Samedi 20 septembre 2008


L'Edito

La photo


LA PRESSION MONTE À NÎMES

En se dépassant tout au long de son seul contre six nîmois, le Juli a ratifié sa condition de grande figura. Dix ans au sommet pour un anniversaire grandiose que nul, il faut l'espérer, ne saurait contester. Voir l'édito


Actualité

NÎMES : GRAND TRIOMPHE DU JULI QUI COUPE SEPT OREILLES ET UNE QUEUE

Six toros de Daniel Ruiz dont un sobrero  venu en substitution du cinquième qui fut le seul à être gènant. Juli, épée unique, convainquit par la sureté et l'ingéniosité de son jeu. A chaque toro il donna la lidia exacte,  au micron près, ce qui assura la diversité de sa prestation. Il coupa un total de  sept oreilles et une queue.
Pour fêter  le dixième anniversaire de son alternative « El Juli » n'a pas convié à sa table les plus mauvais convives. Il les a voulus comme il aime les gens, bien éduqués, mais présentant suffisamment d'aspérités pour pouvoir accrocher une conversation moins anonyme et plus si affinités. Dans cette perspective ses  veedores ont parfaitement rempli leur mission en sélectionnant les exemplaires du jour. Certes il ne fallait pas leur demander de discourir d'haltérophilie ou encore moins de corridas concours, mais ils  ont permis à leur hôte de brillants monologues frappés de la marque de l'intelligence. A part le troisième,  qui s'affala sans y avoir été convié, aucun ne commit de faute de goût, ni même le malheureux cinquième qu'un Président goujat  renvoya à son étable.
Le premier tricota des cornes lors d'un picotazo, puis montra un vrai fond de bravoure en poussant sous la seconde. Cette ambivalence  se retrouva dans son comportement au troisième tiers. Il donna une douzaine de trajectoires  excellentes, puis rompit ses élans et demanda au Juli de se justifier. Le maestro s'exécuta de bonne grâce. Avec brio et autorité il imposa au contestataire les trajectoires de son choix,  jusqu'à une mise à mort par pinchazo, entière et descabello. Une oreille pour ouvrir la session.
Une fois dans le peto, le second ne se laissa plus distraire par les capes et perdit beaucoup d'énergie avant d'être arraché du groupe. Il conserva suffisamment de forces pour entretenir durant toute la faena une belle mobilité. Muleta parfaitement synchrone, Juli  encouragea ses longues charges dans un trasteo qui alla de réussite en réussite, jusqu'aux circulaires finales. Il bascula spectaculairement pour laisser une entière libératrice de deux oreilles.
Plus que ses frères le faible troisième découvrit la nuque pour charger chanfrein à l'horizontale dans les leurres. Pour remplir l'obligation réglementaire de deux assauts simulés, il arriva face au cheval aussi suave que s'il avait déjà été piqué.  Comme un novillero Juli l'aborda par des rodillazos en gagnant le centre, qui firent rugir les gradins. La suite fut moins heureuse,  car le Ruiz fléchit et se coucha sans espoir de sursaut. Entière. Silence. 
On ne laissa pas au  faible et coureur quatrième le temps de prendre ses appuis au cheval. Bien inspiré Juli entretint son alegria en variant les terrains et en lui laissant un maximum de distance. La faena prit de la hauteur. Vinrent deux séries de naturelles longues et lourdes de domination. Puis la même virtuosité à droite et enfin des circulaires en  aller-retour. Un festival d'ingéniosité, de fantaisie, de technique et de courage, car le toro tricotait de la corne au passage à juridiction. Il fit l'effort d'un recibir émouvant qui nécessita le recours au descabello. Deux oreilles.
On passera sous silence le pitoyable spectacle du Président renvoyant le cinquième aux corrales, ce qui donna l'occasion aux deux sobressalientes de briller et de démontrer que ce toro n'était pas plus faible que les autres.
Le picador simula deux piques au cinquième bis. Trop sur de lui, Juli  traita par le mépris trois sérieux avertissement  de la corne droite et se fit prendre sur un retour de derechazo. Il revint au charbon pour obliger son adversaire à tant céder qu'il s'effraya et dès lors chercha refuge dans les terrains des toriles. Pinchazo. Entiere. Silence.
Manifestement,  en collaboration avec le ganadero, Juli s'était gardé le toro de meilleures notes pour la fin. Ce choix s'avéra pertinent, le sixième surclassa les autres, tant par sa bravoure que par sa mobilité exceptionnelle. La prestation du Juli fut une apothéose de bout en bout. Débutée par un farol à genoux, elle se termina par l'octroi de deux oreilles et la queue, avec pour intermède une splendide standing ovation après que le maestro ait posé lui-même les banderilles. A la muleta Juli fit venir le Daniel Ruiz de très loin pour deux grandes séries de derechazos. Il fut encore supérieur à gauche, liant d'amples et profondes naturelles. Visiblement à l'aise et heureux de sa performance, il se laissa guider par l'inspiration pour finir sur des 360° enchaînés,  qui chavirèrent l'amphithéâtre. Un grand volapie fit envoler une nuée de mouchoir rarement vue à Nîmes.  Artistiquement, Juli a placé la bare est très haut pour les concurrents suivants. Cuvette pleine. Amphithéâtres clairsemés.
Frédéric Pascal. Voir reportage Roland Costedoat.

