Mardi 20 août
2013

L'Edito

 

LA GOYESQUE LABELLISÉE

Capitale européenne de la Culture pour l'année 2013, Marseille est devenue ipso facto l'arbitre des élégances pour le petit monde des arts, des lettres et du spectacle, dont l'existence ne dépend bien souvent que de la largesse des subventions, faute de public suffisant pour assurer leur indépendance.

Voir édito





   
Clemente à Dax

Actualité

EMBRUNS DE DUENDE

L'opus 46 de Terres Taurines arrive aujourd'hui dans les boîte à lettres des abonnés (sauf retard de la poste) et sera en vente en début de semaine.
Embruns de duende : volatile par nature, le souffle du toreo pur ne peut se capturer. Comme l’écume de mer ou l’eau pulvérisée des brumisateurs d’ambiance, l’embrun du duende est une effluve subtile : aussitôt le ressent-on, aussitôt il disparaît. Rencontre privilégiée avec Curro Romero, un mythe timide et discret.
Dans cet opus aussi, l’épopée des toros de Urquijo, de la splendeur à la nostalgie, l’histoire de ceux que l’on élève à Fuente Rey sous la protection d’une étrange pyramide, les talismans de Guisando et la consécration de Juan Bautista, ainsi que l’autre chemin d’Antonio Ferrera, triomphateur de la dernière San Isidro. Feuilletez-le en ligne... puis précipitez-vous.

