beziers
Arles
Samedi 19 septembre 2009

L'Edito

La photo

GRANDES MANOEUVRES

La temporada n'est pas encore terminée mais déjà les forces du mundillo se mettent en branle pour préparer la prochaine. La crise est là, et chacun recherche déjà les meilleures solutions. Voir édito.

Actualité

PARTE FACULTATIVO

Le métier de journaliste n'est pas une sinécure : à force de me faire traiter de tous les noms d'oiseaux j'ai attrapé la grippe aviaire... Dos dias fuera de combate, y al toro !

NÎMES : TRIOMPHE DU JULI

A part le lot de Roman Perez, la corrida de Garcigrande  est sortie âpre, violente et imprévisible. Comme à Salamanca, la veille, où elle a blessé deux banderilleros, c'est le puntillero de El Juli qu'elle a envoyé à l'infirmerie, lors de la lidia du manso quatrième. Avec un peu plus de constance et d'alegria le premier aurait pu être un grand toro. Le second fut une peste, maîtrisée par un très grand maestro. Le troisième finit par se coucher seul. Le manso quatrième demandait du doigté. Le cinquième se réfugia dans la défensive. Le bronco dernier s'est laissé. El Juli deux oreilles et oreille. Castella: silence aux deux. Roman Perez, qui confirmait l'alternative, une oreille et silence.
Le second, premier du Juli, sortit retors et inconstant dans les capes. En appui sur les antérieurs il tenta de soulever le cheval sans pousser. Peu piqué il arriva entier à la muleta, qu'il aborda avec brutalité. Réticent à se laisser capter dans les plis du leurre, il commença avec un sec crochet réprobateur, si la suerte ne finissait pas par le bas. Juli réduisit ce défaut , régla le port de tête, puis capta admirablement la charge par des cites très avancés. Il conduisit fermement les trajectoires sur toute leur longueur en dépit des velléités du gracigrande pour rendre ces dernières accidentées. Sûr de lui et au zénith de son art, il assura progressivement sa domination avant de donner une leçon de virtuosité dans les enchaînements improvisés, le remates au raz des cornes et le circulaires accumulées dans un pouce de terrain. Estoconazo. Deux oreilles de poids. Le quatrième fut un manso qui chercha à fuir pendant tout le premier tiers. Sous la pluie, dans des conditions périlleuse pour cause d'un terrain rendu glissant, il blessa Emilio Fernandez, qui tentait de s'interposer sur le chemin du picador de réserve.  Violent et imprévisible, il accula les lidiadores à la faute, jusqu'à ce que Juli entre en piste et ramène l'ordre. Alors, il prit goût à la muleta et la suivit avec fougue. Juli se hissa une nouvelle fois jusqu'aux sommets. Avec ce partenaire docile mais fantasque, il improvisa sans cesse, retenant le bras quand le toro cherchait à fuir, allongeant le geste quant il menaçait de s'arrêter, levant la main pour le relancer, la baissant pour le retenir. Du sur mesure, brodé sur le modèle ! Il conclut par un numéro d'encimismo où chaque muletazo surgit comme une fleur tendue. Après un grand volapie, le public, engourdi par la pluie, ne demanda qu'une oreille, mais avec du soleil, sur qu'ils en auraient exigé deux.
Sebastien Castella a touché un lot impossible. Sous le fer, son premier protesta rageusement et sans ordre.. Epargné au cheval, sur intervention du maestro, il vint de loin et à grande vitesse sur les premier cites. Alors que rien ne le laissait prévoir, il s'épuisa dans l'exercice, au point de se coucher de lui même devant son matador. Relevé, il ne donna que quelques ½ charges avant de se recoucher. Castella canalisa avec aisance les premières arancadas, puis dut abréger. Il tua d'une entière. Silence. Le léger cinquième poussa de biais, reins et postérieurs légèrement engagés. Déjà à la limite de l'acceptable au cheval, il régressa et aborda le troisième tiers sans vouloir baisser la tête et en appui défensif sur les antérieurs. Il n'avança qu'au pas et ne se livra pas. Alors que sa charge très changeante prédisposait aux enganchones, Castella réussit la prouesse de ne pas se laisser toucher la muleta. Il tua d'une entière fulgurante. Silence.
Le toro de la confirmation d'alternative engagea les reins tête basse dans le peto, puis, une fois ses appuis assurés poussa  droit mais sans constance. Avec plus de constance il aurait été, par ses seules qualités, un toro de deux oreilles. En l'état, il demanda un surplus de créativité de la part de son matador pour laisser deux trophées. Il suivit docilement la muleta sans coup de corne parasite; mais  aussi sans cette pointe de sauvagerie qui amène la vibration. Roman Perez réussit une belle faena de professionnel, un peu chiche en émotion. Entière. Une oreille.  Le dernier mit violemment  les reins lors de sa bagarre contre le picador. Il garda ce coup de rein dans la muleta, ce qui lui conféra une charge brusque mais facilement exploitable du coté droit; un peu plus hésitante à gauche. La faena, habile et principalement droitière de Roman Perez ne trouva que peu d'écho dans le public. Entière. Silence. Averses à partir du quatrième. Cuvette pleine, amphis moitié vides.
Frédéric Pascal. Voir reportage Roland Costedoat.

