Jeudi 16 août 2012

L'Edito

 

RELENTS DE POGROM
Pendant que la temporada bat son plein, les animalistes espagnols passent à la vitesse supérieure : défaits sur le terrain institutionnel, ils semblent se diriger vers une action directe, violente, criminelle en intentions.

Voir édito



Actualité
DAX : OREILLE POUR DEL ALAMO

Juan del Alamo a coupé la seule oreille du jour face au sixième Baltasar Iban, le mieux présenté d'un lot qui le fut, et celui qui dura le plus. Les cinq autres manquèrent tous de fond pour autoriser les faenas, soit par manque de race, soit par manque de forces. J.R. Voir galerie Roland Costedoat.
Le matin, Mendoza est sorti a hombros. Voir galerie.

MADRID : GRAVE BLESSURE DE FERNANDO CRUZ

Fernando Cruz a été grièvement blessé hier par le troisième toro de la corrida de Gavira au cours de laquelle Leandro a coupé une oreille et Delgado laissé une bonne impression. Il souffre de deux cornadas, une dans l'abdomen de vingt centimètres, qui contusionne le colon, et l'autre dans la cuisse droite de dix centimètres qui touche le fémur et remonte dans l'aine. L'état de Fernando Cruz est qualifié de "très grave" par le certificat médical signé par Máximo García Padrós.

BÉZIERS : OREILLE PAR COLETA

Avec un seul exemplaire affiché en dessous de 600Kg la miurada de Béziers a fait honneur à son histoire. Son gabarit à lui seul lui a donné identité et saveur. Architecturalement le toro grand ne peut avoir les mêmes réactions que le petit; elles sont plus lentes mais aussi plus lourdes et violentes. En l'occurrence, elles confèrent à la lidia du toro de Miura toutes ses particularités. Sans mettre la tête comme ceux de Nîmes, les six exemplaires du jour n'ont mangé personne, tous se sont laissés déplacer vers l'extérieur, mais ont vite développé du genio, dès lors qu'ils parvenaient à accrocher la muleta. Rien n'a significativement distingué les cinq premiers les uns des autres, mais leur genio potentiel s'est manifesté plus ou moins tôt dans la lidia, suivant le traitement qu'ils reçurent de la part de leurs matadors. Sans raison, le Président donna la vuelta posthume au second. Le dernier fut un toro de notes, mais son combat fut faussé par la pluie qui s'abattit sur le ruedo. Rafaelillo, salut et ovation. Castano, salut et salut. Savalli, silence aux deux.
Les picadors ont soigné le premier tiers en recevant les toros depuis le plus loin possible. Le neveu de Sandoval et Gabin furent les plus applaudis.
Le premier vint par trois fois au cheval dans un beau style et sans violence. En dépit de cette douceur il s'avisa rapidement. Sans rien retirer à ses mérites, force est de constater que le style de Rafaelillo favorise ce type d'évolution. Salut après ½ lame et descabello. Le quatrième fut le moins stylé. Il ne décolla pas plus de la muleta que Rafaelillo ne décolla les coudes du corps. Entière. Ovation.
Intelligemment mis en scène par Castano, le second prit la pique par trois fois avec style, la dernière en chargeant depuis le centre. A pied il donna quatre séries sans coup de tête parasite, puis se transforma en diable, après avoir accroché une seule fois la muleta. Stratégiquement inspiré, Castano le toréa à mi hauteur et lui vola ainsi les 15 arancadas qu'il avait. Avant que le public ne refroidisse il monta l'épée, mais laissa une lame transperçante, qui lui fit perdre l'oreille. Salut. Sans fondement l'autorité gratifia la dépouille de la vuelta al ruedo. Tout en puissance le cinquième obtint une chute du minuscule sobrino de Sandoval. A pied il fut réticent à sortir du vol de la muleta. Castano pesa vaillamment sur la charge pour l'allonger, ce qui lui permit six séries limpias avant de chauffer la salle par rodillazos. Malheureusement, il perdit de nouveau l'oreille aux aciers. Salut.
Le lourd et placide troisième ne se fâcha même pas dans le peto. Il se laissa volontiers déplacer vers l'extérieur, mais, juste de force, il ne se livra pas et resta court. Savalli réussit à allonger quelques derechazos, mais le plus souvent se contenta de gestes inachevés. Il tua mal. Silence. Le dernier fut un grand toro qui poussa admirablement en appui sur ses quatre sabots et tête basse. Sa lidia à pied aurait pu être de haut niveau, mais l'orage qui s'était abattu sur le ruedo avait rendu celui ci glissant et dangereux, ce qui obéra le chemin du triomphe à Savalli. Comme à son premier et malgré les conditions mal sécurisées, il fit l'effort de banderiller, mais ne put rien réussir de probant par la suite. Il tua sans brio. Silence. 2/3 d'arène. Vent gênant et orage depuis la fin du cinquième et tout le dernier.
Frédéric Pascal. Voir galerie Elsa Vielzeuf.

