Lundi 16 septembre 2013

L'Edito

 

LA BRAVOURE D'ACHILLE
ET LES FOURBERIES D'ULYSSE

David Adalid n'était pas encore à l'infirmerie, après avoir subi deux volteretas tragiques à Nîmes, que sur twitter les critiques pleuvaient : à trop vouloir en faire, à trop vouloir briller, il n'avait finalement que ce qu'il cherchait...


Voir édito






   
Clemente à Dax

Actualité

NÎMES OREILLE POUR ROBLEÑO, COGIDA DE DAVID ADALID

Corrida de Miura en deux épisodes. Les trois premiers sont en effet sortis faibles et leurs lidias n'ont pas été passionnantes. L'après midi s'est animée avec les trois derniers qui, sans être des foudres de guerre, ont tenu leur rang de toros bravos. Au dernier le concept de lidia totale mis à l'honneur par la cuadrilla de Castano s'est illustré avec un grand tercio de varas à charge de Tito Sandoval et a pris un tour dramatique avec la blessure de David Adalid. Pris une première fois lors d'un essai de quiebro qui lui valut une cornada dans le mollet, il insista pour ressortir et fut pris une seconde fois récoltant, entre autres ecchymoses, un fort traumatisme thoracique. Robleno : salut, silence et oreille. Castano : salut, vuelta, ovation.
Le faible premier chuta sous le fer. Il vint dans la muleta tête basse aux allures ralenties de son lourd galop, mais n'eut pas la force de s'exprimer. Sans option, Robleno se résolut à en finir d'une belle entière en laissant la jambe dans le berceau. Salut. Le troisième vint avec classe au cheval mais chuta lui aussi plus que l'admissible. Muleta à mi-hauteur, Robleno le maintint debout le temps d'une longue faena sans âme. Il tua mal. Silence. Le cinquième mit les reins à la pique. Lourdement châtié lors d'une lidia chaotique, il garda pourtant assez de forces pour sauter à la gorge de son matador dès lors que celui-ci ne lui maintenait pas la tête en bas. Robleno n'y parvint pas toujours. Le combat pris un tour épique car l'aléatoire favorise la transmission. Une oreille après pinchazo, entière perpendiculaire et descabello.
Le second ne s'employa pas sous le fer. Il se livra un peu plus au troisième tiers où il donna quelques charges assez longues pour être exploitées. En deux séries droitières et une poignée de naturelles Castano moissonna ce qu'il y avait à prendre. Il tua laborieusement en trois voyages et descabello. Le quatrième inaugura le second épisode de la corrida. Il vint de loin et poussa avec classe au premier tiers. Il supporta sans fléchir le show de Adalid et Sanchez et arriva à la muleta avec assez de charge pour permettre la faena. Castano accumula les passes de qualité données une à une et réussit aussi à lier deux séries de derechazos. Pinchazo. Entière. Forte pétition que l'autorité ne jugea pas majoritaire. Vuelta chaleureuse au torero et sifflets nourris au Président. Parfaitement mis en scène par Tito Sandoval, le dernier vint de loin au cheval par quatre fois,les deux dernières dans le grand axe de la piste à la demande de Castano. Après cette séquence forte en émotion surgit le drame de la cogida d'Adalid pour avoir voulu oublier que les miuras sont les toros les plus dangereux à banderiller. En dépit de ces deux premiers tiers brillants, le toro manqua de conviction dans ses embestidas. Castano ne l'obligea pas, muleta haute mais très synchrone, il accompagna le moindre millimètre de charge, confirmant être le seul spécialiste actuel à pouvoir templer les miuras. Au bout du compte il mena à bien une faena complète que ne paraissait pas avoir l'animal. Il aurait pu couper une oreille, mais trois descabellos après une demie lame refroidirent les gradins. Silence. Demie arène. Public criard et incohérent dans ses exigences.
Frédéric Pascal.

