bayonne
riz arles
dax
 
 
Lundi 13 septembre 2010

L'Edito

 

LA MEILLEURE DÉFENSE

La meilleure défense est bien sûr l'attaque, et en matière de tauromachie rien ne vaut un bon spectacle pour légitimer la passion de ceux qui communient dans cette culture, tout en éloignant la haine de ceux qui souhaitent sa disparition.

Voir édito.
morante

Actualité

DAX : MORANTE, JULI, CID ET VICTORIANO DEL RIO A HOMBROS

Autant la veille nous avions touché le fond, avec un lot sans race et des toreros désabusés, autant lors de la corrida de clôture de la temporada dacquoise nous avons tutoyé les sommets, grâce à un excellent lot de Victoriano del Rio et à trois toreros désireux, chacun dans leur registre, de donner à leur public ce qu'il attend d'eux : du Juli, un magistère époustouflant qui lui permet, en anticipant, de se rendre maître de toutes les trajectoires sans jamais les brusquer, du Cid sa capacité à toréer avec l'envol du leurre, de Morante cette plongée déroutante dans le somptueux et le barroque. Tout ceci fut donc offert hier, et aucun des trophées coupés (trois oreilles et une queue pour le Juli, trois pour le Cid et deux pour Morante) ne fut usurpé. À la limite, on aurait pu éviter d'octroyer la vuelta au premier adversaire du Juli qui, s'il fut noble et boyante, manqua parfois de fond, ce que masqua parfaitement le torero. Celle octroyée au premier du Cid, en revanche, est parfaitement méritée, tant la bravoure de ce grand toro de la lignée Lisardo fut constante, vive, parfois génante et dura jusqu'au bout. L'autre toro qui se fit couper les oreilles, le quatrième, fut un remplaçant pataud et lourdaud qui tarda à se livrer dans le capote de Morante, avant de le faire à moitié en cours de faena. Le mérite du torero fut de ne jamais cesser d'y croire, de se placer constamment au plus prés et d'exposer l'air de rien ses fémorales à la pointe des cornes. Surgirent alors quelques purs joyaux que le public dacquois dégusta. L'attente avait été un peu longue (trois toros en blanc dans la saison), mais elle fut couronnée par une osmose profonde qui permet de penser que Morante a signé un bail de longue durée. Le reste de la corrida ne fut pas à la hauteur de ces trois grands moments, mais en tuant à la première le Juli aurait aussi coupé les deux oreilles du cinquième, tandis que pour l'avoir fait le Cid arracha celle du dernier qui fut aussi le moins intéressant avec le premier qui se réfugia très vite aux planches. Parfait jusqu'au bout dans son rôle de patron que personne ne lui conteste, le Juli, au moment où les trois toreros allaient sortir a hombros, appela le mayoral pour qu'il se joigne à eux, tout le monde sortant par la Grande Porte direction le Parc Théodore Denis sous les acclamations du public conquis.
André Viard. Voir galerie.

