Lundi 25 août 2008


EDITO


FAUX PLAT


José Tomas revient, triomphe en grand et pour sa seconde corrida triomphe encore et reçoit... un puntazo. La temporada entame sa dernière ligne droite et sur le faux plat qui mène aux ferias de septembre les positions semblent désormais consolidées. Voir l'édito. CV d'André Viard



ACTUALITE

RION : TRIOMPHE DE VALDEFRESNO ET MATHIEU GUILLON

Une fois de plus, les novillos de Valdefresno ont permis aux arènes de Rion de vibrer au cours d'un spectacle qui n'atteignit pas toujours les sommets promis en raison des insuffisances des toreros. Trois des novillos, les 2ème, 4ème et 5ème furent de note supérieure, ce dernier méritant par sa bravoure inlassable et sa noblesse franche une vuelta posthume que la présidence autiste aux voeux du public ne jugea pas utile d'octroyer. Par réaction, torero et public invitèrent Nicolas Fraile à l'effectuer lui-même... Le premier fut brave et noble après une sortie déroutante, le troisième était de qualité mais une vuelta de campana réduisit ses possibilités offensives et le dernier fut le plus compliqué du lot.
Manuel Sarrion est passé à côté d'un grand lot, hésitant à avancer sa muleta face au brave premier qui exigeait un leurre présenté de prés, et ne se hissant jamais au niveau proposé par le grand quatrième - Lisongero de la famille des Lijoncitos célèbre dans cette ganaderia - auquel il donna de nombreuses passes, certaines bonnes, mais sans lier comme il convenait. Un gâchis. Dans les deux cas il tua mal et écouta le silence après deux avis face au quatrième.
Cayetano Ortiz fut le moins bien servi mais celui qui appliqua le mieux les canons du bon toreo, templant à tout moment le brave mais diminué troisième comme le compliqué dernier. Quel dommage de ne l'avoir pas vu avec un des deux autres lots !
Quant au triomphateur du jour - Mathieu Guillon, une puis deux oreilles -, il a confirmé face à un grand lot ce que l'on pense de lui au terme d'une saison où il a toréé presque partout. Facile, fûté, léger et doué d'un sens artistique certain, il lui reste à poser son toreo pour passer la vitesse supérieure, image paradoxale puisque le challenge qui s'offre à lui est précisément de toréer plus lentement. Jouant de la mobilité franche de ses deux adversaires (plus noblon le premier "Bilanero", très brave le second "Buscador"), il leur donna beaucoup de passes (on retiendra deux séries à gauche au second) mais se fit aussi beaucoup engancher par manque de précision et de colocacion adéquate, sa propension à toréer "al hilo du piton" expliquant en partie ces lacunes que son charisme et son hyperactivité masquèrent cependant aux yeux du public mais que pour son bien il importe de relever ici. Comme nous l'avons écrit hier à propos de Juan del Alamo, deux voies s'ouvrent devant lui dont une doit lui être sérieusement déconseillée : celle d'une facilité excessive dans laquelle il ne doit surtout pas s'engager faute de laisser inexploitées les grandes qualités qu'il possède, lesquelles sont susceptibles de lui permettre d'atteindre un niveau bien supérieur à celui qu'il offre aujourd'hui. Arènes quasiment pleines, public respectueux, présidence rigoriste et sortie de Mathieu Guillon en triomphe par la porte "Nicolas Fraile" réservée à Rion comme celle du Prince à Séville aux toreros ayant coupé trois oreilles.
André Viard. Voir reportage André Viard.

SAINT-SEVER : TROIS OREILLES POUR ABEL VALS, DEUX POUR RUBEN PINAR

Devant une demie arène environ, les novillos de Fuente Ymbro ont offert une trade entretenue dont le castellonense Abel Valls est sorti vainqueur avec un totale de trois oreilles (deux au cinquième qui fit la vuelta). Ruben Pinar qui plafonne depuis deux mois en coupa une de chacun de ses adversaires et Roman Pérez écouta par deux fois le silence.

BILBAO : OREILLES POUR FUNDI ET URDIALES FACE À DE BONS VICTORINOS

Il a fallu attendre la fermeture d’Aste Nagusia pour avoir la corrida la plus complète et qui a offert à part pour le sixième toro, un lot plein de caste, de charge, de noblesse, qui a été toréé à des degrés divers d’investissement, mais surtout qui a redonné le plaisir de voir des toros-toros laissant à chaque instant la peur s’installer. Le moindre faux pas était payé cash, même le Fundi, gladiateur et bagarreur devant les toros les plus durs, a de quoi en parler puisqu’il fit par deux fois, l’expérience de la voltereta, alors que Diego Urdiales, se prenant les pieds dans le tapis, eut la chance de voir son adversaire s’occuper de la muleta à terre mais pas de lui.
Voir chronique de Denis Guermonprez. Voir reportage Roland Costedoat.

