beziers
Arles
Dimanche 6 septembre 2009

L'Edito

La photo

GRAND TORERO, GRAND PUBLIC, GRANDE ARENE

Loin des sentiers faciles et des louanges convenues, le triomphe remporté hier à Bayonne dans des circonstances parfois difficiles par le Juli est riche d'enseignements et porteur de belles espérances. Voir édito.

Actualité

Triomphe du Juli a hombros, accompagné par les élèves
de sa Fondation.
BAYONNE : IMPORTANTE TARDE DU JULI

Sans une absence de réussite à l'épée inhabituelle chez lui, le Juli aurait probablement coupé l'oreille du premier, les deux du second, une du cinquième et les deux du dernier. Il se contenta d'une au second et des deux du dernier. Ces considérations arithmétiques faites - je sais que pour certains elles sont primordiales - le Juli a été pléthorique de bout en bout, époustouflant de poderio et de volonté, éblouissant de fraîcheur et d'à-propos, varié à la cape (il réalisa une douzaine de quites différents), habile quand il fallut l'être et profond en permanence, plaçant dès que l'occasion lui en fut donnée son toreo largo à base de muletazo remarquablement conduits par le bas, ne baissant jamais les bras même quand la tarde sembla lui échapper, à cause de l'épée d'abord, puis de trois toros consécutifs qui ne lui laissèrent qu'une seule option : démontrer son pouvoir, sa capacité lidiadora et son ambition. Passionnante de bout en bout, la tarde le fut aussi en raison de la variété de comportement des six toros qui, à part le quatrième qui ne dura pas, poussèrent le maestro à donner le meilleur de lui-même.
Ces toros qui tous prirent deux piques furent dans l'ordre le premier de Victoriano del Rio sorti en troisième, âpre, dur, encasté, fiero et rugueux, le second du Puerto qui manqua de fond et fut faible, et le second de Ana Romero sorti en cinquième position qui fut une "alimana" de compétition. Que l'on ne se méprenne pas : même face à ces deux clients - le Victoriano et le Ana Romero - ou plutôt surtout face à eux, le Juli démontra pourquoi il est le véritable patron de l'escalafon.
Ce troisième, premier de Victoriano - un cinqueno -, fut redoutable en raison de son agressivité maligne : à droite il se colla par deux fois dans la cape du Juli puis n'accepta plus une seule passe de ce côté. ce qui n'empêcha pas le Juli de lui en donner, sans jamais renoncer à prendre l'ascendant sur lui. Une faena de poder à l'ancienne. Dans un autre genre le second de Ana Romero fut également extrêmement compliqué, intraitable à droite et sans jamais humilier vraiment à gauche. Le Juli, là encore, alla puiser la moindre charge utile tout au long d'une faena in crescendo suivie de bout en bout par un public conscient d'assister à une performance importante. Huit pinchazos, huit (!), n'empêchèrent pas le public de faire sortir le Juli pour qu'il réponde à une énorme ovation.
Mais à ce stade de la corrida, il n'avait toujours coupé qu'une oreille. Celle du premier toro de Ana Romero, de grande classe et encasté, qui sembla manquer un poil de forces en début de faena mais qui, grâce à la muleta savante du Juli qui sut accompagner quand il le fallait et exiger quand c'était possible, put se grandir au cours de son combat, permettant au torero des enchaînements complexes sur un rythme soutenu. Les deux oreilles semblaient promises, mais l'épée n'entra qu'au second essai. Une épée qui avait privé le Juli de l'oreille du premier, un noble toro du Puerto de San Lorenzo qu'il conduisit en douceur mais sans grande émotion et pincha aussi.
Restait donc un toro pour meubler le score et permettre au Juli de sortir a hombros. Ce rôle avait été dévolu à un joli toro de Victoriano del Rio, un peu abanto au début, que le Juli alla cueillir au centre par véroniques templées après lui avoir chipé une larga au fil des planches, qu'il banderilla, facilement, après avoir recommandé à son picador de ne surtout pas avoir la main dure et qu'il entreprit par un cambio millimétré au centre. La suite ne fut que continuité, le Juli règlant l'allure à sa guise, "codilleando" lorsque les élans encastés du Victoriano l'incitait à prendre les bordures, reprenant juste le pas qu'il faut pour ne jamais perdre le fil de la domination et construisant au final une des meilleures faenas de cette temporada, et une des plus vibrantes, grâce, il faut le dire, à la caste vive et à la bravoure foncière jamais mièvre dont fit preuve ce toro à la poursuite de la muleta. En fin de celle-ci, rendu d'avoir été autant dominé, le toro marqua une attirance vers les planches mais le Juli sut le convaincre de continuer à jouer avant, profitant de celle-ci, de placer deux doblones cadencés un genou à terre et une passe du mépris du meilleur effet. Ce coup-ci l'estocade fut à la hauteur de la faena et l'explosion de joie du public montra bien que celui-ci n'attendait que cela. deux oreilles tombèrent, plus que légitimes, et la sortie a hombros se fit au milieu des clameurs, le torero étant accompagné par les jeunes novilleros de sa fondation qui ne cessèrent d'applaudir leur maestro. Le Juli avait dbrindé son premier toro à Patrick Oliver qu'il appela en piste. Neuf-dixièmes d'arène, beau temps mais ciel un peu voilé, public magnifique de respect, d'attention et d'enthousiasme.
André Viard. Voir reportage.

