Mardi 21 août 2012

L'Edito

 

CERTITUDE RELATIVE
L'émoi causé dans le monde taurin par la décision confirmée hier par le maire de San Sebastian de ne pas relouer les arènes à des organisateurs de corrida ne doit pas faire oublier une réalité que Bildu souhaite occulter : s'il gouverne à Sa Sebastian, c'est parce que les autres forces politiques le veulent bien.

Voir édito



Actualité
"JUAN BAUTISTA" MOLAS
TRIOMPHATEUR DE RION

Au terme des deux novilladas de la feria de Rion et après délibération, Juan Bautista Molas a été déclaré triomphateur de l'édition 2012. Le prix lui a été remis hier midi par le Club Taurin de Rion, après que Juan Leal eut combattu le sobrero de la veille

BILBAO : FERMETÉ DE URDIALES, VUELTA POUR MORA

Corrida de Fuente Ymbro très sérieusement présentée, bien que manquant d'homogénéité. Le lot a mis à l'épreuve les toreros avec des caractéristiques variées, allant du toro avec moteur le 1, faible et sans entrega le 2, rebrincado le 3, incertain le 4, manso le 5 et violent le 6. Sans être brave la corrida est allée au cheval où elle s'est employée à divers degrés. Certains diront qu'elle n'a offert aucune qualité propice au toreo, alors que les autres diront qu'elle a maintenu l'intérêt de l'Aficionado.
Diego URDIALES a touché un premier Jabonero impressionnant de présence. Inédit au copote, le bicho humilie et place pourtant la tête dans le leurre. Bien piqué il dévoile une certaine faiblesse qui justifie une deuxième rencontre à peine portée. A la muleta URDIALES débute par une série de chatiement. Puis il se laisse toucher la muleta avant de lier une troisième série liée à droite. A gauche le tio reste court et met en difficulté URDIALES. Retour à droite de bonne facture pour terminer dans des terrains rapprochés. 2 Pinchazos, aviso, épée entière caída. Aplausos au toro et salut au tiers. Le second d'URDIALES pousse dans le capote mais alterne aussi lançant les pattes en avant. Le toro pousse sous le fer. Bien piqué dans le morillo à la deuxième rencontre, le picador rectifie cependant sa pique en arrière. Le toro calamochea en début de faena. URDIALES reste ferme et offre les meilleurs moments de la corrida en toréant de trois quart, se croisant, chargeant la suerte, se passant le bicho très prêt, sur les deux cornes. Un manque de temple et la proximité recherchée en final font que la faena va a menos. 1/2 épée en bonne place, 2 descabellos, aplausos au toro et saludo al tercio de URDIALES.
LEANDRO est confronté à un premier qui va et vient dans le capote. Faible sous le fer il est brindé au public. Le toro doute et ne s'emploi pas. Il garde la tête haute et la faena manque de profondeur. LEANDRO termine par manoletinas et le pecho avec les cornes sur la poitrine. Plusieurs pinchazos suivis de 3/4 contraire, perpendiculaire, atravesada, un peu trasera. Descabello. Saludo al tercio. Aplausos au toro surprenants. Le quinto est le plus normal de présentation. Il manque de fixité. Combat de manso avec forte poussée au cheval en deux rencontres. Quite de Mora par chicuelinas dans lesquelles le toro vient au pas. LEANDRO essaye à tout prix de le garder dans la muleta en restant parfois fuera de cacho et parfois se croisant. Le toro incertain calamochea, attaque à contre temps et finit par rajarse. Mise à mort compliquée en prenant à chaque passage le large. Descabello. Division pour le toro et silence pour LEANDRO.
David MORA volontaire au capote à son premier toro enmorillado. Le bicho va enchainer les parones dans les capotes et dans l'attaque du cheval. Le toro pousse sous le fer avec la tête à mi hauteur et y laisse la pointe de la corne droite. Boyante en banderilles le toro permet à El Puchi de saluer. MORA débute la faena vertical en passe del costadillo puis continue par le bas. Le toro montre de la faibllesse, reste ouvert dans les passes et Mora lui laisse la muleta sur la tête dans la deuxième série. Ensuite le toro accuse la faiblesse et se met à avancer en sautillant et la faena baisse de ton. Epée trasera et atravesada. Aplausos au toro et salut au tiers. Le dernier de la tarde est fuera de tipo, corniabierto, veleto. MORA est très confiant au capote qu'il lance très tôt la toile au museau de l'animal, se mettant parfois en difficulté en véroniques serrées à droite. Bien que donnant des signes de mansedumbre, le toro attaque fort au cheval. Il est piqué en arrière à la première rencontre et très bien piqué à la deuxième par Mario Herrero qui fut applaudi. Le president change le tiers alors que le toro a été mis en suerte pour une troisième rencontre. Felix Rodriguez et Victor Manuel Martinez saluent en Banderilles. La faena débute par des doblones très esthétiques. Puis MORA reste fuera de cacho et torée le Fuente Ymbro en tocando por fuera. L'animal est alors décomposé on ne sait si par faute de la technique employée ou par sa tendance naturelle. Toujours est-il que dans cette guerilla violente, MORA ne perds pas les papiers et reste digne et volontaire, ce qui lui vaut de pouvoir donner une vuelta après une épée entière, en arrière, horizontale, donnée au pas de course en perdant la muleta. Quelques applaudissements au toro.
Corrida aux avis très partagés mais qui n'a pas laissée indifférent.
René Philippe Arneodau.

