Edition du lundi 15 août 2005

EDITO


OBJECTIF TORO


Après les novilladas d'Aquitaine, c'est lors des grandes ferias qu'une nette tendance vers un retour du toro se dessine, avec les exceptions notables de quelques ratages malheureux mais prévisibles ici ou là. Voir édito d'André Viard

L'AVENTURE EN LIGNE CONTINUE

Après cinq ans et demi de présence ininterrompue sur corridas.net, c'est sur www.terrestaurines.com que l'intégralité de mon travail et de celui de mes compañeros de rédaction sera publiée. Un choix dicté par les circonstances mais aussi par un soucis de cohérence et de plus grande efficacité. Voir édito

ACTUALITE


DECES DE MANOLO VAZQUEZ

Manolo Vázquez est décédé hier à Séville des suites d'une maladie du foie. Frère de Pepe Luis Vázquez, il était âgé de 75 ans et avait pris l'alternative le 6 octobre 1951.

FREJUS : OREILLE POUR JUAN BAUTISTA ET EL CORDOBES

Quatre toros d'Alcurrucén, bon le premier compliqués les autres et deux novillos d' Alcurrucén, bons, pourJavier Conde applaudissements et silence, Juan Bautista oreille et ovation après pétition, Julio Benítez "El Cordobés", oreille et ovation. Excellente prestation de Juan Bautista, Conde en roue libre et Julio Benitez en difficulté. Il fut pris par son second novillo qui lui démit l'épaule, laquelle fut remise en place à l'infirmerie ce qui permit au novillero de terminer la lidia..

ROQUEFORT : VUELTA POUR UN YONNET

Vuelta du dernier Yonnet
Novillos de Hubert et Françoise Yonnet, grands, osseux et bien armés, sans excès de poids, encastés, mobiles et solides sur pattes à l'exception du premier qui fut faible et du quatrième qui fut manso. Le second fut le plus noble et le troisième obéissait mais se retournait comme chat une fois dépassées les zapatillas du torero, le cinquième fut compliqué et le dernier, très brave, offrait une excellente corne droite. Il fut à juste titre primé d'une vuelta posthume après un tiers de piques somptueux (deux normales, une al regaton et une quatrième) au cours de laquelle le picador Juan Carlos Sanchez Mora, monté sur l'Argentin de Bonijol, se fit ovationner. Lors de la rencontre al regaton, le cheval fut renversé et l'on crut à une grave cornada. Heureusement il n'en fut rien et le picador et sa monture supportèrent bravement un dernier violent assaut. Raul Cuadrado silence et silence, David Mora salut et silence, Alberto Aguilar salut et sifflets. Passionné par la mobilité piquante des Yonnet, le public prit fait et cause pour eux ce qui le rendit parfois injuste pour les toreros qui eurent le mérite, à divers degrés, de tirer parti d'adversaire jamais faciles en raison de leur propension à se retourner très court et de leur agressivité incommode malgré une certaine franchise.
Raul Cuadrado fit preuve de métier mais ne réussit rien de notable.
David Mora démontra une nouvelle fois être un excellent torero face au second auquel il proposa toujours une muleta très avancée. Gèné par le vent il se la fit accrocher à de nombreuses reprises, mais il fut le seul à oser pousser ses novillos au bout de leurs charges et donc donna les muletazos les plus longs. Dans les deux cas il tua mal, ce qui explique l'absence de récompense.
Alberto Aguilar se montra à un meilleur niveau que lors de ses sorties précédentes en Aquitaine même s'il ne parvint malheureusement pas à monter le grand spectacle que le public attendait face au spectaculaire dernier. Après deux bonnes séries à droite au cours desquelles on put voir la qualité du novillo, sa faena s'effilocha et il se fit siffler taldis que la mort du novillo - au toril, ce qui met un bémol à sa bravoure - était ovationnée. Il fut plus complet face au troisième, mais tua mal également. Beau temps, 4/5èmes d'arène, public toriste et exigeant, prompt à s'enthousiasmer pour le jeu des novillos, au point d'inviter le bayle gardian et l'épouse du ganadero à une vuelta finale qui eut sans doute paru exagérée ailleurs. À saluer en revanche le travail du train d'arrastre dont les somptueuses mules offrirent au dernier novillo une fin de vuelta émouvante, terminant seules la boucle par un détour au centre et un galop final impeccable. Chapeau Mimi pour le dressage !
André Viard. Voir reportage