JUAN BAUTISTA INDULTE UN TORO DE ALCURRUCEN

Comme l'an passé à Torrijos sensiblement à la même date, Juan Bautista a obtenu hier l'indulto d'un toro d'Alcurrucén dans les arènes de Almodovar del Campo (Ciudad Real). Un toro très bien présenté, comme le reste de la corrida qui fut bonne, mais auquel il aura pourtant manqué un surcroit de bravoure pour humilier... et mériter l'indulto. Celui-ci a été concédé par le président à la demande pressante du public au terme d'une longue faena de grande qualité, laquelle confirme le bon final de temporada du torero arlésien. Au cours de la même corrida, Luis Miguel Villalpando, banderillero de Matias Tejela, a reçu un coup de corne profond au mollet.

MURCIA : CONDE ET JOSE TOMAS A HOMBROS

José Tomas et Javier Conde sont sortis en triomphe à Murcia, le premier après une faena d'exposition et de dominio qui lui a valu deux oreilles et le second après une faena magique qui a culminé lors de trois séries de naturelles. Eduardo Gallo a coupé une oreille. La corrida de Barral, sans race ni force, a été sauvée par le grand quatrième toro de Conde qui a été primé d'une vuelta et par le sobrero encasté de Perera toréé par José Tomas.

NÎMES : ROMAN PEREZ OUVRE LA PORTE DES CONSULS

Cinq novillos de Manolo Gonzalez justes de force, braves et mobiles sauf le second et un de Sanchez Dalp,  un puissant coralero, qui finit très brave. Roman Perez une oreille et deux oreilles. Alejandro Esplal : silence aux deux. Thomas Joubert  «Tomasito » salut et une oreille. Le résultat artistique de la novillada est rassurant, à la fois pour le renouveau de l'élevage et l'avenir de Roman Perez, qui s'est affirmé en  plan de figura du toreo.
Vif et exigeant le premier poussa en brave et s'épuisa quelque peu sous le fer. Il garda suffisamment de forces pour confirmer qu'en tauromachie, il n'y à qu'une qualité : la bravoure, mère de toutes les vertus, et son contraire : la lâcheté, d'où naissent tous les vices.  Au paroxysme de la bravoure écume la noblesse en tant que conséquence et consécration de cette dernière, mais pas en tant que qualité intrinsèque. C'est pourquoi on ne lira jamais ce  mot dans ces lignes, qui avec « caste » sont deux termes  qui ne se justifient que par commodité de langage et qui génèrent, du reste, bon nombre de polémique, dont celle a venir sur la réforme de la pique. Avec un tel partenaire Roman Perez a cadré une de ses meilleures faena, dominatrice, profonde, inspirée.   La vibration qui lui manque parfois lui fut insufflé par le novillo qu'il tua d'un grand volapie. Une seule oreille, alors qu'intervenue autrement qu'en ouverture de spectacle, cette prestation pouvait espérer les deux. Apprés avoir assuré ses appuis le quatrième poussa droit perpendiculairement au peto. Comme ses frères, il ne supporta pas sans fléchir les passe par le bas. Roman Perez sut lui proposer le leurre à la bonne hauteur, suffisamment bas pour le dominer, mais assez haut pour éviter qu'il ne tombe. Il réalisa un nouveau sans faute. Muleta maniée par une main de fer dans un gant de velours, il exploita jusqu'à la dernière goute de bravoure du Gonzalez, au point d'en indisposer une partie du public qui protesta les trophées. Pinchazo sans lâcher. Entière. Deux oreilles légitimes. 
