Vendredi 23 août
2013

L'Edito

 

ÉLOGE DE L'IMPERFECTION

Un peu de vent, un peu d'imprécision, un peu de précipitation, de l'ambition, de la caste, même teintée de mansedumbre, et l'on obtient le coktail presque parfait pour réussir une tarde pleine d'intérêt et riche en émotions diverses.

Voir édito





   
Clemente à Dax

Actualité

EMBRUNS DE DUENDE

Embruns de duende : volatile par nature, le souffle du toreo pur ne peut se capturer. Comme l’écume de mer ou l’eau pulvérisée des brumisateurs d’ambiance, l’embrun du duende est une effluve subtile : aussitôt le ressent-on, aussitôt il disparaît. Rencontre privilégiée avec Curro Romero, un mythe timide et discret.
Dans cet opus aussi, l’épopée des toros de Urquijo, de la splendeur à la nostalgie, l’histoire de ceux que l’on élève à Fuente Rey sous la protection d’une étrange pyramide, les talismans de Guisando et la consécration de Juan Bautista, ainsi que l’autre chemin d’Antonio Ferrera, triomphateur de la dernière San Isidro. Feuilletez-le en ligne... puis précipitez-vous.

BILBAO : FANDIÑO POSE SES CONDITIONS, LA VÉRITÉ.

Ivan Fandiño et Del Alamo ont chacun coupé une oreille de valeur radicalement différente. Padilla s'est fait applaudir en banderilles. Les Jandillas s'ils n'ont pas eu la caste, ni la force de combattre au cheval, ont donné un jeu intéressant, parfois compliqué dans une après-midi qui a gagné en piquant par leur présence. Leur présentation fut d'honorable à sérieuse dans l'encaste. La demi-entrée dépassée d'aficionados n'a en rien regretté d'être présents cet après-midi.
Padilla reçoit son premier par une larga cambiada à genoux enchainée avec des véroniques. Le Jandilla est mal piqué puis peu piqué sans s'employer par manque de force. Fandiño intervient en quite par tafalleras et demi, extrêmement exposé, le toro se défendant déjà. La première paire de banderilles de Padilla est posée dans le berceau en cuarteo. Trois autres paires moins réussies suivent. Brindis au public. Padilla est volontaire mais le faible Jandilla proteste et se défend avec vice. Final par macheteo (toreo de punition par le bas). Pinchazos avant entière en arrière et de coté. Silence. Avec son second Padilla ne s'exprime pas non plus. Il le passe en deux véroniques de qualité sur la corne gauche. Deux excellentes paires de banderilles du Maestro précèdent un nouveau brindis par télévision interposée. Le toro s'immobilise après la première série de doblones. Pinchazo et 3/4 de lame tendida et de coté (caida). Plusieurs descabellos et Silence.
Fandiño a prouvé que le public qui fête le toreo moderne est aussi sensible, réceptif et ému par le toreo pur, sans fioriture, avec un degré de vérité à des années lumières de ce que nous voyons habituellement. Son premier opposant est splendide de présentation, mobile avec du piquant car tardo et violent dès sa sortie en piste. Fandiño donne l'ordre de ne pas le châtier. Del Alamo tente un quite par delantales et demie dans lesquels il n'arrive pas à trouver le rythme et se fait toucher la toile. Le toro tire des derrotes. Loin de s'en émouvoir Fandiño va au centre et donne deux Pendulos et un pase du desprecio sans bouger. Le public réagit. Fandiño donne de la distance à l'opposant et le toro qui est cru, attaque fort. Fandiño sans chercher une position avantageuse baisse la main et guide. La troisième série est l'exemple parfait de l'abandon dans le sérieux absolu, même si la série n'est pas parfaite esthétiquement. La musique joue. La série suivante à gauche est hachée avec perte de la muleta car Fandiño est exposé. Alors il donne une nouvelle série à gauche sans rectifier sa position, en baissant la main et en tirant loin l'animal. Le retour à droite résulte en une série énorme de vérité, corps dans le chemin de l'animal et tourné vers lui, se retournant pour donner la passe suivante dans le même positionnement. La série suivante va de menos a mas terminant avec le toro cousu à la muleta et au corps du torero. Les manoletinas finales sont du même cru et le toro brave à la muleta continue à donner de l'émotion. L'épée portée avec sincérité résulte trasera, caida, atravesada, ce qui explique probablement que le président n'ai pas accordé la deuxième oreille massivement demandée par les tendidos. Pour de nombreux aficionados, il s'agit de la faena de la feria jusqu'à présent. De la réception à son second toro ressortent trois véroniques en lançant la cape pour donner la passe avec anticipation. Mal piqué le jandilla ne se met pas en valeur. Si la faena n'atteint pas l'intensité de la précédente, elle n'en est pas moins fondée sur les mêmes principes qui en font une faena sérieuse et intense. En milieu de trasteo une série à gauche est, compte tenu des caractéristiques du bicho, d'une gravité étonnante lorsque les cornes passent à quelques millimètres des cuisses. L'arrimon final tranche avec les tours de magie d'autres auteurs. Une entière atravesada avec sortie sur le flanc précède un descabello. Ovation et salut au tiers.
Juan del Alamo qui remplaçait Morante blessé est passé , à mon sens, à coté de son premier adversaire. Il ne le passe pas à la cape. L'animal est très mal piqué. Toutefois il fait l'avion dans les capes des subalternes sur la corne gauche en particulier et se déplace sur les deux cornes. Loin d'en tenir compte, après un brindis à Morante présent dans les gradins, del Alamo débute la faena à droite par des passes probatoires incompatibles avec une intention de triomphe. Plus de la moitié de la faena se déroule à droite avec des passes d'abord avec un replacement, puis en gardant le terrain mais en écartant exagérément les pieds. Seulement à la quatrième série il prend la mesure de la qualité de l'opposant. Ce n'est que lorsque le toro a perdu son jus qu'il l'entreprend à gauche, trop tard pour valoriser son excellente charge vue plus tôt. Quelques détails de fin de faena avec une épée tendida et caida lui permettent de couper une oreille sollicitée par le public. Avec le dernier Jabonero Del Alamo a pu montrer quelques muletazos relâchés et artistiques dont il a le secret. Quelques manoletinas précèdent 3/4 d'épée tendida d'effet rapide. Palmas et salut.
Bonne journée pour Jandilla et grande après-midi de Fandiño. La confrontation en mano a mano avec Perera demain sera le parallèle de deux styles très différents et opposés. Pourvu que les toros de Fuente Ymbro aient un jour "avec". René Philippe Arneodau.