DAX : DEUX OREILLES POUR CESAR JIMENEZ, UNE POUR RINCON

César Jimenez a hombros
Contrairement aux inquiétudes, les toros d’Antonio Bañuelos ont eu la force nécessaire pour entretenir un intérêt certain à cet après-midi dacquoise. Bien présentés de châssis et de cornes, ils ont été braves et nobles dans l’ensemble mais avec des défauts irritants ; tous relevaient la tête à moitié passe et posaient quelques problèmes pour lier les séries. Bons les premier, quatrième et cinquième avec une mention particulière à l’excellent troisième, plus compliqué le second et faible le sixième. Cesar Rincon, oreille et un avis avec vuelta, José Ignacio Uceda Leal, salut au tiers et silence, César Jimenez, avis et deux oreilles et silence.
Cesar Rincon a éclaboussé cette tarde de toute sa classe et de sa maîtrise du toreo. Face à son premier, un toro manso à sa sortie, Rincon sera magistral. Le toro était noble mais adepte des coups de tête. C’est avec un temple parfait que le maestro colombien dessinera une faena splendide, empreinte de son sceau personnel avec des cites de vingt mètres. Une entière basse, une oreille. Mais la leçon ne s’arrête pas là. Face à son second, Rincon renouvelle une prestation de haut niveau. Le toro embiste à mi-hauteur avec noblesse mais relève la tête à moitié passe. En un rien de temps, deux séries exactement, Rincon aura réglé le problème et mis le Bañuelos dans les plis de sa muleta pour une faena extraordinaire de technique et de temple. Malheureusement, et malgré deux tentatives al recibir, Cesar faillit à la mort par trois descabellos entrecoupés d’un avis, sinon c’était le triomphe assuré. La vuelta est intense.
Uceda Leal n’a pas réussi à trouver le sitio devant son premier. Il y eu bien quelques muletazos superbes mais trop isolés pour élever le niveau de la faena. Une entière basse, salut au tiers. Face à son second, un toro faible et mal piqué, Uceda réalise une faena indigeste et soporifique. Un pinchazo, une entière, silence.
Chez Cesar Jimenez on sent la patte de Joselito à savoir cette lenteur dans les déplacements qui était une des caractéristiques du maestro dans les ruedos. Face à son premier, très peu piqué à cause d’une vuelta de campana, le torero madrilène s’est montré à son avantage en débutant à la Rincon : toro placé à vingt cinq mètres et deux séries remarquablement templées sur le côté droit. Le toro est formidable et le torero en profite jusqu’au bout en réalisant des séries somptueuses et rematées par des pechos de « cabeza a rabo ». ¾ d’épée tendida, un avis, deux oreilles et applaudissements à la dépouille. Face à son dernier, cette fameuse lenteur va irriter le public et Jimenez ne parviendra pas à dessiner un faena simple. Dommage, car malgré sa faiblesse, le toro qui était bon aurait permis au torero une sortie triomphale. Au lieu de ça et après un bajonazo, il fût porté en triomphe vers la petite porte et sous quelques sifflets. Arènes pleines, soleil et température agréable.
Jean-Paul Campistron. Voir reportage Philippe Gourgues.

DAX : OREILLE POUR CANITO ET SAVALLI

Novillos de Baltasar Iban, encastés et compliqués les trois derniers, très toréables les trois premiers. Gabriel Ruiz Cañito, oreille et applaudissements, Joao Antonio Ferreira, salut et un avis avec applaudissements, Medhi Savalli oreille après avis et salut. Les trois novilleros ont reçu leurs premiers novillos a puerta gayola, le 1er novillo a fait chuter la cavalerie. Canito a été bien devant son premier, et tua d’une entière. Les complications sont venus à son second qu’il expédia de deux pinchazos, 2/3 d’épée, et une entière. Il tenta la vuelta mais le public le renvoya au burladero. Ferreira s’est bien battu devant son premier, un pinchazo, une entière, salut, et se montra malheureux à la mort de son second ; une atravesada, 18 descabellos, palmas. Savalli a été volontaire face à son premier ; une entière et oreille. Il reçut une grosse voltereta à son second qui l’a handicapé pour trouver ses marques. Estocade entière, salut au tiers. ¾ d’arène, temps agréable.
Voir reportage Philippe Gourgues.