BILBAO : JULI A HOMBROS, OREILLE POUR PONCE, BILBAO EN FÊTE

Les toros de Garcigrande / Domingo Hernandez, contrairement à ce que certains vont vouloir nous faire croire n'ont mangé personne. Mais comme ils n'ont pas été aussi lisses qu'à l'habitude certains en font une montagne pour valoriser le travail des figuras. D'abord disons que même deux figurons comme Juli et Ponce, adulés par Bilbao, n'arrivent pas, en ces temps, à remplir Vista Alegre. Les gradins étaient couverts aux deux tiers. Ensuite la corrida de Garcigrande était bien présentée dans l'ensemble, les 2, 3 et 4 lavados de cara, c'est-à-dire pour être bref, ne faisant pas leur âge de tête et le troisième trop juste pour Bilbao. Les complications ont été de la distraction pour le quatrième, du désintérêt pour le 5 qui avait tendance à s'ouvrir vers l'exrérieur et du calamocheo (tête mobile et derrotes légers) pour le premier le 4 et le 5. Le sixième était incertain. Aucun n'avait de mauvaises intentions et dans le contexte des défauts décrits ci-dessus, les Garcigrandes se sont tout de même montrés fidèles à la réputation de l'élevage avec une certaine docilité au moment de répondre aux toques.
Enrique Ponce torée en premier un toro volumineux, ouvert de cornes. Il lance les pattes dans le capote et proteste. Piqué en arrière, puis de coté, il garde la tête haute. Il se déplace en banderilles. Ponce ne trouve pas les clés pour maitriser le calamocheo au point que le toro finit par derroter dans la muleta pour l'enlever du milieu. Demie épée caida et descabello. Sifflets au toro et Silence. Avec son second les choses prennent une autre dimension. Le toro galope fort dès sa sortie. Il prend trois capotazos et s'arrête. Il est pensif et incertain. Le bicho pousse sous une première pique manquée et reprise. Il tombe au sol à la sortie. A la seconde pique il accuse le coup. Il est toujours distrait en banderille. Malgré cela Ponce décide de brindé au public et il rejoint l'animal là ou il s'est réfugié, en sol, pour un début de faena de grande qualité en trois séries droitières, sans réfléchir, le corps droit et se passant le toro près du corps, ignorant la tête mobile. Du grand Ponce. Puis, ayant dominé l'adversaire, Ponce revient à ses traditions avec des toques por fuera et un positionnement fuera de gacho qui enchantent le public car les passes sont longues et le toro emporté dans des tourbillons fortement appréciés. Ponce termine la faena par la fameuse Poncina et des doblones genoux plié, donnés vers les planches à toro rajado (ayant abandonné le combat). L'estocade entière est basse. Avis et oreille avec pétition de la deuxième.
El Juli a triomphé en Juli. Dominateur, certain de sa technique, volontaire. A son premier, Juli marque beaucoup la sortie à la cape pour écarter l'opposant. Mal et peu piqué le toro est docile en banderilles. Le Maestro brinde au public qui exulte. La première série est de prise de contact finissant a mas. La seconde toujours à droite est presque classique sauf dans le dernier derechazo. Puis le Juli met le toro dans la muleta, sur les deux cotés, sans option de fuite, cousu au vuelo, en ouvrant la porte grand, jambe de sortie en arrière et sans entraver la course du bicho. Le julipié atterrit en bonne position avec mort rapide. L'ovation est tonitruante et la pétition très forte. Deux oreilles qui permettront à Juli de sortir a hombros. Juli domine son second opposant dès la réception à la cape. Distrait, le bicho est mal piqué d'abord, puis fortement chatié. Quite de Juli par chicuelinas et demie le toro s'ouvrant au lieu de s'enrouler dans la passe. Du coup Juli revient à la charge pour des véroniques bras recroquevillés pour rapprocher l'animal. Après avoir essayé de codillear (plier le coude) pour attirer le toro près de lui en début de faena, il poursuit sur les deux cornes en passant le toro au large au bénéfice de la longueur des muletazos et au lié des séries. La faena se termine dans un numero de tourbillons, y compris Arrucina, qui empêchent le toro de s'échapper alors qu'il avait commencé à rajarse (abandonner le combat). Juli réussit un recibir en Julipié, en arrière, à la deuxième tentative. Ovation et salut.
Talavante marque la différence dès les premiers capotazos à son premier, à mon avis imprésentable pour Bilbao. Les delantales sont magnifiques, corp droit, laissant le toro frôler ses jambes, terminés par un recorte en forme de demie véronique. Le toro est mal piqué et Talavante dessine un quite par chicuelinas serrées et une demie de arte. Le début de faena à gauche, dans les tercios, par ayudados sans bouger fait son effet. Malheureusement le maestro va alterner d'excellents muletazos avec des enganchones (muleta touchée ou accrochée). Il se passe le toro sensiblement plus près que ses collègues de cartel. Il finit par manoletinas sans avoir trouvé le rythme pour faire valoir ses bonnes intentions. Le toro qui gardera du gaz jusqu'à la fin au point de mettre en fuite le torero après un premier pinchazo. Entière contraire avant vuelta demandée avec insistance par le public. Le dernier toro de la corrida, un peu basto pour cet encaste, doutera et fera douter Talavante qui torée de une en une en perdant des pas entre les passes pour échapper aux retours violents du toro. Pinchazos, demi-épée et deux descabellos pour un final en silence. René Philippe Arneodau.
Photo Maurice Berho.

LA SÉRIE NOIRE DE FUENTE YMBRO

Nouveau fracaso pour Fuente Ymbro à Málaga, avec une corrida bien présentée et décastée dans l'ensemble. Salvador Vega, Ivan Fandiño et Daniel Luque n'ont pu que constater les dégâts devant un petit tiers d'entrée. Prochain rendez-vous, vendredi pour le mano a mano Perera-Fandiño de Bilbao.

CORRIDA DE MIMIZAN

Samedi 24 août à 17 heures : 6 toros de Camino de Santiago pour Thomas Dufau, Juan del Alamo et Juan Leal. Participation de la cuadra d'Alain Bonijol.
Le matin 11h. becerrada avec les élèves de Adour Aficion et la présentation d'André Lagravère. Location au 06 45 34 94 52.

FERIA DE RION

Samedi 24 août : quatre erales de Montalvo pour un cartel 100% Adour, Jean-Baptiste Molas, Yanis "El Adoureño", Andy Younes et en classe pratique, André Lagravère "El Galo". Dimanche 25, erales de Valdefresno pour Louis Husson, Juan Torres "Juanito" et Joaquin Galdos Moreno.

