Lundi 15 septembre 2008


L'Edito

La photo

RIZZOTO SUCRE SALE

Des novillos en sucre d'orge de José Luis Marca à la brutalité du toro de Guardiola, le public arlésien a pu hier se faire une idée assez précise du large éventail de la caste que l'on trouve aujourd'hui, de la plus sophistiquée à la plus ancienne, sans toutefois tomber dans le leurre fallacieux de la mansedumbre mensongère. Voir l'édito


Actualité

ARLES : SERGIO AGUILAR A HOMBROS

Les vertus des corridas concours ne sont plus à prouver. Elles permettent au spectateur d’assister à un minimum de trois piques par toro, ce qui lui laisse du temps pour murir son opinion au sujet du degré de bravoure de chaque animal. En corrida ordinaire il n’a souvent qu’une fois pour comprendre la leçon. En  concours, la leçon  est répétée  par trois fois. Et comme la répétition est l’âme de la pédagogie, les concours font œuvre de pédagogie. Grâce au choix des encastes et au talent des trois matadors conviés, cette huitième édition arlésienne a parfaitement atteint son but. Toreros et toros ont joué le jeu. Sauf le « La Quinta » qui eut des détails  douteux, tous les toros sont sortis braves. Les plus complets furent le Miura et le Escolar Gil. Le Murube s’améliora sous le fer mais ne confirma pas dans la muleta.  L’andarin  Victorino dérouta cuadrilla et matador au premier tiers. Le Guardiola s’avisa vite. Espla : silence et oreille. Valverde : salut et ovation. Sergio Aguilar : oreille et oreille.
Le Murube combattit le picador avec intelligence. Il vint de loin avec allégresse, par trois fois, et opta dans le peto pour trois comportements  différents. Il refusa l’affrontement  frontal lors du premier assaut, en poussant de biais pour essayer de déborder son adversaire. Il s’améliora en second lieu en chargeant tête basse et en appui sur les quatre sabots. Il revint à une stratégie exploratoire, décochant de violents coups de têtes latéraux lors du derniers contact. A pied il cultiva la même ambigüité. Il humilia assez pour se laisser déplacer… et peut être plus si affinités. Après lui avoir donné la chance de s’ouvrir à lui, Espla considéra qu’il n’était pas un partenaire à son goût. Il l’expédia d’une entière habile et trois descabellos. Silence.  
Le Victorino Martin ne se laissa pas fixer. Il en résulta une lidia cafouillée qui lui interdit de briller face au cheval.  Quatre contacts furent autant de prétextes à ratages. En vieux routier de ruedos,  Espla ne se laissa pas décourager par tant de désordres. Montera en tête, il y mit promptement fin. Il se profila au plus près du Victorino pour s’imposer lors de deux séries droitières. Ce résultat obtenu, il avança la muleta, comme en ses meilleurs temps de novillero, pour parachever sa démonstration du coté gauche.  Après un pinchazo profond il laissa une entière en bonne place. Sûr de son coup,  il en mit spectaculairement en scène l’effet immédiat, en interdisant toute intervention à la cuadrilla et en se désintéressant ostensiblement de l’agonie de l’animal. Une grande réussite d’acteur et une oreille.
L’imposant Miura poussa avec franchise dans l’axe de sa colonne vertébrale. Il grata avant de s’élancer une seconde fois puis dut être sollicité de près pour la troisième où il poussa reins et postérieurs engagés mais sans l’explosivité des grands guerriers. Dans la muleta il porta humblement la tête vers le bas, mais resta problématique en raison de son gabarit ; pour aller lui chercher l’œil contraire il fallait un bras télescopique et une rallonge pour qu’il ne touche pas le leurre à la fin. Plutôt bien que mal Valverde réalisa une sobre faena, principalement droitière. Il conclut par une entière tendue longue à faire effet. Salut.
Le Guardiola déçut, même au cheval. Il poussa mollement en privilégiant la corne droite puis se réserva, ne poussa plus, se contentant de tenter de soulever le groupe. Lors de doblones donnés main basse, il émit ses premières protestation qui ne furent, hélas, pas les dernières. Il comprit vite que charger droit ne lui permettait jamais d’attraper un adversaire qui évoluait sur ses flancs. Ses coups de tête latéraux prirent de l’ampleur et Valverde opta pour en finir. Après trois voyages, il laissa une lame qui nécessita le recours au descabello.  Ovation.
Le La Quinta signa un premier détail douteux en refusant une fois le capote. Il confirma au cheval en se défendant de la tête dans le peto. Le second contact fut trop bref pour qu’il puisse s’exprimer. Tête turbulente et en l’air, il ne s’améliora pas au troisième essai.  Il ne se livra pas plus au troisième tiers où, tête à mi hauteur, il répondit sans empressement aux défis de son matador. Segio Aguilar accepta de se le passe très près, ce qui économise la charge et la fait passer pour plus longue qu’elle n’est.  Cette option lui permit de composer une faena ajustée et intense, proprement conclue d’une entière après pinchazo. Une oreille.
Le  Escolar Gil démontra son solide fond de bravoure en poussant  avec  style lors de trois piques prises en s’améliorant. Il ne confirma pas intégralement  à pied où son entrega fléchit. Nonobstant, il signa dans les leurres un comportement très typé Albaserada. Il baissa la tête fort et brièvement. Juste le temps pour que son matador capte son attention dans la muleta. Exercice difficile réservé aux plus grands ! Avec sa froide détermination et son habileté Sergio Aguilar peut être de ceux là. Tragiquement compliquée par le vent, sa faena connut de grands moment où jamais son impavidité ne fut prise en défaut. Après un entière, il coupa une nouvelle oreille,  en dépit de la maladresse de son puntillero qui releva le toro. Le prix du meilleur toro fut attribué à celui d'Escolar Gil et celui du meilleur picador à Angel Rivas qui avait piqué le Miura sur Icone de Bonijol. Un prix spécial imprévu fut remis à Sergio Aguilar.
Frédéric Pascal. Voir reportage André Viard - Valérie Lhéraud.