BÉZIERS : ORTIZ ET CASTRILLON A HOMBROS

Les ex-Vasquez de Marie Sarah, lidiés sous le nom de « Los Galos », n'ont rien perdu de leur docilité, sans rien gagner, hélas, en sauvagerie. Résultat des novillos de classe, pour certains, les premier, second et cinquième, qui arrivent à la muleta sans rythme et s'éteignent dès qu'ils se sentent dominés par le bas. De plus, bien que magnifiquement présentés, ils sont sortis sans force. Cayetano Ortiz, oreille et oreille. L.M. Castrillon, silence et oreille. Dorian Dejean, silence aux deux.
Le premier poussa sans grand pouvoir mais dans une belle attitude. Il confirma à pied où il donna des charges de style, mais fades par manque de puissance. Il s'éteint au moment ou la faena pouvait prendre de la hauteur. Ortiz réalisa une prestation classique égayée par un final inventif. Entière. 1 oreille. Après que le titulaire eut été changé pour boiterie, le quatrième bis ne fut présenté au cheval que pour la forme. Bien que s'épargnant l'effort de baisser la tête, il s'avéra sans force ni rythme. Il gratta beaucoup le sol du sabot avant de décider de ses élans. Sur un départ improbable car différé, il finit par prendre son matador à l'abdomen, heureusement sans conséquences graves. Ortiz revint au combat avec courage, ce qui lui valut une oreille en dépit d'une mise à mort sans brio.
Protesté, à juste titre, pour boiterie d'un postérieur, le second s'investit avec classe au cheval. Du fait de son handicap, il ne put se propulser dans la suerte en appui sur son arrière train et ses charges restèrent sans relief. Castrillon l'exploita valeureusement, sans qu'il lui soit possible de connecter avec les gradins. Pinchazo. Entière. Silence. Une fois ses appuis assurés, le cinquième poussa avec classe, en appui cadré sur ses quatre sabots, c'est à dire dans l'attitude qui laisse espérer des charges longues et claires pour la muleta. Il ne dérogea pas à la règle, mais pour que cette gestuelle produise de l'émotion, il faut que reste palpable la sauvagerie (fiereza) qui la génère. Ce dont sont décorrélés certains produits issus de Domecq; mais tout autant, certains qui se réclament issus en droite ligne de Saltillo, Albaserada ou Ybara. Castrillon profita du galop lymphatique du cas d'espèce, lors de derechazos longs et fades, de naturelles sans jus et ne réussit à réveiller le public que sur les deux dernières séries de la gauche, données sur un faux rythme. Entière. 2 oreilles généreuses.
Epargné au cheval, le troisième ne s'éteint pas plus tard que ses frères. A sa décharge on peut invoquer une vuelta campana meurtrière au sortir du cheval. Dorian Dejean fut digne mais tua mal. Silence. Le sixième tomba devant le cheval sous le seul effet du palo sans avoir touché le peto. Il arriva à la muleta sans mauvaise intention, mais plus que bridé dans son expression par son physique défaillant. Dejean ne put que prodiguer quelques soins infirmiers. Encore une fois, il tua mal. Silence. Quart d'arène. Présidence prise au piège de sa générosité.
Frédéric Pascal. Voir galerie Elsa Vielzeuf.


OPUS 40 EN KIOSQUES

L'opus 40 de Terres Taurines sera en kiosques sous peu sous le titre :
Éloge de la solitude. À l’opposé de la complaisance chaleureuse de ceux qui vivent en troupeau, il faut, écrivait Nietzsche, rechercher la solitude des cimes. Cette solitude des cimes, c’est dans les profondeurs de la marisma que Paco Ojeda la chercha, et qu’il la cultive encore, trente ans après l’été 1982 au cours duquel il repoussa les limites du toreo de Belmonte. C’est là que nous l’avons rencontré. Au sommaire également, Juan Leal "À parité égale", Gabin "La caravanne passe", "Éclaircie à Hernandinos", Ivan Fandiño "Le temps retrouvé" , et la suite de la saga Cuadri : Les origines de la légende, Pepe Limeño, quand le monde était monde, Puerta Camino, consécration.... et bien sûr "la balade des egos meurtris" sur la confrontation José Tomas Juli.

TEMPORADA BAYONNAISE

Les cartels de la temporada bayonnaise sont les suivants : Samedi 1er septembre au matin finale des novillada sans picadors, erales de Alma Serena ; à 17h 30 toros de Cebada Gago pour Javier Castaño, Julien Lescarret qui fera ses adieux et Arturo Saldivar. Dimanche 2 septembre à 11h novillos de Camino de Santiago pour Cayetano Ortiz, Juan Leal et Brandon Campos ; à 17 h 30 toros de Joselito pour El Juli, Miguel Angel Perera et Sergio Flores qui prendra l'alternative.

SAINT-SEVER, NOVILLADA DE LA SAINT-JEAN

Le 19 aout 2012 à 18 heures, novillos de Montecillo pour Juan Leal, Roberto Blanco et Gonzalo Caballero.

TEMPORADA DACQUOISE

Toros y Salsa : samedi 8 septembre toros de Fuente Ymbro pour Cid, Fandiño et David Mora. Dimanche 9 toros de Garcigrande pour Curro Díaz, Juli et Manzanares.


UNION TAURINE BITERROISE

L'Union Taurine biterroise invite les aficionados à suivre ses activités sur son site.

GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 

























imprimez cette page