BAYONNE : CASTELLA A HOMBROS

Castella a hombros
Toros de Alcurrucén, bien présentés, dont un noble et très bon (le 5 ème applaudi à l’arrastre), sueltos mais toréables les cinq autres mettant en évidence le manque de motivation du jour des toreros (Castella, à sa décharge, semblait manifestement non remis de sa dernière blessure). El Cid avis puis salut et bronca, Sébastien Castella salut et 2 oreilles, Salvador Vega bronca puis 2 avis et bronca. 3/4 d’arène. Très beau temps. Présidence et public indulgents.
El Cid toucha un premier toro distrait et violent à sa sortie qui s’améliora dès le début de la faena. Le torero se contenta de composer froidement quelques bons muletazos, pincha à plusieurs reprises avant de mettre une demie-lame insuffisante. Un avis puis un descabello. Salut au tiers. Il ne se montra pas inspiré par son second toro pourtant brave au cheval. Le public s’ennuya autant que lui. Il expédia son toro d’une lame très basse et essuya une bronca réitérée à sa sortie des arènes.
Sébastien Castella toucha un premier toro bien présenté, suelto à la cape et poussant le cheval sans s’employer mais fixe dans la muleta. Semblant encore souffrir de sa récente cornada, le torero ne montra pas une grande détermination et toréa sans conviction, pincha et finit par un ¾ de lame basse efficace. Salut au tiers. Il fut plus convainquant au capote avec son second très brave sous le cheval mais sembla ensuite un peu débordé à la muleta par la bravoure de son adversaire. Malgré la noblesse de son toro, Castella ne parvint pas rééllement à templer ses muletazos, optant pour un toreo plutôt tremendiste à la grande satisfaction du public. Il conclut par une épée basse laissant le toro sin puntilla. Le public lui octroya 2 oreilles et le toro fut très applaudi à l’arrastre.
Salvador Vega
toucha un premier adversaire lui aussi très distrait, violent et brave au cheval. Il donna des muletazos sans émotion à ce toro désordonné et brutal, embistant la tête haute tout au long de la faena. Il pincha laborieusement à trois reprises avant de parvenir à tuer, ce qui lui valut une bronca. Il ne fut pas davantage inspiré au capote par son deuxième toro sorti suelto comme ses frères. Il s’améliora et se fixa mieux avec la muleta. Vega commença alors à composer une faena qu’il interrompit prématurément et sans raison apparente. Il fut très long à l’épée, pinchant trois fois, essuyant 2 avis et finissant par 1/3 de lame insuffisant puis un descabello. Très forte bronca et sortie des arènes sous les coussins.
Valérie Lhéraud. Voir reportage Roland Costedoat.

CASTELLA HOSPITALISE À BAYONNE

Sebastián Castella sera opéré aujourd'hui à Bayonne du coup de corne reçu à Béziers vendredi, opération différée en raison de la volonté du torero de participer à sa seconde corrida de Béziers et à celle de Bayonne, mais rendu nécessaire en raison d'une forte infection. Le torero bitterois restera au moins 24 heures en observation à Bayonne dans la clinique Paulmy où Julien Lescarret se remet lui aussi doucement des suites de sa cornada beaucairoise.

