Samedi 16 août 2008


EDITO


BRAVOURE MODERNE


La corrida d'El Tajo, propriété de Joselito, a offert hier à Bayonne le spectacle de cette bravoure moderne dont l'interprétation parfois erronnée que l'on peut faire de ses critères explique les divergences de fond qui agitent l'aficion française. Voir l'édito. CV d'André Viard



ACTUALITE

BAYONNE : GRANDE CORRIDA DE JOSELITO, OREILLE POUR JULI ET MANZANARES, VUELTA POUR MENDES

Malgré le sol à la limite du praticable, malgré la pluie qui tomba à diverses reprises et malgré la maladresse récurrente de la terna épée en main, cette corrida restera sans doute dans les mémoires parmi les meilleures de la temporada grâce à un excellent lot d'El Tajo envoyé par Joselito. Des toros issus de l'encaste Domecq, dont la bravoure, la mobilité, la puissance et la noblesse firent pour cinq d'entre eux des adversaires de respect. Seul le premier du Juli développa un genio mal venu, les autres faisant preuve au contraire de qualités offensives qui exigeaient des muletas puestas, des jambes et une solide envie de triompher.
Victor Mendes comprit vite que l'aimable anniversaire auquel l'avait convié Bayonne pouvait tourner au cauchemard faute de se montrer capable de relever le défi de cette caste inlassable développé par le premier, trop peu et trop mal piqué lors de trois rencontres al relance, un toro brave et galopeur qui se grandit tout au long du combat. Un toro qui, mis en valeur dans la lidia, était de vuelta. Mendes le reçut à la perfection dans sa cape, dessina un quite par chicuelinas d'une douceur exquise, banderilla de manière sincère puis comprit qu'il fallait enfiler le bleu de chauffe sous peine de se laisser déborder. Ce qu'il fit avec courage, volonté, technique... mais sans la tonicité qui fit jadis sa force. À mesure que le toro se grandissait, le torero usa de recours et de technique pour garder la tête hors de l'eau. En tuant bien il aurait coupé une grosse oreille. Son second se montra brusque dans les capes, prit deux grosses piques, puis se centra dans la muleta pour finir en brave. Face à ce torrent de caste qui poursuivait les vuelos d'une muleta quelque peu distante, Victor Mendes fit l'effort à nouveau sans parvenir à totalement se centrer, offrant le meilleur de sa prestation lors de quelques naturelles de belle facture. De nouveau sa technique et sa vista sauvèrent le torero d'un encerclement absolu, mais la mort fut à nouveau laborieuse, ce qui n'empêcha pas le public de l'inviter à une vuelta chaleureuse.
Le JUli toucha d'abord le garbanzo negro du lot, un toro compliqué qu'il eut toutes les peines du monde à estoquer. Son second en revanche galopait dans les leurres et le Juli profita du bon piton droit sur lequel il pesa de toutes son autorité de figura pour entraîner son adversaire dans des circulaires parfaitement maîtrisées avant de terminer par une poignée de passes du céleste empire (statutaires au cours desquelles la muleta s'élève verticalement) et d'un trois quarts de lame complété de descabellos qui réduisirent la récompense à une unique oreille.
José Mari Manzanares toucha deux des grands toros de ce lot complet, un castaño d'abord puis un negro. Face au premier, dont la caste s'accompagnait de douceur dans les charges, il ne força guère son talent et se borna à accompagner sans s'imposer vraiment avant de conclure d'un bajonazo. Face au dernier, spectaculaire face à la cavalerie qu'il renversa deux fois en poussant en brave avant de prendre une troisième pique face au réserve et une vuelta de campana au sortir des banderilles, il sembla un peu plus concerné, dessina de jolis muletazos mais ne pesa pas davantage sur des charges qui ne demandaient qu'à s'approfondir sous l'action conjuguée d'une muleta basse et d'une plus grande implication dans le positionnement. L'épée fut concluante et l'oreille fut accordée. Au final, le véritable triomphateur de la corrida - le ganadero - fut invité à saluer en piste par le public qui avait ovationné ses toros lors de leurs arrastres. Temps pluvieux, arènes pleines, public respectueux.
André Viard. Voir reportage.