CARCASSONNE : TROIS OREILLES POUR MARCO LEAL FACE AUX MIURAS

Six novillos de Miura, très typés physiquement, hauts et longs, tous maniables sauf le second. Le port de tête humblement bas des  premier, troisième et cinquième les prédisposait à perdre leurs oreilles. Le quatrième garda la tête à mi hauteur mais se laissa déplacer facilement. La mobilité du dernier, lors des deux premiers tiers, lui valut une vuelta posthume. Iker Cobo: silence et silence. Nuno Casquinha: vuelta et silence. Marco Leal, qui domina les débats dans tous les tiers du combat: une oreille et deux oreilles.
Le premier afficha d'entrée un beau galop et un port de tête commode, humblement baissé. Dans une attitude stylée et sans violence, il fit son devoir au cheval. Nullement handicapé par une lidia chaotique, il chargea de même dans la muleta. Iker Cobo ne laissa pas passer l'occasion de lui sortir son meilleur répertoire de vieux routier des ruedos. Il perdit, hélas, tout espoir de trophée aux aciers. Le quatrième tenta de sauter les barricades mais se reprit au cheval. Tête à hauteur de la selle, il se laissa châtier sans protester. A pied, il chargea d'abord sans malice, puis s'avisa et finit avec un vilain hachazo en bout de trajectoire. Iker Cobo, dont la responsabilité peut être recherchée dans cette funeste évolution, resta marginal. Silence après deux pinchazos et une entière.
Le second sauta à la jugulaire du cheval, puis se défendit, tête haute et mobile. Au troisième tiers il ne se départit que rarement de ce désagréable port de tête mais ne manifesta pas d'intentions coupables. Nuno Casquinha le rejeta beaucoup vers l'extérieur, ce qui l'encouragea à allonger le cou plus que sa charge. Une mise à mort rapide motiva une vuelta du matador. Le cinquième était le mieux fait du lot. Il poussa avec l'arrière train engagé, ce qui est gage de charges longues et claires, lors du premier assaut. Il baissa de ton en sortant à reculons du second. Il conserva cependant un beau galop, la tête basse et une charge progressive pour la muleta. Handicapé par sa petite taille Nuno Casquinha commit de nombreuses maladresses. La faena resta très en dessous des potentialités portées par le Miura. Trois pinchazos. Entière. Deux descabellos. Silence. Il banderilla sobrement en alternance avec Leal puis en solo.  
Le troisième vint avec classe au cheval puis y revint de loin, mais donna des signes de faiblesse qui l'inclinèrent à une certaine mièvrerie. Très poderoso dans la lidia, Leal trouva mieux le sitio à gauche au cours d'une faena qui culmina lors de la dernière série de naturelles. En dépit d'une mise à mort ternie par un pinchazo et une moitié de lame il coupa une oreille. Le dernier batailla avec brio en plusieurs épisodes rechargés allègrement contre le picador. A la muleta il fit un combat en deux temps. Il offrit d'abord une mobilité satisfaisante puis se réserva jusqu'à ne plus avancer que de quelques décimètres. Leal s'adapta. Il exploita les bonnes charges et fut tout aussi convaincant quand il s'agit de faire seul le spectacle avec un adversaire arrêté. Il tua d'une entière efficace qui déclencha un beau tapage dans le public. Deux oreilles et pétition de queue à laquelle le Président sut résister.  En alternance avec Casquinha et en solo Leal banderilla avec sa puissance et sa précision habituelle. La vuelta à la dépouille du dernier récompensa Antonio Miura, présent dans les gradins, pour la qualité globale de son lot. Final triomphal. Il ne manquait que deux cent personnes pour faire le plein. Le matin deux erales collaborateurs de Rolland Durand permirent de départager les deux vainqueurs du bolsin de vendredi apres midi. Le métier déjà affirmé et la ruse naturelle de Gregorio Lopez l'emportèrent sur la fraîcheur de Dorian Dejean. A noter que ce dernier se fit sèchement prendre lors d'un pendule tenté au centre de la piste; et que Gregorio se jeta courageusement dans le berceau pour tuer. Frédéric Pascal.

