Lundi 15 septembre 2014

L'Edito

 

LE DIMANCHE NOIR DES TOROS GRIS

Intéressants à Mont de Marsan, excellents à Gijon, formidables en sans chevaux la veille à Dax, les La Quinta gris ont connu hier leur dimanche noir, à Arles et Dax, où les deux lots ont donné lieu à deux corridas tritounettes.

Voir édito



   

Actualité
ARLES : PAS UNE OREILLE, ADAME VOLÉ

Corrida de La Quinta brave en ton mineur, et « humiliadora », sans mouvement de tête parasite, mais globalement fade au dernier tiers. Moralement très typée Santa Coloma, elle protesta sur les toques sans finesse et ne se laissa séduire que par les caresses des muletas. Paco Urena: silence aux deux. Joselito Adame : aurait pu couper une oreille à chacun, mais fut volé par le Président à son premier et par son puntillero au second, vuelta et salut. Roman : silence aux deux.
Le premier poussa avec classe, mais sans puissance. Il vint dans la muleta aux suaves allures du galop, supérieur à gauche, relevant trop tôt la tête à droite. Dans le bon tempo, s'étirant admirablement, Urena le toréa surtout à la naturelle. Une mise à mort sans brio et une petite déroute au descabello divisèrent l'opinion. Silence. Le quatrième poussa de biais par vagues. Tête basse, il obéit sans zèle. Grâce à son habileté à lui laisser toujours la muleta basse devant le mufle, Urena s'installa au pouvoir, sans pour autant pouvoir faire oublier l'insipidité de son opposition. Silence après quatre pinchazos et une entière.
Le second fit son devoir au cheval, puis porta humblement la tête vers le bas dans les leurres. Sans jamais le brusquer, avec un temple précieux Adame l'enroula longuement autour de sa taille. A la naturelle d'abord, puis encore plus élégamment à droite. Entière. Pétition, que l'autorité ne sut pas relativiser. Vuelta. Belle bordée de sifflets au Président. Trapu et hors type, le cinquième fut anodin au cheval, mais se révéla maniable à pied. Commençant avec vibration, il finit aussi insipide que ses frères. Alternant cites de loin et récupération rapide de terrain, Adame sut aérer sa faena et le faire durer. Lorsque l'animal déclina, par son engagement personnel, il apporta du sel à sa prestation. Entière. Deux essais de descabello et la maladresse de son puntillero lui coûtèrent l'oreille. Salut.
Le troisième poussa reins engagés, tête basse sans mouvement parasite. Un brin plus vibrant que ses frères, sa charge entretint le suspense pendant un temps. Très Santa Colona, il demandait beaucoup d'onctuosité pour ne pas protester. Courageux mais inexpérimenté, Roman ne produisit qu'un trasteo décousu. Entière. Silence. Sans zèle au cheval, le dernier engagea les reins dans les leurres pour donner de la profondeur aux suertes. Il manqua de spontanéité au moment de répéter et finit par se désintéresser de la muleta entre les passes. Après un labeur inégal Roman laissa ½ lame plate puis une entière efficace. Ovation. Petite entrée. Mistral calmé.
Frédéric Pascal. Voir reportage Elsa Vilezeuf. Le matin, devant un public bon enfant et nombreux, l'arène des tauromachie premières n'a pas déçu. Comme attendu, les forcados portugais, le Curé de Valverde et le Miura se sont taillés un franc succès, tandis que les écarteurs landais et les recortadores espagnols rivalisaient de dextérité. Voir galerie Elsa Vielzeuf.

DAX : OREILLE POUR LE CID D'UNE FADE CORRIDA DE LA QUINTA

Les toros de la Quinta ont profondément déçu en ne donnant pas le jeu espéré. Seul le quatrième a eu suffisamment de mobilité et de transmission pour permettre au Cid une faena enlevée, conclue d'une épée basse, qui lui a permis de couper une oreille. Fandiño et Alberto Aguilar n'ont eu aucune option. Voir galerie Roland Costedoat. En marge de la corrida, le "rassemblement citoyen" convoqué par les agitateurs habituels s'est soldé par l'interpellation d'une dizaine de fauteurs de troubles, dont un "pilote" de drone ayant fait survolé les arènes par son engin... ce qui est interdit sans autorisation préalable, en raison des risques que cela suppose pour autrui.

