beziers
arles
Arles
Lundi 10 août 2008

L'Edito

La photo

PREMIER BILAN

Au terme de ce premier week-end du marathon aoûtien, quelques observations s'imposent. Voir édito.

Actualité

MILLAS : LEAL, GUILLON, SERGIO FLORES ET JEAN-LOUIS DARRET A HOMBROS

Toreros et ganadero a hombros
Longtemps incertaine en raison des iolents orages qui s'étaient abattus toute la journée sur le département des Pyrénées Orientales et à Millas depuis le midi, la novillada des fêtes a finalement pu avoir lieu grâce à la clémence des cieux qui arrêtèrent l'averse une heure avant le paseo, et grâce aussi à l'équipe des areneros chargés de préparer la piste. Furant lidiés cinq novillos précieux du Camino de Santiago, bas et bien faits, ronds et armés par devant, mobiles et braves à l'exception du dernier qui marqua une préférence pour les planches, et tous nobles, et un du Laget, venu en remplacement, armé large et rugueux du début à la fin de sa vie publique.
Marco Leal toucha en premier un colorado extra de noblesse et d'allant auquel il servit une faena enthousiaste dont les meilleures séquences furent sur le côté droit. Une entière et une oreille. Son second, un costaud très noble, prit trois piques (tous les autres deux pour un total de 13 en tout), et Marco réédita une faena pimpante qui mit les gradins en joie. L'estocade un peu tombée le priva d'un double trophée, mais pas d'une oreille synonime de sortie a hombros.
Après Mont de Marsan et Villeneuve où il avait paru en dedans de ses possibilités, la question se posait de savoir si Mathieu Guillon était capable de se dépasser dans des circonstances difficiles. Le sérieux client du Laget sorti en cinquième position lui en offrit l'opportunité et Mathieu ne la laissa pas passer. Mettant toute son habileté, qui est grande, au service d'une lidia défensive d'abord puis plus ambitieuse, il fit front crânement, s'imposa, vola le peu que le dur à cuire consentit à lâcher, et s'en débarrassa d'une épée entière. Le public, conquis par sa vailllance, l'invita à une vuelta très fêtée. Face au second de la tarde, un loukoum pur sucre, il toréa comme il sait, avec gracia et desparpajo, pellizco et légèreté. Quelques véroniques, une grande media du bout des doigts, une poignée de naturelles et deux pechos enveloppées furent de haut niveau. À Séville la musique aurait joué. Elle joua aussi à Millas et l'épée entière fit légitimement tomber deux grosses oreilles.
Pour sa présentation européenne en piquée, Sergio Flores n'a pas déçu les aficionados avisés qui avaient fait le déplacement. Face au lot le moins propice - deux novillos nobles de Darret dont le premier fut un poil faible car trop piqué et le second mansote cherchant la moindre issue pour s'y glisser - il fit preuve d'un sens du temple et du rythme qui n'eurent pour égal que sa faculté à rester quieto et à aguanter toutes les charges. Un futur grand... si les petits cochons du mundillo ne le dévorent pas prématurément. Conscient de devoir couper les deux oreilles du dernier pour accompagner ses deux compañeros français a hombros, il se jeta littéralement sur le morillo et laissa une entière dont il ressortit taleguilla en lambeaux, à l'image de son compatriote Adame qui voici quatre ans, lors de sa présntation en piquée aussi dans ces mêmes arènes avait eu moins de chance, l'accrochage, pour les mêmes raisons, se soldant par une cornada importante. Retenez son nom : Sergio Flores. Quatre cinquième d'arènes, public ravi ovationnant les trois toreros et le ganadero a hombros.
André Viard. Voir reportage.

Un Raso del Portillo à la pique
PARENTIS : DECEPTION RASO DE PORTILLO

Temps couvert, ¾ d’entrée. Novllos compliqués en raison de leur genio mais sans réelle bravoure de Raso del Portillo. Carlos Guzman silence après deux avis, silence et bronca, Felix de Castro silence et blessure Santiago Najanjo vuelta et vuelta. Novillada décevante de Raso del Portillo par manque de bravoure à l’exception du 2ème et du 3 ème plus nobles. Guzman fut très sérieux devant le toro d’ouverture qui manqua de force. Devant les 4ème et 5ème il ne put rien faire devant des toros très compliqués. Felix de Castro devant son premier adversaire qui fut plus noble réalisa une bonne faena conclue par une bonne série de naturelle mais perdit une oreille en raison d'une entière de côté. A son second il se fit prendre à la cape et passa à l'infirmerie. Santiago Najanjo, après un bon début de faena de la main droite, se fit déborder et il en termina par une épée de côté. À son second il ne démérita pas devant un novillo compliqué. Le public sortit quelque peu déçu.
Voir reportage Roland Costedoat.