ARLES : MARCO LEAL A HOMBROS

Sympathique novillada matinale à base de novillos bien faits marqués au fer de Jose Luis Marca. Le pelage est varié du jabonero au noir liston en passant par le salpicado ou le colorado, tous ont fait montre d’une belle noblesse avec un sixième exemplaire extraordinaire d’allant. Sous le fer la bravoure est restée modeste et quelques genoux ont plié. Nouvelle sortie a hombros (la cinquième consécutive) pour Marco Leal (blanc et argent – oreille et oreille) manifestement heureux de fouler la piste de « son » amphithéâtre. De bonnes manières au capote, palos enjoués et entame au centre face à un premier novillo peu volumineux mais qui répète de loin. Les séries sont allurées avec quelques égratignures, les pechos sont marqués et l’aguante est bien là. La lame est entière après un pinchazo un poil bas. Oreille et novillo ovationné. Nouvelle oreille donc après sa seconde partition jouée en débutant par une larga aux planches puisque la portagayola avorta le novillo sortant en longeant les planches. Le quite après éraflure de Gaben est allègre et les palos envolés, quiebro et violin ovationnés. Brindis au malchanceux Tomasito et début de faena dans le vent. Le novillo se laisse faire à gauche mais résiste sur la droite, la musique joue et l’entière caida. Nouvelle oreille.
Ce malheureux Tomasito (violet et or – salut après trois avis et ovation après deux avis) qui aura démontré de fort bonnes manières au cours de ses deux prestations. La première est brindée à Pierre Schull par l’intermédiaire de Jacques Lanfranchi et débute extra. Las le novillo se réserve, s’éteint un peu et la mise à mort dramatique. Trois avis. Pleurs sur l’épaule de Simon Casas son apoderado et salut exigé par le public qui garnissait un gros quart d’arène. Au grand galop son second viendra désarmer cet autre arlésien et prendra un picotazo avant d’être bien banderillé par Paquito Leal. Le brindis va au public et la faena débute en douceur avec musique immédiate pour d’excellentes séries des deux bords. Las, trois fois hélas nouvelle débâcle à l’épée, deux avis supplémentaires et mine contrariée du jeunôt qui devra très rapidement réparer cette lacune sous peine de perdre tous les trophées auxquels il peut pourtant prétendre.
Polémique entre Présidence et Miguel Tendero (vieux rose et or – vuelta et oreille) après une élégante première faena parfaite de technique et de rythme pour laquelle beaucoup demandaient l’oreille non accordée ? Le joli novillo répète mais chute souvent d’où l’absence d’émotion et le public se lasse en entendant les « bieeeeeennn » superflus de Gonzalo Gonzalez, son apoderado, au moindre mouvement de l’Albaceteño… Oreille ou pas ? et bronca au président. Pas de problème en revanche pour celle de son second, joli castaño accueilli par un capoteo élégant. Nouvelles chutes d’un novillo qui ne se livre que contraint et forcé. La musique joue et quelques séries s’égrènent dans le vent et sous le soleil. Pinchazo et demie lame d’effet rapide avant la sortie sous l’ovation tandis que Marco Leal sort a hombros.
Pierre Charrain. Voir reportage André Viard.

