Lundi 10 septembre 2012

L'Edito

 

LA DICTATURE DE LA FÉMORALE
Dépité, on le serait à moins, par un nouvel échec dans les arènes de Dax, après celui subi à Mont de Marsan, le Juli a exorcisé sa colère en la déversant sur twitter contre "une bande de journalistes français" dont je serais l'inspirateur, lesquels auraient, selon lui, depuis l'hiver dernier mené une campagne contre lui, et manipulé le public à son encontre.
Voir édito



Actualité
ARLES : CONCOURS DÉSERT

Corrida concours digne et bien servie par les picadors et la cuadra Bonijol, mais à l'ambiance plombée par une minorité de braillards extrémistes. Le concept du concours était retenu pour eux, les encastes, Nunez, Pablo Romero, Contreras, Albaserrada, Lisardo, Cebada Gago, étaient de leurs préférés, les premiers tiers furent soignés et spectaculaires, néanmoins ils ont manifesté bruyamment leur déception à la fin du spectacle. Certes aucun toro ne s'est montré l'égal du célèbre « Clavel rojo » mais aucun n'a démérité . Dès lors, pourquoi transformer un spectacle à haute teneur éthique en échec ? Poser la question revient à s'interroger sur les limites du torisme adapté aux grandes arènes.
Le Carriquiri vint trois fois au cheval de loin. A pied il baissa de ton, suivant gentillement le leurre mais sans mettre la tête en bas. Lopez-Chaves fit le métier sans pouvoir compenser le manque de sel de son opposant. Bajonazo. Silence. Le Escolar Gil attaqua le peto de biais et tête haute, sans classe. Il ne se livra pas plus à la muleta, gardant la tête à mi-hauteur à droite et ne la baissant que très peu à gauche. Lopez-Chaves ne démérita pas, mais ne parvint pas à faire taire les « connaisseurs » qui reprochaient à l'Albaserrada de ne pas avoir le volume d'un Miura. Silence,
Le Partido de Resina poussa avec classe. Il revint au cheval deux fois de plus, de loin en mettant les reins. Accusant la fatigue, il refusa de partir du centre pour le quatrième assaut. Dans la muleta, il paya aussi le prix de ses efforts à la pique en ne soutenant qu'une petite charge lors des premières série, puis en optant pour les demi-charges en appui défensif sur les antérieurs. Castano joua de sa technique et de la persuasion de son temple pour inventer une faena mais il tua mal (atravesada). Silence. L'Adelaida Rodriguez envoya les pieds en avant plus souvent qu'il ne baissa la tête. Il poussa sans conviction ni puissance. Il fallut tout le talent de Sandoval pour le faire répéter de loin mais il finit par refuser le quatrième assaut. Probon et vite avisé, il resta réfractaire à la technique de Castano qui ne put que faire la preuve de son engagement. ¾ concluante. Salut.
Le Penajara accourut avec classe au cheval et poussa en mettant les reins, tête basse, mais il donna un peu de la corne dans le peto lors des deux assauts suivants. Au troisième tiers, il ne baissa jamais le tête et se coucha beaucoup vers l'intérieur en fin de suerte. Ivan Garcia se croisa en avançant valeureusement la muleta, sans que le Penajara ni le public ne lui en soient reconnaissant. Silence. Le Margé poussa puissamment lors de trois rencontres mais refusa la quatrième, aidé en cela par une cuadrilla et un maestro peu inspirés. Ivan Garcia poursuivit dans la même veine, complètement à la dérive, se laissant accrocher la muleta par le Margé qui se décomposa à vue d’œil. Entière portée à la sauvette. Silence et grosse dépression du matador à son retour aux planches. Prix du meilleur picador à Sandoval, prix du meilleur banderillero à Adalid, prix du meilleur torero non attribué. Petit tiers d'arène.
Frédéric Pascal.

DAX : MANZANARES A HOMBROS

Le seul toro de la corrida de Garcigrande qui se soit prêté au jeu, le troisième, permit à Manzanares de retrouver ses sensations, en offrant une faena esthétique à un toro noble et faible. Le reste ne permit pas grand chose et le public, une fois de plus s'impatienta et manifesta courtoisement sa lassitude.
J.R. Voir galerie Roland Costedoat.

JEAN-LUC LAFITTE EXPOSE À NÎMES

Jean-Luc Lafitte exposera son travail de peintre à Nîmes pour Les Vendanges à la Pena Pablo Romero, aux côtés de Sophie Laguerre qui exposera pour sa part des photos. Voir site. (Cliquer sur la guitarre).

"TOROS DE FRANCE" POUR LE PRÉSIDENT BLOHORN

Les résultats du Concours Toros de France 2012 qui mettait en compétition huit élevages français sur autant de corridas de toros ont été rendus public ce vendredi 7 août, à l'issue de la novillada d'ouverture de la Feria du Riz. Ont participé au concours : Vergèze (Yonnet), Saint-Martin de Crau (Pagès/Mailhan), Palavas (Margé), Alès (Blohorn), Vic Fezensac (La Cruz - Granier), Mauguio (Las Dos Hermanas -Laugier), Eauze (Jalabert Frères), Mimizan (Camino de Santiago - Darre). L'élevage triomphateur de l'édition 2012 est la ganaderia Blohorn, lidiée le 20 mai 2012 à Alès, qui présentera une corrida de toros pour la Feria de Pentecôte 2013 à Vic-Fezensac (32). Le meilleur toro de la compétition appartient à la ganaderia Pagès/Mailhan, lidié le 28 avril 2012 à Saint-Martin de Crau, portant le n°843 et de nom Pouderoso. Le meilleur lidiador du concours est le matador de toros Juan Del Alamo pour sa prestation à Mimizan, le 25 août 2012 face aux toros de Camino de Santiago. Tous les résultats détaillés sont consultables sur le site internet de l'AEFTC : http://www.torosdefrance.com.

DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.

OPUS 40 EN KIOSQUES

L'opus 40 de Terres Taurines sera en kiosques sous peu sous le titre :
Éloge de la solitude. À l’opposé de la complaisance chaleureuse de ceux qui vivent en troupeau, il faut, écrivait Nietzsche, rechercher la solitude des cimes. Cette solitude des cimes, c’est dans les profondeurs de la marisma que Paco Ojeda la chercha, et qu’il la cultive encore, trente ans après l’été 1982 au cours duquel il repoussa les limites du toreo de Belmonte. C’est là que nous l’avons rencontré. Au sommaire également, Juan Leal "À parité égale", Gabin "La caravanne passe", "Éclaircie à Hernandinos", Ivan Fandiño "Le temps retrouvé" , et la suite de la saga Cuadri : Les origines de la légende, Pepe Limeño, quand le monde était monde, Puerta Camino, consécration.... et bien sûr "la balade des egos meurtris" sur la confrontation José Tomas Juli.

GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 

























imprimez cette page