BEZIERS : DEUX OREILLES POUR PADILLA, BLESSURE D'ESPLA

Blessure d'Espla
Extraordinairement présenté, les toros de Valdefresno et Fraile Mazas ont justifié leur présence dans un des cartels "toristas" de la feria de Béziers, la plupart se révélant braves et forts face à la cavalerie où certains laissèrent leurs forces. En face le vétéran Luis Francisco ESPLA (prune et or, blessure) n’aura pas forcé son talent face à son imposant premier qu’il recevra fort agréablement. Quite varié après un puyazo et partage des palos avec ses compagnons de cartel. Il en voulait l’Alicantino pour brinder au public et aller accueillir l’impressionnant aux planches. Hélas c’était sans compter sur le vent qui découvre les hommes. Voltereta et le maestro retombe lourdement à terre. Magnifique il se relèvera et poursuivra une bonne faena en grimaçant mais ne pourra conclure son valeureux travail, la douleur le faisant entrer à l’infirmerie. Evacué sur la clinique St Privat on découvrira un pneumothorax et une possible fracture d’une ou deux côtes. Padilla en terminera au descabello lamentablement.
Malgré sa blessure récente et profonde de Dax qui se rouvrira en fin de parcours, le « Cyclone de Jerez » (rose passé et or, silence, deux oreilles et silence à son dernier), Juan Jose PADILLA sera donc sorti en vainqueur de cette véritable corrida de toros. L’accueil de son premier (fer de Maza) est aux planches et les palos partagés avec Encabo. Bien et athlétique les deux. Brindis au public et faena dans le vent servie a un tio qui s’éteint peu à peu. Mete y saca laid, pinchazo et caida efficace. Toro sifflé (?) et silence pour le Jerezano. Son second (toro d’Espla) va prendre un très long puyazo puis la faena se fait bonne, la musique joue et on s’aperçoit qu’il s’agit d’un grand toro de respect. Les séries s’enchaînent un peu éloignées du sujet façon Padilla, la lame est elle aussi éloignée mais le public rugit et réclame les deux appendices qui seront vite accordés par Claude San Nicolas qui refusera en revanche la vuelta demandée par le public pour le toro. Le vent redoublant à la sortie de son troisième adversaire, bon lui aussi, le dernier d’une tarde entretenue, ne permettra que bien peu de choses avec la flanelle constamment soulevée. Vains efforts et bajonazo de gala pour entendre le silence avant de sortir sur les épaules de ses admirateurs.
Quelques signes de faiblesse dans le capote de Luis Miguel ENCABO (rose et or, silence et quelques sifflets), le premier toro du Madrilène ira prendre deux forts puyazos avant d’être gaillardement banderillé. Brindis au public et faena parfaitement adaptée aux conditions peu claires du bestiau. La musique semble superflue malgré de profonds pechos élégants. Mete y saca dans le flanc non prémédité et « Playero », le bien nommé se couche. Cathédrale distraite recherchant la sortie pour second adversaire. Capote quelconque, trois puyazos et faena prudente face aux coups de tête inadapté à la muleta du maestro qui abrégera de deux lames et trois descabellos. Pierre Charrain. Voir reportage.

Samedi soir à 22h00 Patricia PELEN,Martin BURGOS, Diego VENTURAet Leonardo HERNANDEZ (arrivé avec trente minutes de retard) ont ravi les quelque 3000 spectateurs. Les toros de Tardieu ont été arrêtés spectaculairement par les forcados de Chamusca.
Dimanche matin à 11h00 six exemplaires non piqués de Margé, bien roulés et pourvus de réelles qualités, ont permis à El Landeño de couper deux oreilles, à « Anton » fils de Marc Antoine Romero, une, tandis que Nicolas Martos Joselillo se contentaient d’une vuelta al ruedo. Les autres jeunes pousses de toreros n’ont pas démérité.


RION ET PONTONX : CARTELS OUVERTS POUR LES NOVILLADAS

Soucieux de permettre aux novilleros qui se révèleraient durant les ferias du mois d'août, les organisateurs de Rion ont laissé chaque jour un poste libre dans leur programmation. Samedi 20, erales de Valdefresno pour Jorje Jimenez, Santiago Naranjo et un des triomphateurs de la saison. Dimanche 21, erales de Valdefresno pour Marco Leal, le Santo et le méxicain Juan Domingo, triomphateur à Palavas, Arles et Roquefort. Suivant l'exemple de la voisine du pays tarusate, la cité de Pontonx annonce pour le samedi suivant (27 août) un seul nom, celui du novillero local El Santo, face aux erales de Montalvo. Les deux autres novilleros seront connus à l'issue de la feria de Rion.