FIESTA CAMPERA À TYROSSE

Le Club Taurin Tyrossais avait été obligé de reporter sa NSP le Dimanche 20 juillet 2014 à cause d' une météo exécrable. Après de multiples recherches de dates dans un calendrier estival très chargé, c' est finalement le samedi 27 septembre 2014 à 17h00 que se déroulera la novilada transformée en " Fiesta Campera ". L' Entrée sera Gratuite.

FERIA DES VENDANGES À NÎMES

Mercredi 17 septembre : course camarguaise. Jeudi 18, novillos de Fuente Ymbro pour Borja Jiménez, José Garrido et Álvaro Lorenzo. Vendredi 19 toros d’El Torero pour Manuel Escribano, Jiménez Fortes et Juan Leal. Samedi 20 au matin trois toros d’Ángel Sánchez y Sánchez pour Pablo Hermoso de Mendoza et trois de Victoriano del Río pour El Juli. L'après-midi, toros de Jandilla pour Miguel Ángel Perera. Dimanche 21 au matin toros de Zalduendo pour Finito de Córdoba, Morante de la Puebla et José María Manzanares. L'après-midi, toros de Daniel Ruiz pour Juan Bautista, Alejandro Talavante et Daniel Luque.

VIC : BARCIAL, POT AU FEU, DAUBE, CÔTES GRILLÉES, COJONES...

À Vic le 21 septembre, retour des Barcial pour Tomas Angulo, César Valencia et Vicente Soler. Toute la journée animations variées : encierro des pitchouns, initiation à la tauromachie, tienta... et trois grands chefs étoilés Gersois pour un défi assez original. André DAGUIN, Bernard RAMOUNEDA, Jean-Luc ARNAUD cuisineront quatre plats gastronomiques différents à base de « Toro » : Pot au feu, Daube, Côtes grillées, « Cojones ». Ils seront aidés pour cela, de l’école hôtelière « Filaire cuisine et service » du lycée Pardailhan d’Auch, sous le regard bien veillant de Monsieur Daguin. Un jury sera là : « VOUS » et quelques personnalités, pour déterminer le meilleur vin qui l’accompagnera. Un espace restauration, et marché où chacun pourra déguster et faire ses achats chez les producteurs locaux : Vins, Foie Gras, Porc noir, Fromage, desserts Gascons. Vous pouvez composer votre repas et profiter de la structure restauration mise à votre disposition autour des arènes. Une journée sous le signe du Toro ! Convivialité et découverte culinaire !!! Club Taurin Vicois Allées Gabarrot BP10 32190 Vic-Fezensac - RCS 332539121. Tél: 05 62 06 56 55 - ctv@clubtaurinvicois.com .

OPUS 52 : LE MODÈLE SYMBOLIQUE

En inscrivant le 22 juin dernier la grotte Chauvet au Patrimoine de l’Humanité, l’UNESCO vient d’offrir à la culture taurine sa datation définitive. Après avoir mis à jour la genèse du geste taurin et sa dimension religieuse dans l’opus 50, grâce aux oeuvres de Villars, Roc de Sers et Lascaux (entre -22 000 et -17 000 ans), c’est aux origines que Chauvet nous invite à remonter : voici 36 000 ans, un artiste anonyme y inventa le mythe du Minotaure et l’associa à celui de la fertilité.
Mais il y a plus troublant encore : si l’on trace une ligne qui relie ces grottes entre elles et qu’on la prolonge jusqu’à celle de Cosquer, on s’aperçoit qu’elle délimite presque exactement au nord la France taurine actuelle, et dessine les contours de ce Sud profond dont aujourd’hui la voix s’élève pour exiger le respect de sa culture et de ses traditions. L'occasion de raconter, comme jamais auparavant, la genèse de la tauromachie en France.
Dans cet opus également, un voyage dans la "bande gallega" au coeur de l'Extremadure, où l'on trouve quelques unes des arènes lesplus anciennes du pays, une visite dans la ganaderia de Manolo Gonzalez dont l'horizon s'obscurcit, une promenade sur le chemin du Rebollar au travers de trois ganaderias atypiques, et un retour sur le destin de ce "Taxi Driver" moderne qu'est Alberto Lamelas. En kiosques et dans les boîtes aux lettres. Feuilleter.


