Dimanche 16 septembre 2012

L'Edito

 

L'HEURE DES LISARDOS
Sans grand écho dans la presse et toréé le plus souvent par des toreros de second rang, l'encaste Lisardo Sánchez est en train de réaliser une temporada de haut niveau.
Voir édito



Actualité
NÎMES : UNE SEULE OREILLE POUR MANZANARES

Corrida de Victoriano del Rio pour Morante de la Puebla, qui toucha le mauvais lot (silence sifflets et bronca), et J.M. Manzanares, qui pincha trois faenas de trophées (salut salut et oreille). Les trois derniers sont sortis braves et enracés, court de course le quatrième, avec du genio pour le cinquième, très brave le dernier, un toro important. Le troisième n'eut que peu de fond. Les deux premiers sont sortis fades.
Le premier poussa dans une belle attitude mais sans tonus. Il confirma sa disponibilité au troisième tiers, mais avec tant de douceur qu'il en devint transparent. Menton dans la poitrine, on crut que Morante allait le transcender, mais après trois séries le soufflé retomba. Le public pardonna une fin en queue de poisson par ½ lame en s'écartant prudemment. Silence. Le troisième ne poussa pas vraiment et se défendit avec plus de nerf que de bravoure à la pique. Il arriva à la muleta, volontiers accrocheur en fin de suerte et prompt à se retourner sur le chevilles du maestro. Morante fit l'effort sur quatre séries de qualité sans parvenir à le faire rompre. Entière, qui nécessita le recours au descabello. Sifflets majoritaires. Le cinquième poussa avec hargne en passant d'un corne à l'autre, puis se centra mieux au second assaut où il poussa en ligne sans jouer de la tête. A pied, il refusa de baisser la tête tout en décochant des hachazos vrillés en passant à juridiction. Après trois séries exposées Morante tua d'un bajonazo. Bronca.
Le fade second mit les reins sans grand pouvoir. Candidement, il tomba humblement les cornes au sol, un mètre avant d'arriver à juridiction et ne les releva plus entre les passes. En dépit de la facilité affichée par son adversaire Manzanares, qui à retrouvé toutes ses sensations, réussit à créer de l'émotion. Surjouant l'immobilité, il parvint à reconstruire le différentiel entre la statique de l'homme et le dynamisme de l'animal pour donner l'impression de danger. De plus ses pechos dominateurs, comme une faena entière, libèrent le public de son stress au sortir des séries et provoquent immanquablement l'ovation. Il pincha en tentant un recibir et dut s'y reprendre à volapies puis au descabello. Salut. Le quatrième commença par glisser curieusement le long du peto puis poussa avec classe mais par vagues. Tête basse, il suivit le leurre sans mièvrerie et avec transmission, mais avec le défaut de se coucher vers l'intérieur dès la troisième passe de la série. Manzanares assura sa domination par séries courtes, aguantant sans sourciller les retours dans ses chevilles après la troisième arancada. Le toro se rendit et la faena se termina sur une série, longue celle-là, de naturelles apaisées en courant la main. Il fit l'effort de tenter par deux fois le recibir. Il ne laissa qu'une poussive demi lame qui nécessita le recours au descabello. Salut. Une fois ses appuis assurés, le sixième poussa avec force, corne gauche dans le bas du caparaçon. Très brave il y revint avec classe pour pousser en appui sur ses quatre sabots sans donner de coup de corne parasite. Le toro de combat étant un être invariant, il reproduisit la même gestuelle pour foncer dans la muleta où il donna des charges longues et claires. Il répéta avec abnégation et allégresse. Ce n'est que lors des trois dernières séries qu'il se fit moins généreux. Manzanares fit un nouvel étalage de son sens de la cadence qui, allièe à son empaque et son élégance, en font la coqueluche des foules, comment résister au charisme de ce sosie de Marlon Brando (celui de « Un tramway nommé désir ») qui combat aussi bien les toros? Une nouvelle fois la malchance s'invita à la mort. A volapies, il laissa une vilaine épée tombée et le toro s'effondra avant qui ait pu se reprendre pour un second assaut. Pétition. Oreille protestée, mais tour d'honneur chaleureux. Arène pleine. Mistral calmé, mais encore gênant par moment.
Frédéric Pascal. Voir galerie Roland Costedoat. Lors de la matinale de rejones, Mendoza et Cartagena sont sortis a hombros après avoir coupé chacun une queue. Voir galerie Roland Costedoat.