Thomas Dufau a hombros
SOUSTONS : TRIOMPHE ET CORNADA POUR THOMAS DUFAU

Les novillos de Bañuelos ont présenté de belles qualités tout au long de leurs lidias. Bien présentés dans l’ensemble, ils ont tous développé une profonde noblesse, trop candide pour les trois premiers, avec de la mansedumbre pour les suivants. Faibles dans l’ensemble, ils sont allés au cheval sans rechigner mais ont manqué de force lors de peleas discrètes. Mention donc aux nobles premier et second, et quatrième. Mario Aguilar, oreille et salut au tiers, Fernando Tendero, silence et silence, Thomas Dufau, oreille et deux oreilles.
Mario Aguilar a séduit le public soustonnais. Sérieux et appliqué, il a développé un toreo technique et profond. Il trouve l’accord parfait avec son premier dans un ballet muletero classique et juste. Les séries droitières sont superbes de temple face à un novillo fondant. Bonne entière un peu basse, oreille. Face à son second, nouvelle démonstration d’un toreo maîtrisé et fin. Il trouve les bons terrains, règle sa muleta et enroule le novillo avec douceur sur les deux bords. Son échec à l’épée lui ôte un trophée quasiment certain. Dommage.
Fernando Tendero possède un fourgon rutilant, un site internet et un entourage complet et compétent. Mais il lui faudra bien plus pour convaincre. Emprunté et maladroit face à son noble premier, il réalisera des séries droitières trop courtes et mal rématées. Pinchazo, entière basse, six descabellos, un avis, silence. Face à son second, il va commettre une erreur préjudiciable à son ouvrage muletero : le novillo coupe les trajectoires des banderilleros sur le côté droit lors des poses des palos et Tendero débute sa faena sur ce côté. Résultat, le novillo colle, rechigne et empêche tout enchaînement. L’entreprise à gauche est trop tardive pour redresser la situation qui s’enlise à la mort par un nouvel échec, silence.
Thomas Dufau offre une belle série de véroniques, genou fléchi, face à son premier. Après un superbe violin aux banderilles, il va réaliser une faena complète, main basse. A gauche le novillo proteste mais subit l’autorité du jeune français. Superbe estocade d’effet immédiat, oreille. Face à son second, impossible à cadrer au capote, le landais assure aux banderilles notamment lors de sa spécialité la pose al violin. Il débute sa faena par trois cambiadas au centre. Le novillo fuit en fin de passe mais Thomas réussit à capter la charge et le conduit astucieusement dans plusieurs séries templées. Son entrega lui vaudra une voltereta sans gravité. Sans perdre son sang froid, il clôturera par une formidable estocade d’effet quasi instantané. Deux oreilles avec sortie triomphale à hombros. Temps gris mais pas de pluie, demie arène, 21°. Après être sorti en triomphe, Thomas Dufau a rejoint l'infirmerie puis l'hôpital de Dax où on l'a opéré d'une cornada superficielle. Jean-Paul Campistron. Voir reportage

