beziers
Arles
Lundi 14 septembre 2009

L'Edito

La photo

L'ADIEU D'UN GRAND

La journée Victorino Martin organisée hier à Dax connut son grand moment d'émotion quand l'admirable Didier Goeytes - l'Antonio Ordonez de la course landaise - fit ses adieux au public coursaïre face à une vache de cinq ans cornes nues. Voir édito.

Actualité

DAX : GRANDE CORRIDA DE VICTORINO

Quand viendra l'heure pour les différents jurys de l'aficion de primer les meilleurs lots de la saison, la corrida de Victorino devra venir en bonne place aux côtés, notamment, du lot de Fidel San Roman lidié à Vic, de celui de Ana Romero de Bayonne ou de celui du Pilar à Dax en août. Car ce lot, entre d'autres mains, aurait sans doute donné lieu à une de ces "corridas du siècle" dont les tertulias se repaissent des années durant, rappelant combien cinq des toros sur six ont humilié de la meilleure des manières et offert à leurs toreros une magnifique occasion de montrer qu'ils étaient dignes de l'opportunité qui leur était offerte. Cette appréciation ne s'applique bien sûr pas au Fundi dont les états de service sont suffisamment éloquents pour que l'on se permette de préciser qu'il ne fut hier que l'ombre de lui-même et que sans ses ennuis de santé il n'aurait fait qu'une bouchée de ses deux adversaires. Ce n'est pas que le public se soit montré froid vis-à-vis de lui comme il le disait dans le callejon... c'est tout simplement que ce public généreux entend tout de même qu'on lui offre le minimum.
Alberto Aguilar, malgré son toreo pueblerino et heurté fut à deux doigts de toucher le gros lot au terme de deux faenas notablement insuffisantes au regard de l'opposition offerte par le meilleur lot (le second fut primé d'une vuelta), mais il pincha, ce qui évita de maquiller en triomphe ce qui ne fut qu'une piètre performance loin du niveau requis pour figurer dans les ferias. Il relève certes de blessure et l'aventure humaine de ce torero est admirable, mais la réalité est ce qu'elle est. Et hier, à la vitesse des deux toros de Victorino qui lui furent offerts et qui embistaient en rafale, il fut malheureusement dépassé.
David Mora le fut aussi d'une autre manière, face au troisième surtout, le plus facile pour le torero dont il ne tira qu'une poignée de muletazos mièvres. Face au dernier, moins évident sans être impossible, il fut distant.
Cherchez l'erreur, dira-t-on.... La première est qu'il faut demander à Victorino de cesser de recommander des toreros bon marché soit-disant très bons pour toréer ses toros. Et la seconde est qu'il faut savoir dépasser ses propres goûts pour éviter de tomber dans le travers de cartels trop aléatoires au prétexte de faire découvrir au public de nouveaux toreros : si Alberto Aguilar et David Mora doivent un jour être des toreros de ferias - ce qu'on leur souhaite mais qui n'est pas encore le cas - ce n'est pas de Dax que la dynamique partira. Alors, en attendant, pour contenter ce merveilleux public qui ne demandait qu'à s'enflammer, que l'on programme des professionnels responsables capables de faire le métier. Sur la liste d'attente de l'empresa, les trois remplaçants prévus - Padilla en tête - présentaient plus de garantie que les titulaires.
André Viard. Voir reportage.

ARLES : MENDOZA ET VENTURA A HOMBROS

Hermoso de Mendoza a coupé trois oreilles lors de la corrida de rejones matinale qui a vu également Ventura en couper trois plus une queue. La corrida du Capea fut un peu sosa à l'exception de l'excellent premier face auquel Moura fut bien... mais pincha. Voir reportage.