Châtié rudement et sans raison, le second s'effondra de fatigue au sortir de la pique. Tête basse, il se livra tout autant dans la muleta, ce qui accéléra sa consommation de glycogène et le laissa sans moteur aucun. Il brisa de ses génuflexions le discours policé d'Alejandro Espla, qui conclut d'un mete y saca mortel, suivi d'une entière portée alors que l'animal était en train de s'effondrer. Silence. Train arrière très engagé le cinquième tenta de toutes ses forces de démonter le groupe équestre.  En plus des qualités de ses frères il partagea avec le Sanchez Dalp la particularité de découvrir la nuque pour suivre la muleta chanfrein parallele au sol. Cet exercice lui couta tant qu'il en réduisit peu à peu ses trajectoires. A sa décharge il faut noter qu'Espla le cuisina un peu trop à l'étouffé en lui imposant des distances trop courtes. Pinchazo. Epée en travers. Descabello. Silence.
Le troisième poussa avec classe et tempérament, tête un peu haute pour être parfait.  Ce defaut s'estompa à pied où il humilia volontiers chaque fois qu'on lui demanda. Tomasito sembla manquer de maturité pour se hisser à son niveau. Il tarda a en découvrir toutes les qualités. Sa faena culmina en son milieu lors d'une série de naturelles suivi de derechazos très assis sur les reins. Deux pinchazos. Entière.  Salut. Le Sanchez Dalp sortit dans l'expectative, tous freins serrés, comme si la piste était un coral de plus dans sa jeune  carrière (comportement coralero). Il sortit seul de la première rencontre puis s'améliora à la seconde dont il sortit seul aussi. Ilse lacha définitivement dans le muleta où son fond de bravoure s'exprima sans retenue. Tête humblement baissée il chargea loyalement mais sans mièvrerie. Mieux centré qu'a son premier Tomasito contrôla élégamment  ce zeste de piquant par un traitement classique à base de muleta avancée et main basse. Ingénument, il vint à bout de difficultés qui en auraient fait sécher plus d'un. A volapie, il laissa une belle entière. Une oreille. Crème solaire de rigueur. Petite chambrée.
Frédéric Pascal. Voir reportage Roland Costedoat.

DE L'EAU AU MOULIN

Lu par hasard sur un des blogs dont il était question dans un édito récent : "Dado que no somos profesionales del periodismo, y nos nutrimos de informaciones de aficionados, pedimos disculpas si en algun momento se publican cosas falsas. Si esto ocurriera, pedimos nos lo comuniquen para a la mayor brevedad proceder a retirar el mencionado articulo o frase." Ce que l'on peut traduire par : étant donné que nous ne sommes pas des journalistes professionnels et que nous puisons dans les informations transmises par les aficionados, nous nous excusons pour la publication d'éventuelles erreurs. Si c'est le cas, merci de nous les faire remarquer pour retirer le plus vite possible l'article ou la phrase concerné. Et si personne ne se rend compte ?

