Dimanche 24 août 2008


EDITO


LE TORERO RETRO


Avec sa mèche rebelle, son oeil noir, sa moue goguenarde et ses faux airs de mauvais garçon, Juan del Alamo possède un look atypique pour sa génération dont la plupart des représentants arborent plutôt le genre BCBG de qui vous savez. Voir l'édito. CV d'André Viard



ACTUALITE

RION : THOMAS DUFAU ET JUAN DEL ALAMO A HOMBROS

Moins brave qu'habituellement (les trois premiers très armés, les trois autres plus lourds), la novillada de Valdefresno lidiée hier a tout de même permis à deux toreros de sortir a hombros après avoir coupé chacun deux fois une oreille. Mince et grand, Adrian de Torres est celui qui a offert les gestes les plus fins, face à un novillo faible d'abord, puis face à un novillo noble mais mansote, mais par deux fois il a mal tué. Thomas Dufau, toujours en recherche de son meilleur niveau, a coupé sa première oreille face à un novillo sans malice ni entrega et sa seconde face à un gros manso qu'il poursuivit aux quatre coins de la placita avant de s'en débarrasser d'une entière habile. Il banderilla ses deux adversaires, le second lui faisant littéralement passer la barrière sur une faute d'inattention. Pueblerino, enthousiaste, volontaire et entreprenant, Juan del Alamo ne put s'exprimer qu'à moitié face au troisième, noble mais faible, puis se retrouva pleinement face au grand dernier, malheureusement handicapé à mi faena par une lésion subie lors d'un retour trop brusque. Le novillo n'en demeura pas moins un excellent adversaire et en tuant mieux Juan del Alamo lui aurait coupé les deux oreilles. La demi entière lui en fit perdre une, mais pas la sortie a hombros en compagnie de Thomas Dufau. Beau temps, 9/10ème d'arène, public bon enfant et présidence "muy torera". Le matin, "Clementito" remplaça "Michelito" face à un añojo noble du Grand Soussotte et Santi Mario coupa l'oreille d'un excellent becerro de Camino de Santiago.
André Viard. Voir reportage André Viard.

MICHELITO RESTE AU MEXIQUE

Attendu en France où il devait participer à trois becerradas avant la rentrée des classes, "Michelito" a préféré renoncer à revenir dans le pays où il a compris, malgré les précautions de son entourage, qu'il était l'objet d'une polémique odieuse. Le gros coup de blues du petit torero a incité ses parents à ne pas prendre l'avion jeudi comme prévu.

BILBAO : LES FUENTE YMBRO REPARTENT AVEC LEURS OREILLES

Pour leur prologue à Bilbao. Les avis sont partagés sur leur valeur intrinsèque, mais côté présentation, rien à redire, à part un léger strabisme des cornes du 4, bisco à droite, le reste a donné plus ou moins de satisfactions. Plutôt moins que plus d’ailleurs. Mais côté enthousiasme pendant la lidia, il y a à revoir car il n’y a pas eu de quoi fouetter un chat et les fois où les pensionnaires de Gallardo ont mis le museau dans la toile se comptent sur les doigts de la main, ce qui ne fait pas grand-chose par unité de toro !
Voir chronique de Denis Guermonprez. Voir reportage Roland Costedoat.

LA FLAC SE DEGONFLE

Annoncée dans la presse locale, la grande manifestation projetée par la FLAC à Rion n'a pas eu lieu hier, le manifestant unique (Jean-Claude Laborde) étant soit-disant resté bloqué sur la nationale 10 dans les embouteillages traditionnels de la fin août... Espérons que la presse locale saura donner à cette info la même importance qu'à la première.