TERRES TAURINES OPUS 4

L'opus 4 de la revue Terres Taurines que les abonnés ont déjà reçu est en kiosques. Au sommaire, la vie quotidienne dans les ganaderias d'El Pilar, Adelaïda Rodriguez, Paco Galache, Valdefresno... mais aussi dans les coulisses de la temporada aux côtés de Julien Lescarret, Sébastien Castella, Salvador Vega, Miguel Angel Perera, Cayetano, Morante, Javier Conde... 160 pages de reportages et de rêverie, au campo et dans les coulisses des arènes, à Las Ventas en particulier, ainsi que les chroniques habituelles à charge des auteurs maison. Par ailleurs, en partenariat avec la caisse régionale d'Aquitaine du Crédit Agricole, une exposition de photos grands formats tirées de la revue et représentant exclusivement des toros au campo est organisée tout l'été. Elle est actuellement installée dans les agences de Saint Vincent de Tyrosse et Hagetmau, puis le sera à Parentis, Roquefort, Soustons, Dax et Rion des Landes.

2eme FESTIVAL DE L'ART TAURIN ET FLAMENCO

Le programme du second festival de l'Art taurin et flamenco de Perpignan est en ligne sur le site  http://perpignan.arttaurin2.monsite.wanadoo.fr

CLUB TAURIN AFICION DE BEZIERS

Le Club Taurin l'AFICION de Béziers recevrA Jesus Manuel "El Cid", le 13 août vers 22h30, à la Bodega El Toril (avenue du 22 août). A cette occasion le Club lui remettra un trophée le récompensant de son sérieux durant le début de temporada 2005.


NOVILLADA DE SAINT-SEVER

Dimanche 21 août. N ovillos de Mercedes Pérez Tabernero pour Antonio Joao Ferreira, Mehdi Savalli et Camille Juan. Paseo à 18 heures.


CLUB TAURIN SOL Y SOMBRA DE BEZIERS

Le Club Taurin Sol y Sombra de Béziers oragnise le 14 août après la novillada sans chevaux une remise de prix aux jeunes de l'école taurine, à la Bodega Manolo, face à la grande porte des arènes. Le 15 août vers 22 heures 30 à la bodega le Toril (avenue du 22 août), réception d'El Fundi avec remise de trophée pour sa temporada 2004.

FERIA DE HUELVA

Samedi 30 juillet. Toros de Núñez del Cuvillo pour Jesulin, El Fandi et Miguel Angel Perera.
Dimanche 31. Toros de Fermín Bohórquez pour Fermin Bohorquez, Pablo Hermoso de Mendoza et Andy Cartagena. Mardi 2 août. Toros de Jandilla pour Rivera Ordoñez, Salvador Vega et Matias Tejela. Mercredi 3. Toros de Santiago Domecq pour Enrique Ponce, El Juli et El Cid.

FERIA D'ALGEMESI

Samedi 24 septembre. Novillos du Puerto de San Lorenzo pour le rejoneador Iván Magro, Raul Martí et David Esteve. Dimanche 25. Novillos de Sánchez Arjona pour le rejoneador José Miguel Callejón, Ismael López et Sergio Serrano. Lundi 26. Erales de María Luisa Domínguez Pérez de Vargas pour Pascual Javier, Alberto Gómez, Juan Francisco Prados, Vicente Marrero et Juan Carlos Martínez. Mardi 27. Novillos de María Luisa Domínguez Pérez de Vargas pour le rejoneador Martín Burgos, Gabriel Picazo et Medhi Savalli. Mercredi 28. Novillos de Fuente Ymbro pour le rejoneador José Luis Cañaveral, Alberto Aguilar et Alejandro Morilla. Jeudi 29. Novillos de Giménez Indarte pour le rejoneador Sergio Galán, Curro Sierra et Cayetano. Vendredi 30. Novillos de Lagunajanda pour le rejoneador Álvaro Montes, David Mora et Sergio Marín. Samedi 1er octobre. Novillos de Manolo González et González Sánchez Dalp pour le rejoneador Mariano Rojo, Pérez Mota et Joselito Adame. Dimanche 2: novillos de Cebada Gago pour le rejoneador Genaro Tent, Emilio de Justo et Alejandro Portaña.
.

CORRIDAS TELEVISEES

TVE retransmettra la corrida du 20 août en direct de Saint Sébastien : toros de Jandilla pour César Rincón, El Juli et Eduardo Gallo. Le 28 août depuis Bilbao, toros de Victorino Martín pour El Fundi, Luis Miguel Encabo et le Cid".

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction

contact rédaction

 

















imprimez cette page