PRIX POPELIN

Le prix Claude POPELIN récompensant le matador David MORA JIMÉNEZ, meilleur lidiador de la temporada 2011 en France, lui sera remis le vendredi 30 août 2013 à 19 heures, aux Arènes de Bayonne (porte A). Le prix Claude POPELIN 2012 sera remis à Fernando GARCÍA ROBLEÑO, dans le ruedo bayonnais, à l’issue du paseo de la corrida du samedi 31 août

TIENTA À AIRE

Vendredi 23 août, à Aire sur l’Adour. 19H aux arènes, tienta de 4 vaches de la ganadéria du Lartet, pour les novilleros « El Adoureño » et Andy Younes qui avait été en juin le triomphateur de la novillada non piqué. Le Picador sera Laurent Langlois. Prix 5€. À l'issue du spectacle, vers 20h30 le traditionnel "Toro à la Broche" aux allées de l'Adour. Prix 15€ (entrée, plat, fromage, dessert, vin). Menu enfant 5€. L’entrée à la tienta est gratuite avec le ticket du repas.

TERRES TAURINES SUR TWITTER

Depuis quelques mois Terres Taurines est sur twitter dans sa version espagnole. Rejoignez-le pour recevoir, en français, des infos parfois exclusives et impressions à chaud en direct des ruedos et du campo. @Tierras Taurinas.

CORRIDA DE MIMIZAN

Samedi 24 août à 17 heures : 6 toros de Camino de Santiago pour Thomas Dufau, Juan del Alamo et Juan Leal. Participation de la cuadra d'Alain Bonijol.
Le matin 11h. becerrada avec les élèves de Adour Aficion et la présentation d'André Lagravère. Location au 06 45 34 94 52.

FERIA DE RION

Samedi 24 août : quatre erales de Montalvo pour un cartel 100% Adour, Jean-Baptiste Molas, Yanis "El Adoureño", Andy Younes et en classe pratique, André Lagravère "El Galo". Dimanche 25, erales de Valdefresno pour Louis Husson, Juan Torres "Juanito" et Joaquin Galdos Moreno.

