festival d’abrivado sur le boulevard des Lices.
- Aux arènes à 15h Finale du 60ème anniversaire du Trophée Taurin La Provence- Midi Libre. En piste, les 14 meilleurs Razeteurs du classement, et les Taureaux : Géricault (Chauvet) - Embrum (Nicollin) - Athor (Daumas) - Guépard (Cuillé) Garlan (les Baumelles) - Valmont (Lautier) -  St Rémois (Fabre Mailhan) Parmi ces taureaux, le meilleur de l’année, le fameux « Biou d’Or » qui sera élu au matin du 2 Octobre. Prix des places de la course camarguaise : à partir de 15 €. Location : Arènes d’Arles 0891 70 03 70.
www.arenes.arles.com

CLÔTURE DE TEMPORADA À AIRE

Le 23 octobre, avec la collaboration de la Junta des Peñas Aturines qui accueille les clubs Taurins Paul Ricard, pour leur journée annuelle, Hubert Yonnet organise une corrida avec ses toros. Au programe, six toros de Hubert Yonnet pour Javier Castaño, Mehdi Savalli et Manuel Escribano.

TOUTES LES GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 









imprimez cette page