Lundi 22 septembre 2008


L'Edito

La photo


L'ESPRIT DE FÊTE

Plus les arènes sont grandes, plus les mouvements de foule obéissent à des sentiments premiers, ce qui ne veut pas dire primaires, lesquels sont à l'opposé des calculs partisans ou des a priori éculés au nom desquels des minorités voudraient imposer leur point de vue aux autres. Voir l'édito


Actualité

NÎMES : TROIS OREILLES ET UNE QUEUE POUR JUAN BAUTISTA

Toros de José Vasquez, maniables mais sans allant et fades , excepté la quatrième, par manque de bravoure.  Juan Bautista, oreille et deux oreilles et la queue. Matias Tejela, salut aux deux. Alejandro Talavante, silence aux deux.
Le premier resta en appui sur les antérieurs pour mieux se défendre par coups de têtes dans le caparaçon. A pied, il garda le défaut de se couvrir par le haut avec la corne contraire en fin de passe, mais fit l'avion, corne interne dirigée vers le bas sur le reste de la trajectoire. Le temple de Juan Bautista reformata tout ça dans une belle charge progressive. Au cours d'une faena exclusivement gauchère il confirma le bon moment artistique qu'il traverse en cette fin de saison. A la demande d'un «connaisseur»  il montra qu'il savait aussi donner des derechazos ; mais pourquoi ?  Si la lidia consiste à toréer de la main gauche pour préserver l'innocence de la corne droite afin de pouvoir passer sans danger au dessus  au moment de l'estocade. Entiere. Une oreille. Brièvement piqué le quatrième eut néanmoins le temps de faire voler par deux fois l'étrier à la face du picador. Ce défaut ne se retrouva pas à la muleta où il découvrit la nuque pour charger tête basse. Le problème ne fut pas de lui baisser la main mais plutôt de le soulager pour le faire durer. Domination obtenue, après un première partie de faena à base de naturelles et de derechazos, Juan Bautista put, ainsi, profiter encore de sa charge lors d'une seconde partie plus festive, composée de tours complets , d'adornos et de figures stylistiques de bon goût. En plein centre,  il couronna  sa prestation d'un recibir minutieusement préparé et d'une exécution parfaite. Deux oreilles et la queue pour le torero et vuelta posthume pour l'animal.
Le second se défendit nerveusement, pitones dressés vers les cieux putôt que dans le peto. A droite il garda la tête à mi-hauteur. A condition de lui présenter la muleta à cette hauteur, il donna des trajectoires exploitables mais fades. A gauche il se livra mieux , ce dont profita Tejela, mais il s'éteignit très vite. Joli volapie. Descabello. Salut.  Occupé à se défendre par le haut le faible cinquième ne percuta même pas le peto, puis il sortit seul du deuxième assaut. En dépit de ses courtes qualités de combattant, il fut bonasse dans la muleta. Surtout à gauche où il se laissa toréer au ralenti. L'appliqué Tejela ne déçut pas mais la clef de l'émotion était ailleurs. Entière. Salut
Le troisième fut renvoyé pour boiterie et remplacé par un du même fer. Le sobrero s'engagea dans le caparaçon avec style mais enchaîna en se collant au cheval et en se défendant de la tête.  A droite, il décocha de violents coups de têtes en fin de charge, qui valurent à Talavante de se faire trop souvent accrocher la muleta. A gauche il fut plus facile, Talavante s'en rendit libre de ce coté puis revint à droite dans de meilleures conditions. Hélas le Vasquez ne supporta pas d'être dominé et il se refugia dans les planches. Le dernier perdit tout allant dès avant les piques, où il sortit de sa léthargie pour jouer de la corne. A droite il resta court et tricota des cornes. A gauche il fit de même sans les dérotes. Ce qui le rendit abordable mais Talavante dut user de tout son aguante pour le faire défiler au ralenti devant ses fémorales. Une épée de gendarme fit obstacle à toute récompense. Arènes aux deux tiers pleines. Public mal dégrossi pour un matin.
Frédéric Pascal. Voir reportage Roland Costedoat.

