NUL N'EST IRREMPLACABLE


En lisant le volumineux courrier que m'a valu l'édito d'hier, je constate que Toros a encore moins de lecteurs que je ne le pensais et je me dois donc de préciser, afin de rassurer les aficionautes qui pensent que je me livre à une attaque gratuite, que je n'ai fait que répondre à une diatribe violente, stupide et dangereuse dirigée contre moi...

Il y est dit en substance que je suis un traître à la cause taurine et que mes agissements mettent celle-ci en danger. Il y est dit aussi que j'aurais plus ou moins manipulé toutes les entités taurines - ce qui est faire peu de cas du libre arbitre de celles-ci - et qu'il est temps que Toros reprenne les choses en main afin de brandir l'étendard de la révolte.

La grandiloquence de ce pamphlet n'a d'égal que la prétention qui en émane, pour ne pas dire la bêtise, et ne parlons pas de sa dangerosité dans la mesure où son but semble être de me discréditer auprès de ceux avec qui j'ai jusqu'à présent travaillé à l'édification d'une ligne de défense commune et où sa publicité a pour effet d'informer les antis de nos stratégies.

Que manifestement pas grand monde ne l'ait lue ne m'étonne guère mais ne dédouane pas pour autant son auteur auquel je n'ai qu'un conseil à donner : qu'il laisse travailler en paix ceux qui ont apporté la preuve de leur efficacité dans la défense de notre passion commune. Un exemple ? Le 1er septembre dernier, toutes les entités taurines françaises ont reçu de ma part un mail leur indiquant que le sujet "corrida" ne serait pas abordé dans le Grenelle de l'environnement malgré ce qu'avait pu promettre le président aux antis.

Les conclusions du Grenelle sont tombées depuis, confirmant cette information primordiale demeurée confidentielle pour ne pas relancer la polémique. J'ajouterai qu'un des principaux collaborateurs de Toros a été tenu informé de toutes les démarches entreprises pour obtenir ce résultat. Si la vieille dame est un peu sourde, ce n'est pas de mon fait. Mais si elle se met à radoter au risque de mettre en péril les stratégies mises en place et dont l'efficacité n'est plus à démontrer, mon devoir est de la prier de se taire avant qu'elle ne fasse tout rater.

Quoiqu'il en soit, et tant pis si les antis en font des bonds de joie, n'ayant pas pour habitude de jouer les bouc-émissaires, j'ai demandé à toutes les entités taurines de me dire si elles souhaitent que nous poursuivions le travail entrepris ensemble. Dans l'affirmative - et je ne me contenterai pas d'une majorité relative - les piste ébauchées notamment devant l'assemblée générale de la Fédération des Villes Taurines de France seront suivies sans rien lâcher de ce dont on nous accuse.

Si au contraire la motion de confiance m'est refusée je me retirerai sur mes terres - taurines bien sûr - et laisserai à d'autres le soin d'imaginer comment nous allons gagner.
Nul n'est irremplaçable et dans les rangs de l'aficion les talents sont heureusement nombreux et variés.

André Viard