SAINT-GILLES : DEUX OREILLES POUR SERRANO ET CRUZ, UNE POUR SAVALLI

Les ganaderos français Margé et Jalabert ont envoyé trois toros de bonne note à Saint-Gilles, un excellent de Margé, un très noble de Jalabert et un autre très brave. Face à cette opposition Marc Serrano a coupé les deux oreilles de son second, Fernando Cruz une de chacun de ses adversaires et Savalli une du dernier. Marc Serrano a reçu une cornada de trois trajectoires par son second adversaire.
Voir reportage Laurent Deloye "El Tico".

OUVERTURE DE LA LOCATION PAR PLACES SEPAREES À NÎMES

La vente des abonnements pour la feria des Vendanges se termine le mercredi 20 et les locations par corridas séparées débute le jeudi 21 à la taquilla du 4 rue de la Violette. Tel : 0891701401. www.arenesdenimes.com

NOVILLADA DE SAINT-PERDON

Le dimanche 31 août à Saint-Perdon, le matin à 11 heures, erales de Malabat pour  Santi Mario, Juan del Alamo et Mario Diaguez. À  17 heures 30 novillos de Bucaré pour El Payo, Mario Aguilar et Santiago Naranjo.

CAPEA DE CONDOM

Le dimanche 7 septembre à 11 heures, la peña taurine Peleon propose au théâtre de verdure une capea avec des añojos de Michel Agruna pour Clementito (école taurine d'Hagetmau), Jordy et Alexandre Rubio (centre de tauromachie de Nîmes). Le petit déjeuner est offert par la peña avant et un repas est proposé après. réservation à l'office de tourisme : 0562280080.

NOVILLADA DE SAINT-PERDON

Le 31 août Saint-Perdon propose à 11 heures novillada sans chevaux trois erales de Malabat pour Mario Dieguez, Tomas Duffau et Juan del Alamo. 12 heures 30 concert de la peña Al Violin. 13 heurs apéritif et repas de l'aficion. 17 heures 30  novillos de Bucaré pour El Payon,  Mario Aguilar et Santiago Naranjo. Forfait pour la journée (novillada s/p . repas. novillada piquee) 36 €. Réservations à partir du 18 août au 05 58 75 14 79.

LOCATION POUR RIEUMES

Pour la Féria de Rieumes qui aura lieu les 6 et 7 septembre le bureau des réservations est ouvert du lundi au vendredi de 9 heures à 12 heurs et de 14 heures à 18 heures par téléphone au 05.62.14.66.13 et par internet sur www.feria-rieumes.com   ou  www.clubtaurin-rieumes.free.fr.


DEUX SOLOS POUR LA FERIA DES VENDANGES À NÎMES

Outre le Juli qui fêtera ainsi ses dix ans d'alternative, Sébastien Castella combattra aussi six toros "en réponse à l'ostracisme dont on fait preuve à son encontre les arènes françaises" a précisé Simon Casas lors de la conférence de presse tenue hier en mairie. Les cartels sont les suivants.
Jeudi 18 septembre toros de Robert Margé pour Luis Bolívar qui confirmera l'alternative, Curro Díaz et Salvador Vega. Vendredi 19 au matin novillos de Manolo González pour Román Pérez, Alejandro Esplá et Tomasito. L'après-midi toros de Daniel Ruiz pour El Juli à l'occasion du dixième anniversaire de son alternative dans les mêmes arènes. Samedi 20 au matin toros de Garcigrande pour Julio Aparicio, Morante de la Puebla et Javier Conde. L'après-midi, six toros de différentes ganaderias pour Sébastien Castella. Dimanche 21 au matin toros de José Vázquez pour Juan Bautista, Matías Tejela et Alejandro Talavante. L'après-midi toros de Victoriano del Río pour Enrique Ponce, Miguel Ángel Perera et Rubén Pinar qui prendra l'alternative.

ALEJAN... D'UTILITE TAURINE

Encouragé par la confiance des aficionados et par la reconnaissance des Toreros français, ALEJAN poursuit son aventure pour aider et soutenir les jeunes apprentis toreros des écoles taurines. Les menaces qui pèsent sur ces jeunes, en partie écartées par une première victoire de l'Observatoire, doivent nous pousser à continuer de les soutenir d'avantage, car d'autres batailles arrivent et ils sont l'Avenir de notre Culture. - Vêtements de qualité 100% français, Fierté de porter élégamment notre Aficion, Soutien aux jeunes apprentis toreros: 3 bonnes raisons de faire confiance àALEJAN . Nouveau site, nouvelle collection, nouvelles actions pour les écoles taurines avec nos matadors français, retrouvez tout cela sur notre site www.alejan.eu. Ils sont l'Avenir de notre Culture Taurine, mobilisons-nous pour les encourager, continuez de nous faire confiance. ALEJAN, Porter nos valeurs avec Fierté..."

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 








imprimez cette page