ARLES : MARGÉ REMPORTE LA CORRIDA CONCOURS FRANCAISE

La première réussite de cette corrida concours « Toros de France » a été de garnir copieusement (2/3) les gradins. La seconde a été son très bon niveau de bravoure, qui n'a pas été valorisé à sa juste valeur par « son » public qui en a conspué le palmarès. Les connaisseurs locaux ayant manifestement préféré le toro de Tardieu, qui était allé de mas à menos, au lauréat, le toro de Margé qui était allé de menos à mas. Personnellement je préfère celui qui ne promet rien mais donne tout à celui qui promet tout et ne donne rien. Pour la foule c'est le contraire, elle plébiscite les démagogues, même quand il faut choisir un toro bravo. Hay gente para todo. Padilla: salut et ovation. Israel Telles:silence et oreille. Mehdi Savalli, silence aux deux.
Le premier, de Tardieu poussa droit tête dans l'axe des vertèbres en trois rencontres rechargées de loin avec allégresse. Au troisième tiers, il fit un combat de toro réfléchi, très sérieux, difficile à conduire, car, après trois piques et un tercio de banderilles mené par les maestros, il faut beaucoup de bravoure pour avoir le courage de se livrer encore, le tardieu n'en avait pas assez pour passer le cap des banderilles. En allant audacieusement chercher en avant l'oeil contraire, Padilla lui arracha les vingt passes qu'il était disposé à offrir. Entière. Salut
Le second, de Gallon, poussa droit, en profondeur, avec beaucoup de classe, mais il fléchit des antérieurs dès sa sortie de la deuxième rencontre puis répétitivement pendant la faena. Dans la muleta, il se livra tête basse avec générosité, mais n'eut pas les moyens physiques à hauteur de son moral. Telles essaya de s'étirer avec lui sans pouvoir éviter qu'il chute. Entière Silence.
Le troisième, de Christophe Yonnet, prit la première pique avec un certain style, mais se défendit de la tête lors des deux suivantes. De même, dans la lidia, il commença bien et finit mal. Il donna une douzaine de belles charges puis coupa court son effort, se réserva et se défendit sur place. Main en avant et dans le bon tempo, Savalli profita des bonnes charges en trois séries allurées, puis dut ruser pour faire du cadre. Pinchazo. Lame tombée. Silence.
Le lourd quatrième, de l'Astarac, répéta trois fois au picador en venant allègrement. Dès le premier contact, il propulsa le cheval au sol, puis poussa par a coup. A pied, il se laissa facilement tromper, mais perdit vite tout allant. Padilla s'employa à le solliciter sans pouvoir obtenir la moindre réaction. ¾ de lame. 2 descabellos. Ovation.
Le Margé sortit comme un toro corralero, sans remater et mettant les hommes à l'épreuve. Il prit trois piques en ne s'élançant que de près, en allant nettement a mas, mais en sortant mesquinement seul des deux premières rencontres, ce que le public ne lui pardonna pas. Il ne révéla toutes ses qualités qu'à la muleta où il répéta avec générosité, naseaux au raz du sable. Pendant toute la faena il fit copieusement étalage d'une bravoure franche et sans aspérité. Comme tous les grands toros, il demandait beaucoup de finesse dans le placement pour donner le meilleur de lui même. Telles s'avéra trop vert pour lui offrir cette éventualité. Il ne démérita pas mais resta très en dessous des potentialités du margé. Il assura en tuant d'un grand volapie. Une oreille.
Le sixième, de Piedras Rojas fut brillant au cheval. Il s'employa au premier assaut, vint de loin pour le second et poussa fort au troisième. Il fit encore illusion aux banderilles, puis changea du tout au tout en arrivant à la muleta complétement éteint et pesant sur l'homme des deux cotés. Il laissa Savalli sans option. Deux pinchaszos suivi de descabello. Silence
Les trois maestros alternèrent plaisamment aux banderilles. Palmarès: Meilleur lidiador: non attribué. Meilleur toro: Margé. Meilleur picador: Gabin Rehabi, qui piqua le Margé. Coup de coeur à la cuadra Bonijol.
Frédéric Pascal. Voir galerie Amandine Segot.

