FERIA DE FENOUILLET

 

CORRIDA ENTRETENUE ET OREILLE POUR RINCON

Un temps menaçant a retenu certainement la poignée de spectateurs qui manquait pour afficher un plein dans les arènes des bords de Garonne pour l’ultime corrida de cette cuvée 2007. Deux gouttes de pluie pour désaltérer les fêtards et des rayons de soleil pour voir sortir six toros de DOMINGO HERNANDEZ, bien roulés, pas très gros mais pourvus de réelles qualités pour la plupart. Mobiles, ils ont entretenu l’après-midi et le spectateur est sorti ravi.

Ovation de gala pour Cesar RINCON (bleu nuit et or – oreille après avis et généreux salut) en fin de paseo et petit texte bienvenu de Didier Bertrand pour saluer le Colombien. Lequel Cesar connaît son métier le bougre face à un premier adversaire qu’il entreprendra de bien agréable façon. Mais nous n’avions encore rien vu comparativement au faenon servi à son manso de second plus apte à se réfugier aux planches que de collaborer. Une leçon de toréo, les jeunes, à méditer ! Puyazo en levant le cheval pour s’enfuir sur le réserve et pas de brindis. On pensait la lidia terminée dès les premiers muletazos … raté, le maestro a continué jusqu’à obliger le cornu à plier l’échine dans une muleta maniée professionnellement en querencia. Bousculade bien sur, pinchazo, entière en s’engageant et … pas de réaction dans le public ! César se contentera d’un énorme salut aux tercios.

On attendait bien sur Sebastian CASTELLA (mauve et or – salut aux tercios et salut aux tercios) après sa prestation de la veille et on a bien fait car il nous a régalé au cours d’une première faena qu’il est inutile de disséquer tant le naturel, le placement idéal, la confiance étaient là. Les lames sont hélas néfastes et le succès envolé. Bis repetita face à un excellent collaborateur de second que le Biterrois exploitera de belle manière. Accueil coude sur la barrière, relâché, toreo au centre et malheureusement lame sous la peau involontaire, trois pinchazos et petit torero déçu.

Bonne surprise également avec la participation jouée par Jeremy BANTI (rose et or – silence après avis et silence) notamment face à son second dont la faena brindée à Rincon sera bienvenue dès l’accueil genoux en terre. Le toro est bon mais la fin est exécrable … Face à son premier le Nîmois, venu en remplacement de Manzanares, restera un poil loin du sujet et ne se confiera pas comme il aurait pu le faire face à un torito sans transmission. Pierre Charrain


imprimez cette page