BILBAO : LES DOUCES EMBESTIDAS DES TOROS DE LA QUINTA

La corrida de la Quinta, bien présentée, et bien armée, dans le type de l'encaste les 1, 2, 4 et 5, le sixième lourd mais sans trapio, le 3 trop juste pour Bilbao. Limitée en force, dans l'ensemble, la corrida a, tout en créant des difficultés, offert des embestidas d'une grande douceur dont les toreros ont eu du mal à profiter. En effet la tendance naturelle des charges était à mi hauteur. Mais lorsque la main était baissée les La Quinta répondaient pour autant que les séries ne soient pas proposées en terrains rapprochés. Toutes les fautes de temple, de distance, de positionnement ont été payées comptant, sans que la course ne soit caractérisée de dangereuse, au contraire. Corrida toute en nuances au bout de laquelle Morenito a finit par trouver, en partie, la clef.
D'Antonio Ferrera on retiendra sa volonté. Il a placé à distance du cheval son premier adversaire qui y fut peu et mal piqué. Avec les banderilles le torero n'a pas brillé. Puis, à la muleta, Ferrera a vu clairement le potentiel du toro puisqu'il se relâche mais il n'arrive pas à canaliser en rythme la charge. La longue faena va a mas mais n'arrive pas à la hauteur des qualités du La Quinta. Epée entière, caida d'effet rapide. Palmas au toro et salut au tiers pour Ferrera. Avec son second il fut à l'origine d'un tiers de Banderilles original. En effet Ferrera prend les banderilles et son capote pour exécuter le tiers. Pour les deux premières paires il s'est servi du capote pour mettre en suerte puis, après avoir posé le capote, droit au centre du ruedo, il a placé les palitroques. Enfin à la dernière paire il a d'abord posé les banderilles al quiebro en tablas pour ensuite courir le toro vers le centre et terminer en reprenant le capote avec garbo et dans la continuation du geste. La faena, avec un profil similaire à la première, a connu quelques moments meilleurs en son en milieu et d'autres à contre temps. Après deux demies épées en avant et caidas ou desprendida, le Maestro porte un descabello seul dans le ruedo avec le toro. Salut au tiers.
Eduardo Gallo est dans un bon moment. Il a confirmé sa décision mais n'a pas su trouver la clé des Santa Coloma. Son premier est un toro guapo, corniapretado. Extrêmement doux au capote Gallo en profite en véroniques, puis l'emmène au cheval par chicuelinas galleando. Le toro est bien piqué par deux fois sans excès. La faena est marquée à la fois par l'aguante de Gallo et ses erreurs dans le choix des distances et positions. Voltereta. Gallo trouve, en fin de faena, les codes donnant des molinetes réussis citant à distance. Deux épées défectueuses n'empêchent pas Gallo de recevoir un salut au tiers. A son second qui n'avait pas de grandes qualités mais n'était pas non plus compliqué, Gallo commet l'erreur de le toréer fortement par le bas en doblones en début de trasteo. L'ensemble va rapidement a menos et Gallo est sans idée dans cette faena brindée à un aficionado en tendido. Demie épée caida et tendida, puis descabello. Silence.
Morenito de Aranda est celui qui a fini par prendre le mieux la mesure des La Quinta. Son premier a une tendance à tirer un derrote durant la passe . Morenito est volontaire et le toro aggrave son défaut et essaye de s'enlever la muleta en levant la tête en fin de passe. La faena va a menos. Trois quart d'épée caida et tendida suivie de plusieurs descabellos, lui valent un silence. Enfin au dernier de la tarde, brindé au public, Morenito donne de la distance, perd des pas en se croisant, donnant plus de fluidité à la faena sans que l'on puisse non plus parler de faena complète. Trois pinchazos, ¾ d"épée en avant et caida. Palmas au toro et silence au torero.
La corrida de La Quinta a été très différente de ce qui nous est proposé habituellement par le mono encaste. Il lui a manqué un peu de moteur et de force et donc d'émotion. La corrida ne présentait pas de danger hors du commun et il serait intéressant de voir comment la maestria des figuras est en mesure de profiter de leur charges aux essences Mexicaines. La cavalerie Bonijol est un spectacle en elle-même. Chevaux fin, mobiles, efficaces. Pas un monosabio en piste. A peine un tiers d'entrée en cette première corrida à pied de l'Aste Nagusia 2012.
René Philippe Arneaudau.