ARLES : TROIS OREILLES POUR ROMAN PEREZ

Sauf l'impossible second de Castella, la corrida de Valdefresno est sortie maniable, mais les deux de  Juan Bautista (ovation aux deux) et le premier de Castella (une oreille et silence) posèrent problème à cause  de leur manque de force. Perez (une oreille et deux oreilles) toucha le lot de la journée.
Le premier de Juan Bautista, planta sa corne gauche au bas de peto et, de la pointe de celle-ci, poussa le cheval jusqu'aux planches. Le matador ordonna qu'on l'épargne au second assaut, qui ne fut que symbolique. Malgré ce, il fléchit des antérieurs à plusieurs reprises. D'où l'obligation de le toréer à mi hauteur, ce qui coupe la charge et entrave le chemin de la domination. Après avoir livré bataille à droite sans trouver de soutien dans le public, Juan Bautista signa une excellente série de naturelles qui réveilla le conclave. Il ne put poursuivre dans cette voie  car la réserve de force de son adversaire était épuisé. ½ lame, descabello. Ovation. Accueilli par des véroniques à genoux, son second engagea les reins dans le peto. Tête basse, il vint franchement sur les premiers derechazos. Hélas ses forces le trahirent dès le premier pecho où il s'affala au sol. L'incident se reproduisit au moment des naturelles qui suivirent. Dès lors Juan Bautista dut jouer les infirmiers. Ovation après une mise à mort propre.
Castella rencontra avec son bravito premier les mêmes difficultés que Juan Bautista. Soumis par le bas, le Valdefresno tomba et laissé libre par le haut il protesta et ne se livra pas. Pris dans l'étau de ces exigences contradictoires, Castella chercha un improbable compromis. Il le trouva en se cantonnant aux séries courtes, car au de là du troisième muletazo, le toro trébuchait.  En finale il se rabattit sur les distances courtes, pour un discret numéro de virtuose, qui souleva l'enthousiasme. Une entière libéra une forte pétition de deux oreilles, à laquelle le président sut résister. Une oreille. Son second se comporta en brave au cheval et se révéla incommode à pied. Il hésita entre charger brutalement en sautillant, ou passer au pas avec la tête à mi hauteur. Castella l'attaqua par le bas, puis reprit pertinemment du terrain entre les cites, à la recherche de la distance propre à adoucir les arancadas. Hélas celles-ci  restèrent violentes et heurtées. Castella batailla longuement, dans le style novilleril qu'il adopte lorsque les toros lui résistent. Une épée de gendarme vint s'ajouter à sa déconvenue. Descabello. Silence.
Avec trois oreilles, le score de l'alternative du 52ième matador de toros français est plus que flatteur.  Le toro de la cérémonie poussa avec fougue, conscience et constance.  Il confirma dans la muleta en ajoutant la fixité aux qualités démontrées face au cheval. A droite, mais encore mieux à gauche, il suivit scrupuleusement toutes les indications du leurre, mimant de ses cornes la figure de l'avion qui vire sur l'aile. Pour sa première faena de matador, Perez usa de son meilleur répertoire, lequel inclut tous les stéréotypes modernes du succès. En dépit de la maladresse du puntillero, qui releva le toro, il coupa une oreille. Tête basse, le dernier exerça une poussée continue perpendiculairement à la ligne du peto; c'est à dire dans l'attitude idéale qui présage de charges longues et claires. Cette attente ne fut pas déçue. Le mérite de l'animal ne fut pas mince car, haut d'épaule, le fait de baisser la tête lui écrasait les poumons dans la poitrine, ce qui ne l'empêcha pas de répondre à toutes les sollicitations et de répéter les courses à loisir. Avec un tel matériel, le nouveau promu gratifia ses partisans d'une très longue faena, débitée sur un rythme enlevé (un peu trop rapide peut-être), achevée par les circulaires inversées, qui sont la doxa des réussites contemporaines. Il tua d'une entière en avant qui libéra une forte pétition. Deux oreilles. ¾ d'arène. Rage contenue des deux aînés, confrontés à l'insolente réussite du petit dernier.
Frédéric Pascal. Voir reportage Laurent Deloye.

RENCONTRES INTERNATIONALES DE DROIT TAURIN A NÎMES

Du 17 au 20 septembre auront lieu à Nîmes les Rencontres Internationales de Droit Taurin organisées par l'Ordre des Avocats à la Cour d'Appel de Nîmes et l'illustre Colegio de Abogados de Madrid. Lors de ce premier tercio le thème retenu est "Le toro et son combat : la part ou l'apport du Droit ?" Le second tercio aura lieu à Madrid durant la prochaine feria de San Isidro. Les aficionados intéressés peuvent s'inscrire. Renseignements : congres@ot-nimes.fr

ARLES FERIA DU RIZ

Vendredi 11 septembre à 17 heures 30 corrida concours de ganaderias. Toros de Partido de Resina, Prieto de la Cal, Hubert Yonnet, Conde de la Corte, Pérez de Vargas et Cuadri pour Lopez Chaves, Sanchez Vara et Fernando Cruz. Samedi 12 septembre à 11 heures, entrée gratuite sur invitation. Présentation du jeune torero franco-mexicain Michelito dans le cadre d'une classe pratique d'entrainement organisée par l’Ecole Taurine d’Arles : 4 erales de Gallon pour Morad Balti, El Tolosa, Gregorio Lopez et Sofianito. Deux erales de Gallon sans mise à mort pour Michelito. Samedi 12 à 17 heures corrida goyesque. Toros de Jandilla pour Aparicio, El Cid et Manzanares. Intervention des meilleurs écarteurs et sauteurs landais sur un toro qui leur sera réservé. Dimanche 13 septembre à 11 heures corrida de rejoneo. Toros de Guttierez Lorenzo pour Joao Moura Hermoso de Mendoza et Diego Ventura. Dimanche 13 à 17 heures toros de Valdefresno pour Juan Bautista, Sébastien Castella et Roman Pérez qui prendra l'alternative.


FERIAS DES VENDANGES DE NÎMES

La feria des Vendanges aura lieu à Nîmes du 17 au 20 septembre. Jeudi 17 toros de Yonnet pour Antonio Barrera, Salvador Vega et Mehdi Savalli. Vendredi 18 au matin, novillos de La Quinta pour Pablo Lechuga, Angelino de Arriaga et Thomas Duffau. Vendredi 18 toros de Garcigrande pour El Juli, Sebastián Castella et Miguel Tenderoqui confirmera l'alternative. Samedi 19 au matin, toros de Juan Pedro Domecq pour Luis Francisco Esplá, Enrique Ponce et Julio Aparicio. Samedi 19 toros d'El Pilar pour Matías Tejela, Alejandro Talavante et Rubén Pinar. Dimanche 20 au matin toros de Victoriano del Río pour Morante de la Puebla et Sebastián Castella, mano a mano. Dimanche 20 toros de Valdefresno pour Juan Bautista, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81.

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 











imprimez cette page