dimanche 11 septembre 2005


EDITO


LE TORERO ET SES CIRCONSTANCES


Au-delà du décompte froid des prestations des toreros, existe une autre lecture pour chacun d'eux. Connaître les raisons de tout est certes impossible, mais en grattant un peu il y a beaucoup de choses que l'on sait. Voir édito d'André Viard


ACTUALITE


ARLES : TRIOMPHE DE JUAN BAUTISTA

Paseo de la goyesque
sur la piste décorée par Christian Lacroix
Toros de Mercedes Pérez Tabernero mobiles et de bonne race. Très collaborateurs les second et troisième, pas gênant le premier, ne tenant pas la distance (éteints au final)  les quatrième et cinquième, qui demandait beaucoup à être toreer le dernier. César Rincon, ovation et salut après avis. Morante de la Puebla, salut et salut. Juan Bautista, deux oreilles et silence, sortie en triomphe. Le mathématicien Rincon, l’artiste inspiré Morante, le local Jalabert et les  toros de Tabernero ont donné un spectacle particulièrement plaisant. Il est dommage qu’une partie ultra minoritaire du public n’ait  retenu que la baisse de régime enregistrée lors des trois derniers combat, sans savoir valoriser la qualité globale de l’enciero et en particulier des trois premiers toros. 
Le premier mit  les reins dans le peto, tout en jouant d’une corne droite particulièrement accrocheuse. Rincon ne se laissa pas impressionner par le vilain "derrote" de ce coté et, muleta très avancé, s’imposa par derechazos, pour mieux tenter de profiter du coté gauche. Hélas, se sentant dominé, son adversaire prit alors refuge dans les planches et l’affaire tourna court. 2 pinchazos et 1/3 de lame en finirent laborieusement. Ovation après avis. Le quatrième fit son devoir au cheval. Rincon tenta de lui donner de l’allant en lui cédant beaucoup de terrain entre les passes, puis le cita de très loin et put ainsi lui voler quatre très longues charges, que le Tabernero  rechigna à répéter. Il se cantonna, dès lors, dans les ½ trajectoires jusqu’à ce que Rincon s’en défasse d’une entière portée avec foi.  Salut.  
Le second poussa avec grande classe, en appui propulsif sur les quatre sabots et  tête basse dans le peto. Il confirma les qualités de sa charge aux banderilles. Inexistant au capote, Morante se hissa à sa hauteur, enracinant dans le sable d’Arles les plus profonds derechazos de la temporada française. Pour ouvrir les voies du triomphe, la faena manqua cependant de rythme, du fait du relatif manque de moteur du Tabernero. De plus, la mise à mort sans brio laissa le public perplexe. Salut. Le galop du cinquième fit naître quelques nouveaux espoirs, mais il baissa de ton à la pique, où il fit chanter l’étrier. Il conserva cependant un bel élan au troisième tiers. Morante lui mena la vie dure, muleta très avancée et main basse.  Dans  une indifférence de plus en plus généralisée ce dernier exploita au mieux sa charge claire, mais un peu fade, lors d’interminables naturelles. Pinchazo et ¾ de lame. Salut. 
Juan Bautista a hombros (photo Charrain)
Le troisième fut anodin sous deux courtes piques, prises tête à mi hauteur,et arriva à la muleta maniable, mais sans humilier à gauche. Crânement Juan Bautista l’attaqua par derechazos depuis le centre du ruedo. Ce toro demandait à être mené par une main de fer (pour maîtriser la bravoure) dans un gant de velours (pour ne pas casser la charge). Juan Bautista tâtonna avant de trouver le bon dosage. Alternant effets faciles et cites de face, il parvint à chauffer son public  puis enfonça un grand volapie qui lui valut deux oreilles. Le dernier ne démérita pas aux piques mais ne se révéla que dans les leurres, où sa férocité (fiereza) le rendit incommode. Juan Bautista fit l’effort de ne pas rompre sous ses regards lancés de coté, mais ne put s’imposer que par bribes. Il tua d’un pinchazo suivi de ¾ de lame. Silence. Sortie en triomphe par la grande porte. Juan Bautista a brindé son second toro à Christian Lacroix. Plein apparent, temps nuageux, pas un souffle de vent. . Frédéric Pascal. Reportage Isabelle Dupin.

RONDA : MOURA, RIVERA ET VEGA A HOMBROS, CID RECHUTE

Un toro de Benítez Cubero, pour Joao Moura junior deux oreilles et six de Jandilla pour El Cid ovation après nouvelle luxation du coude, Rivera Ordóñez salut et deux oreilles, Salvador Vega oreille avec pétition et oreille. En tuant son premier adversaire le Cid s'est à nouveau luxé le coude et a dù se retirer à l'infirmerie. Il ne pourra être à Dax aujourd'hui et espère pouvoir reprendre pour son seul contre six de Séville dans quinze jours. Joao Moura hijo, Rivera Ordóñez et Salvador Vega auteur de deux belles faenas sont sortis a hombros.