L'AFICION DES TERROIRS

L'opus 51 de Terres Taurines est en kiosques, avec quelque retard suite à des problèmes de transport.
Des garrigues du Midi aux marais de Provence, des collines de Gascogne aux contreforts pyrénéens, la fête taurine se décline au gré de nos accents. L'UNESCO ne dit pas autre chose quand elle fait du lien qui unit une culture à un terroir la condition sine qua non de sa reconnaissance : sans bassin défini dans l'espace, pas d'inscription possible au patrimoine. Née au temps où le langage en était à ses balbutiements et longtemps avant l’écriture, la tauromachie a évolué en se diversifiant au gré des territoires et des populations à partir d’une origine commune.
Cette diversité explique sa richesse, et les mots «Culture et Passion», écrits dans le titre de Terres Taurines, y sont pour rappeler que l’approfondissement de la première est la condition de l’enrichissement de l’autre. Pour le comprendre, il suffit de partir à la découverte. Au sommaire de cet opus :
- "La dictature de l'animal sensible" une étude indispensable sur la personnification de l'animal et l'amendement Glavany,
- "Gerardo Ortega : Souffre couillon ! un voyage émouvant dans une des ganaderias les plus belles de la sierra de Aracena.
- "Siega Verde, le Concile de pierres", visite au gisement à ciel ouvert sur les terres de Ciudad Rodrigo où est proposée la visite de deux ganaderias aux profils différents : Carreros et Pédres.
Rencontre enfin avec Conrado, le dernier des chasseurs-cueilleurs. Feuilleter.


RASSEMBLEMENT DES AFICIONADOS LE 19 AVRIL À ARLES

À l’appel de toutes les composantes du monde taurin français, les aficionados se sont rassemblés samedi 19 avril sur le grand escalier et le parvis des arènes d’Arles, mais aussi dans les rues adjacentes, tant l'affluence fut nombreuse. Estimée entre 6000 et 7000 personnes, la foule des aficionados a montré sa force, sa dignité et sa détermination à se faire respecter. Voir images.


OPUS 50 DE TERRES TAURINES

Il y a plus de 20.000 ans, dans l’abside secrète de l’imposante cathédrale géologique de Villars, un homme de Cro-Magnon peignit la première tauromachie de la préhistoire. Mille ans plus tard, au Roc de Sers, fut gravée la seconde scène d’un triptyque étonnant, dont, 2.000 ans plus tard, la troisième, qui est la plus connue, fut peinte dans le puits de Lascaux. Réalisées à la charnière du Solutréen et du Magdalénien, ces trois œuvres exceptionnelles témoignent, pendant 3000 ans au moins,de l’existence d’un mythe récurrent qui invite à penser que c’est entre Dordogne et Charente que toutes les tauromachies sont nées. Le reportage qui leur est consacré est appeler à faire date : dans la connaissance que nous avons de la mythologie de la Fiesta, il y aura un avant et un après. Dans cet opus aussi, voyage au campo chez Fernando Palha, Aurelio Hernando, El Parralejo et Juan Pedro Domecq. Feuilletez.


TERRES TAURINES SUR TWITTER

Depuis quelques mois Terres Taurines est sur twitter dans sa version espagnole. Rejoignez-le pour recevoir, en français, des infos parfois exclusives et impressions à chaud en direct des ruedos et du campo. @Tierras Taurinas.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

 






















imprimez cette page