bayonne
riz arles
madeleine
dax
 
 
L'EMBRYON

La novillada concours organisée à Castelnau Rivière Basse qui réunissait six élevages régionaux a montré la belle vitalité de ces ganaderias jeunes pour qui le temps sera le meilleur allié.

Bien sûr, leur prédire à toutes un avenir radieux serait osé, même si l'expérience montre que l'Aquitaine est devenue le vrai El Dorado des ganaderos français, avec sa quarantaine de novilladas sans chevaux qui leur offrent autant de débouchés, ce dont profitent en priorité les élevages gersois et landais. Basque aussi, aurait-on dit voici quelques semaines, avant la nouvelle du départ du Palmeral sous d'autres cieux.

Camino de Santiago et Astarac d'un côté, Lartet de l'autre, se sont depuis quelques années taillé la part du lion, mais depuis deux saisons les nouveaux venus ont aussi fait leur place, Alma Serena en tête, surtout depuis l'achat d'un lot de Miranda de Pericalvo qui promet de lui faire brûler les étapes.

Car si le temps est le meilleur allié, disais-je, rien ne remplace une souche prestigieuse pour en gagner, en débutant sa propre sélection sur des bases éprouvées. Rien ne remplace non plus ce champ d'expérimentation que constituent les sans chevaux qui, pour les ganaderos régionaux, assurent un magnifique débouché dont ils se montrent dignes.

Grâce à cette synergie qui se développe entre organisateurs et producteurs locaux, les vocations peuvent naître et croitre. L'enracinement de l'Aquitaine et du Midi Pyrénées en terres taurines n'est plus une utopie, et autour de cet embryon de passion pratique, il appartient à l'aficion de se fédérer.

André Viard