BAYONNE : BONNE NOVILLADA DU LARTET

Nouvelle belle sortie de la ganaderia du Lartet dont le troisièmle exemplaire a été primé d'une vuelta posthume. La maladresse des toreros à l'épée leur a interdit de couper des oreilles malgré de bonnes faenas. Diego Fernandez a fait deux fois la vuelta et Miguel Cuartero une fois face au dernier.

L'ESPACE TORO A ARLES

En prélude à la Feria, l'Espace Toro sera inauguré le samedi 5 septembre à 18 heures 30. Visite des toros, tientas, courses camarguaises... Il sera ouvert au public jusqu'au jeudi 10 avril inclus de 11 heures à 19 heures.

PLACES A VENDRE POUR BAYONNE

Fidèle abonné vend au prix d'achat, pour cause indisponibilité, trois tendidos ombre septième rang pour la corrida de dimanche à Bayonne (Toros de Valdefresno pour Ponce, Juan Bautista, Castella). tel : 0627285164.


ARLES FERIA DU RIZ

Vendredi 11 septembre à 17 heures 30 corrida concours de ganaderias. Toros de Partido de Resina, Prieto de la Cal, Hubert Yonnet, Conde de la Corte, Pérez de Vargas et Cuadri pour Lopez Chaves, Sanchez Vara et Fernando Cruz. Samedi 12 septembre à 11 heures, entrée gratuite sur invitation. Présentation du jeune torero franco-mexicain Michelito dans le cadre d'une classe pratique d'entrainement organisée par l’Ecole Taurine d’Arles : 4 erales de Gallon pour Morad Balti, El Tolosa, Gregorio Lopez et Sofianito. Deux erales de Gallon sans mise à mort pour Michelito. Samedi 12 à 17 heures corrida goyesque. Toros de Jandilla pour Aparicio, El Cid et Manzanares. Intervention des meilleurs écarteurs et sauteurs landais sur un toro qui leur sera réservé. Dimanche 13 septembre à 11 heures corrida de rejoneo. Toros de Guttierez Lorenzo pour Joao Moura Hermoso de Mendoza et Diego Ventura. Dimanche 13 à 17 heures toros de Valdefresno pour Juan Bautista, Sébastien Castella et Roman Pérez qui prendra l'alternative.


FERIAS DES VENDANGES DE NÎMES

La feria des Vendanges aura lieu à Nîmes du 17 au 20 septembre. Jeudi 17 toros de Yonnet pour Antonio Barrera, Salvador Vega et Mehdi Savalli. Vendredi 18 au matin, novillos de La Quinta pour Pablo Lechuga, Angelino de Arriaga et Thomas Duffau. Vendredi 18 toros de Garcigrande pour El Juli, Sebastián Castella et Miguel Tenderoqui confirmera l'alternative. Samedi 19 au matin, toros de Juan Pedro Domecq pour Luis Francisco Esplá, Enrique Ponce et Julio Aparicio. Samedi 19 toros d'El Pilar pour Matías Tejela, Alejandro Talavante et Rubén Pinar. Dimanche 20 au matin toros de Victoriano del Río pour Morante de la Puebla et Sebastián Castella, mano a mano. Dimanche 20 toros de Valdefresno pour Juan Bautista, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque.

NOVILLADA DE SAINT-PERDON

Les organisateurs de Saint-Perdon ont bouclé hier le cartel de leur novillada du 30 août qui aura lieu dans les arènes de Mont de Marsan. Grâce à son triomphe Thomas Dufau a gagné son inclusion face aux novillos de Baltasar Iban aux côtés d'Angelino de Arriaga et de Juan del Alamo

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81.

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 











imprimez cette page