DAX : FUNDI ET RAFAELILLO A HOMBROS, OREILLE POUR LESCARRET

Superbe corrida de Hoyo de la Gitana avec quatre excellents toros, les quatre derniers. Bien faits et corrects d’armures les toros salmantinos ont été nobles avec un fond de caste suffisant pour éprouver les toreros dans leur labeur. Ils se sont montrés discrets à la pique à part le magnifique quatrième, brave lors de ses deux rencontres et exquis à la muleta. Le premier était manso et avisé mais possédait un fond de noblesse, le second était court de charge et rajado, les troisième, cinquième et sixième étaient nobles et bons.
José Pedro Prados « El Fundi », oreille et deux oreilles avec sortie a hombros par la grande porte « Théodore Denis », Rafael Rubio « Rafaelillo », salut et deux oreilles avec sortie a hombros par la porte du patio de caballos, Julien Lescarret, salut et oreille.
Le Fundi fait son métier avec une aisance et une technique irréprochable et ce n’est que justice de le voir sortir a hombros d’un grande arène française. Il domina son premier par une technique aboutie et une maîtrise parfaite des terrains. Manso et pervers, ce toro subira la loi du madrilène au bout de trois séries de réglages. La faena est courte mais propre et la conclusion efficace par une entière splendide, oreille. Face à son second, le meilleur de l’après-midi, Fundi enchaîne des séries parfaites des deux bords avant de couronner son œuvre par des redondos liés à des faroles et des pechos d’une incroyable osmose résultant d’un sitio idéal. Enorme estocade dans la croix, deux oreilles.
Rafaelillo se bat avec son premier pour essayer de lui allonger les trajectoires en vain. Le toro est faible et sans race et s’éteint peu à peu durant la faena. Entière tombée mais efficace, salut. Devant son second, le murciano va ouvrir le compas et réaliser une faena volontaire avec des muletazos longs et templés sur les deux bords. Il va profiter des embestidas franches et claires du Hoyo pour rappeler à l’aficion française que son succès pamplonais n’était pas un accident. Estocade époustouflante avec un engagement phénoménal, deux oreilles indiscutables. Julien Lescarret regarde son picador infliger un vilain refilon à son premier et lui jette un regard noir. Ce toro va multiplier les chutes par la suite et nuire au travail de muleta du landais. Entière tendida mais efficace, salut. Face à son second, brindé à ses compañeros de cartel, il s’arrime à fond. Le toro est noble et mobile et Lescarret réalisera de superbes naturelles. La faena est volontaire, un brin inégale mais la tentative de recibir est magnifique. Malheureusement le toro démarre en deux temps et c’est trois-quarts d’épée al encuentro qui lui vaudra une oreille amplement méritée. Temps couvert mais pas de pluie, 24°.
Jean-Paul Campistron. Voir reportage Valérie Lhéraud.

