bayonne
riz arles
madeleine
dax
 
 

LA CULTURE BOBO


 

Après l'interdiction aux moins de 18 ans édictée par la mairie de Paris contre l'exposition du photographe Larry Clark, les bobos bien pensant s'émeuvent, les Vertes et Libération en tête.

De quoi s'agit-il ? De voyeurisme un peu sordide dans lequel des ados se dénudent ou se shootent (parfois les deux) devant l'objectif complaisant de l'auteur, qui, grâce à cette interdiction et à la publicité faite autour, remplit son expo comme jamais. Choqués par ce qu'ils estiment être une censure intolérable, les Verts parisiens ont interpelé leur maire pour regretter cette dérive liberticide en matière culturelle, tandis que sur le plateau de "Café Picouly", un avocat spécialisé dans la censure est venu expliquer qu'à partir du moment où cette expo était réservée à un public volontaire et dans un lieu fermé, celle-ci n'avait pas lieu d'être.

Pour sa part, Libération d'hier a fait sa Une sur cette même censure inaceptable dont est victime le photographe, et Laurent Joffrin, son directeur, est venu enfoncer le clou sur le plateau de Canal Plus le soir, plaidant pour la liberté culturelle et pour la liberté de choix de ceux qui entrent ou pas voir l'expo dans un lieu fermé. Le même a précisé au passage qu'en matière culturelle nul ne doit intervenir chez son prochain.

Puisse-t-il s'en souvenir la prochaine fois qu'il sera tenté d'écrire sur la corrida comme il le fit au printemps dernier, en abondant dans le sens de l'abolition. À moins bien sûr qu'il n'y ait, au yeux des bobos bien pensant, des cultures moins morales et moins respectacles que d'autres. L'expo de Clark qui montre des adolescents (majeurs ?) copulant ensemble étant morale et entrant donc dans la première catégorie, tandis que la corrida entrerait dans la seconde, tuer un toro ne l'étant bien sûr pas. Tartuffes, va !

André Viard