Edition du dimanche 14 août 2005

EDITO


LE JULI, EN GUERRIER !


La différence entre les figuras d'époque et les bons toreros, c'est que les premiers peuvent, à tout moment et face à n'importe quel type d'adversaire inverser le cours d'une tarde. Voir édito d'André Viard

L'AVENTURE EN LIGNE CONTINUE

Après cinq ans et demi de présence ininterrompue sur corridas.net, c'est sur www.terrestaurines.com que l'intégralité de mon travail et de celui de mes compañeros de rédaction sera publiée. Un choix dicté par les circonstances mais aussi par un soucis de cohérence et de plus grande efficacité. Voir édito

ACTUALITE


GIJON : JULI, CORDOBES ET RIVERA A HOMBROS

Cinq toros de Torrestrella sans classe ni race et un sobrero du Conde de Mayalde en dernier, violent, mobile et compliqué. El Cordobés ovation et deux oreilles, Rivera Ordóñez oreille et oreille, El Juli ovation et deux oreilles. La soseria des toros de Torrestrella semblait partie pour gâcher la tarde, mais le professionnalisme des toreros, chacun dans le registre qui est le sien, a sauvé ce qui semblait ne pas pouvoir l'être. Mis dans l'obligation de triompher aussi face au dernier, le Juli s'est montré en figuron del toreo en faisant face crânement à un sobrero de Mayalde qui en aurait fait courir plus d'une. Arènes pelines. Les trois toreros sont sortis en triomphe, mais le mayoral n'a pas été invité à saluer. André Viard.

DAX : TROIS OREILLES POUR MECA, DEUX POUR FUNDI, CORNADA POUR PADILLA

Les toros de José Escolar Gil sont sortis superbement présentés de trapio et de cornes. Braves et encastés dans l’ensemble, ils ont animé cette tarde avec un intérêt certain. La plupart d’entre eux furent nobles avec mention aux quatrième et sixième, très bons, bons les premier et deuxième et plus compliqués les deux autres mais toréables. Incident : au premier toro de Meca, celui-ci invite Juan José Padilla aux banderilles puis à un quite al alimon. Dans un moment d’inattention, les deux toreros s’écartent trop et le toro file droit sur Padilla, le soulève et lui inflige une cornada de 20 cm dans la cuisse gauche. Se rendant compte de l’importance de la blessure, Padilla saisit son capote et part faire un quite seul, la cuisse ensanglantée, puis se dirige, sous l’ovation, vers l’infirmerie pour ne plus revenir. La corrida se transforme ainsi en mano a mano Fundi/Meca et a pour conséquence un changement d’ordre de sortie des toros entre le quatrième et le cinquième. José Pedro Prados Martin « El Fundi », oreille, vuelta, oreille, Stéphane Fernandez Meca, deux oreilles, ovation et oreille. Morenito salue montera en mains au quatrième toro pour ses superbes poses de banderilles.
Le Fundi se méfie d’entrée de son premier toro. Celui-ci ne s’emploie pas à sa sortie et prend deux piques sans pousser. A la muleta, le côté droit paraît impossible et pourtant. Fundi entame à gauche et le toro vient bien. Le torero réalise une bonne faena technique et qui va a mas. Un pinchazo, une estocade, un descabello, oreille. Devant son second, Fundi conduira une faena très technique. Le toro est compliqué et ne pardonne aucune erreur. Le madrilène s’en accommodera parfaitement en réalisant un trasteoc remarquable de lucidité. Un pinchazo, une entière dans la croix, vuelta mais l’oreille était méritée malgré une pétition minoritaire. Son dernier est faible et compliqué. Le toro embiste à mi-hauteur et s’arrête à moitié passe. Fundi allonge cette charge par moments mais frôle la voltereta à plusieurs reprises. Encore une fois la faena va a mas et Fundi égrène quelques muletazos superbes en fin de faena. Estoconazo splendide, trois descabellos, oreille.
Meca n’arrive pas à fixer son premier dans sa cape. Passons sur l’épisode du quite malheureux avec Padilla. Meca brinde le toro à Marco Leal et Savalli puis débute la faena en se méfiant. Le toro est noble mais encasté et vif. Le début de faena est ajusté et Stéphane prend bien la mesure du toro. Au début de la deuxième série, et après une première erreur (il s’est découvert prématurément), Meca se fait prendre en haut de la cuisse gauche et grimace de douleur. La corne n’est pas rentrée mais un moment de panique gagne le ruedo. Il repart au combat et s’attire la compassion du public. Juste après avoir enfoui une formidable estocade, il se fait soulever violemment au terme d’une course de 15 mètres, heureusement sans gravité. Le toro tombe et deux oreilles sont octroyées. Face au quatrième, le matador nîmois sera un peu en dedans des possibilités du toro. Normal, le français a été durement châtié. La faena est un peu heurtée mais méritoire et trois séries de muletazos splendides sont à mettre à son crédit. Un pinchazo, une entière basse, ovation à Meca et à la dépouille. Face au dernier, Stéphane trouve les ressources nécessaires pour enchaîner quelques bonnes séries, notamment sur le côté droit. Meca est marqué et fait preuve d’un courage formidable. Un pinchazo, une entière splendide et une oreille. Les deux toreros et le ganadero font la vuelta sur les épaules des areneros puis Meca et Le Fundi sortent ensemble à hombros par la grande porte sous l’ovation du public dacquois. Arènes pleines, beau temps. Le matin, face aux erales du Lartet encastés en diable, Marco Leal et le Santo se sont qualifiés pour la finale des sans chevaux qui aura lieu le 16.
Jean-Paul Campistron. Voir reportage Philippe Gourgues.