CARCASSONNE : DECEVANTE NOVILLADA DE ZABALLOS

La bonne volonté manifeste de « Carcassonne-toros », s'est vu bien mal récompensée par le jeu décevant de la novillada de Miguel Zaballos. Lourde et magnifiquement présentée, elle était attendue sauvage et mobile, elle ne fut que statique et sans bravoure. Au cheval elle ne montra que du nerf, se défendant sur place de la corne, en appui défensif, parfois sur les quatre membres, mais toujours pour mieux donner de la tête, soit de haut en bas, soit, le plus souvent, latéralement. A pied elle se caractérisa par ce manque d'allant typique des camadas désertées par la fiereza. Pour sa défense on arguera qu'aucun de ses interlocuteurs ne disposait de la main gauche du Cid pour la faire briller. Jesus de Natalia silence et oreille, David Valiente vuelta et silence, Juan Antonio Siro silence et silence.
Le premier sortit freins serrés et pattes en avant. Il accourut au cheval tête en l'air et tenta, peu avant la juridiction, de se protéger de la hampe par un derrote. Il se défendit sous le fer. Dans le droit fil de ces vilains indices, il n'y eut rien d'étonnant à le voir sortir seul de la seconde rencontre. A pied, il répondit mollement au drap, sanctionnant impitoyablement les fautes de temple, mais sortant sans anicroche de la passe, dés lors que la synchronisation était rigoureusement assurée. Calme jusqu'à se montrer compassé, Jesus de Natalia fit dans la sobre élégance. Il tua bien et aurait mérité de couper l'oreille avec la complicité d'un public moins froid. Aux piques le quatrième alterna les coups de têtes défensifs et les épisodes plus engagés. Il finit plus mobile que ses frères, ce qui, paradoxalement, fit apparaître le manque de compétition de de Natalia. Ses toques manquèrent trop d'autorité pour embarquer efficacement l'animal et son travail manqua de profondeur. Ce qui n'empêcha pas le public d'obtenir l'oreille après une entière efficace. Aux banderilles il fut précis et athlétique aux deux. Il réussit un étonnant violon avec des courtes au quatrième.
Face au piquero, le second fut le plus stylé, mais manqua, lui aussi, de la puissance explosive des vrais braves. D'ailleurs dès la seconde rencontre il se montra tardo. Il maintint ce travers à la muleta où il demanda à être beaucoup sollicité pour s'élancer. David Valiente en prit argument pour tourner exagérément autour du problème sans jamais oser l'aborder en profondeur. Il livra un propos périphérique et clinquant qui fut sur le point de lui valoir une oreille, après un pinchazo et une lame tendida.  Vuelta. Le cinquième se défendit sur place au premier assaut puis sortit à reculons du second. David Valiente l'aborda avec la muleta ostensiblement portée à hauteur des yeux, c'est à dire très haute. En le conduisant à cette altitude et en perdant habilement des pas dès que la tête était engagée dans le leurre, il parvint à faire illusion lors d'une faena composée à base d'ébauches de muletazos. Il tua mal. Silence.
Le troisième se livra dans les capes, mais pas au cheval. Il tapa dans le peto en jouant latéralement des deux cornes lors de deux rencontres subies de mauvaise grâce. Au troisième tiers, il se rapprocha des bons fondamentaux de sa sortie mais sans grand brio. Siro l'accompagna dans cette voie en le citant classiquement main en avant et en le conduisant sur toute la trajectoire. La faena manqua de lié mais non de classe. Après une mort propre par un pinchazo et une entière, le public   oublia de demander l'oreille. Silence. Le lourd dernier sembla vaguement prendre de bons appuis à la première pique, mais il ne confirma pas. Il sortit à reculons de la deuxième et seul de la troisième. Après avoir tenu la cuadrilla en échec, il réagit sainement aux sollicitations de Siro, qui eut, une nouvelle fois, le bon goût de lui présenter la muleta toujours avancée...mais pas toujours dans le bon tempo, pour pouvoir lier les passes. Pinchazo. Entière. Silence. Joli soleil. Après la pluie le beau temps.

CARCASSONNE VENDREDI : OREILLE POUR CALERO ET ROMAN PEREZ

Vendredi, novillada mixte nocturne. Novillada  de Rollanejo sans fond ni tempérament, tous cherchèrent rapidement appui vers les planches, aucun ne collabora, le plus incommode fut le dernier. Pedro Calero: silence et oreille. Roman Perez: silence et oreille. Thomas Cerqueira: silence aux deux. En ouverture le centaure Pedro Calero s'expliqua avec le rétif premier qu'il tua laborieusement. Plus heureux à la mort du manso quatrième, il coupa une oreille.
Le second ne se livra pas au cheval. Il prit niaisement la muleta sur trois série puis rompit le combat et chercha les planches. Roman Perez profita des premières charges, puis s'en défit de deux pinchazos et une entière. Silence. Le cinquième se défendit de la tête dans le peto et chercha les planches des la sortie du châtiment. Il reprit confiance le temps de deux séries puis sa mansedumbre repris le dessus et il se réserva. Main très en avant et à mi hauteur, pour laisser se développer le peu de charge qu'il y avait, Roman Perez se montra habile. Il fut récompensé d'un oreille après un estocade en deux voyages.
Le troisième manqua de conviction et de forces face aux picadors. Il arriva à la muleta avec un galop suave mais la tête à mi hauteur. Ce port de tête incommode gêna Thomas Cerqueira qui ne réussit, isolement, que quelques passes abouties.  Il tua mal. Silence. Le dernier fut inconstant et probon au cheval. A pied il garda obstinément la tête à mi hauteur, ce qui n'est pas de nature à mettre quiconque en confiance, et encore moins le débutant Thomas Cequeira.  Mise à mort en trois voyages. Silence. Pluie au premier, fraîcheur et tristesse par la suite.
L'après midi, en  finale du bolsin Morenito d'Istres, Santi Mario, Dorian Dejean, Grégorio Lopez, Jordi et Arthur Edange brillèrent face à de bonnes vaches de Roland Durand. La classe de Dorian Dejean lui vallut sa sélection, tandis que le sens artistique de Grégorio Lopez emportait l'adhésion du jury.
Frédéric Pascal.