MATINALE DE NÎMES : THOMAS DUFAU A HOMBROS

Thomas Dufau est sorti a hombros des arènes de Nîmes après s'être vu remettre les deux oreilles du meilleur novillo d'un lot de La Quinta gloablement compliqué. Resena à suivre. Voir reportage Roland Costedoat.

NÎMES JEUDI : ANNIVERSAIRE

Corrida de Yonnet, sans relief ni danger spectaculaire, mais incommode par manque de « recorido » (course) au troisième tiers. Le pire est sorti en troisième. Sauf le maniable premier, tous se sont éteint pendant ou après la pique et se sont défendus plus ou moins statiquement à la muleta. Padilla: salut et silence. Barrera: salut et silence. Savalli: ovation et pétition.
Le premier engagea les reins par à coup, mais resta mou sous le fer. Cette caractéristique se retrouva à pied où il rechigna à répéter. Ce n'est que sollicité très en avant, qu'il accepta de foncer Encore qu'il ne le fit qu'en dilétante, sans présenter de danger, mais aussi avec un manque de combativité peu habituelle dans cet élevage. Grâce à ses bons fondamentaux, Padilla en tira tout le parti possible et sa gouaille pimenta opportunément le combat. Il tua très bien. Il aurait mérité que le public demande l'oreille. Salut. En force, le volumineux quatrième obtint une chute, puis s'employa avec classe, mais sans fougue. Il baissa humblement la tête dans la muleta mais, lourd et lent à s'élancer, il s'avéra difficile à contrôler. Il ne répéta jamais et finit par s'aviser. Padilla le crut à sa portée, il l'aborda genoux en terre, mais, par la suite, commit quelques maladresses dont le yonnet tira leçon. Une mise à mort cafouillée acheva de gâcher le tableau. Silence. Il banderilla spectaculairement
Long à se décider au cheval, le second poussa de biais tête basse puis, quand il eut assuré ses appuis dans une fugitive belle attitude. Ce fut tout, car il ne confirma pas et s'éteignit rapidement. Il baissa volontiers les cornes vers la muleta mais sans se livrer en avançant au pas et relevant la tête sans sortir de la suerte. Belluaire chevronné,  Antonio Barrera lui offrit toutes les chances de s'amender. En vain. Pinchazo. Entière. Salut. La sauvagerie initiale du cinquième se révéla soluble dans le peto, où il se montra quelconque pied il donna 4 trajectoires de qualité sur les doblones  del'entame, puis coupa ses courses à mi passe. Barrera se retrouva sans options. 3/4. Descabellos. Silence.
Pates en avant le troisième crocheta des deux cornes dans les capes. Il tenta de soulever le groupe équestre sans pousser, ce qui est précurseur d'une propension aux appuis défensifs sur les antérieurs, donc de charges sans course. Cette attente ne fut pas déçue. Au troisième tiers, il resta statique n'allongeant que le cou pour tenter de saisir l'homme. Savalli fut digne et tua bien. Ovation. Le dernier poussa par à coups, reins engagés et tête basse. Il attaqua la muleta de la même manière, plongeant volontiers la tête vers le bas, mais se laissa vite attirer par les planches. Il confirma son manque de fond en ne finissant jamais ses actions et en ne donnant que des trajectoires courtes et molles. Très présent dans la lidia et banderillero athlétique, Savalli confirma son excellente forme de fin de saison. Il ne le douta pas une seule fois et lui extirpa des passes de qualité. Notamment lors de la série de naturelles qu'il lia juste avant de subir une fâcheuse voltereta. Victime d'un puntazo, il revint pour laisser une demi lame qui nécessita le recours au descabello. Il rejoignit l'infirmerie sous une pétition minoritaire. Petit tiers d'arène. Public attentif et mesuré dans ses réactions.
Frédéric Pascal.

DANS LES RUEDOS HIER

A Murcia, José Tomas a reçu une forte voltereta et coupé deux oreilles. Aparicio a lui aussi reçu une vooltereta et souffre d'un puntazo sans gravité. Matias Tejela a coupé deux fois une oreille. La corrida était du Marquis de Domecq. A Salamanca, face aux deux meilleurs toros de la corrida du Puerto de San Lorenzo, Juan Antonio Siro qui prenait l'alternative en remplacement du Cid a coupé quatre oreilles. Perera en a coupé une qui a été protestée.

FERIAS DES VENDANGES DE NÎMES

La feria des Vendanges aura lieu à Nîmes du 17 au 20 septembre. Jeudi 17 toros de Yonnet pour Antonio Barrera, Salvador Vega et Mehdi Savalli. Vendredi 18 au matin, novillos de La Quinta pour Pablo Lechuga, Angelino de Arriaga et Thomas Duffau. Vendredi 18 toros de Garcigrande pour El Juli, Sebastián Castella et Miguel Tenderoqui confirmera l'alternative. Samedi 19 au matin, toros de Juan Pedro Domecq pour Luis Francisco Esplá, Enrique Ponce et Julio Aparicio. Samedi 19 toros d'El Pilar pour Matías Tejela, Alejandro Talavante et Rubén Pinar. Dimanche 20 au matin toros de Victoriano del Río pour Morante de la Puebla et Sebastián Castella, mano a mano. Dimanche 20 toros de Valdefresno pour Juan Bautista, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81.

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 











imprimez cette page