OPUS 40 EN KIOSQUES

L'opus 40 de Terres Taurines sera en kiosques sous peu sous le titre :
Éloge de la solitude. À l’opposé de la complaisance chaleureuse de ceux qui vivent en troupeau, il faut, écrivait Nietzsche, rechercher la solitude des cimes. Cette solitude des cimes, c’est dans les profondeurs de la marisma que Paco Ojeda la chercha, et qu’il la cultive encore, trente ans après l’été 1982 au cours duquel il repoussa les limites du toreo de Belmonte. C’est là que nous l’avons rencontré. Au sommaire également, Juan Leal "À parité égale", Gabin "La caravanne passe", "Éclaircie à Hernandinos", Ivan Fandiño "Le temps retrouvé" , et la suite de la saga Cuadri : Les origines de la légende, Pepe Limeño, quand le monde était monde, Puerta Camino, consécration.... et bien sûr "la balade des egos meurtris" sur la confrontation José Tomas Juli.

TEMPORADA BAYONNAISE

Les cartels de la temporada bayonnaise sont les suivants : Samedi 1er septembre au matin finale des novillada sans picadors, erales de Alma Serena ; à 17h 30 toros de Cebada Gago pour Javier Castaño, Julien Lescarret qui fera ses adieux et Arturo Saldivar. Dimanche 2 septembre à 11h novillos de Camino de Santiago pour Cayetano Ortiz, Juan Leal et Brandon Campos ; à 17 h 30 toros de Joselito pour El Juli, Miguel Angel Perera et Sergio Flores qui prendra l'alternative.


TEMPORADA DACQUOISE

Toros y Salsa : samedi 8 septembre toros de Fuente Ymbro pour Cid, Fandiño et David Mora. Dimanche 9 toros de Garcigrande pour Curro Díaz, Juli et Manzanares.


UNION TAURINE BITERROISE

L'Union Taurine biterroise invite les aficionados à suivre ses activités sur son site.

GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 

























imprimez cette page