Dernières ferias de la temporada française...

Dimanche 31 août 2008


L'Edito

La photo

LES LARMES DE PLUIE

Après plus de deux heures de tensions diverses dans une ambiance étrange, quand Sergio Aguilar est sorti des arènes de Bayonne, des larmes de pluie se mêlaient sur ses joues à celles tombés du ciel. Larmes de fierté, d'incompréhension ou de rage ? Nous ne le saurons jamais. Mais ceux qui les ont vu couler ne devraient pas les oublier. Voir l'édito


Actualité

DANS LES RUEDOS HIER

Grave blessure hier à Linares pour Angel Luis Prados, le frère du Fundi, qui actuait aux ordres de Cayetano et auquel un toro violent de Jandilla a infligé une cornada de trois trajectoires profondes... avant que Cayetano ne lui coupe les deux oreilles. Curro Diaz a coupé quatre oreilles, Cayetano trois et Fandi deux. À San Sebastian de Los Reyes, triomphe total grâce à une excellente corrida de Victoriano del Rio : le Juli (trois oreilles), le Cid (quatre) et Picazo (trois) sont sortis en triomphe avec le mayoral Andres. Le second a été primé d'une vuelta.

BAYONNE : SERGIO AGUILAR CONFIRME, PALHA AUSSI...

Fcae à une innommable corrida de Palha dont seul le second fit illusion durant le tercio de piques tout au long d'une rencontre unique sous laquelle il resta de longues minutes, Sergio Aguilar, par sa quiétude, son courage, son aguante et sa capacité à mouvoir les leurres avec lenteur dans les pires circonstances, a confirmé posséder les plus hautes qualités pour être un torero important. Malheureusement pour lui, la course se déroula dans une ambiance étrange, une partie du public conspuant les toros dont les deux premiers sortirent avec des cornes indignes, une autre partie les applaudissant à l'arrastre, une minorité demandant davantage de piques et une autre minorité réagissant à bon escient, avec le respect qui était du à des hommes qui se jouèrent la vie tout l'après-midi, Sergio Aguilar au premier chef.
Très diversement présentés mais sérieux en raison du danger qu'ils faisaient planer sur le ruedo, les toros de Palha déçurent tout le monde, sauf par leur solidité. Le genio n'est pas la bravoure et la violence non plus. Tous allèrent au cheval avec force mais sans grand style à l'exception du second et du quatrième, mais aucun ne confirma sa bravoure par la suite, livrant des peleas sur la défensive et avec beaucoup de sentido. Au XIXème siècle cette corrida aurait sans doute tué beaucoup de chevaux et serait entrée dans les annales comme "historique". Hier, grâce à la qualité de la cavalerie Bonijol, ces toros purent être piqués ce qui permit aux toreros de s'en approcher, ce qui au XIXème siècle n'aurait été possible qu'au terme d'une hécatombe. Or le spectacle a évolué, et la question que l'on peut légitimement se poser est celle de savoir si des toros de ce genre ont toujours leur place dans le nôtre.
Rafaelillo est un combattant et son engagement est sans faille, mais sans lui manquer de respect il faut tout de même dire qu'il ne donna pas un seul muletazo de la tarde digne de ce nom. Des trapazos, des toques brusques, des esquives... mais jamais il ne proposa réellement à ses deux adversaires une muleta bien présentée en attendant de voir si par hasard ils y allaient. Déceler la part démoniaque de ses adversaires de l'à-peu-prés qui leur était proposé est donc difficile, mais ils sembla pourtant que si son premier, un toro con genio et sentido, ne méritait pas autre chose, le quatrième, brave lors de deux fortes piques, aurait peut-être développé ses charges vers l'avant si on le lui avait proposé. Ce n'est qu'une impression, et il aurait suffi d'une seule tentative pour la confirmer ou non.
Diego Urdiales toucha donc le brave du lot, un toro aux cornes très abîmées qui poussa de longues minutes sous le cheval et pour qui une partie du public demanda une deuxième rencontre (!)... Bien sûr il n'y eut aucune possibilité de faena après pareil châtiment. Le cinquième, brave et violent lors de deux piques dont la première avec une chute, suscita dans le public des réactions d'animosité en raison de ses difficultés. Brusque, âpre, laid, il ne permit pas grand chose et Urdiales fut dépassé, amoindri nous dit-on par une lésion aux côtes.
Sergio Aguilar se tailla donc la part du lion en appliquant à la lettre les fondamentaux du toreo dont ses compañeros avaient zappé le premier : rester quieto (parar), cargar la suerte, mandar et templar dans la mesure où on le pouvait. Mais l'important pour Aguilar était d'essayer pour démontrer qu'il veut être. Il essaya donc, et réussit en partie face au troisième, un toro con genio que le picador dut aller chercher au tercio pour le piquer, qu'il mit dans sa muleta à plusieur reprise pour lui donner quelques muletazos mesurés marqués du sceau de son aguante stupéfiant . Il le fit aussi face au premier, une girafe de plus de 600 kilos, brusque, coupant ses trajectoires, ne se livrant jamais, à qui il donna un cambio dans le dos au centre en se faisant désarmer, avant de livrer, sous le déluge et l'orage, un combat de prés, arrachant encore des muletazos inespérés et tuant d'une presque entière en s'engageant à fond. De manière incompréhensible la présidence n'accorda pas l'oreille que demandait une partie du public, l'autre étant davantage désireuse de se mettre au sec. Le torero fit la seule vuelta de la tarde. Les trois toreros sortirent sous les applaudissements, plus nourris pour Aguilar. Trois cinquièmes d'arène. Et si les Palha reviennent, au vu de la déception générale, il y en aura moins. Temps couvert puis déluge à la fin.
André Viard. Voir reportage.