NÎMES : RUBEN PINAR PAR LA PORTE DES CONSULS, PONCE A HOMBROS

La corrida de Victoriano del  Rio a confirmé le grand moment que traverse actuellement cette ganaderia.  Si on fait exception du quatrième tous ont fait preuve d'agressivité et de bravoure qui, si elles ne se sont est pas pleinement exprimées au premier tiers, leur ont servi de viatique pour la suite de la lidia.  Les plus complets furent les premier, second, troisième et sixième ; le plus incommode sortit en cinquième et le manso quatrième se laissa tromper comme un benêt  à la muleta. Ruben Pinar, qui prenait l'alternative, oreille et deux oreilles. Enrique Ponce, salut et deux oreilles. Miguel Angel Perera, une oreille et ovation.
Le premier poussa droit sous une première pique légère, il confirma sous une seconde donnée pour la forme. Il découvrit la nuque pour charger, regard fixé perpendiculairement au sol, fit l'avion, et donna de longues et claires trajectoires. Un toro de cortijo qu'il ne fallait pas laisser échapper ! A base de toreo classique, parachevé des circulaires, qui sont la doxa des succès contemporains,  Ruben Pinar, y parvint parfaitement. Après une entière efficace et bien portée le public réclama à grand bruit les deux oreilles. Le président en accorda une et se refusa ostensiblement à envisager de donner la seconde. Ce qui est son droit mais n'en constitua pas moins une injustice.  Tout le corps engagé derrière sa corne gauche, le sixième, qui portait le fer de Cortes, poussa en brave par deux fois. A pied, il humilia et maintint une charge longue jusqu'à la fin de son combat. Muleta avancé et dans le bon tempo, Ruben Pinar, réalisa une nouvelle exhibition,  sans faute, allongeant les trajectoires aussi loin que le lui permet sa petite taille. Pinchazo sans lâcher. Entière efficace.  Alors que le public ne demandait qu'une oreille, et que même la famille le nouveau promu s'en serait contenté, le président accorda deux oreilles. Ce qui est son droit, mais n'en constitua pas moins une surprise. C'est ainsi qu'il s'attira les deux seules broncas de l'après midi : la première pour avoir refusé un trophée,  la seconde pour en avoir trop donné. 
Le second s'employa fort au cheval poussant droit mais sans niaiserie. Il répétta vivement dans les premiers échanges. On le cru dominé  dés le second derechazo, qui se prolongea en un tour complet, mais son agressivité en fit un adversaire coriace. Avant de pouvoir lier sur place Ponce dut ceder un pas entre chaque passes. Puis, il réduisit les distances, sans se départir de  la gène que lui occasionnait le Victoriano. Entière. Salut.  Le quatrième chargea de loin pour trois refilones et une quatrième rencontre où il ne montra pas plus de courage. Ponce s'est fait une spécialité de grandes faenas  avec ce type d'adversaires, plus velléitaires que réellement  combattifs. Pico à l'horizontale, il l'embarqua pour de limpides derechazos. Il souffrit un peu à gauche, pour montrer que le toro n'allait pas, puis revint à droite où, avec la panse du drap cette fois, il lia encore mieux.  Fondations solidement montées ; il attaqua les travaux d'embellissement : tours complets, trincheras, changements de main, tous marqués du sceau de l'élégance.  Entière.  Deux oreilles.
Le troisième montra la même joyeuse agressivité que ses frères. Il vint avec style au cheval où il lui fut interdit d'en montrer plus afin de lui garder un maximum de fraicheur pour le troisième tiers. Perera lui servit la faena qui l'a porté au pinacle cet été. A savoir deux cambios au centre suivi de cites lointains et d'allonge maximum. Puis des cites rapprochés, mais avec une allonge en deux temps  ce qui en fait un double maximum. Soumis à un tel traitement aucun toro ne lui résiste. L'exemplaire du moment notre brave et vif Victoriano perdit toute agressivité et se vit réduit à l'état de poupée de chiffon  littéralement hypnotisée par les balancements de sa muleta. Entière. Une oreille.  Le cinquième secoua beaucoup la tête avant de trouver ses appuis au cheval. Il reprit fâcheusement l'air de l'étrier au second assaut. Ce port de tête incommode ne gêna en rien Perera, pour qui il n'y a pas de derote qui n'ait sa solution. De fait la « coquetterie » du Victoriano ne résista pas à son allonge. Celle-ci est telle que l'animal n'a  plus  la possibilité de soupçonner que son  ennemi évolue sur ses flancs. Il continue  de croire, comme à sa sortie du toril, qu'en fonçant tout droit il finira par le débusquer. Plus que toute autre la muleta de Perera entretient cette foi. Ses  toros s'épuisent à poursuivre vainement un  Graal inaccessible. En l'occurrence la faena fut parfaite, mais une agonie mal supportée lui fit perdre un trophée possible. Arène remplie aux ¾. Ambiance de fête qui déborda dans les rues.
Frédéric Pascal. Voir reportage Roland Costedoat.