BEZIERS : OREILLE POUR JUAN BAUTISTA

Le public qui garnissait presque complètement les arènes a manifesté bruyamment son mécontentement au final de cette seconde corrida de feria. La faute à qui ? Au vent, qui a fortement perturbé les lidias mais surtout aux six toros de Montalvo, superbes de présentation mais aux qualités assez éloignées de ce que l’on peut attendre d’un toro de combat. En face tel matériau Jean-Baptiste Jalabert « Juan Bautista » (chocolat au lait et or, oreille et silence) aura, seul, tiré son épingle du jeu. Quelques craintes quant à la solidité de son premier accueilli dans le vent puis faena volontaire au cours de laquelle l’Arlésien ira tirer quelques superbes naturelles. Musique mais peu de transmission, entière au deuxième essai et oreille applaudie. Son second, qui avait déjà posé des problèmes lors de sa mise en chiqueros, a continué sur sa lancée et s’est révélé impropre au combat allant jusqu’à se coucher en fin de parcours et recevoir une bordée de sifflets. On parlait beaucoup de Manuel Jesus Cid Sala « El Cid » (tête de nègre et or, silence et salut) dans la patio de caballos. En fait, face à son fragile premier paraissant très ankylosé, notre Jesus ne parviendra pas à gommer toutes les aspérités du cornu et le public lui fera savoir son mécontentement. Joli colorado pour second partenaire et très élégant accueil au capote. Brindis au public pour se racheter et début de faena prometteur la muleta a mi hauteur. Puis l’émotion disparaît, la faena tournant longuette. L’entière est contraire au troisième essai et le salut reste timide. Fortement ovationné Sébastien Castella (saumon et or, salut et silence) ne semblait pas trop se ressentir du puntazo d’hier en allant chercher au centre un violent premier adversaire fort bien roulé. Pas de brindis mais faena toute personnelle, professionnelle et adaptée aux mauvaises conditions d’un adversaire qui refuse de se livrer puis s’éteindra peu à peu entre deux rafales de vent. Ce n’est certes pas le manso majuscule touché en second qui lui ouvrira les portes du succès ! Magnifique toro qui ira flanquer à bas la monture, protégée par un nouveau quite salvateur d’Alain Bonijol, puis cherchera par tous les moyens de regagner l’ombre fraîche du toril malgré les efforts du bitterois déçu. A noter qu’une plaque commémorative a été posée à l’entrée des arènes pour que l’on se souvienne du tragique accident survenu à Julio Robles un certain 13 août 1990. Pierre Charrain. Voir reportage

MADRID : OREILLE POUR TORRES JEREZ

Novillos de Bucaré, compliqués à l'exception du bon cinquième. Joselillo, salut après avis et silence après avis, Torres Jerez salut après avis et oreille, Roberto Galán salut et silence. Très bonne faena de Torres Jerez que l'on avait vu à son avantage à Hagetmau.

BRUCCELOSE ET LANGUE BLEUE

Selon des informations confidentielles, l'Extremadura pourraît être entièrement fermée à partir de jeudi en raison du nombre de nouveaux foyers infectieux de langue bleue répertoriés depuis quelques semaines. Très inquiète sur la poursuite de la saison, la casa Chopera aurait décidé d'embarquer avant cette date limite toutes les corridas de Victorino Martin devant être lidiées dans ses arènes (Bilbao, San Sébastian, Logroño, Zaragoza et Almeria). Par ailleurs, les ganaderos de la région de Salamanca organisent une journée d'information et de revendication sur le thème de la bruccelose.

CARTELS POUR BARCELONE

Dimanche 21. Toros de Sepulveda pour Paulita, Anton Cortes et Ruben Marin. Dimanche 28. Toros de Los Chospes pour Gomez Escorial, Luis Vilches et Andres Palacios.

RION ET PONTONX : CARTELS OUVERTS POUR LES NOVILLADAS

Soucieux de permettre aux novilleros qui se révèleraient durant les ferias du mois d'août, les organisateurs de Rion ont laissé chaque jour un poste libre dans leur programmation. Samedi 20, erales de Valdefresno pour Jorje Jimenez, Santiago Naranjo et un des triomphateurs de la saison. Dimanche 21, erales de Valdefresno pour Marco Leal, le Santo et un des triomphateurs de la saison. Suivant l'exemple de la voisine du pays tarusate, la cité de Pontonx annonce pour le samedi suivant (27 août) un seul nom, celui du novillero local El Santo, face aux erales de Montalvo. Les deux autres novilleros seront connus à l'issue de la feria de Rion.

