Dimanche 14 août 2011

L'Edito

 

MENACES SUR L'ASTARAC

Depuis trois jours, les menaces anonymes se succèdent sur le répondeur de Jean-Louis Darré, ganadero de l'Astarac, "coupable", de lidier ses toros lors de la corrida du 27 août à Mimizan.

Voir édito.

Actualité

DAX : DEUX OREILLES CID, UNE JUAN BAUTISTA, BRONCA PONCE

Lleno, temps chaud et lourd. 6 toros d’Ana Romero (plus un troisième bis du même fer), de trapio limité (moyenne 489 kilos annoncés) et commodes d’armures pour la plupart. Justes de forces (6 rencontres), de comportements divers à la muleta avec un fond de noblesse et parfois avisés. Salut du banderillero Curro Robles au 4 ème toro. Enrique Ponce : silence et bronca. Juan Bautista pitos et oreille. El Cid oreille et oreille après deux avis.
Tarde décevante pour le valencien qui n’a jamais pu ou voulu s’arrimer à ses adversaires, lesquels pouvaient sans doute permettre d’atteindre une autre dimension. Faena sobre et superficielle à son premier, par séquences de passes des deux mains sans liant, ni transmission, face à un toro noblon. Une entière basse de côté, silence poli. Début emprunté main droite à son second, qui réduit dès les premiers muletazos ; la suite sera du même acabit, sans jamais essayer de trouver le bon sitio, avec une prudente tentative à gauche devant un toro qui devient tardo. pinchazo, mete y saca, trois quart de lame trasera. Bronca.
Visiblement déstabilisé par un extraño de son toro au capote, Jean Baptiste aura bien du mal à retrouver ses esprits au cours d’une faena engagée par aidées jambe fléchie vers le centre. Ce toro vient bien sur le côté droit mais outre deux bons enchaînements par derechazos et pechos, la suite de la faena sera décousue et dénuée de sincérité, à distance et sans émotion aucune. Trois quart d’épée de côté, descabellos. Pitos. Bonne entame par derechazos face à son second qui répond bien au toque. À gauche, le toro met bien la tête dans le leurre, et l’arlésien allonge bien ses muletazos. Otant ses zapatillas, Jean Baptiste poursuit une faena qui devient quelque peu mécanique et sans transmission face à un toro qui embiste encore. Une clôture par dosentinas et redondos et manoletinas finales précèderont une entrée à matar al recibir. Demie lame et deux descabellos, oreille.
Au sobrero du même fer, brindé au public, le Cid cite depuis le centre, main droite, dans un toréo puesto ; les deux séries gauchères qui suivront, seront courtes, mais liées avec justesse. La souplesse du poignet du Cid permettra ensuite un enchainement dans un petit périmètre et un retour par derechazos templés face à un toro noblon. Un desplante sourire aux lèvres et deux redondos clotureront cette faena. Entière concluante, oreille. Devant un second opposant qui s’affale durant le tercio de banderilles, après un simple picotazo et passant outre les protestations du public, le Cid débute sa faena à mi hauteur côté droit. Quête de succès où réelle sincérité, il s’arrime à ce toro, auquel il tire les muletazos et qui semble se bonifier peu à peu. Cité à bonne distance, la noblesse de ce toro est avérée malgré une fluidité de charge restreinte par manque de forces. Après un final par redondos genou fléchi et un dernier enchainement au près, suivi d’un joli coup d’épée, il sera récompensé d’une oreille après deux avis.
Joël Segot. Voir reportage Amandine Segot.