NOVILLADA DE SAINT-SEVER

Dimanche 25 août, à l'occasion des Fêtes de Péré, à 18h, 6 novillos de José Manuel Escolar Carrasco pour Antonio Lomelìn, Francisco José Espada et Borja Jiménez. Auparavant à 11h du matin, 4 erales de Casanueva "Cap de Gascogne" (José et Guillaume Bats à Saint-Sever) seront lidiés par Antonio Reinoso "Ajaujo", Louis Husson, El Adureño et Andy Younès, les trois derniers issus de l'Ecole Adour Aficion. Entre les deux, vous pourrez vous restaurer sur l'Esplanade du Terré lors du repas à 10€/personne.

NOVILLADA DE SAINT-PERDON

Dimanche 1er septembre à 11 heures aux arènes du Plumaçon. Novillada concours, novillos de Miura, Guardiola, Palha, Murteira Grave, Pilar Poblacion et Pedraza de Yeltes, pour Manuel Dias Gomes, Rafael Cerro et Diego Garrido.
Renseignements.




TEMPORADA BAYONNAISE

Le bureau des arènes est ouvert du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et 15h00 à 18h00. Pour joindre le bureau des arènes: 0811 80 64 64. Renseignements. Samedi 31 août toros de Cebada Gago pour Fernando Robleño, David Mora et Sergio Flores. Dimanche 1er septembre au matin novillos de Antonio Bañuelos pour Román, Brandon Campos et Tomás Campos. L'après-midi toros d'El Tajo y La Reina pour El Juli, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque.


FERIA DU RIZ À ARLES

Jeudi 5 septembre, novillada sans chevaux nocturne avec des erales de Tardieu et les élèves de l'École taurine d'Arles. Vendredi 6, novillos de Dos Hermanas pour César Valencia, Francisco José Espada et Lilian Ferrani. En nocturne, second Championnat d'Europe des recortadores. Samedi 7 corrida goyesque, toros de Domingo Hernández pour Enrique Ponce, El Juli et Juan Bautista. L'amphithéâtre sera décoré par l'architecte Rudy Ricciotti. Dimanche 8 au matin, corrida portugaise, toros de Gallon pour Fermín Bohórquez, Joao Moura fils et Ginés Cartagena, avec les forcados de Chamusca. L'après-midi, toros de La Quinta pour El Cid, Manuel Escribano et Diego Silveti.

TEMPORADA DE DAX


Pour Toros y Salsa : samedi 7 septembre toros de Torrestrella pour Padilla, Fandiño et Jiménez Fortes. Dimanche 8 deux toros de Victorino Martín, deux de Fuente Ymbro et deux de Garcigrande pour Morante et Castella.

FERIA DE CARCASSONNE

Vendredi 30 août à 20 heures, novillos de Aguadulce pour la rejoneadora Joana Andrade avec les forcados de Cascaïs, et les novilleros Miguel de Fernando et Luis Miguel Castrillón. Actuarán los Forcados de Cascaïs. Samedi 31 à 17 heures, novillos de Cebada Gago pour Tomás Angulo, César Valencia et Dorian Dejean. Dimanche 1er septembre à 11 heures 30 Fiesta campera, à 17 heures novillos de Miura pour Imanol Sánchez, Jesús Chover et Alberto Pozo.

EXPO PERMANENTE
DE TERRES TAURINES À LAS VENTAS


Devant un public fourni et en présence de nombreux ganaderos, l'exposition consacrée au toro au campo par Terres Taurines a été inaugurée hier midi par André Viard. Installée dans la galerie du Tendido 2 elle restera accrochée durant toute la temporada. Parmi les toros exposés, entre ceux de Miura, Adolfo Martin, Prieto de la Cal, Barcial ou Cuadri, quatre ganaderías françaises sont à l'honneur : Blohorn, Margé, Scamandre et Francine Yonnet. Au fil de la saison, de nouveaux élevages seront présentés, afin de montrer la diversité des paysages et des encastes qui sont la richesse des terres taurines.


TOUTE LA TEMPORADA DU SUD-OUEST

Programme complet de sa temporada dans le Sud-Ouest. Voir programme. Voir numéros de réservations.


FERIA DE CARCASSONNE

L’association "Carcassonne Toros" a annoncé les élevages retenus pour la Féria 2013 : vendredi 30 août, corrida mixte d’Aguadulce (rejon et forcados, 2 novilleros à pied ), samedi 31 août, novillos de Cebada Gago, dimanche 1er septembre, novillos de Miura.


DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

 






































imprimez cette page