BAYONNE : VALVERDE A HOMBROS

Presque pleines en ce 9 août, quand les arènes de « Lachepaillet » grondent, le président Oxandaburu a du se demander si sa gestion taurine de cette corrida de MIURA était juste ! Première bronca pour refuser l’oreille du premier toro de Javier VALVERDE (violet et or – vuelta et deux oreilles) après une faena conclue d’une lame sanguinolente. Le capote est discret voire prudent et la faena, brindée au public, reste droitière en gagnant le centre. Deux puyazos, blessure au flanc, vuelta de campana et cornada apparente au flanc le beau cardeno s’essouffle puis s’arrête. Pétition d’oreille et le palco reste sourd.
Seconde bronca pour en avoir accordé deux après la deuxième faena du même Valverde avec une lame pas mieux placée mais efficace et une fin de parcours assez allurée. Le Salmantin démarre prudemment puis fait jouer la musique pour de fort belles séries et gagnera donc la grande porte sur les épaules.
Troisième bronca pour refuser la vuelta al ruedo au grand Miura sorti en sixième position. Grand, lourd et brave sous trois rencontres avec un Antonio Prieto magistral qui se retrouvera au sol, ce second toro de David MORA (parme et or – salut et oreille) ne refusera jamais de se livrer dans la muleta du jeune madrilène fort bien maniée. Palos extra de Felix Jesus Rodriguez appelé à saluer. Brindis au public et jet de la montera à son picador, David nous régalera avec certains muletazos splendides. Musique, toro attentif conservant le danger sournois de Zahariche puis manque de transmission en fin de vie. Face à son premier qu’il recevra dans un excellent capoteo, David, tentera difficilement d’intéresser l’adversaire qui aura une fâcheuse tendance à rompre le combat.
Appelé à saluer avec ses compagnons, Jose Pedro PRADOS « EL FUNDI » (violet foncé et or – silence et applaudissements après deux avis) se montrera bien peu à son avantage face à son premier, cardeno claro, maigre et haut, qu’il recevra avec prudence cape en main. Fundi ne banderillera pas tout comme à son second et les efforts pour aplanir les difficultés, nombreuses il est vrai, resterons bien peu convainquants. On retrouvera un Madrilène bien plus offensif face à son superbe second, tio cardeno claro très typé « maison » reçu avec envie au capote. Deux fois au cheval et, sans brindis, le maestro mettra quelques minutes à trouver le bon sitio avant de nous régaler comme il a su souvent le faire. Patatras … demie lame et kyrielle de descabellos portés n’importe comment toujours à la merci des charges de « Dativo » allant chercher l’homme lame au corps. La bronca était injustifiée mais les applaudissements prirent le dessus heureusement. Alors que Javier Valderde était emporté vers son fourgon via la grande porte une bronca majuscule fusa une dernière fois vers le Palco. Excessive, non ?
Pierre Charrain. Voir reportage.

FERIAS DES VENDANGES DE NÎMES

La feria des Vendanges aura lieu à Nîmes du 17 au 20 septembre. Jeudi 17 toros de Yonnet pour Antonio Barrera, Salvador Vega et Mehdi Savalli. Vendredi 18 au matin, novillos de La Quinta pour Pablo Lechuga, Angelino de Arriaga et Thomas Duffau. Vendredi 18 toros de Garcigrande pour El Juli, Sebastián Castella et Miguel Tenderoqui confirmera l'alternative. Samedi 19 au matin, toros de Juan Pedro Domecq pour Luis Francisco Esplá, Enrique Ponce et Julio Aparicio. Samedi 19 toros d'El Pilar pour Matías Tejela, Alejandro Talavante et Rubén Pinar. Dimanche 20 au matin toros de Victoriano del Río pour Morante de la Puebla et Sebastián Castella, mano a mano. Dimanche 20 toros de Valdefresno pour Juan Bautista, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque.

SANS CHEVAUX À ARLES

Les arènes d'Arles proposent une novillada sans picador le lundi 10 août à 17 hures. Au cartel, six erales des Frères Tardieu pour les Diego Fernandez (Ecole El Juli) El Cotola (Colmenar viejo) Juan Cervera (Valencia).

NOVILLADA DE MAUBOURGUET

Dimanche 23 août, novillada sans picador avec des erales de Pages-Mailhan pour Jesús Chover, Mario Alcalde et Mateo Julian. Réservations 05.62.96.43.24

NOVILLADA DE SAINT-PERDON

Les organisateurs de Saint-Perdon ont bouclé hier le cartel de leur novillada du 30 août qui aura lieu dans les arènes de Mont de Marsan. Grâce à son triomphe Thomas Dufau a gagné son inclusion face aux novillos de Baltasar Iban aux côtés d'Angelino de Arriaga et de Juan del Alamo

NOVILLADA DE SAINT-SEVER

L’Association Art &Tradition propose pour sa novillada du 23 août prochain des novillos de José Escolar Gil pour Alejandro Parralo, Patrick Oliver et Mario Dieguez

FERIAS DE NOVILLADAS DE RION

La 20 ème édition de la feria de novilladas sans chevaux de Rion : samedi 22 août, six novillos de Valdefresno pour Mateo Julia, Juan Cervera et un des trimphateurs de l'été en Aquitaine ; dimanche 23, six novillos de Valdefresno pour Juan Guerrero, Diego Fernandez et Luis Miguel Valiente. Réservations à partir du 5 août au 05 58 57 04 44.

ROQUEFORT LE 15 AOÛT

Pour la journée taurine du 15 août à Roquefort les cartels complets sont les suivants : Erales de La Quinta le matin à 11 heures pour Mateo Julian et Mario Alcalde. Novillos de La Quinta à 18 heures pour Javier Cortes, Ignacio Gonzalez et Angelino de Arriaga.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 














imprimez cette page