beziers
arles
Arles
Vendredi 14 août 2008

L'Edito

La photo

LA MAESTRANZA DES PINS

Nichée au creux des pins de cette Haute Landes secrète, l'arène en planches de Roquefort suit son bonhomme de chemin malgré la concurrence impitoyable de ses grandes soeurs de Dax et Bayonne. Voir édito.

Actualité

DANS LES RUEDOS HIER

À Illumbe hier, face à une encastée corrida de Joselito, le Fandi a coupé la seule oreille. À Gijon, Perera a coupé cinq oreilles et une queue des toros de Jandilla, peu encastés, à l'occasion de son encerrona qui n'a rempli l'arène qu'aux trois quarts.

DAX : OREILLE POUR BOLIVAR

Juan Bautista brinde son premier toro
à David Douillet

Superbement présentée, arborant des armures astifinas et un trapio respectable à l'exception du plus petit quatrième, la corrida de Bañuelos a gâché l'ouverture des fêtes. Plus que mauvaise car décastée, elle fut déroutante. Pour les toreros d'abord, en raison de son manque de fixité et de continuité dans les charges le plus souvent brusques, pour les observateurs ensuite chargés de la qualifier. Les toros de la neige en avaient-ils à ce point pris plein les naseaux que leur vue en était perturbée ? C'est à se le demander, pour le cinquième surtout, dont les charges déroutantes semèrent une belle pagaïe en piste, saut dans le callejon compris, jusqu'à ce que le président, fort à propos, ne le renvoie aux corrales. "Reparado de la vista" dira-t-on, de manière politiquement correcte. Le seul, en fait, qui se laissa toréer normalement, fut le quatrième, et à un degré moindre le dernier, tandis que le troisième, qui semblait bien parti, se dégonfla trop vite.
Les meilleurs muletazos et la faena la mieux construite, c'est Uceda Leal qui les a donnés face au quatrième, manso et arrêté dés sa sortie, à deux mètres de la cavalerie notamment, comme s'il ne la voyait pas. Heureusement, la muleta d'Uceda se fit persuasive et le toro finit par rompre ce qui permit à Uceda de dessiner notamment deux séries gauchères longues et templées. Comme souvent il tua bien mais la récompense se borna à un salut tandis que son adversaire était applaudi à l'arrastre. Face au premier, déroutant par son manque de fixité et sa brusquerie, il avait abrégé à juste titre.
Le premier de Juan Bautista fut long à se fixer puis embista brusquement par à-coups par la suite, interdisant toute faena liée. Juan Bautista lui vola deux naturelles avant de porter une bonne estocade. Palmas. Le cinquième fut le plus déroutant de tous, et son remplaçant, du même fer, sembla se laisser pour se défendre ensuite et son matador s'en défit après avoir tout essayé.
Du pire Luis Bolivar toucha le meilleur : un troisième abordable dés sa sortie mais se dégonflant très vite, ce qui n'empêcha pas le torero de profiter à plein de ses possibilités, apportant l'énergie et l'enthousiasme qui manquaient à son adversaire. L'entière "ladeada" n'empêcha pas l'oreille de tomber. Le dernier se laissa donner des passes sans jamais aller au bout. L'ensemble manqua de continuité et cette fois-ci le coup d'épée ne compensa pas. Beau temps, no hay billetes, public chaleureux avec Bolivar, sévère avec ses compañeros.
André Viard. Voir reportage Valérie Lhéraud, A.V.

BEZIERS : OREILLE POUR CASTELLA

La fadeur de la corrida de Santiago Domecq a donné des arguments aux détracteurs de cet encaste. Tous ont manqué de cette férocité (fiereza) qui fait que le toro de combat ne se rend pas à mi parcours pour chercher les planches ou tout simplement ne plus donner un cm de charge. Seul le second eut assez de fond pour durer un peu, tout en se révélant très exigeant. Le quatrième ne baissa jamais la tête et les autres se sont tous arrêtés dès après les premières séries de muletazos. Ponce: ovation et salut. El Juli: une oreille et silence. Castella une oreille et silence.
A peine effleuré au cheval le premier trébucha à la sortie de la pique, prise de biais et tête basse. Juste de force et de tempérament, il s'éteignit dès après la deuxième série. Ponce le ménagea à mi hauteur lors de derechazos techniquement léchés mais sans âme. Puis il usa du zapateo pour le réveiller du coté gauche avant de se résoudre à achever un adversaire complètement arrêté. Ovation. Le jabonero quatrième attaqua de biais puis se centra et poussa mieux mais sans sauvagerie. On retrouva ce manque de combativité dans ses charges apaisées exemptes d'émotion. Le temple de Ponce ne suffit pas à donner le change. La faena sombra dans l'ennui puis la consternation quand le Domecq s'affala sur le flanc pour ne plus se relever. Salut.
Le second fut le seul vrai brave du lot. Il poussa avec générosité, reins mis mais tête turbulente. A pied il conserva la même rugosité, long à s'élancer mais engagé dès lors qu'il chargeait et crocheteur dans la passe. Cette âpreté donna du sel à la faena. Pour aller chercher l'oreille, Juli s'installa près, dans le sitio qui provoquait la répétition des charges. Il esquiva les crochets de la violente corne droite puis tenta de tempérer la tout aussi violente corne gauche. Profitant à plein de chaque cm de trajectoire, il s'assura la maîtrise de toute les situations en dépit des mises à l'épreuve de son adversaire. Il conclut d'un athlétique volapié qui nécessita le recours au descabello. Une oreille. Le cinquième se défendit tête haute dans le peto. Plus que sur la défensive il s'arrêta dès les banderilles et réserva ses plus vilaines manières pour la muleta. Il sauta allègrement à la tête du Juli sans pour autant se déplacer longitudinalement. Un volapié précis et efficace en finit avec cette enclume sauteuse. Silence.
Castella n'a pas trouvé d'adversaires pour confirmer son renouveau devant ses concitoyens. Le troisième fit son devoir au cheval, avec style, sans coup de tête parasite, mais avec un manque de tempérament préoccupant pour la suite. Il fit illusion en venant de loin sur les statuaires d'ouverture puis s'éteignit progressivement. Castella prit soin de lui ménager de la distance pour ne pas l'asphyxier lors de suaves derechazos, mais il se réserva dès les premières naturelles avant de cesser toute collaboration active. Castella dut s'installer à la pointe des cornes pour arracher des ½ passes et finir sur une circulaire inversée au rayon des plus réduits. Entière habile. Une oreille et pétition de seconde, justement refusée par le président. Le colorado dernier s'activa sous le fer mais sans style bien défini. Il paru se révéler dans les leurres qu'il suivit tête humblement baissée et en faisant l'avion du coté droit. A gauche il fut plus vulgaire sans être gênant. Castella anticipa toutes ses réactions, offrit la muleta dans le meilleur sitio et dans le bon tempo, mais sans pouvoir empêcher que le Santiago Domecq ne s'arrête au milieu du gué. Comme ses frères, il manqua de fond pour répondre avec continuité aux sollicitations. A mi faena il chercha les planches et fit même mine de vouloir se coucher. Castella dut abréger d'une belle entière. Silence. Soleil de plomb No hay billetes.
Frédéric Pascal. Voir reportage Laurent Deloye.