VIC : LE TROPHEE POUR MATHIEU GUILLON

Venu en voisin, décontracté, souriant, Mathieu Guillon vient de recevoir le prix au triomphateur de cette Saint-Mathieu Vicoise. Une oreille le matin puis une oreille l'après-midi il aura conquis le public qui garnissait un tiers d’arènes au cours d’une faena matinale face à un becerro des frères Galon et une seconde faena servie à un plus conséquent novillo du même fer l’après-midi. Le matin œuvrait également Cayetano Ortiz qui coupera une oreille donnant au jury l’opportunité de qualifier les deux minots pour l’après-midi. Agapes gersoises, têtes locales connues et ambiance sous le soleil pour voir sortir à 16h00 quatre autres novillos plus charpentés qui auront donné du fil à retordre à Cristian Escribano qui se montrera à la hauteur des difficultés et coupera une oreille peut être un soupçon généreuse … Sergio Blanco vaillant et malchanceux estoc en main (avis). Cayetano Ortiz se montrera lui aussi volontaire jusqu’à l’avis. Mathieu Guillon ira couper la sienne après une bien sympathique faena bien argumentée des deux bords. Remise des trophées en compagnie de toute l’équipe Vicoise et vivats de la foule pour cette clôture de temporada.

FIESTA CAMPERA DES AFICIONADAS DE MANDUEL

Le 19 octobre prochain le Club Las Aficionadas de Manduel organise une fiesta campéra chez Giraud à la Tour du Cazeau au Sambuc.  Le matin acoso y derribo avec tienta de vaches par Marc Serrano, repas, puis visite de la ganaderia. Prix de la journée 35 € non Adhérents, 30 € adhérents, 15 € enfants moins de 12 ans. Renseignements et inscriptions : 06 85 32 08 83.

FERRADE À LA GANADERIA MALABAT

Dimanche 26 octobre la ganaderia Malabat propose une journée au campo avecà 10 heures ferrade des produits de l'année,à 13 heures apéritif- repas (Garbure, magret...), à 15 heures 30 capea. Prix de la Journée : adulte 15 euros, enfant de 5 à 12 ans accompagnés 10 euros. Réservations avant le lundi 20 octobre (Places limitées) auprès de ganaderia.malabat@orange.fr

VIC : BOLSIN TAURIN DE LA SAINT-MATHIEU

Pour clôturer sa temporada, le 21 septembre le Club Taurin Vicois organise comme chaque année son bolsin taurin. Au programme : à 11 heures deux novillos de « Aimé Gallon » pour Cayetano Ortiz et Mathieu Guillon, le meilleur étant qualifié pour l’après-midi.13 heures  repas Champêtre - Animation Musicale.   16 heures 4 novillos de « Aimé Gallon » pour Sergio Blanco, Cristian Escribano et le qualifié du matin. Le triomphateur combattra le 4 ème novillo

NOVILLADA DU 11 NOVEMBRE À SAINT-SEVER

Pour la traditionnelle novillada sans chevaux qui aura lieu le 11 novembre à Saint-Sever, le cartel est le suivant : quatre erales de La Constancia (ganaderia formée par Miguel Rodriguez et son frère à partir de vaches du Conte de Mayalde) pour Mario Diaguez, Mathieu Guillon, Antonio Jesus Espaliu et Juan del Alamo.

STAGE DE TAUROMACHIE

Gilles Marsal propose un stage de tauromachie à Mont de Marsan les 18 et 19 octobre. Pour plus de renseignements.