NOVILLADA DE SAINT-SEVER

Dimanche 25 août, à l'occasion des Fêtes de Péré, à 18h, 6 novillos de José Manuel Escolar Carrasco pour Antonio Lomelìn, Francisco José Espada et Borja Jiménez. Auparavant à 11h du matin, 4 erales de Casanueva "Cap de Gascogne" (José et Guillaume Bats à Saint-Sever) seront lidiés par Antonio Reinoso "Ajaujo", Louis Husson, El Adureño et Andy Younès, les trois derniers issus de l'Ecole Adour Aficion. Entre les deux, vous pourrez vous restaurer sur l'Esplanade du Terré lors du repas à 10€/personne.

NOVILLADA DE SAINT-PERDON

Dimanche 1er septembre à 11 heures aux arènes du Plumaçon. Novillada concours, novillos de Miura, Guardiola, Palha, Murteira Grave, Pilar Poblacion et Pedraza de Yeltes, pour Manuel Dias Gomes, Rafael Cerro et Diego Garrido.
Renseignements.




TEMPORADA BAYONNAISE

Le bureau des arènes est ouvert du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et 15h00 à 18h00. Pour joindre le bureau des arènes: 0811 80 64 64. Renseignements. Samedi 31 août toros de Cebada Gago pour Fernando Robleño, David Mora et Sergio Flores. Dimanche 1er septembre au matin novillos de Antonio Bañuelos pour Román, Brandon Campos et Tomás Campos. L'après-midi toros d'El Tajo y La Reina pour El Juli, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque.


FERIA DU RIZ À ARLES

Jeudi 5 septembre, novillada sans chevaux nocturne avec des erales de Tardieu et les élèves de l'École taurine d'Arles. Vendredi 6, novillos de Dos Hermanas pour César Valencia, Francisco José Espada et Lilian Ferrani. En nocturne, second Championnat d'Europe des recortadores. Samedi 7 corrida goyesque, toros de Domingo Hernández pour Enrique Ponce, El Juli et Juan Bautista. L'amphithéâtre sera décoré par l'architecte Rudy Ricciotti. Dimanche 8 au matin, corrida portugaise, toros de Gallon pour Fermín Bohórquez, Joao Moura fils et Ginés Cartagena, avec les forcados de Chamusca. L'après-midi, toros de La Quinta pour El Cid, Manuel Escribano et Diego Silveti.

TEMPORADA DE DAX


Pour Toros y Salsa : samedi 7 septembre toros de Torrestrella pour Padilla, Fandiño et Jiménez Fortes. Dimanche 8 deux toros de Victorino Martín, deux de Fuente Ymbro et deux de Garcigrande pour Morante et Castella.

FERIA DE CARCASSONNE

Vendredi 30 août à 20 heures, novillos de Aguadulce pour la rejoneadora Joana Andrade avec les forcados de Cascaïs, et les novilleros Miguel de Fernando et Luis Miguel Castrillón. Actuarán los Forcados de Cascaïs. Samedi 31 à 17 heures, novillos de Cebada Gago pour Tomás Angulo, César Valencia et Dorian Dejean. Dimanche 1er septembre à 11 heures 30 Fiesta campera, à 17 heures novillos de Miura pour Imanol Sánchez, Jesús Chover et Alberto Pozo.

EXPO PERMANENTE
DE TERRES TAURINES À LAS VENTAS


Devant un public fourni et en présence de nombreux ganaderos, l'exposition consacrée au toro au campo par Terres Taurines a été inaugurée hier midi par André Viard. Installée dans la galerie du Tendido 2 elle restera accrochée durant toute la temporada. Parmi les toros exposés, entre ceux de Miura, Adolfo Martin, Prieto de la Cal, Barcial ou Cuadri, quatre ganaderías françaises sont à l'honneur : Blohorn, Margé, Scamandre et Francine Yonnet. Au fil de la saison, de nouveaux élevages seront présentés, afin de montrer la diversité des paysages et des encastes qui sont la richesse des terres taurines.


TOUTE LA TEMPORADA DU SUD-OUEST

Programme complet de sa temporada dans le Sud-Ouest. Voir programme. Voir numéros de réservations.


FERIA DE CARCASSONNE

L’association "Carcassonne Toros" a annoncé les élevages retenus pour la Féria 2013 : vendredi 30 août, corrida mixte d’Aguadulce (rejon et forcados, 2 novilleros à pied ), samedi 31 août, novillos de Cebada Gago, dimanche 1er septembre, novillos de Miura.


DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

 






































imprimez cette page