BEZIERS : PONCE ET CASTELLA A HOMBROS

Corrida du Marquis de Domecq à la férocité plus que discrète. Il fallut attendre le quatrième exemplaire pour voir un semblant de toro de combat. Le cinquième se blessa à l'antérieur gauche et fut remplacé par un du même fer fade et sans classe. Le sixième fut le plus complet mais le vent compliqua sa lidia. Ponce: silence et deux oreilles. Castella: silence et deux oreilles. Talavante: silence et salut.
Le mou premier s'employa par à coups contre le cheval où il finit par s'éteindre. Il arriva à la muleta dans le même état cathatonique. Ponce lui vola 30 cm de charge incommode avant de se résoudre à abréger. Silence. Le joli quatrième poussa reins engagés et tête à mi-hauteur. Enfin le premier toro de combat de l'après midi. Malheureusement ses forces le trahirent, il trébucha puis versa dans la réserve comme ses frères. Ponce sut l'obliger à répéter en ne rompant pas sous ses retours pressants. Très près des cornes, il fit l'effort de plaire lors d'une faena de maestro principalement droitière, donnée près des planches dans un terrain réduit. Il ne laissa pas échapper le triomphe en portant une entière parfaitement basculée au dessus du berceau. Comme c'est son droit, le Président accorda deux oreilles alors que le public ne demandait que la première.
Le second sortit freins serrés et cornes accrocheuses. Il se débrida contre le cheval, puis laissa espérer une charge exploitable en venant au galop aux banderilles. Cette embellie ne dura pas. A la muleta  il ne supporta pas d'être contraint; il protesta et se remit en mode défensif. Castella réduisit alors les distances pour, comme El Juli la veille, exploiter toute la charge en aval du point de juridiction. Il put ainsi lier quelques séries difficiles et méritoires. Une lame défectueuse et une demie douzaine de descabellos le privèrent de tout trophée. Silence. Outre passant ses droits le Président changea le cinquième à la fin du tercio de banderilles. Le sobrero du même fer refusa le combat face aux capotes mais fit son devoir sous le fer. Peu châtié il conserva une belle mobilité que Castella mit à profit pour composer une faena de battant du coté droit mais plus reposée sur la corne gauche où la charge était plus longue et suave. Domination obtenue, il chavira son public par ces enchaînements sans rectifier la position qui sont sa marque de fabrique. Mort spectaculaire du Domecq après un pinchazo et une demie lame efficace. Deux oreilles.
Le troisième sortit sans gaz puis parut se réveiller dans le peto où il se montra violent et désordonné. En dépit de la position très avancée dans laquelle se plaça Talavante pour le décider à embestir, il retourna vite à sa sieste. Entière. Descabello. Silence. En dernier sortit le mieux fait du lot. Il attaqua les leurres nuque découverte, s'élança de loin contre le cheval et poussa droit perpendiculairement au caparaçon. Il parvint vif et mobile au troisième tiers, mais dès que le vent eut découvert plusieurs fois son matador, il prit le défaut de balayer l'espace de la tête en fin de suerte. Talavante lia les passes mais sans que celles ci finissent limpias. Son style sans esbroufe le fit passer pour froid. Il tua sans brio, à son habitude. Salut. Plein absolu. Vent perturbateur forcissant en fin de spectacle.  
Frédéric Pascal. Voir reportage Laurent Deloye "El Tico".

CARRETERA Y MANTA : FERIA DE GIJON

L’année dernière, nous avions eu ici, à Gijon, une pluie d’oreilles avec les toros du Conde de Mayalde pourtant pas reconnus comme une des ganaderias vedettes, mais elle faisait partie des découvertes de Carlito Zuñiga. En même temps, à Dax, un autre lot était toréé à la même heure avec une bonne dose d’oreilles tombée dans l’escarcelle de la terna dacquoise. On attendait donc confirmation, pour aujourd’hui puisque les Mayalde revenaient fouler le sable du Bibio. Voir chronique de Denis Guermonprez.

CHANGEMENTS À RIEUME

Annoncés début 2008, les Coquilla de Sanchez Arjona ne seront pas au rendez-vous de la Feria de Rieumes pour cause de décès ( N°80 et N°90) et de graves blessures ( N°58 et N°88) survenus lors d’un combat au campo. Face à ce mauvais coup du sort et à l’impossibilité de l’éleveur salmantino de fournir dans les temps une nouvelle novillada homogène et complète, le Club Taurin de Rieumes a choisi de présenter le samedi 6 septembre en ouverture de la Feria un lot de la ganaderia de Urcola (ex Paco Galache), propriété de Victorino Martin. Javier Cortes remplace pour sa part Joselete.