FIESTA CAMPERA DES AFICIONADAS DE MANDUEL

Le 19 octobre prochain le Club Las Aficionadas de Manduel organise une fiesta campéra chez Giraud à la Tour du Cazeau au Sambuc.  Le matin acoso y derribo avec tienta de vaches par Marc Serrano, repas, puis visite de la ganaderia. Prix de la journée 35 € non Adhérents, 30 € adhérents, 15 € enfants moins de 12 ans.Renseignements et inscriptions : 06 85 32 08 83.

FERRADE À LA GANADERIA MALABAT

Dimanche 26 octobre la ganaderia Malabat propose une journée au campo avecà 10 heures ferrade des produits de l'année,à 13 heures apéritif- repas (Garbure, magret...), à 15 heures 30 capea. Prix de la Journée : adulte 15 euros, enfant de 5 à 12 ans accompagnés 10 euros. Réservations avant le lundi 20 octobre (Places limitées) auprès de ganaderia.malabat@orange.fr

VIC : BOLSIN TAURIN DE LA SAINT-MATHIEU

Pour clôturer sa temporada, le 21 septembre le Club Taurin Vicois organise comme chaque année son bolsin taurin. Au programme : à 11 heures deux novillos de « Aimé Gallon » pour Cayetano Ortiz et Mathieu Guillon, le meilleur étant qualifié pour l’après-midi.13 heures  repas Champêtre - Animation Musicale.   16 heures 4 novillos de « Aimé Gallon » pour Sergio Blanco, Cristian Escribano et le qualifié du matin. Le triomphateur combattra le 4 ème novillo

VIC : FINALE DES CAPEAS

La finale du trophée de l'Armagnac entre les meilleurs élèves des écoles taurines aura lieu le samedi 20 septembre à Vic à 16 heures. Quatre becerros de Michel Agruna seront toréés par Joselet de Colmenar Viejo (sélectionné à Eauze), Clementito d'Hagetmau (sélectionné à Plaisance), Alexandre Bachelet (Richard Milian) sélectionné à Cazaubon), Alejandro Rubio de Nîmes (sélectionné à Condom). À 18 heures capea libre pour les enfants et les amateurs. 19 heures 30 remise du trophée, 20 heures apéritif et repas à la Maison Bleue. Réservation 06.19.79.49.01 ou 05.62.06.52.39.

NOVILLADA DU 11 NOVEMBRE À SAINT-SEVER

Pour la traditionnelle novillada sans chevaux qui aura lieu le 11 novembre à Saint-Sever, le cartel est le suivant : quatre erales de La Constancia (ganaderia formée par Miguel Rodriguez et son frère à partir de vaches du Conte de Mayalde) pour Mario Diaguez, Mathieu Guillon, Antonio Jesus Espaliu et Juan del Alamo.

STAGE DE TAUROMACHIE

Gilles Marsal propose un stage de tauromachie à Mont de Marsan les 18 et 19 octobre. Pour plus de renseignements.

ISTRES CLÔTURE SA TEMPORADA

Samedi 4 et dimanche 5 octobre Istres clôture sa temporada par  la 2e édition du week-end de l’aficion. Au programme : Samedi 4 octobre: soirée de l'aficion. Halle polyvalente, 19h Remise des prix de la temporada  Apéritif, Repas en présence des toreros du festival  Spectacle de Corinne Sauvage Expositions (peinture, sculpture, céramique, photos), film taurin... Tarifs : 25 euros/ personne. Réservations et inscriptions au 04 90 55 27  97 ou directement sur place : DEP, Arènes le Palio. Inscriptions : DEP Arènes Le Palio : 04 90 55 27 97. Dimanche 5 octobre : Grand Festival taurin. Arènes Le Palio, 15h Organisé en collaboration avec le club taurin Paul Ricard d'Istres pour Juliette et Nicolas au profit de l'association VML (vaincre les maladies Lysosomales). N ovillos de Antonio Banuelos (Burgos) pour  Ruiz Miguel, Ortega Cano, Victor Mendes, Julio Aparicio et les novilleros Patrick Villebrun et "Tomasito". Tarifs : 40 et 20 euros. Réservations : Office de Tourisme 04 42 81 76 13 ou CTPR 04 42 55 00 38

