Lundi 19 septembre 2011

L'Edito

 

AGRESSION
En marge du triomphe de José Tomás qui avait rempli l'amphithéâtre nîmois, les anti taurins ont une fois de plus manifesté leur haine et provoqué des débordements qui occasionneront le dépôt de diverses plaintes.
Voir édito.

Actualité

NÎMES : PORTE DES CONSULS POUR JOSÉ TOMAS

Toros de Jandilla (1,2, 4, 5 et 6), de Parlade (1bis et 2bis) et Vagahermosa (3). Ce n'est pas moins de huit toros qui son sortis en piste pour cette matinale. La course ne prit son rythme qu'après l'élimination de trois inutiles. A savoir, le premier qui roula au sol dès avant les piques, son remplaçant qui ne chargea pas et le titulaire second qui se cassa une corne, net par son milieu, au sortir d'un capotazos. Après ce triste prélude tous sont sortis braves avec plus ou moins de moteur. Beaucoup pour le premier de José Tomas et le dernier, suffisamment pour le premier de Conde, moins pour son second qui demandait un peu plus de présence pour répéter et encore moins pour le fade dernier qui, de plus, garda le tête à mi-hauteur. Thomas Duffau: silence et deux oreilles. Conde: silence aux deux. José Tomas: deux oreilles et oreille après deux avis.
Thomas Duffau qui confirmait l'alternative fut propre avec le premier et réalisa au dernier, le plus propice de la matinée (vuelta posthume) sa meilleure prestation de l'année. Il sut hisser son niveau de toreo à la hauteur de l'évènement; De plus il connecta fortement avec le public en acceptant que ses adversaires lui passent très près de fémorales.
Si Javier Conde n'avait pas tué en s'échappant comme un spadassin, il aurait coupé l'oreille de son premier, auquel il livra une faena très marquée par sa personnalité, mais bien structurée et complète Au second, il ne fit l'effort que sur trois derechazos liés, au milieu d'une valse hésitation où il prit prétexte des atermoiement de son adversaire pour ne pas donner une passe.
José Tomas a enfin coupé trois oreille en une corrida. Elles ont été parfaitement justifiées et, visiblement, elles lui ont réchauffé le coeur. Il a rarement été aussi souriant lors d'un tour de piste. Son premier fut exigeant et, de plus, doté d'un moteur qui lui conféra une mobilité gênante. A ces problèmes, José Tomas opposa un geste si pur et juste, que force fut pour son opposant de s'y soumettre. Comme s'il y était contraint par une sorte de justice divine. A ce propos, pour approfondir la métaphore évangélique, avancée dans un récent édito par Andre Viard, et selon laquelle, après sa résurrection Tomas aurait décidé de remonter sur la croix, je dirai qu'il donne effectivement l'impression de flotter entre deux états: mi-dieu, mi-humain. A contrario de Christ, qui a définitivement quitté ce monde, en montant miraculeusement au ciel quarante jours après sa mort, lui est toujours parmi nous. Avant il cherchait l'immolation et son toreo pesait le poids d'une enclume. Après l'avoir trouvée, il nous revient soulagé du poids de cette obsession, comme libéré de la problématique de la mort. Il continue de philosopher en toréant, mais à un autre niveau, plus détaché, aérien, léger. Telle à été l'impression laissé par sa faena. A prouesse tauromachique égale, il la réalise désormais dans le plus total détachement, non seulement matériel, mais aussi philosophique. C'est d'ailleurs cette dimension qui sauva de l'ennui le combat du fade cinquième. Arène pleine. Pluie intermittente. Frédéric Pascal. Voir reportage Roland Costedoat.

NÎMES : DAVID MORA ET ALBERTO AGUILAR A HOMBROS

Fuente Ymbro a livré une corrida brave, puissante et maniable Le ganadero à été appelé pour saluer en piste à la fin de la course. Tous ses pupilles ont collaboré tête basse, sauf le lot de Tejela, dont le premier humilia mais aussi crocheta par le bas et son second, qui garda la tête à mi-hauteur. David Mora: Une oreille à chacun. Matias Tejela: silence aux deux. Alberto Aguilar: oreille aux deux.
David Mora, qui confirmait l'alternative, continue sa marche ascendante. Geste ample et attentif à respecter le tempo de ses adversaires, il réalisa deux faenas classiques, profondes et rythmées, émaillées de détails artistiques. Il tua chaque fois en deux voyages. S'il n'avait pas pinché il aurait pu couper au moins une oreille de plus.
Mal servi au sorteo, Matias Tejela ne démérita pas face à un incommode et un bronco, qui ne baissa pas la tête.
Dans son style, plus chaleureux que reposé, Alberto Aguilar confirma que si ses adversaires bougent, même mal, il est l'homme de la situation. Il mit du temps à trouver le rythme du dernier mais termina fort par trois séries de droitières liées, très émouvantes. A la mort, il bascula deux entières efficaces.
Demi arène. Pendant la course un manifestation d'anti-corridas tenta de profaner la statue de Nimeno. Selon les échos qui parvinrent dans l'amphithéâtre la police les en aurait empêchés. Frédéric Pascal.

CLÔTURE DE TEMPORADA À AIRE ?

Le 23 octobre, la Junta des Peñas Aturines qui accueille les clubs Taurins Paul Ricard, pour leur journée annuelle, a décidé d'organiser une corrida. Au programe, six toros de Hubert Yonnet pour Javier Castaño, Mehdi Savalli et Manuel Escribano.
.

LES INDIGNÉS PARLENT AUX INDIGNÉS

Toujours des idées, bonnes ou moins pertinentes, que nous livrons telles que nous les recevons :
"À Nîmes, avec les mêmes cartels qu'à Dax, et les mêmes ganaderias, on a assisté à des triomphes presque quotidiens, sauf avec Victoriano del Rio qui a gâché le mano a mano. Les toros n'étaient guère mieux présentés, mais le public ne s'en est pas soucié outre mesure. Ne cède-t-on pas à Dax à la sinistrose ? À force de considérer la corrida comme un spectacle dont on attend un résultat obligatoire, ne prend-on pas le risque de la dénaturer, en obligeant les organisateurs à baisser leurs exigences pour faciliter le travail des toreros ? "


FERIA DE NÎMES

Jeudi 15 septembre toros de Miura 
pour Angel de la Rosa
, Juan José Padilla
 et Javier Castaño qui confirmera son alternative. Vendredi 16 à 
11h30 novillos de Dos Hermanas
 pour Mathieu Guillon
, Thomas Cerqueira et Fabio Castañeda. À 17h30 toros de Zalduendo
 pour El Juli
, Alejandro Talavante
 et Daniel Luque. Samedi 17 septembre à 
11h30 toros de Fermin Bohorquez pour Pablo Hermoso de Mendoza
, Leonardo
 et Manuel Manzanares. À 17h00 toros de Victoriano del Rio pour
 Juan Bautista
 et Sébastien Castella mano a mano. Dimanche 18 à 
11h30 toros de Jandilla
 pour Javier Conde
, José Tomás
 et Thomas Dufau qui confirmera l’alternative. À 17h00 toros de Fuente Ymbro 
pour Matias Tejela
, Alberto Aguilar
 et David Mora qui confirmera l’alternative.

TOUTES LES GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 









imprimez cette page