LES MARONNIERS


L'excellent Francis Marmande l'avait écrit il y a quelques temps : un jour, les aficionados seraient assimilés à des pédophiles. Dans l'esprit des cinq associations anti taurines qui mènent une campagne de dénigrement sans précédent à notre encontre, ce temps semble venu. Et voilà justement que grâce à un pédophile, l'attention des grands medias se détourne de nous...

Chaque été c'est la même chose : dans l'attente de la rentrée, faute d'actualité politique croustillante, les medias cherchent du grain à moudre et cette année les antis le lui ont donné. Nous, présentés comme d'affreux tortionnaires, dont la cruauté va jusqu'à infliger aux enfants le spectacle jugé inacceptable de la mort dans l'arène. Heureux enfants des antis qui à la maison n'entendent parler que de la vie idyllique des navets !

Offensive donc, en deux temps, contre ce mode de vie honteux dont il faudrait préserver nos enfants. Et parce qu'il est impossible d'attendre jusqu'au Grenelle de l'Environnement où l'on entend bien tout faire pour nous interdire, la présidente de la SPA demande l'interdiction d'arènes illico pour les enfants de moins de quinze ans. L'AFP et Reuters reprennent...

Malheureusement pour elle, le pédophile Vals, le cyclone Dean et le naufrage du Sokaline sont passés par là, ce qui a offert aux medias quelques sujets de choix et au président Sarkozy l'occasion d'intervenir sur des sujets autrement sensibles que la tauromachie. Avec la rentrée sociale que d'aucuns prévoient assez chaude, la croissance qui ne sera pas au rendez-vous et la coupe du monde de rugby, le relai sera bientôt pris et les unes aussi. Si les antis continuent sur leur lancée, peut-être obtiendront-ils quelques colonnes en pages intérieures, mais le pic de leur campagne semble désormais passé.

Ainsi va la vie des medias : faute d'actualité parlante il faut parfois ramer, quitte à sortir des placards les vieux sujets que l'on remet pour un temps à la mode. On appelle cela des maronniers.


André Viard