APPEL ANONYME AUX AFICIONADOS

Plusieurs lecteurs s'étonnent d'avoir reçu dans leur bôite à lettre un appel anonyme à rejoindre un "blog d'aficionados" dont les promoteurs expliquent que l'anonymat permettra de s'exprimer en toute liberté. Curieuse manière de concevoir la liberté d'expression que de la conditionner ainsi à l'irresponsabilité d'une identité factice, ce que d'autres forums cautionnent aussi, et ce qui aboutit bien souvent à des dérives regrettables... à moins que l'on ait des choses à cacher, au premier rang desquelles l'identité des promoteurs de cette opération. Pourquoi donc avoir honte de ses opinions au point de ne pas vouloir les signer de son nom, en commençant par cet appel aux aficionados dont pas grand monde ne semble comprendre la réalité des intentions ?

STAGE DE TAUROMACHIE

Gilles Marsal propose un stage de tauromachie à Mont de Marsan les 18 et 19 octobre. Pour plus de renseignements.

PHOTOS TAURINES

Notre compañero Pierre Delhoste invite les aficionautes à visiter son site où il publie ses reportages de la temporada.

FINALE DES CAPEAS

La finale du trophée de l'Armagnac entre les meilleurs élèves des écoles taurines aura lieu le samedi 20 septembre à Vic à 16 heures. Quatre becerros de Michel Agruna seront toréés par Joselet de Colmenar Viejo (sélectionné à Eauze), Clementito d'Hagetmau (sélectionné à Plaisance), Alexandre Bachelet (Richard Milian) sélectionné à Cazaubon), Alejandro Rubio de Nîmes (sélectionné à Condom). À 18 heures capea libre pour les enfants et les amateurs. 19 heures 30 remise du trophée, 20 heures apéritif et repas à la Maison Bleue. Réservation 06.19.79.49.01 ou 05.62.06.52.39.

NÎMES : "ORIGINES ET PASSION" EXPO AU CHEVAL BLANC

Stagiaire au Musée du Vieux Nîmes et au Musée des Cultures Taurines, Manon Le Rolland, soeur d'un des élèves du Centre de Tauromachie de Nîmes, a souhaité dans le cadre de sa fin d'études organiser une exposition sur les élèves. Est apparue alors que sur l'ensemble des inscrits, les trois quart n'étaient pas originaires de Nîmes ni de sa région mais plutôt de l'Ain (Oyonnax) pour Mateo Julian, Niort pour Thomas Bournel, Paris pour Folco Jullien, Saint Rémy en Bourgogne pour Victor Alvarez, Cergy pour Arthur Pons... Avec l'aide d'Eric Portales, Professeur d'Art Plastique à Arles qui a fait les photos, l'expo est donc née, laquelle met en évidence le fait qu'il ne suffit pas d'être Nîmois, Arlésien ou Montois, bref de venir d'une région à tradition taurine, pour vouloir être torero.
L'exposition se compose de 12 cadres correspondant chacun à un élève et dans lequel il y a trois photos : une sur son lieu de naissance avec un objet de leur enfance, une à l'entraînement de salon dans les Arènes de Nîmes puisque les entraînements du Centre de Tauromachie de Nîmes se déroulent dans l'amphithéâtre romain, et une en train de toréer. L'exposition est en place jusqu'à la fin septembre et visible au Salon Picasso de l'Hôtel Résidence Le Cheval Blanc aux heures et jours d'ouverture de l'établissement (qui ne ferme pour ainsi dire jamais). Une rencontre autour de cette exposition aura lieu le mercredi 17 septembre à partir de 19h00 à l'Hôtel Résidence le Cheval Blanc de Nîmes. Un apéritif sera offert à cette occasion. En même temps que cette discussion, Philippe Donadille présentera en avant-première son dernier court métrage intitulé : "Mort dans l'après-midi" dans lequel notre élève Mateo Julian joue son propre rôle.

ISTRES CLÔTURE SA TEMPORADA

Samedi 4 et dimanche 5 octobre Istres clôture sa temporada par  la 2e édition du week-end de l’aficion. Au programme : Samedi 4 octobre: soirée de l'aficion. Halle polyvalente, 19h Remise des prix de la temporada  Apéritif, Repas en présence des toreros du festival  Spectacle de Corinne Sauvage Expositions (peinture, sculpture, céramique, photos), film taurin... Tarifs : 25 euros/ personne. Réservations et inscriptions au 04 90 55 27  97 ou directement sur place : DEP, Arènes le Palio. Inscriptions : DEP Arènes Le Palio : 04 90 55 27 97. Dimanche 5 octobre : Grand Festival taurin. Arènes Le Palio, 15h Organisé en collaboration avec le club taurin Paul Ricard d'Istres pour Juliette et Nicolas au profit de l'association VML (vaincre les maladies Lysosomales). N ovillos de Antonio Banuelos (Burgos) pour  Ruiz Miguel, Ortega Cano, Victor Mendes, Julio Aparicio et les novilleros Patrick Villebrun et "Tomasito". Tarifs : 40 et 20 euros. Réservations : Office de Tourisme 04 42 81 76 13 ou CTPR 04 42 55 00 38