L'ART DE METTRE SA VIE EN JEU

À la demande de nombreux lecteurs, Francis Wolff a eu l'amabilité de nous faire parvenir la traduction de sa chronique parue dans l'ABC de jeudi sous le titre "l'art de mettre sa vie en jeu". En fait, cet article avait été écrit en réponse à celui de Antonio Muñoz Molina paru dans "El Pais" pendant la feria de l'aniversario et intitulé "Arte de matar". "El Pais", dont la ligne éditoriale est souvent rès critique vis-à-vis de la tauromachie bien qu'il conserve une chronique taurine annuelle pour ne pas perdre ses lecteurs, n'ayant pas voulu publier la réponse Francis, celui-ci l'a proposée à ABC, dont la ligne éditoriale est farouchement taurine, qui a eu le bon goût de l'accepter. Lire chronique.

DAX : 100 PLACES POUR LE MANO A MANO, 800 POUR PONCE

Las aficionados retardataires peuvent se consoler : à Dax pour Toros y Salsa il reste quelques places. Cent à peine pour le mano a mano du samedi 6 septembre entre le Juli et Juan Bautista, et 800 pour le cartel Ponce, Morante, Perera du dimanche 7. On peut réserver.

FERIA DU RIZ À ARLES

Vendredi 12 septembre  à 17 heures 30 toros de La Palmosilla pour César Jimenez, Daniel Luque et Joselito Adame. Samedi 13 à 17 heures corrida Goyesque : deux toros de Guttierez Lorenzo pour Pablo Hermoso de Mendoza et 4 de Zalduendo pour El Juli et Juan Bautista. Dimanche 14 à 11 heures novillos de Martelilla pour  Marco Leal, Miguel Tendero et Tomasito. À 17 heures corrida concours. Toros de Murube, Miura, La Quinta, Victorino Martin, Guardiola Fantoni et Escolar Gil pour Luis Francisco Espla, Javier Valverde et Sergio Aguilar. Vente des abonnements à partir du 23 juin, places individuelles à partir du 21 juillet. BUREAU DES ARENES D’ARLES - BP 40042 – 13633 Arles Cedex Du Lundi au Vendredi de 9H à 12H / 14H30 à 18H www.arenes-arles.com TEL. 0 891 70 03 70 (0,225/mn) Fax 04 90 96 64 31 e-mail : contact@arenes-arles.com.

