A CONTRARIO


Invité au banquet des figuras à Bilbao, David Mora a fait front crânement sans pour autant parvenir à dissimuler l'abîme qui sépare un très bon torero de second plan d'une figura même en demie forme.

Dans le niveau général de médiocrité ambiante que ne parvient plus qu'à grand peine à masquer le concert de publi-reportages que nous infligent divers medias, la faena de Morante, déjà qualifiée d'historique, est une bouffée d'oxygène dont cette temporada avait bien besoin.

Malgré tout, elle pose plus de questions qu'elle n'en résoud, dont la première est le sens qu'il faut donner à ce triomphe qui apparaît comme celui d'une tauromachie moderne qui impose ses codes partout, sans que nul - ou presque - ne prenne la peine de poser quelques grade fous. Savoir si les pointes de cornes soigneusement effilées grâce aux fundas peuvent remplacer la caste est la première d'entre elles.

La seconde, qui n'est pas moins importante, est de savoir pourquoi, alors que la différence normale de capacité entre les figuras et David Mora est apparue aussi évidente au bénéfice des premiers, ceux-ci n'effectueraient-ils pas en sens inverse le chemin que le premier a franchi en passant des corridas dures où il est un des toreros les plus en vue vers la corrida de Cuvillo de Bilbao ?

Autrement dit, pourquoi, alors que leur capacité n'est plus à démontrer et qu'elle vient d'être étalonnée à l'aune de celle d'un bon torero de corridas dures, Morante et Manzanares ne rendraient-ils pas la politesse à David Mora, en allant combattre à ses côtés une corrida d'Escolar ou d'Adolfo ?

Parce qu'ils n'en ont pas besoin, que cela n'intéresserait pas grand monde et qu'ayant gagné leur statut de figuras ils peuvent précisément jouir de ce type de privilège sans que cela ne choque personne, dans le milieu professionnel au moins.

Pour David Mora, qui a le vent en poupe et auquel le système semble prêt à accorder une place de choix - si j'étais son apoderado je dormirais sur le pas de sa porte - cette corrida que certains qualifiaient de véritable chance était avant tout un piège redoutable duquel il a su s'échapper grâce à son pundonor face au dur dernier. Une performance plus que digne qui lui permet de maintenir intact son crédit.


André Viard