Edition du mercredi 20 juillet 2005

EDITO


LA FIN D'UNE EPOQUE


Il n'est jamais agréable d'assister à la fin d'une époque dans la mesure où, quand il sonne, le glas le fait pour chacun de nous.. Voir édito d'André Viard

L'AVENTURE EN LIGNE CONTINUE

Après cinq ans et demi de présence ininterrompue sur corridas.net, c'est sur www.terrestaurines.com que l'intégralité de mon travail et de celui de mes compañeros de rédaction sera publiée. Un choix dicté par les circonstances mais aussi par un soucis de cohérence et de plus grande efficacité. Voir édito

ACTUALITE


MONT DE MARSAN : OREILLE POUR PONCE...

Farol du Cid
Toros de Valdefresno, corrects de trapio sans excès de poids iet bien armés, astifinos certains, braves et nobles à divers degrés, le premier avec du tempérament et une querencia marquée aux planches, le second en étant quelque peu faible (mais trop piqué), le troisième sans malice, le quatrième avec piquant et transmission, le cinquième fut le meilleur pour le torero en raison de sa classe, le dernier sans rythme ni entrega mais sans danger. Il manqua globalement à cette corrida une once de transmission (sauf au quatrième) pour être une grande corrida... et les quelques reseñas déjà parues ici ou là à l'heure de mettre celle-ci en ligne donnent une idée des contresens que le défaut d'attention ou l'excès de proximité entre confrères peuvent occasionner voire les copier/coller à partir des dépêches publiées par la concurrence, pratiqués par des sites espagnols non accrédités. Enrique Ponce quelques applaudissemets et oreille après pétition minoritaire et avis, El Cid salut et salut, Matias Tejela silence et applaudissements de despedida. Du vent dans les drapeaux, mais beaucoup moins en piste.
Ponce ne tenta pas d'amener au centre son premier,
un toro "aleonado" qui embistait avec tempérament et qu'il préféra enfermer aux planches où il tira des lignes en profitant de la querencia vers l'intérieur. Après cinq vilains pinchazos, le public un peu désapointé garda le silence. Face au quatrième, le toro le plus complet de cette corrida, qui embistait mufle au sol et en poursuivant la muleta, Ponce se montra brusque et distant, faisant passer le toro au bout de sa muleta sans presque jamais épouser son rythme à droite et ce fut pire à gauche. Le final vers les planches permit au torero de sauver ce qui pouvait l'être et après une demie sans s'engager et un avis plus descabello, une partie du public demanda l'oreille qui fut accordée. Ponce, qui fut un modèle de concentration toute sa carrière, passa ses deux faenas à décrire les "défauts" de ses toros pour les occupants du callejon.
Le Cid a profité de la douceur candide du second malheureusement trop piqué lors d'une rencontre trop longue. Il le toréa au centre, alterna les passes bien léchées des deux côtés mais sans soulever d'émotion. Deux pinchazos avant une bonne entière. Face au cinquième que l'on crut faible après les piques mais qui se récupéra au point d'être pour le torero le toro le plus noble, le Cid donna trois grandes séries de naturelles qui furent le sommet de la tarde mais une fois de plus il tua mal d'une atravesada et d'un pinchazo, le toro mourant en brave sans abandonner au torero les oreilles auxquelles celui-ci aurait pu prétendre en tuant mieux.
Matias Tejela n'est pas dans un grand moment et ne se centra pas face au noble troisième qu'il tua mal. Face au dernier, le seul qui restait court mais sans malice, il toréa plus juste, sans toutefois susciter un intérêt démesuré dans le public qui se perdait en conjoncture sur le sens qu'il convenait à donner à ce spectacle étrange auquel il venait d'assister, et dans le piètre résultat duquel les toros ne sauraient être mis en cause :
voici deux ans à peine, Ponce auraient sans doute coupé trois ou quatre oreilles face à ces mêmes adversaires. À la sortie d'ailleurs, Juan Ruiz Palomares, co-apoderado minoritaire du torero, félicita le ganadero pour l'ensemble du lot. 9/10ème d'arène pour ce qui, à ce jour, fut la plus modeste entrée de la feria. André Viard. Voir reportage Philippe Gourgues

VALENCE : MEDIOCRE CORRIDA DE SAMUEL FLORES

Toros de Samuel Flores et Manuela Agustina López Flores, décastés en général. Luis Miguel Encabo salut et ovation, Dávila Miura salut et silence, Juan Ávila qui prenait l'alternative silence après deux avis et applaudissements après avis.

NOVILLADA DE SAINT-PERDON

Dimanche 28 août, novillos des frères Jalabert pour Mehdi Savalli, David Esteve et Joselito Adame.

L'EXPO "TERRES TAURINES"


En partenariat avec la caisse régionale d'Aquitaine du Crédit Agricole, une exposition de photos grands formats tirées de la revue Terres Taurines et représentant exclusivement des toros au campo sera organisée tout l'été dans le cadre des ferias. Elle débutera à Mont de Marsan, puis sera installée à Saint Vincent de Tyrosse, Hagetmau, Parentis, Roquefort, Soustons, Dax et Rion des Landes avant d'émigrer vers Bordeaux l'automne venu.

LA PEÑA SOL : AFICION ET FLAMENCO À ORTHEZ

Le dimanche 24 juillet à Orthez, à l'occasion de la journée taurine des fêtes, la Peña Sol donne rendez-vous à tous les aficionados. La Peña Sol remettra un prix au meilleur geste taurin de la novillada du matin (quatre novillos de Paul et Jérôme Bonnet pour Joselito ADAME et Julien Dusseing EL SANTO). Après la corrida (toros de Jaime Brujo pour El Cordobes, Juan Bautista et Javier Valverde), Miguel Darrieumerlou animera la traditionnelle tertulia à la bodega du 50 rue Saint Gilles (prés de la caserne des pompiers). La seconde partie de la soirée sera consacrée au flamenco avec un concert du groupe Alma Flamenca. Le meilleur accueil vous sera réservé.

FERIA DE LINARES

Dimanche 28 août. Toros de Domingo Hernandez-Garcigrande pour Enrique Ponce, Curro Diaz et El Fandi. Lundi 29. Toros de Valdefresno pour Rivera Ordoñez, El Cid et Matias Tejel. Mardi 30. Toros de Garcia Jimenez-Peña de Francia pour Finito de Cordoba, El Juli et Manzanares. Mercredi 31. Toros de Sanchez Cobaleda pour Fermin Bohorquez, Pablo Hermoso de Mendoza et Alvaro Montes.


ARLES : CONCOURS DE NOVILLADAS SANS PICADORS

Vendredi 12 août à 17 heures. 6 Novillos de Olivier Fernay pour Joselillo d'Arles, Jésus Sanchez de Colmenar Viejo et Juan Fernando de Mexico. Vendredi 19 août à 17 heures. 6 Novillos des Héritiers de François André pour Samir d'Arles, Curro Amaya de Calaspara, Federico d'Arles. Du 22 Juin au 31 Août t ous les Mercredis, Courses Camarguaises

CORRIDAS TELEVISEES

27 août depuis Bilbao, toros de Victorino Martín pour El Fundi, Luis Miguel Encabo et le Cid".

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction

contact rédaction

 


visumadeleine

visuorthez












imprimez cette page