ARLES : BONNE NOVILLADA DE PALLA

Grande novillada de Antonio Palla, mal exploitée en dépit de ses qualités foncières de bravoure et mobilité. A part le premier, qui collabora moins, tous ont suavement pris la muleta en faisant avec leurs cornes la figure de l'avion qui vire sur l'aille. Le premier était de une oreille et les cinq suivants offraient leurs deux oreilles à couper. Ils sont pourtant repartis avec leurs tous leurs pavillons vers l'arrastre en raison des lacunes affichées par les novilleros. Seul Tomasito, qui, s'il avait bien tué, aurait pu couper l'oreille de son premier, peu invoquer les circonstances atténuantes. Alejandre Enriquez: salut et silence. Thomas Joubert: vuelta et salut. Diego Silvetti: salut et silence.
Le premier poussa fort et droit et , en puissance, bascula le cheval au sol lors du deuxième assaut. A pied il chargea tête basse, sans niaiserie, sanctionnant durement les fautes de temple, mais sortant loin dans le passe en cas de bonne synchronisation. Faute de lui avancer la muleta Enriquez ne parvint pas à le canaliser. Il tua bien. Salut. Une fois ses appuis assurés le faible quatrième mit généreusement les reins sous le fer. Il suivit avec classe toutes les indications de la muleta, mais n'eut pas les moyens physiques de ses ambitions. Enriquez soigna quelques détails sans pouvoir compenser par son talent la faiblesse de son partenaire. Silence.
Le second perdit le sabot de son antérieur gauche et fut remplacé par un novillo du même élevage qui poussa de tous ses muscles dans le peto. Il se grandit encore sous la seconde. Mufle au raz du sol, il chargea à vitesse constante, prenant le leurre en planant. Muleta en avant, geste ample et dans le bon tempo, Tomasito le toréea parfaitement du coté droit, mais fut moins à l'aise à gauche. Il tua sans brio et perdit le bénéfice de l'oreille avec le descabello. Arrastre applaudie. Vuelta au torero. Le cinquième se positionna tête basse deux mètres avant d'arriver à juridiction. Il poussa de biais puis en appui sur ses quatre sabots, c'est à dire dans l'attitude de l'animal qui va donner des charges franches et longues. De plus, à la muleta, il découvrit la nuque pour charger chanfrein parallèle au sol ce qui rend aveugle à tout ce qui bouge à plus de 20 cm de hauteur. Au toisième tiers, il tint toutes ses promesses mais, curieusement, Tomasito resta à la marge, comme incapable de s'immerger dans son projet. Salut. Le troisième s'endormit sous le peto, mais, à pied, fit l'avion sur de longues courses données tête basse. Diego Silvetti fit montre d'une forte personnalité mais ne parvint pas à se hisser à sa hauteur. Il tua mal. Salut. Brave au cheval le dernier prit suavement la muleta sans relever la tête entre les suertes. A droite, il collabora aussi, tout en demandant un peu plus de rigueur. Les approximations de Silvetti ne favorisèrent pas le succès. Silence. Quart d'arène.
Frédéric Pascal. Voir galerie Amandine Segot.

FESTIVAL À RODILHAN

Pour ses 10 ans de festival le Club Taurin TOROS Y CARIDAD propose à RODILHAN, le 23 octobre 5 novillos (3 en NSP 2 en piquée) pour les 5 derniers vainqueurs de Graines de Toreros (entrée 12€), le 24 octobre, en matinée PUCES TAURINES, repas le midi, l'après midi festival avec Chinito (Ferney), Patrick Varin (Riboulet), Marc Serrano (Fernay), Julien Miletto, Jonathan Veyrunes (Gallon), Mateo Julian (Jalabert). Journée complète 30 € (possible de ne retenir qu'une prestation : voir sur place)
.

FIESTA CAMPERA À AIGREMEMONT, GANADERIA LA SARDANA

Dimanche 2 octobre aura lieu une fiesta campera à la ganaderia La Sardana. Au programme : 11 heures marquage des veaux, 13 heures paella, 16 heures 2 novillos pour 2 élèves des écoles taurines Béziers et Arles. Prix de la journée 15€. Places limitées-Réservation Tel : 06 85 64 16 82

LA FÊTE À SAN GILLEN

Samedi 23 octobre, à l'occasion des 30 ans de ruedo d'El San Gilien aura lieu une fiesta campera à la ganadéria Granier à Saint Martin de Crau. Au programme : 10 heures, 3 vaches en tienta pour les élèves de l'école taurine de Béziers ; 11 heures 30 un toro en acoso y derribo toréé à campo abierto, repas, 15 heures 30, 5 toros de la ganadérîa de La Cruz (ganadéria des frères Granier) pour El San Gilîen - Ricardo Torres - Medhî Savallî - Dorien - Juan Ortega. 30 euros la journée (Réservation 0665667988) Avec la participation des clubs taurins Paul Ricard et Sieur D'Arques de Limoux, animation Flamenca.

FERIA DE DAX

Retrouvez toutes les images de la feria dacquoise sur les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS

De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 


terres taurines
terres taurines buendia
terres taurines
terres taurines
terres taurines))


terres taurines
terres taurines buendia


imprimez cette page