BÉZIERS : CASTELLA ET MANZANARES A HOMBROS

Satisfaisante corrida de Nunez del Cuvillo qui a donné un toro supérieur, le dernier, trois de qualité les premier, second et quatrième, un rugueux le troisième et un, le cinquième, qui s'éteignit dès après l'entame de muleta. Curro Diaz, salut et silence, a été mal compris, il méritait plus. Castella ovation et deux oreilles. Manzanares, salut et deux oreilles.
Le premier poussa de biais, longuement sous deux piques. Il ne révéla pleinement sa grande classe que dans les leurres, qu'il prit au galop et en finissant en propulsion sur les postérieurs pour sortir de la suerte. Après la lourde domination que lui infligea son matador il ne fléchit que sur la dernière série où il chercha l'abri des planches. En dépit du handicap physique qu'il traine depuis le printemps (blessure qui l'oblige à porter une atèle) Curro Diaz répondit avec une classe égale à celle de son adversaire. Il réalisa une faena sans scorie, d'une altière élégance, qui laissa le public globalement froid. Après une entière, il ne récolta qu'une petite pétition à laquelle le Président n'osa pas faire droit. Salut . Le quatrième poussa de biais par deux fois. Il répéta volontiers des charges longues avec une pointe de violence qui les rendirent vibrantes. Une nouvelle fois Curro Diaz égraina de somptueux muletazos, mais ne parvint pas à lier. Estoconazo, mal récompensé d'un silence.
Le second poussa de biais avec explosivité, sans chercher à assurer ses appuis. Il répéta avec classe au second assaut et confirma à pied, où il découvrit la nuque, pour foncer, chanfrein au raz du sol et mufle entre les pattes. Dans cette attitude, il répéta volontiers ses charges. Lors d'une faena volontaire, Castella le pressa comme un citron, jusqu'à le laisser figé au sol sans une goute de bravoure dans le corps. Il tua sans brio de ½ lame et descabello. Petite pétition. Le cinquième poussa de biais. Il fit mine de s'améliorer sur la seconde pique, puis trompa son monde aux banderilles, mais réduisit brutalement sa voilure et passa en mode défensif dès après l'entame de muleta. Castella résolut le problème en réduisant les distances et en inventant une faena au fil des cornes; jusqu'à finir sur les enchainements sans rectifier le position qui ont fait son aura. Oreille gagnée, il s'octroya la seconde en réussissant une entière d'effet fulgurant.
Le troisième poussa deux fois, avec force, le cheval dans les planches. Un poil plus âpre que ses frères il présenta quelques problèmes que Manzanares résolut avec son élégance habituelle. A base de courts enchainements, il occupa le terrain avec autorité, jusqu'à tenter un recibir dans le terrain compromis des toriles où le toro ne collabora pas. Après une vilaine épée de gendarme, il dut changer d'endroit pour un volapies plus efficace. Salut. Le dernier poussa avec explosivité en parfait appui sur les quatre sabots, perpendiculairement au caparaçon, c'est à dire dans la position du toro qui répètera cette gestuelle dans la muleta et donnera des charges longues et claires. Il ne déçut pas cette attente. Manzanares profita longuement de ses bonnes dispositions lors d'une faena suave et harmonieusement balancée. L'amplitude du geste culmina lors de pechos interminables où ce torero domine autant par le haut qu'il le fait par le bas. Entière et mort spectaculaire sans intervention de la cuadrilla. Deux oreilles. Arène pleine en dépit de quelques vides au dessus des toriles. Temps ideal.
Frédéric Pascal.

