CHABAL MINOTAURE


N'ayant rien d'autre à se mettre sous la dent, les antis font feu de tout bois. Dernière colère hystérique, celle qu'a motivé l'affiche créée par Jean Nouvel pour Béziers à la demande de la Ville.

Loin de moi l'intention d'offenser quiconque, mais cette affiche n'est pas terrible en ce qui concerne la forme, même si le fond est riche de sens : un montage photoshopesque taillé à la serpe dans lequel on reconnaît un amalgame entre deux formes de minotaures picassiens, un toro à tête de torero (il ressemble fort au Juli même si on a gommé ses traits) et un rugbyman à tête de toro. Le rugbyman aux allures de bête humaine c'est bien sûr Chabal qui a l'insu de son plein gré a donc été invité par le génial architecte pour incarner la force brute. Bien trouvé !

Sauf que les antis, s'érigeant en défenseurs du pauvre rugbyman qu'ils estimaient spoliés de son droit d'image, font un foin pas possible et écrivent même au président de la fédération française de rugby pour s'indigner... Il faut dire qu'ils ont une faculté d'indignation plus développée que leur sens du ridicule, et une nouvelle fois l'affaire leur retombe sur les pieds.

Chabal, selon son agent, de cette affiche, il n'en a rien à fiche, et ne veut surtout pas être utilisé dans le débat sur la corrida. Pan sur le museau des amis des bêtes qui ont aboyé à sa place ! Quant à la Fédé, imaginez... Pour le reste, marier rugby et toro ne peut surpendre que les fanatiques aveugles dans leur genre : de Nîmes à Bayonne, le public des stades où règne le ballon ovale est le même que celui des arènes et dans le jargon rygbystique les métaphores ont toujours fleuri calquées sur des images taurines.

Un coup pour rien de plus... mais deux conséquences quand même : côté positif, grâce à cette nouvelle polémique imbécile, tous les medias français savent qu'autour du 15 août il y a une feria à Béziers ; côté négatif, afin de ne pas envenimer les choses, la ville a décidé de ne pas faire imprimer les 1000 affiches "de luxe" qu'elle vend chaque année 30 euros pièce au profit d'oeuvres caritatives. Résultat : 30.000 euros de moins donc pour ces associations grâce aux antis. Mais peut-être ceux-ci comptent-il les verser à la place de la mairie ?

André Viard