TENDERO REMPLACE MORANTE À BAYONNE

Renversement de situation hier à midi : pour s'être trop entraîné la veille quand il estimait son retour possible dès aujourd'hui à Illumbe, Morante a constaté que s jambe avait enflé et déclaré forfait. À Bayonne, parmi la liste des remplaçants possibles, c'est Miguel Tendero, triomphateur à Madrid et Pamplona, qui a été retenu pour compléter le cartel aux côtés d'Aparicio et Manzanares.


BOLSIN "NIMENO II" À CERET

Le Club Taurin Cérétan propose le Bolsin Nimeño II qui aura lieu en deux temps : le 14 août à 21h00, 6 vaches pour 6 élèves d'Ecoles Taurines ; le 15 août à 21h00 4 vaches pour 4 élèves sélectionnés. Le meilleur des 4 recevra une cape de brega et toréra un eral de Roland Durand.


L'OBSERVATOIRE COMMUNIQUE EN ESPAGNE

Après les medias spécialisés en ligne - dont un fait la publicité de la "feria" de Las Vegas -, c'est le quotidien ABC qui a publié hier le communiqué de l'Observatoir National des Cultures Taurines. Lire ABC.


FERIAS DES VENDANGES DE NÎMES


La feria des Vendanges aura lieu à Nîmes du 17 au 20 septembre. Jeudi 17 toros de Yonnet pour Antonio Barrera, Salvador Vega et Mehdi Savalli. Vendredi 18 au matin, novillos de La Quinta pour Pablo Lechuga, Angelino de Arriaga et Thomas Duffau. Vendredi 18 toros de Garcigrande pour El Juli, Sebastián Castella et Miguel Tenderoqui confirmera l'alternative. Samedi 19 au matin, toros de Juan Pedro Domecq pour Luis Francisco Esplá, Enrique Ponce et Julio Aparicio. Samedi 19 toros d'El Pilar pour Matías Tejela, Alejandro Talavante et Rubén Pinar. Dimanche 20 au matin toros de Victoriano del Río pour Morante de la Puebla et Sebastián Castella, mano a mano. Dimanche 20 toros de Valdefresno pour Juan Bautista, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque.

NOVILLADA DE MAUBOURGUET

Dimanche 23 août, novillada sans picador avec des erales de Pages-Mailhan pour Jesús Chover, Mario Alcalde et Mateo Julian. Réservations 05.62.96.43.24

NOVILLADA DE SAINT-PERDON


Les organisateurs de Saint-Perdon ont bouclé hier le cartel de leur novillada du 30 août qui aura lieu dans les arènes de Mont de Marsan. Grâce à son triomphe Thomas Dufau a gagné son inclusion face aux novillos de Baltasar Iban aux côtés d'Angelino de Arriaga et de Juan del Alamo

NOVILLADA DE SAINT-SEVER

L’Association Art &Tradition propose pour sa novillada du 23 août prochain des novillos de José Escolar Gil pour Alejandro Parralo, Patrick Oliver et Mario Dieguez

FERIAS DE NOVILLADAS DE RION

La 20 ème édition de la feria de novilladas sans chevaux de Rion : samedi 22 août, six novillos de Valdefresno pour Mateo Julia, Juan Cervera et un des trimphateurs de l'été en Aquitaine ; dimanche 23, six novillos de Valdefresno pour Juan Guerrero, Diego Fernandez et Luis Miguel Valiente. Réservations à partir du 5 août au 05 58 57 04 44.

ROQUEFORT LE 15 AOÛT


Pour la journée taurine du 15 août à Roquefort les cartels complets sont les suivants : Erales de La Quinta le matin à 11 heures pour Mateo Julian et Mario Alcalde. Novillos de La Quinta à 18 heures pour Javier Cortes, Ignacio Gonzalez et Angelino de Arriaga.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 














imprimez cette page