NÎMES : DEUX OREILLES PROTESTÉES POUR CASTELLA

Corrida de Zalduendo sans force, insipide et sans classe. Seul le cinquième se sauva pour moitié et offrit à Castella la possibilité de placer sa faena. Le second fut renvoyé aux corales et remplacé par un Vegahermosa avisé et sans option. Ponce : vuelta et salut. Castella : ovation et deux oreilles. Perera : oreille et silence.
A la pique, le premier fit son devoir sans conviction ni pouvoir. Seule sa faiblesse posa problème car ses génuflexions brisèrent une collaboration de tous les instants. Pour le fairer durer, Ponce se garda bien de lui imposer des sorties par le bas. Grâce à son temple indémodable, il parvint à lier quelques derechazos et à créer de l'émotion. A gauche, sans lier il resta dans le pur registre de l'esthétique. Entière. Petite pétition. Vuelta. Compte tenu de ses difficultés à se maintenir debout, le faible quatrième ne révéla rien au cheval. Confiant dans son sens de la synchronisation Ponce crût pouvoir l'exploiter. A base de soins infirmiers il finit par obtenir un poussif semblant de charge qu'il réussit à valoriser au delà du cercle de ses inconditionnels. Il tua mal. Salut.
L'invalide titulaire second fut remplacé par un Vegahermosa qui accumula les mauvais comportements : pattes en avant dans les capes, se défendant de la tête sans pousser sous le châtiment et tricotant de la corne en fin de suerte. Très décidé, et au prix d'un investissement tenace, Castella ne se contenta pas de montrer qu'il ne servait pas. Il tenta pour le maigre profit de quelques muletazos propres, il lui apprit à charger. ¾ de lame. Ovation. Symboliquement présenté au cheval, le cinquième mit les reins brièvement. Il faiblit moins que ses frères et répéta des charges de qualité mais insipides. Il permit à Castella d'offrir la faena à la mode. A savoir : cambios au centre du ruedo, puis séquences classiques, ici derechazos liés, et enfin recherche du contact avec le public par enchaînements de virtuosités dans les distances courtes, ici jusqu'à se laisser toucher la cuisse par les cornes. Demi lame profonde et efficace. Deux oreilles, la seconde majoritairement contestée.
Le troisième poussa faiblement mais dans une belle attitude. Il se laissa docilement mener par la muleta qu'il suivit au petit trot mais sans brio. Perera confirma son bon moment en s'étirant généreusement dans les passes, mais ne connecta vraiment avec les gradins que lors d'un exercice d'enchaînements dans des distances spectaculairement courtes, les pieds rivés au sol. Entière. Une oreille. Le sixième poussa droit, reins et postérieurs engagés, corne basse. Par manque de force, il ne put malheureusement pas concrétiser ses bonnes dispositions car il chuta répétitivement dans la muleta. Sans le brusquer, avec beaucoup de délicatesse, sans jamais se faire toucher la muleta Perera tenta naturelles et derechazos, mais chaque fois le Zalduendo trébucha. Entière. Silence. Media plaza. Vent gênant par moment. Frédéric Pascal. Voir galerie Roland Costedoat.

TERRES TAURINES SUR TWITTER

Depuis quelques mois Terres Taurines est sur twitter dans sa version espagnole. Rejoignez-le pour recevoir, en français, des infos parfois exclusives et impressions à chaud en direct des ruedos et du campo. @Tierras Taurinas.




EXPO PERMANENTE
DE TERRES TAURINES À LAS VENTAS


Devant un public fourni et en présence de nombreux ganaderos, l'exposition consacrée au toro au campo par Terres Taurines a été inaugurée hier midi par André Viard. Installée dans la galerie du Tendido 2 elle restera accrochée durant toute la temporada. Parmi les toros exposés, entre ceux de Miura, Adolfo Martin, Prieto de la Cal, Barcial ou Cuadri, quatre ganaderías françaises sont à l'honneur : Blohorn, Margé, Scamandre et Francine Yonnet. Au fil de la saison, de nouveaux élevages seront présentés, afin de montrer la diversité des paysages et des encastes qui sont la richesse des terres taurines.


TOUTE LA TEMPORADA DU SUD-OUEST

Programme complet de sa temporada dans le Sud-Ouest. Voir programme. Voir numéros de réservations.


FERIA DE CARCASSONNE

L’association "Carcassonne Toros" a annoncé les élevages retenus pour la Féria 2013 : vendredi 30 août, corrida mixte d’Aguadulce (rejon et forcados, 2 novilleros à pied ), samedi 31 août, novillos de Cebada Gago, dimanche 1er septembre, novillos de Miura.


DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

 































imprimez cette page