bayonne
riz arles
madeleine
dax
 
 

LES TOROS À L'UNESCO




Pio Garcia Escudero, porte-parole du Partido Popular au sénat espagnol, demandera mercredi en séance pléniaire que le gouvernement entame les modalités d'inscription de la tauromachie au patrimoine mondial de l'UNESCO.

L'argumentation du Partido Popular consistera à démontrer l'existence d'une culture taurine déjà reconnue dans les textes fondamentaux espagnols : la Constitution bien sûr, trois lois nationales et une convention internationale.

La Constitution de 1978 affirme notamment dans son préambule qu'il est de la volonté de la "Nation espagnole de protéger tous les espagnols et tous les peuples d'Espagne dans l'exercice des droits de l'homme, dans leurs cultures et leurs traditions, dans leurs lois et leurs institutions."

La motion présentée par le PP rappelle donc que la relation entre l'homme et le toro date de milliers d'années en Espagne (en France aussi bien sûr), et que celle-ci est basée sur la perception du toro comme symbole de force, de courage et de fécondité qui a donné naissance depuis des temps immémoriaux à des jeux, des encierros et des rites, à des coutumes popualires et à des traditions qui se sont perpétuées jusqu'à nos jours et qui continuent de se célébrer dans des milliers de villes et villages où ils sont une partie essentielle de leurs fêtes patronales.

Partant de ce constat, le PP rappelle que la loi d'avril 1991 sur le transfert des compétences administratives sur les spectacles taurins précise que “l'administration de l'État pourra adopter les mesures destinées à favoriser et protéger les activités concernées par cette loi, conforméent à la tradition et à la permamence culturelle de la Fête taurine."

Enfin, après divers autres arguments, le PP précise dans sa motion que la Fête taurine répond point par point aux critères de l'UNESCO qui stipule que le patrimoine inmatériel est celui qui - outre qu'il se transmet de génération en génération - est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de son environnement, de son interaction avec la nature et de son histoire, leur conférant ainsi un sentiment d'identité et contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.

Pour avoir échangé avec lui ce soir, il est évident que le porte-parole du PP qui sera le rapporteur de la motion ne croit pas beaucoup dans les chances de celle-ci, en raison de l'hostilité déclarée du chef du gouvernement et donc de la majorité qui le soutient. Nous n'y croyons pas davantage, mais l'initiative a surtout pour but de prendre date afin d'initier une procédure qui tôt ou tard aboutira.

André Viard