FERIA DE NOVILLADAS DE RION

La feria de novilladas sans chevaux de Rion se déroulera les samedi 23 et dimanche 24 août prochains. Au programme du samedi, becerrada matinale avec Michelito le jeune prodige mexicain et Santi Mario l'espoir bitterrois. L'après-midi, novillada des leaders de la novillada sans picador avec Thomas Dufau, Juan del Alamo et Adrian de Torres. Dimanche 24, novillada des confirmés avec le valencien Manuel Sarrion, le bitterrois Cayetano Ortiz et un troisième torero désigné parmi les triomphateurs du mois d'août. Les deux jours seront lidiés des erales de Valdefresno. Location: 05 58 57 04 44

NOVILLADA DE MAUBOURGUET

Dans le cadre des Fêtes, Maubourguet propose le dimanche 24 août. Petit déjeuner gratuit à partir de 9 h 00. Petit Encierro (parcours Mairie-Arènes) à 10 h 30. Becerrada à 11 h 00 : añojos de Dussau pour Santi Mario et Alexandre Bachelet. Apéritif concert flamenco animé par « Les Armagnacs » d’Eauze à 12 h 30 à l’issue de la becerrada devant les Arènes. Repas à l’aire polyvalente à 13 h 00. Novillada sans picador avec des novillos de Pages-Mailhan à 17 H 00 pour Thomas Dufau, Sergio Flores et Cristian Escribano. Tél. 05.62.96.43.24.

CAPEA DE CONDOM

Le dimanche 7 septembre à 11 heures, la peña taurine Peleon propose au théâtre de verdure une capea avec des añojos de Michel Agruna pour Clementito (école taurine d'Hagetmau), Jordy et Alexandre Rubio (centre de tauromachie de Nîmes). Le petit déjeuner est offert par la peña avant et un repas est proposé après. réservation à l'office de tourisme : 0562280080.

SANS CHEVAUX DES PEÑAS À AIRE

La Junta des Peñas Aturines organise sa novillada sans chevaux le vendredi 22 août à 19h30 aux Arènes Maurice Lauche d’Aire sur l’Adoure. Au programme,  6 erals de Ana Corera pour José Fernando Arévalo de l’école taurine d’Arganda del Rey, Thomas Duffau de l’école taurine du sud ouest et Matéo Julian de l’école taurine de Nîmes. « Toro à la Broche » à l’issue de la novillada aux allées de l’Adour.

NOVILLADA DE SAINT-PERDON

Le 31 août Saint-Perdon propose à 11 heures novillada sans chevaux trois erales de Malabat pour Mario Dieguez, Tomas Duffau et Juan del Alamo. 12 heures 30 concert de la peña Al Violin. 13 heurs apéritif et repas de l'aficion. 17 heures 30  novillos de Bucaré pour El Payon,  Mario Aguilar et Santiago Naranjo. Forfait pour la journée (novillada s/p . repas. novillada piquee) 36 €. Réservations à partir du 18 août au 05 58 75 14 79.

AOÛT AUX SAINTES

Les arènes des Saintes Maries de la Mer proposent
le jeudi 14 août à 22 heures corrida portugaise : 5 toros du Laget pour Rui Fernandes, Sergio Vega et les forcados de Chamusca. Mercredi 20 août à 22 heures corrida portugaise : toros à désigner pour Alfonso Lopez Bayo, Joao Salgueiro (fils) et les forcados de Chamusca. Location : 04 90 97 85 86 partir du 28 Juillet  aux Stes Maries de la Mer.

LOCATIONS POUR LA FERIA DE NÎMES

L'ouverture des locations pour la feria des vendanges nîmoise qui se déroulera du jeudi 18 septembre au dimanche 21 aura lieu pour les abonnements du lundi 28 juillet au mercredi 20 août. Billeterie, 4 rue de la Violette-Nîmes Tél : 0891-701-401 (0,225€ ttc/mn).  www.arenesdenimes.com. Du lundi au vendredi de 10 heures à 18 heures, le samedi de 9 heures à 12 heures.

LOCATION POUR RIEUMES

Pour la Féria de Rieumes qui aura lieu les 6 et 7 septembre le bureau des réservations est ouvert du lundi au vendredi de 9 heures à 12 heurs et de 14 heures à 18 heures par téléphone au 05.62.14.66.13 et par internet sur www.feria-rieumes.com   ou  www.clubtaurin-rieumes.free.fr.


