POPAUL



EAUZE

Chronique de Jean-Paul Campistron


ADAME ET RUBEN PINAR A HOMBROS


Bien présentés, et dotés d’armures respectables, les toros de Garcigrande et Domingo Hernandez ont manqué de jarret et de continuité dans leurs charges pour hisser le résultat final à une réussite totale. Nobles pour la plupart, ils se sont laissés guider sans mièvrerie par les muletas les plus expertes. Seuls les premier et sixième n’avaient aucune option, ceci était dû, vraisemblablement, à leur excès de poids. Les deuxième, troisième et cinquième étaient nobles mais manquaient de moteur. Le quatrième était le meilleur sur les deux bords. Antonio Ferreira, sifflets et silence, Joselito Adame, oreille et oreille, Ruben Pinar, deux oreilles et applaudissements.

Antonio Ferreira a réédité une mauvaise prestation après celle d’Aire sur Adour. Sans sitio, et utilisant la méthode Coué à base de hurlements, il a tenté de faire adhérer le public à une parodie de toreo. Il est vrai que son premier ne l’a pas aidé. Lourd et manso, ce toro d’ouverture s’est vite réfugié aux planches où Ferreira l’a occis de piètre façon : trois pinchazos, un mete y saca, un bajonazo et cinq descabellos. Face à son second, le meilleur du lot, Ferreira ne trouve pas le sitio et s’empêtre dans une tauromachie de tranchée où il fera illusion par des cris irritants et désagréables. Pincazo hondo, une entière, un avis, longue agonie du toro et sifflets du public. Applaudissements nourris à la dépouille.

Adame s’adapte rapidement aux charges inégales de son premier. Le mexicain torée avec justesse et goût. Les séries droitières sont toutes positives. Le toro manque de chispa mais fait preuve de noblesse. Pinchazo, entière jusqu’aux ongles d’effet immédiat, oreille. Face à son second, nouvelle démonstration d’un toreo simple mais efficace. Bon placement, muleta au bon endroit, sa technique fait mouche, il faudra simplement qu’il évite de tomber dans le râle néfaste adopté par son compañero chef de lidia. Nouvelle entière un peu derrière mais efficace, oreille.

Ruben Pinar a confirmé l’excellent moment qu’il traverse. Très à l’aise au capote où il ne s’éternise pas en donnant le minimum de passes, il va toréer son premier de bien belle manière. A droite, il dessine plusieurs séries superbes en guidant bien la charge. Dès que le toro baisse son régime, le torero s’adapte et mène un combat de proximité qui porte sur le public. Son habileté à l’épée, par un estoconazo superbe, lui permet d’obtenir les deux oreilles. Face à son second il ne pourra rien faire, le toro, trop lourd et qui a fait illusion à la pique, va rapidement s’éteindre. Demie épée basse et trasera, applaudissements. Adame et Pinar sont sortis a hombros. Environ 2/3 d’arène avec un beau soleil, 26°.








imprimez cette page