DAX : OREILLE POUR LE FUNDI

Fundi aux banderilles
Toros de Adelaïda Rodriguez bien présentés, d’un gabarit homogène avec des poids oscillants entre 502 et 542 kg. Côté moral, la bravoure brute leur a fait cruellement défaut, notamment lors des tercios de piques qu’ils abordèrent avec plus ou moins de mansedumbre, sans pousser avec un manque de force flagrant. Les premier, troisième et sixième ont fait preuve de noblesse et ont régalé les toreros, le cinquième avait des possibilités mais était tardo, le deuxième était faible et éteint et le quatrième désordonné et accrocheur sous la muleta. A l’issue du paseo, Meca reçut plusieurs trophées souvenir par Jacques Forté, maire de Dax, Jean-Pierre Junca-Lamarque et les présidents de chaque peñas dacquoises pour honorer sa dernière prestation dans le ruedo dacquois. José Pedro Prados « El Fundi », oreille et salut au tiers, Stéphane Fernandez Meca, silence et silence, Luis Vilches, salut après avis et vuelta après avis.
Le Fundi reçoit son premier par un capeo volontaire et posé. Le toro est châtié par le picador de réserve. Après la première pose de banderilles, Fundi est poursuivi par le toro, saute le callejon, glisse en retombant et s’abîme le nez contre les planches occasionnant une plaie sans conséquence. Quelque peu vexé, il entame sa faena avec décision et profite de l’excellente corne droite pour enchaîner trois séries de fort belle facture. Par la suite le toro faiblit et José se fait accrocher la muleta ôtant ainsi un certain relief à sa faena. Un pinchazo, une entière bien placée, oreille après pétition. Devant son second, le Fundi éprouvera beaucoup de difficultés à fixer ce toro dans sa muleta. Le toro est faible et court à droite. Le matador madrilène fait beaucoup d’efforts pour pas grand chose et termine par une entière caida et trasera, salut au tiers.
Meca semble saturé en cette fin de temporada. Son premier toro est manso dès sa sortie et prend une vilaine pique dans l’épaule lors de sa seule rencontre avec le cheval. Meca brinde à Hervé Touya et, muleta en mains, tente de maintenir ce toro debout. En vain. Le toro s’éteint complètement malgré les « pataditas » du français pour solliciter sa charge. Il conclut par un bajonazo, silence. Son second offre plus de possibilités. Il a été mal piqué mais charge avec vivacité et de la noblesse, surtout sur le côté droit. Meca s’embrouille un peu et n’arrive pas à enchaîner les séries. Le travail est haché et le toro devient compliqué. Un pinchazo et un nouveau bajonazo au final, le public restera silencieux par respect pour sa grande carrière.
Luis Vilches a réalisé deux splendides faenas mais sur son passeport, il est écrit « matador de toros ». Son incroyable inefficacité à l’épée l’a privé d’une après-midi triomphale à Dax et il ne peut s’en prendre qu’à lui-même. Elégant et efficace au capote devant ses deux opposants, il a particulièrement brillé muleta en mains. Il faut dire qu’il a touché les deux meilleurs toros de la tarde et peut-être de sa saison. Son premier était fondant des deux côtés et allait bien au-delà de la course de la muleta. Et son second possédait une noblesse formidable beaucoup plus développée sur la corne gauche. Les deux faenas furent du même acabit, empreintes d’élégance et de classe mais elles avaient une fin. C’est là que Vilches a failli : à son premier, un mete y saca, 2 pinchazos, un tiers d’épée, un avis, une entière, salut au tiers, devant son second, cinq pinchazos, ½ tendida, un avis, vuelta. Arènes quasiment pleine, pluie fine au dernier toro, température agréable.
Jean-Paul Campistron. Reportage Philippe Gourgues.

DAX : MANO A MANO ATYPIQUE

Pour remplacer le Cid et comme nous en avions avancé la possibilité, la commission taurine de Dax a invité Juan José Padilla. c'est donc à un mano a mano atypique que les aficionados sont invités à assister, avec deux toreros dont le moins que l'on puisse dire est qu'ils possèdent des personnalités très différentes.

PLACES À CEDER

Pour samedi 17 septembre à Nîmes, à la corrida mixte du matin et à la despedida de Meca lors de la corrida de Samuel Flores du soir. Torils bas A, rang 1 (autrement dit en barrera). clairegiuli@hotmail.com

GALERIE PHOTO : CARTE BLANCHE À BRUNO LASNIER

Terres Taurines ouvre ses cimaises virtuelles aux compañeros potographes qui le souhaitent. Bruno Lasnier, auteur de plusieurs ouvrages sur la tauromachie, essuie les platres. Voir expo.

EXPO TAURINE À PARIS

Une exposition sur le thème de la tauromachie avec au "cartel" Laure Donnedieu de Vabres et José Manrubia est organisée à Paris mi septembre à la galerie Art Génération en partenariat avec IbisKus Conseil. Le vernissage aura lieu le jeudi 15 septembre de 18 heures 30 à 22 heures. Renseignements sur http://artgeneration.fr/vernissage_tauromachie.htm

VOYAGE À ARNEDO AVEC SAVALLI
Le Cercle Taurin Paul Ricard d'Arles organise un séjour à Arnedo du jeudi 29 septembre (5h du matin devant la bourse du travail boulevard des lices) au dimanche 2 octobre (retour après la remise du Zapato de Oro). Le prix est de 300 euros pour les membres, de 350 pour les extérieurs (aller retour en car, quatre novilladas, trois nuits d'hôtels avec petit déjeuner et visites de deux ganaderias). Les cartels : jeudi 29 novillos de José Luis Osborne pour Alberto Aguilar, Daniel Luque et José Moral, Vendredi 30 novillos de Miranda y Moreno pour Curro Sierra, David Estève et Joselito Adame, Samedi 1 novillos de Fuente Ymbro pour Jose Maria Lazaro, Alejandro Morilla et Medhi Savalli. Dimanche 2 Novillos de Guadaira pour Sergio Marin, Sergio Serrrano et Perez Mota. Renseignements au 0686274600 et 0680236008.

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction

contact rédaction

 
















imprimez cette page