DEFIS DE FIN DE TEMPORADA


La fin de temporada s'annonce riche et mouvementée, plusieurs toreros de premier plan ayant décidé d'assurer leur position avant la coupure hivernale. Juli et Castella combattront six toros à Nîmes, Morante fera de même à Zaragoza et il se murmure que Perera serait tenté de les imiter... à Madrid pour la feria d'automne. Casi nada.

Sur les deux premiers défis, de bons augures planent ces derniers jours : Juli comme Castella affichent un réjouissant regain de forme et les deux semblent prêts, avec la complicité des toros nîmois, à offrir au public ce qu'il viendra chercher, du mouvement, des émotions, des triomphes et des oreilles.

Sur l'encerrona de Morante un parfum d'évènement plane aussi. À Madrid, par deux fois, il a tenté cette "folie", la première lui fut fatale et la seconde... aussi. Dans un cas il se retira pour raisons de santé, et dans le second il se retira aussi en raison de problèmes avec son apoderado. L'encerrona de Zaragoza ne semble pas marquée du sceau de cette malédiction, et les veedores de Morante recherchent d'arrache-pied des toros à son goût. Une arène de première catégorie possède ses exigences, mais lorsque l'on a vu Morante à San Sebastian et Bilbao deux fois, on comprend que c'est là, dans des conditions authentiques, que finalement son art éclot le mieux.

L'encerrona de Perera, elle, est à prendre au conditionnel. Il en avait formulé la possibilité, mais on semble butter maintenant sur le choix des toros. Madrid n'est pas Puerto Banus et en octobre il n'est pas facile de trouver de "bons" toros pour la première arène au monde. Est-ce toujours d'actualité ? Est-ce déjà perdu ? On prête au torero l'intention de profiter de son grand moment de forme pour faire exploser Las Ventas... et sa côte par la même occasion.

Car il n'y a aucune occasion de penser que face à six toros triés sur le volet Perera ne sortirait pas de Madrid consacré grâce à son toreo surpuissant et si parfaitement mis en place que même les toros semblent se régaler à poursuivre sa muleta. Si vous en doutez, un subtil détail de la photo du jour permet de s'en persuader.

André Viard