CÉRET : TRIOMPHE DE CASTAÑO ET PRIETO DE LA CAL

La ganadería de Prieto de la Cal a inversé le cours d'une temporada décevante en lidiant à Céret une corrida digne d'intérêt, bien présentée, brave, avec de la force, et un cinquième toro très encasté et puissant primé d'une vuelta après un nouveau grand tercio de piques de Tito Sandoval. Le toro le plus complet du lot fut cependant le second, auquel Javier Castaño donna une lidia parfaite, tout comme il la donna au cinquième qui en aurait débordé plus d'un en raison de son tempérament. Grâce à son temple, Castaño réduisit son adversaire et le conduisit à tout moment. Ces deux toros, curieusement, faisaient partie du lot de Zaragoza l'an passé mais avaient été écartés au dernier moment par le président. En faisait aussi partie le quatrième, au trapio imposant, sorti comme sobrero et qui fut noble. Le sixième fut également noble mais manqua de transmission. Castaño a coupé une oreille de chacun de ses adversaires et sa cuadrilla a une fois de plus fait merveille. Marc Serrano, bon lidiador, a coupé celle du quatrième et Serafin Marin a écouté le silence par deux fois. Cette corrida "de la revendication catalane" n'a toutefois pas attiré la foule habituelle à Céret, ce qui semblait malheureusement prévisible. Moins de demie arène, mais public de qualité. Voir galerie Elsa Vielzeuf
.

Juan Bautista Molas à Autol lundi
pour ses débuts en Espagne.
NOVILLADA À SOUSTONS

La novillada du Houga n'ayant pas lieu cette année, Soustons a décidé de profiter de l'été indien pour en organiser une le dimanche 30 septembre prochain à 16 heures. Au cartel, quatre novillos de Santafé Martón pour Javier Marin de Cintruenigo et Juan Bautista Molas de Dax, qui pour ses débuts en Espagne a fait grosse impression lundi à Autol (Rioja), face à une novillada de Torregrande. Entrée générale 12 euros. Gratuit pour les enfants.


JEAN-LUC LAFITTE EXPOSE À NÎMES

Jean-Luc Lafitte exposera son travail de peintre à Nîmes pour Les Vendanges à la Pena Pablo Romero, aux côtés de Sophie Laguerre qui exposera pour sa part des photos. Voir site. (Cliquer sur la guitarre).

DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.

OPUS 40 EN KIOSQUES

L'opus 40 de Terres Taurines sera en kiosques sous peu sous le titre :
Éloge de la solitude. À l’opposé de la complaisance chaleureuse de ceux qui vivent en troupeau, il faut, écrivait Nietzsche, rechercher la solitude des cimes. Cette solitude des cimes, c’est dans les profondeurs de la marisma que Paco Ojeda la chercha, et qu’il la cultive encore, trente ans après l’été 1982 au cours duquel il repoussa les limites du toreo de Belmonte. C’est là que nous l’avons rencontré. Au sommaire également, Juan Leal "À parité égale", Gabin "La caravanne passe", "Éclaircie à Hernandinos", Ivan Fandiño "Le temps retrouvé" , et la suite de la saga Cuadri : Les origines de la légende, Pepe Limeño, quand le monde était monde, Puerta Camino, consécration.... et bien sûr "la balade des egos meurtris" sur la confrontation José Tomas Juli.

GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 

























imprimez cette page