FERIA DEL PILAR DE ZARAGOZA

Samedi 4 octobre, toros de Dolores Aguirre pour Mari Paz Vega, Iván Vicente et Joselillo. Dimanche 5 toros de Los Espartales pour Antonio Domecq, Diego Ventura et Joao Moura. Lundi 6, toros du Conde de la Corte pour Luis Miguel Encabo, Fernando Robleño et Alberto Álvarez. Mardi 7, toros de Adolfo Martín, pour Javier Valverde, Serranito et Luis Bolívar. Mercredi 8 toros de Valdefresno, pour El Fundi, Antonio Barrera et Serafín Marín. Jeudi 9 t oros de Fuente Ymbro, pour Cesar Jiménez, Matías Tejela et Daniel Luque. Vendredi 10 toros de Núñez del Cuvillo, pour El Juli, El Cid et El Fandi. Samedi 11 toros d'El Torreón, pour Enrique Ponce, Sébastien Castella et Salvador Vega. Dimanche 12 toros de Zalduendo, Victoriano del Río, La Campana, Núñez del Cuvillo, El Pilar et La Palmosilla pour Morante de la Puebla. Lundi 13 toros de Miura, pour El Fundi, Rafaelillo et Jesús Millán. Samedi 18 novillos de Angoso Catalina y Hermanos, pour Manuel Rodríguez, José Arévalo et Martín Campanario. Dimanche 19 toros de Guadalest pour Manolo Sánchez, Eugenio de Mora et Daniel Cuevas qui prendra l'alternative.

FERIA DES VENDANGES À NÎMES

La feria des Vendanges débutera le 18 septembre avec des toros de Robert Margé pour Curro Diaz, Salvador Vega et Luis Bolivar, se poursuivra par la double cession du vendredi 19 : le matin, novillos de Manolo Gonzalez pour Roman Pérez, Alejandro Espla et Tomasito, l'après-midi le Juli face à six toros de Daniel Ruiz à l'occasion du dixième anniversaire de son alternative. Le samedi 20, cartel d'artistes le matin avec Julio Aparicio, Javier Conde et Morante de la Puebla face à des toros de Domingo Hernandez et Garcigrande, l'après-midi solo de Sébastien Castella face à deux toros des ganaderias de Nuñez del Cuvillo, Garcigrande et Victoriano del Rio. Le dimanche 21 enfin, toros de José Vazquez le matin pour Juan Bautista, Matias Tejela et Alejandro Talavante, toros de Victoriano del Rio l'après-midi pour Enrique Ponce, Miguel Angel Perera et l'alternative de Ruben Pinar. Renseignements et réservations à la taquilla du 4 rue de la Violette. Tel : 0891701401. Et sur
www.arenesdenimes.com.

ALEJAN... D'UTILITE TAURINE

Encouragé par la confiance des aficionados et par la reconnaissance des Toreros français, ALEJAN poursuit son aventure pour aider et soutenir les jeunes apprentis toreros des écoles taurines. Les menaces qui pèsent sur ces jeunes, en partie écartées par une première victoire de l'Observatoire, doivent nous pousser à continuer de les soutenir d'avantage, car d'autres batailles arrivent et ils sont l'Avenir de notre Culture. - Vêtements de qualité 100% français, Fierté de porter élégamment notre Aficion, Soutien aux jeunes apprentis toreros: 3 bonnes raisons de faire confiance àALEJAN . Nouveau site, nouvelle collection, nouvelles actions pour les écoles taurines avec nos matadors français, retrouvez tout cela sur notre site www.alejan.eu. Ils sont l'Avenir de notre Culture Taurine, mobilisons-nous pour les encourager, continuez de nous faire confiance. ALEJAN, Porter nos valeurs avec Fierté..."

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 








imprimez cette page