FERIA DEL PILAR DE ZARAGOZA

Samedi 4 octobre, toros de Dolores Aguirre pour Mari Paz Vega, Iván Vicente et Joselillo. Dimanche 5 toros de Los Espartales pour Antonio Domecq, Diego Ventura et Joao Moura. Lundi 6, toros du Conde de la Corte pour Luis Miguel Encabo, Fernando Robleño et Alberto Álvarez. Mardi 7, toros de Adolfo Martín, pour Javier Valverde, Serranito et Luis Bolívar. Mercredi 8 toros de Valdefresno, pour El Fundi, Antonio Barrera et Serafín Marín. Jeudi 9 t oros de Fuente Ymbro, pour Cesar Jiménez, Matías Tejela et Daniel Luque. Vendredi 10 toros de Núñez del Cuvillo, pour El Juli, El Cid et El Fandi. Samedi 11 toros d'El Torreón, pour Enrique Ponce, Sébastien Castella et Salvador Vega. Dimanche 12 toros de Zalduendo, Victoriano del Río, La Campana, Núñez del Cuvillo, El Pilar et La Palmosilla pour Morante de la Puebla. Lundi 13 toros de Miura, pour El Fundi, Rafaelillo et Jesús Millán. Samedi 18 novillos de Angoso Catalina y Hermanos, pour Manuel Rodríguez, José Arévalo et Martín Campanario. Dimanche 19 toros de Guadalest pour Manolo Sánchez, Eugenio de Mora et Daniel Cuevas qui prendra l'alternative.

VIC : BOLSIN TAURIN DE LA SAINT-MATHIEU

Pour clôturer sa temporada, le 21 septembre le Club Taurin Vicois organise comme chaque année son bolsin taurin. Au programme : à 11 heures deux novillos de « Aimé Gallon » pour Cayetano Ortiz et Mathieu Guillon, le meilleur étant qualifié pour l’après-midi.13 heures  repas Champêtre - Animation Musicale.   16 heures 4 novillos de « Aimé Gallon » pour Sergio Blanco, Cristian Escribano et le qualifié du matin. Le triomphateur combattra le 4 ème novillo

FERIA DES VENDANGES À NÎMES

L'affiche ci-contre réalisée par Jean Nouvel en hommage au solo de Sébastien Castella a été dévoilée hier. La feria des Vendanges débutera le 18 septembre avec des toros de Robert Margé pour Curro Diaz, Salvador Vega et Luis Bolivar, se poursuivra par la double cession du vendredi 19 : le matin, novillos de Manolo Gonzalez pour Roman Pérez, Alejandro Espla et Tomasito, l'après-midi le Juli face à six toros de Daniel Ruiz à l'occasion du dixième anniversaire de son alternative. Le samedi 20, cartel d'artistes le matin avec Julio Aparicio, Javier Conde et Morante de la Puebla face à des toros de Domingo Hernandez et Garcigrande, l'après-midi solo de Sébastien Castella face à deux toros des ganaderias de Nuñez del Cuvillo, Garcigrande et Victoriano del Rio. Le dimanche 21 enfin, toros de José Vazquez le matin pour Juan Bautista, Matias Tejela et Alejandro Talavante, toros de Victoriano del Rio l'après-midi pour Enrique Ponce, Miguel Angel Perera et l'alternative de Ruben Pinar. Renseignements et réservations à la taquilla du 4 rue de la Violette. Tel : 0891701401. Et sur
www.arenesdenimes.com.

ALEJAN... D'UTILITE TAURINE

Encouragé par la confiance des aficionados et par la reconnaissance des Toreros français, ALEJAN poursuit son aventure pour aider et soutenir les jeunes apprentis toreros des écoles taurines. Les menaces qui pèsent sur ces jeunes, en partie écartées par une première victoire de l'Observatoire, doivent nous pousser à continuer de les soutenir d'avantage, car d'autres batailles arrivent et ils sont l'Avenir de notre Culture. - Vêtements de qualité 100% français, Fierté de porter élégamment notre Aficion, Soutien aux jeunes apprentis toreros: 3 bonnes raisons de faire confiance àALEJAN . Nouveau site, nouvelle collection, nouvelles actions pour les écoles taurines avec nos matadors français, retrouvez tout cela sur notre site www.alejan.eu. Ils sont l'Avenir de notre Culture Taurine, mobilisons-nous pour les encourager, continuez de nous faire confiance. ALEJAN, Porter nos valeurs avec Fierté..."

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 








imprimez cette page