DAX : CERRO ET ADRIAN A HOMBROS

Dax, 13 Août 2011 : Novillada piquée matinale. Deux tiers d’arène. 6 novillos d’El Risco pour Mathieu GUILLON (salut au tiers et 1 oreille avec division d’opinions), Fernando ADRIAN (Palmas et 2 oreilles), Rafael CERRO (Salut au tiers et 2 oreilles)
Lot irrégulier de présentation et d’armures, légers les trois premiers, imposants les trois derniers. Justes de forces dans l’ensemble au cours de 7 rencontres avec la cavalerie. De comportements variés à la muleta, du mansote au bravucon, ces novillos ont permis aux novilleros présents de connaître des fortunes diverses. Plus mobiles les trois derniers, avec du genio, voire du sentido parfois, ils ont permis de maintenir un intérêt soutenu sur la deuxième partie de cette novillada.
La satisfaction de cette matinale vient sans nul doute du jeune Rafael Cerro, qui pour sa première année en piquée a fait étalage de sa maitrise dans un registre varié, tant au capote qu’à la muleta.
Fernando Adrian n’a pas démérité et fait preuve de vaillance et de sincérité mais aussi de technicité après sa sévère voltereta à son second.
Mathieu Guillon est resté en deçà de ses camarades, trop superficiel et peu inspiré dans ses faenas, il n’a su transmettre au public.
Joël Segot. Voir reportage Amandine Segot.


TEMPORADA DE BAYONNE

La temporada bayonnaise se poursuit le samedi 3 septembre à 17h30, des toros de Jandilla pour le mano a mano Sébastien Castella / Miguel Angel Perera. Dimanche 4 à 11h, novillos de López Giibaja pour Thomas Cerqueira, Mathieu Guillon et Fernando Adrián. À 17h30, toros de Daniel Ruiz pour EL Juli, José María Manzanares et Alejandro Talavante. Voir programation complète.

NOVILLADA DE ROQUEFORT

Dimanche 14 août à 11 heures, 4 erales de Gallon pour Abel Robles et Fernando Rey. À 18 heures, novillos de Fidel San Roman pour Mathieu Guillon, Victor Barrio et Javier Jimenez.

VOYAGE À BARCELONE

Le Club Taurin Juan Bautista et le Club Taurin Paul Ricard d'Arles organisent un voyage à Barcelone le 28 août 2011. Le cartel est : Juan Bautista , Salvador Vega, Miguel Tendero et toros de El Sierro. Le départ, dimanche 28 août à 6h du matin de l' avenue Général leclerc. Retour, aprés la corrida. Prix du voyage en car et place de corrida 100€00. inscription au Club Taurin Paul Ricard d'Arles, Téléphone 06.80.23.60.08.

JUNTA DES PEÑAS ATURINES

La Junta de Peñas aturines organise une novillada sans picador le samedi 27 août à 18h30 aux arènes d’Aire sur l’Adour. Au cartel, 5 erales de Jean Louis Darré pour Juan Cortes (Cadiz), Tomas Campos (Badajoz), Dorian Dejean (Béziers). À l’issue de la novillada repas champêtre aux allées de l’Adour « Toro à la broche ».

NOVILLADA DE COLLIOURE

Mardi 16 août à 17h30 aux arènes de Collioure, novillos des Héritiers de Christophe Yonnet pour Carlos Durán (qui fera sa présentation en France), Raúl Rivera et Damián Castaño. Informations.

MIMIZAN EN LIGNE

Les arènes de Mimizan où sera organisée cet été la première corrida de toros de leur histoire, disposent désormais d'un blog pour communiquer autour de leur évènement : Voir.

FERIA DU RIZ À ARLES

Les cartels de la feria du Riz à Arles sont les suivants : vendredi 9 septembre à 17 heures 30, novillos de Margé pour López Simón, Javier Jimenez et Juan Leal. À 21 heures 30, novillada non piquée, erales de Tardieu. Samedi 10 septembre à 17 heures 30 : Corrida Goyesque, toros de Daniel Ruiz pour Morante, El Juli et Juan Bautista. Dimanche 11 septembre à 11 heures, corrida de rejoneo : toros de Martelilla pour Joao Moura hijo, Manolo Manzanares et Noelia Mota. À 17 heures, corrida concours : toros du Conde de la Corte, Cebada Gago, Conde de Mayalde, Dolores Aguirre, Hubert Yonnet et Tardieu pour Rafaelillo, Julien Lescarret et David Mora. Renseignements au 0 891 70 03 70 et www.arenes-arles.com.

TOUTES LES GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
id

















imprimez cette page