NOVILLADA DE ROQUEFORT

Pour la journée du 15 août. À 11 heures novillada sans picador, erales de Santafé Marton pour  Thomas Bacqué, Thomas Duffau et Adrian de Torres. À 18 heures novillos de Aimé Gallon et Fils pour Juan Belda, Mario Aguilar et Javier Cortes. Réservations à partir du 9 août au 05 58 45 79 33.

DEUX SOLOS POUR LA FERIA DES VENDANGES À NÎMES

Outre le Juli qui fêtera ainsi ses dix ans d'alternative, Sébastien Castella combattra aussi six toros "en réponse à l'ostracisme dont on fait preuve à son encontre les arènes françaises" a précisé Simon Casas lors de la conférence de presse tenue hier en mairie. Les cartels sont les suivants.
Jeudi 18 septembre toros de Robert Margé pour Luis Bolívar qui confirmera l'alternative, Curro Díaz et Salvador Vega. Vendredi 19 au matin novillos de Manolo González pour Román Pérez, Alejandro Esplá et Tomasito. L'après-midi toros de Daniel Ruiz pour El Juli à l'occasion du dixième anniversaire de son alternative dans les mêmes arènes. Samedi 20 au matin toros de Garcigrande pour Julio Aparicio, Morante de la Puebla et Javier Conde. L'après-midi, six toros de différentes ganaderias pour Sébastien Castella. Dimanche 21 au matin toros de José Vázquez pour Juan Bautista, Matías Tejela et Alejandro Talavante. L'après-midi toros de Victoriano del Río pour Enrique Ponce, Miguel Ángel Perera et Rubén Pinar qui prendra l'alternative.

ALEJAN... D'UTILITE TAURINE

Encouragé par la confiance des aficionados et par la reconnaissance des Toreros français, ALEJAN poursuit son aventure pour aider et soutenir les jeunes apprentis toreros des écoles taurines. Les menaces qui pèsent sur ces jeunes, en partie écartées par une première victoire de l'Observatoire, doivent nous pousser à continuer de les soutenir d'avantage, car d'autres batailles arrivent et ils sont l'Avenir de notre Culture. - Vêtements de qualité 100% français, Fierté de porter élégamment notre Aficion, Soutien aux jeunes apprentis toreros: 3 bonnes raisons de faire confiance àALEJAN . Nouveau site, nouvelle collection, nouvelles actions pour les écoles taurines avec nos matadors français, retrouvez tout cela sur notre site www.alejan.eu. Ils sont l'Avenir de notre Culture Taurine, mobilisons-nous pour les encourager, continuez de nous faire confiance. ALEJAN, Porter nos valeurs avec Fierté..."

CARTELS DE SAN SEBASTIAN

La Semana Grande qui se déroulera du 10 au 17 août propose les combinaisons suivantes. Dimanche 10 toros de Cebada Gago pour El Fundi, Juan José Padilla et Iván Fandiño. Lundi 11. Deux toros de Fermín Bohórquez pour Pablo Hermoso de Mendoza et quatre de Valdefresno pour Julio Aparicio et El Cid. Mardi 12 toros de Jandilla para Morante de la Puebla, El Juli et El Fandi. Mercredi 13 toros d'El Ventorrillo pour Enrique Ponce, Antonio Barrera et Sébastien Castella. Jeudi 14 toros de Núñez del Cuvillo pour Finito de Córdoba, José Tomás et Juan Bautista. Vendredi 15 toros deux toros de Sanchez y Sanchez (origine El Capea) pour Pablo Hermoso de Mendoza et quatre de Joselito pour Eduardo Gallo et Cayetano. Samedi 16 toros de García Jiménez pour El Juli, José María Manzanares et Miguel Ángel Perera. Dimanche 17 toros de Victorino Martín pour Pepín Liria, Antonio Ferrera et Diego Urdiales.

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 








imprimez cette page