ISTRES CLÔTURE SA TEMPORADA

Samedi 4 et dimanche 5 octobre Istres clôture sa temporada par  la 2e édition du week-end de l’aficion. Au programme : Samedi 4 octobre: soirée de l'aficion. Halle polyvalente, 19h Remise des prix de la temporada  Apéritif, Repas en présence des toreros du festival  Spectacle de Corinne Sauvage Expositions (peinture, sculpture, céramique, photos), film taurin... Tarifs : 25 euros/ personne. Réservations et inscriptions au 04 90 55 27  97 ou directement sur place : DEP, Arènes le Palio. Inscriptions : DEP Arènes Le Palio : 04 90 55 27 97. Dimanche 5 octobre : Grand Festival taurin. Arènes Le Palio, 15h Organisé en collaboration avec le club taurin Paul Ricard d'Istres pour Juliette et Nicolas au profit de l'association VML (vaincre les maladies Lysosomales). N ovillos de Antonio Banuelos (Burgos) pour  Ruiz Miguel, Ortega Cano, Victor Mendes, Julio Aparicio et les novilleros Patrick Villebrun et "Tomasito". Tarifs : 40 et 20 euros. Réservations : Office de Tourisme 04 42 81 76 13 ou CTPR 04 42 55 00 38

FERIA DEL PILAR DE ZARAGOZA

Samedi 4 octobre, toros de Dolores Aguirre pour Mari Paz Vega, Iván Vicente et Joselillo. Dimanche 5 toros de Los Espartales pour Antonio Domecq, Diego Ventura et Joao Moura. Lundi 6, toros du Conde de la Corte pour Luis Miguel Encabo, Fernando Robleño et Alberto Álvarez. Mardi 7, toros de Adolfo Martín, pour Javier Valverde, Serranito et Luis Bolívar. Mercredi 8 toros de Valdefresno, pour El Fundi, Antonio Barrera et Serafín Marín. Jeudi 9 t oros de Fuente Ymbro, pour Cesar Jiménez, Matías Tejela et Daniel Luque. Vendredi 10 toros de Núñez del Cuvillo, pour El Juli, El Cid et El Fandi. Samedi 11 toros d'El Torreón, pour Enrique Ponce, Sébastien Castella et Salvador Vega. Dimanche 12 toros de Zalduendo, Victoriano del Río, La Campana, Núñez del Cuvillo, El Pilar et La Palmosilla pour Morante de la Puebla. Lundi 13 toros de Miura, pour El Fundi, Rafaelillo et Jesús Millán. Samedi 18 novillos de Angoso Catalina y Hermanos, pour Manuel Rodríguez, José Arévalo et Martín Campanario. Dimanche 19 toros de Guadalest pour Manolo Sánchez, Eugenio de Mora et Daniel Cuevas qui prendra l'alternative.

FERIA DES VENDANGES À NÎMES

La feria des Vendanges débutera le 18 septembre avec des toros de Robert Margé pour Curro Diaz, Salvador Vega et Luis Bolivar, se poursuivra par la double cession du vendredi 19 : le matin, novillos de Manolo Gonzalez pour Roman Pérez, Alejandro Espla et Tomasito, l'après-midi le Juli face à six toros de Daniel Ruiz à l'occasion du dixième anniversaire de son alternative. Le samedi 20, cartel d'artistes le matin avec Julio Aparicio, Javier Conde et Morante de la Puebla face à des toros de Domingo Hernandez et Garcigrande, l'après-midi solo de Sébastien Castella face à deux toros des ganaderias de Nuñez del Cuvillo, Garcigrande et Victoriano del Rio. Le dimanche 21 enfin, toros de José Vazquez le matin pour Juan Bautista, Matias Tejela et Alejandro Talavante, toros de Victoriano del Rio l'après-midi pour Enrique Ponce, Miguel Angel Perera et l'alternative de Ruben Pinar. Renseignements et réservations à la taquilla du 4 rue de la Violette. Tel : 0891701401. Et sur
www.arenesdenimes.com.

ALEJAN... D'UTILITE TAURINE

Encouragé par la confiance des aficionados et par la reconnaissance des Toreros français, ALEJAN poursuit son aventure pour aider et soutenir les jeunes apprentis toreros des écoles taurines. Les menaces qui pèsent sur ces jeunes, en partie écartées par une première victoire de l'Observatoire, doivent nous pousser à continuer de les soutenir d'avantage, car d'autres batailles arrivent et ils sont l'Avenir de notre Culture. - Vêtements de qualité 100% français, Fierté de porter élégamment notre Aficion, Soutien aux jeunes apprentis toreros: 3 bonnes raisons de faire confiance àALEJAN . Nouveau site, nouvelle collection, nouvelles actions pour les écoles taurines avec nos matadors français, retrouvez tout cela sur notre site www.alejan.eu. Ils sont l'Avenir de notre Culture Taurine, mobilisons-nous pour les encourager, continuez de nous faire confiance. ALEJAN, Porter nos valeurs avec Fierté..."

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 








imprimez cette page