PRIX DU MEILLEUR QUITE DE LA MADELEINE POUR LE JULI

"El Juli" recevra le prix attribué par la peña el Quite à l'auteur du meilleur quite de la feria de la Madeleine dans les salons de l'Hotel Costa Vasca de Saint Sébastien le 19 août prochain à 21 heures. On peut s'inscrire par téléphone au 0687151912.

TERRES TAURINES OPUS 4

L'opus 4 de la revue Terres Taurines que les abonnés ont déjà reçu est en kiosques. Au sommaire, la vie quotidienne dans les ganaderias d'El Pilar, Adelaïda Rodriguez, Paco Galache, Valdefresno... mais aussi dans les coulisses de la temporada aux côtés de Julien Lescarret, Sébastien Castella, Salvador Vega, Miguel Angel Perera, Cayetano, Morante, Javier Conde... 160 pages de reportages et de rêverie, au campo et dans les coulisses des arènes, à Las Ventas en particulier, ainsi que les chroniques habituelles à charge des auteurs maison. Par ailleurs, en partenariat avec la caisse régionale d'Aquitaine du Crédit Agricole, une exposition de photos grands formats tirées de la revue et représentant exclusivement des toros au campo est organisée tout l'été. Elle est actuellement installée dans les agences de Saint Vincent de Tyrosse et Hagetmau, puis le sera à Parentis, Roquefort, Soustons, Dax et Rion des Landes.

2eme FESTIVAL DE L'ART TAURIN ET FLAMENCO

Le programme du second festival de l'Art taurin et flamenco de Perpignan est en ligne sur le site  http://perpignan.arttaurin2.monsite.wanadoo.fr

CLUB TAURIN AFICION DE BEZIERS

Le Club Taurin l'AFICION de Béziers recevrA Jesus Manuel "El Cid", le 13 août vers 22h30, à la Bodega El Toril (avenue du 22 août). A cette occasion le Club lui remettra un trophée le récompensant de son sérieux durant le début de temporada 2005.


NOVILLADA DE SAINT-SEVER

Dimanche 21 août. N ovillos de Mercedes Pérez Tabernero pour Antonio Joao Ferreira, Mehdi Savalli et Camille Juan. Paseo à 18 heures.


CLUB TAURIN SOL Y SOMBRA DE BEZIERS

Le Club Taurin Sol y Sombra de Béziers oragnise le 14 août après la novillada sans chevaux une remise de prix aux jeunes de l'école taurine, à la Bodega Manolo, face à la grande porte des arènes. Le 15 août vers 22 heures 30 à la bodega le Toril (avenue du 22 août), réception d'El Fundi avec remise de trophée pour sa temporada 2004.

FERIA DE HUELVA

Samedi 30 juillet. Toros de Núñez del Cuvillo pour Jesulin, El Fandi et Miguel Angel Perera.
Dimanche 31. Toros de Fermín Bohórquez pour Fermin Bohorquez, Pablo Hermoso de Mendoza et Andy Cartagena. Mardi 2 août. Toros de Jandilla pour Rivera Ordoñez, Salvador Vega et Matias Tejela. Mercredi 3. Toros de Santiago Domecq pour Enrique Ponce, El Juli et El Cid.

FERIA D'ALGEMESI

Samedi 24 septembre. Novillos du Puerto de San Lorenzo pour le rejoneador Iván Magro, Raul Martí et David Esteve. Dimanche 25. Novillos de Sánchez Arjona pour le rejoneador José Miguel Callejón, Ismael López et Sergio Serrano. Lundi 26. Erales de María Luisa Domínguez Pérez de Vargas pour Pascual Javier, Alberto Gómez, Juan Francisco Prados, Vicente Marrero et Juan Carlos Martínez. Mardi 27. Novillos de María Luisa Domínguez Pérez de Vargas pour le rejoneador Martín Burgos, Gabriel Picazo et Medhi Savalli. Mercredi 28. Novillos de Fuente Ymbro pour le rejoneador José Luis Cañaveral, Alberto Aguilar et Alejandro Morilla. Jeudi 29. Novillos de Giménez Indarte pour le rejoneador Sergio Galán, Curro Sierra et Cayetano. Vendredi 30. Novillos de Lagunajanda pour le rejoneador Álvaro Montes, David Mora et Sergio Marín. Samedi 1er octobre. Novillos de Manolo González et González Sánchez Dalp pour le rejoneador Mariano Rojo, Pérez Mota et Joselito Adame. Dimanche 2: novillos de Cebada Gago pour le rejoneador Genaro Tent, Emilio de Justo et Alejandro Portaña.
.

CORRIDAS TELEVISEES

TVE retransmettra la corrida du 20 août en direct de Saint Sébastien : toros de Jandilla pour César Rincón, El Juli et Eduardo Gallo. Le 28 août depuis Bilbao, toros de Victorino Martín pour El Fundi, Luis Miguel Encabo et le Cid".

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction

contact rédaction

 



















imprimez cette page