LES PRACTICOS SUR TENDIDO SUD

L’émission Tendido Sud – n°106 du mercredi 27 août 2008 présenté par Christophe Chay – La rentrée des classes avec les aficionados practicos – Invités : Hervé Galtier (président de l’association des Aficionados practicos), Philippe Cattelin (responsable de la communication) et Georges Truc (vice-président). Hervé Galtier est le plus célèbre des aficionados practicos français. Ce professeur d’éducation physique et sportive, membre de la cavalerie Bonijol, a toréé et estoqué pas moins de 115 toros et novillos, lui permettant ainsi d’approfondir sa conception de l’afición et sa pratique. Relancée il y a un an, l’association qu’il préside offre l’opportunité aux aficionados d’apprendre les rudiments du toreo et ressentir un peu le frisson de ceux qui portent l’habit de lumières… Aux côtés des membres de son bureau, Hervé Galtier apporte son commentaire sur la temporada de Marco Leal, la prestation beaucairoise d’Alberto Aguilar face aux toros de Victorino Martín et les enseignements de la Feria de Saint-Gilles. Autre découverte au sommaire de ce numéro de « Tendido Sud », avec le taurodrome conçu par Pierre-Marie Meynadier, qui présentera une novillada sans picadors ce samedi dans les arènes de Bayonne. TÉLÉ MIROIR (Gard, Bouches-du-Rhône, Hérault), canaux hertziens 60 et 64 (direction Générac), canal n°23 sur la TNT de Nîmes (émetteur Terre-Bas Rhône), ou sur le net, diffusion à la carte, au http://www.telemiroir.com.

FERIA DES VENDANGES À NÎMES

L'affiche ci-contre réalisée par Jean Nouvel en hommage au solo de Sébastien Castella a été dévoilée hier. La feria des Vendanges débutera le 18 septembre avec des toros de Robert Margé pour Curro Diaz, Salvador Vega et Luis Bolivar, se poursuivra par la double cession du vendredi 19 : le matin, novillos de Manolo Gonzalez pour Roman Pérez, Alejandro Espla et Tomasito, l'après-midi le Juli face à six toros de Daniel Ruiz à l'occasion du dixième anniversaire de son alternative. Le samedi 20, cartel d'artistes le matin avec Julio Aparicio, Javier Conde et Morante de la Puebla face à des toros de Domingo Hernandez et Garcigrande, l'après-midi solo de Sébastien Castella face à deux toros des ganaderias de Nuñez del Cuvillo, Garcigrande et Victoriano del Rio. Le dimanche 21 enfin, toros de José Vazquez le matin pour Juan Bautista, Matias Tejela et Alejandro Talavante, toros de Victoriano del Rio l'après-midi pour Enrique Ponce, Miguel Angel Perera et l'alternative de Ruben Pinar. Renseignements et réservations à la taquilla du 4 rue de la Violette. Tel : 0891701401. Et sur
www.arenesdenimes.com.

CAPEA DE CONDOM

Le dimanche 7 septembre à 11 heures, la peña taurine Peleon propose au théâtre de verdure une capea avec des añojos de Michel Agruna pour Clementito (école taurine d'Hagetmau), Jordy et Alexandre Rubio (centre de tauromachie de Nîmes). Le petit déjeuner est offert par la peña avant et un repas est proposé après. réservation à l'office de tourisme : 0562280080.

ALEJAN... D'UTILITE TAURINE

Encouragé par la confiance des aficionados et par la reconnaissance des Toreros français, ALEJAN poursuit son aventure pour aider et soutenir les jeunes apprentis toreros des écoles taurines. Les menaces qui pèsent sur ces jeunes, en partie écartées par une première victoire de l'Observatoire, doivent nous pousser à continuer de les soutenir d'avantage, car d'autres batailles arrivent et ils sont l'Avenir de notre Culture. - Vêtements de qualité 100% français, Fierté de porter élégamment notre Aficion, Soutien aux jeunes apprentis toreros: 3 bonnes raisons de faire confiance àALEJAN . Nouveau site, nouvelle collection, nouvelles actions pour les écoles taurines avec nos matadors français, retrouvez tout cela sur notre site www.alejan.eu. Ils sont l'Avenir de notre Culture Taurine, mobilisons-nous pour les encourager, continuez de nous faire confiance. ALEJAN, Porter nos valeurs avec Fierté..."

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 








imprimez cette page