PROJET SOCIALISTE POUR LAS VENTAS



En marge des polémiques, des effets de manche et de tribune, voire des interpellations spectaculaires qui ont pour effet surtout, du moins on l'espère, d'attirer l'attention sur eux, les élus socialistes de la Comunidad madrilène assurent avoir pour Las Ventas un projet autrement réaliste que celui qui vient d'aboutir à la renonciation, de la part de l'empresa Taurovent à son droit de poursuivre sa gestion.

La nouvelle de l'intérêt qu'affirment porter les élus socialistes madrilènes à la bonne santé de Las Ventas est heureuse mais elle serait en outre crédible si leurs collègues du Sénat ne s'étaient foireusement défaussés il y a quelques semaines, lorsque leurs homologues Populaires les avaient invités à participer à un groupe taurin parlementaire, avançant de mauvaises raisons pour planter le pauvre Pio Escudero devant le micro de la conférence de presse qu'il avait convoquée pour annoncer l'heureux évènement.

Autrement dit, si l'on veut éviter de cruelles désillusions, il ne faut jamais oublier que les promesses n'engagent que ceux qui les croient et qu'en période électorale il n'y a pas de petit profit. Les afionados représentant à Madrid un pourcentage intéressant de voix, chacun ira donc dans les prochains mois de son projet pour les satisfaire. Ce qui ne veut pas dire que tous seront mauvais, mais que leur faisabilité une fois passé le verdict des urnes est tout de même très aléatoire.

Projet contre projet, la Comunidad s'entête donc à préférer une délégation totale basée sur une enchère alors que l'opposition demande que soit mise en place une gestion intéressée qui permettrait aux empresas taurines de concourir seules, sans devoir s'appuyer sur des associés financiers issus des milieux de la promotion immobilière, ce qui génère a posteriori les problèmes que l'on sait.

L'appel d'offres devant être organisé très vite, c'est bien sûr le choix de la Comunidad qui sera retenu, ce qui peut laisser craindre une nouvelle bataille financière dont les effets sur l'avenir de Las Ventas
ne peuvent qu'inquiéter ceux qui, pour l'amour de la tauromachie, sont capables de dépasser les clivages politiques et de s'entendre au nom d'une même passion partagée.

André Viard