OUVERTURE DE LA LOCATION PAR PLACES SEPAREES À NÎMES

La vente des abonnements pour la feria des Vendanges se termine le mercredi 20 et les locations par corridas séparées débute le jeudi 21 à la taquilla du 4 rue de la Violette. Tel : 0891701401. www.arenesdenimes.com

NOVILLADA DE SAINT-PERDON

Le dimanche 31 août à Saint-Perdon, le matin à 11 heures, erales de Malabat pour  Santi Mario, Juan del Alamo et Mario Diaguez. À  17 heures 30 novillos de Bucaré pour El Payo, Mario Aguilar et Santiago Naranjo.

NOVILLADA DE MAUBOURGUET

Dans le cadre des Fêtes, Maubourguet propose le dimanche 24 août. Petit déjeuner gratuit à partir de 9 h 00. Petit Encierro (parcours Mairie-Arènes) à 10 h 30. Becerrada à 11 h 00 : añojos de Dussau pour Santi Mario et Alexandre Bachelet. Apéritif concert flamenco animé par « Les Armagnacs » d’Eauze à 12 h 30 à l’issue de la becerrada devant les Arènes. Repas à l’aire polyvalente à 13 h 00. Novillada sans picador avec des novillos de Pages-Mailhan à 17 H 00 pour Thomas Dufau, Sergio Flores et Cristian Escribano. Tél. 05.62.96.43.24.

CAPEA DE CONDOM

Le dimanche 7 septembre à 11 heures, la peña taurine Peleon propose au théâtre de verdure une capea avec des añojos de Michel Agruna pour Clementito (école taurine d'Hagetmau), Jordy et Alexandre Rubio (centre de tauromachie de Nîmes). Le petit déjeuner est offert par la peña avant et un repas est proposé après. réservation à l'office de tourisme : 0562280080.

NOVILLADA DE SAINT-PERDON

Le 31 août Saint-Perdon propose à 11 heures novillada sans chevaux trois erales de Malabat pour Mario Dieguez, Tomas Duffau et Juan del Alamo. 12 heures 30 concert de la peña Al Violin. 13 heurs apéritif et repas de l'aficion. 17 heures 30  novillos de Bucaré pour El Payon,  Mario Aguilar et Santiago Naranjo. Forfait pour la journée (novillada s/p . repas. novillada piquee) 36 €. Réservations à partir du 18 août au 05 58 75 14 79.

LOCATION POUR RIEUMES

Pour la Féria de Rieumes qui aura lieu les 6 et 7 septembre le bureau des réservations est ouvert du lundi au vendredi de 9 heures à 12 heurs et de 14 heures à 18 heures par téléphone au 05.62.14.66.13 et par internet sur www.feria-rieumes.com   ou  www.clubtaurin-rieumes.free.fr.


DEUX SOLOS POUR LA FERIA DES VENDANGES À NÎMES

Outre le Juli qui fêtera ainsi ses dix ans d'alternative, Sébastien Castella combattra aussi six toros "en réponse à l'ostracisme dont on fait preuve à son encontre les arènes françaises" a précisé Simon Casas lors de la conférence de presse tenue hier en mairie. Les cartels sont les suivants.
Jeudi 18 septembre toros de Robert Margé pour Luis Bolívar qui confirmera l'alternative, Curro Díaz et Salvador Vega. Vendredi 19 au matin novillos de Manolo González pour Román Pérez, Alejandro Esplá et Tomasito. L'après-midi toros de Daniel Ruiz pour El Juli à l'occasion du dixième anniversaire de son alternative dans les mêmes arènes. Samedi 20 au matin toros de Garcigrande pour Julio Aparicio, Morante de la Puebla et Javier Conde. L'après-midi, six toros de différentes ganaderias pour Sébastien Castella. Dimanche 21 au matin toros de José Vázquez pour Juan Bautista, Matías Tejela et Alejandro Talavante. L'après-midi toros de Victoriano del Río pour Enrique Ponce, Miguel Ángel Perera et Rubén Pinar qui prendra l'alternative.

ALEJAN... D'UTILITE TAURINE

Encouragé par la confiance des aficionados et par la reconnaissance des Toreros français, ALEJAN poursuit son aventure pour aider et soutenir les jeunes apprentis toreros des écoles taurines. Les menaces qui pèsent sur ces jeunes, en partie écartées par une première victoire de l'Observatoire, doivent nous pousser à continuer de les soutenir d'avantage, car d'autres batailles arrivent et ils sont l'Avenir de notre Culture. - Vêtements de qualité 100% français, Fierté de porter élégamment notre Aficion, Soutien aux jeunes apprentis toreros: 3 bonnes raisons de faire confiance àALEJAN . Nouveau site, nouvelle collection, nouvelles actions pour les écoles taurines avec nos matadors français, retrouvez tout cela sur notre site www.alejan.eu. Ils sont l'Avenir de notre Culture Taurine, mobilisons-nous pour les encourager, continuez de nous faire confiance. ALEJAN, Porter nos valeurs avec Fierté..."

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 








imprimez cette page