Edition du mardi 19 juillet 2005

EDITO


ASILE POLITIQUE


Chahuté pour ne pas dire harcelé en Espagne par un public ignare pris en otage par des medias peu scrupuleux, le Juli avouait hier au terme de son grand triomphe que la France constituait pour lui un hâvre de paix. Voir édito d'André Viard

L'AVENTURE EN LIGNE CONTINUE

Après cinq ans et demi de présence ininterrompue sur corridas.net, c'est sur www.terrestaurines.com que l'intégralité de mon travail et de celui de mes compañeros de rédaction sera publiée. Un choix dicté par les circonstances mais aussi par un soucis de cohérence et de plus grande efficacité. Voir édito

ACTUALITE


MONT DE MARSAN : GRAND TRIOMPHE DU JULI

Julian Lopez "El Juli"
Toros de Garcia Jimenez et Peña de Francia (le quatrième), bas mais ronds et corrects d'armures, sauf le quatrième, plus haut, plus basto et au final moins racé. Le premier s'éteignit rapidement après deux demi vueltas de campana, le second qui poussa fort mais fut peu piqué à la demande du Juli conserva toute sa mobilité et fit preuve d'une bravoure ardente pas toujours facile à canaliser, le troisième manqua de rythme et se réserva, le quatrième resta quelque peu inédit mais manqua de mobilité, le cinquième fut mobile mais violent, le dernier sans grande transmission. Le second fut primé d'une vuelta contestée par une partie du public. Sans atteindre des sommets, l'ensemble offrit donc globalement aux toreros la possibilités de s'exprimer. Javier Conde division d'opinions et bronca, El Juli deux oreilles et oreille avec légère pétition de la seconde, Miguel Angel Perera salut et oreille. À peine chahuté par une poignée de spectateurs au moment du paseo, Conde sera resté inédit à Mont de Marsan cette année. Il ne s'intéressa pas beaucoup à son premier, vite éteint et qui embistait sans se livrer, et ne voulut pas voir le grand quatrième (par la taille) dont il se débarrassa sans autre forme de procès de trois pinchazos profonds en passant au large. Le Juli a été impérial de bout en bout unissant la maîtrise d'un vieux briscard avec l'envie d'un novillero. Son premier galopa dans la muleta de bout en bout et le Juli, magistral au capote tant à la véronique que dans un quite millimétré, s'imposa avec autorité malgré quelques essais du toro de se soustraire à sa domination en se collant de vilaine manière, ce qui ne perturba jamais le torero. Final par farols "vististes", pinchazo en s'engageant puis entière et triomphe totalement mérité. Face au cinquième, bronco et incertain, il alla chercher le triomphe comme si sa carrière en dépendait. Avec beaucoup d'à-propos, le public - très avisé - demanda une nouvelle oreille. Sans se hisser au niveau de son aîné - mais qui pourrait ? - Perera a séduit le public montois par son courage sans ostentation et par sa tenacité. Si son premier ne lui permit que de saluer, il sut aller au bout des possibilités offertes par le dernier pour couper l'oreille du courage qui le récompensa après une vilaine voltereta dont il se tira heureusement sans mal. On glosera sans doute longtemps dans les tertulias montoises sur l'opportunité d'octroyer la vuelta au second toro. Disons donc que s'il ne prit qu'une pique et que celle-ci fut symbolique à la demande du Juli, le toro ne poussa pas moins longtemps sous le peto et que sa bravoure ne se démentit jamais ensuite.. André Viard. Voir reportage Philippe Gourgues

VALENCE : OREILLE POUR DE JUSTO ET ESTEVE:

Novillos de Jandilla nobles mais peu encastés les premiers, meilleurs les derniers. Emilio de Justo vuelta et oreille, Raúl Martí silence et silence, David Esteve oreille et vuelta après pétition.

LE CSA, LES ANTIS, LIBE ET LES CORRIDAS

Après avoir reçu quelques courriers émanant des adhérents d'une association anti taurine, le CSA souhaite imposer la mention "interdit aux moins de 10 ans" aux programmes taurins diffusés sur les chaînes françaises. Si notre information se confirme, il est à souhaiter que les aficionautes se mobilisent comme ils surent le faire lors de l'affaire de Saint-Sever pour faire entendre leur voix face à une mesure ne reposant sur aucun argument acceptable mais simplement sur un lobbying réduit. Il n'est pas impossible de la même manière que les aficionautes aient à se mobiliser très vite pour soutenir notre compañero Jacques Durand dont la rubrique au journal Libération fait l'objet d'attaques anti taurines qui sont à l'origine de sa suppression dans l'édition nationale et pourraient à terme aboutir à sa suppression pure et simple si ses lecteurs ne se manifestent pas.

L'EXPO "TERRES TAURINES"


En partenariat avec la caisse régionale d'Aquitaine du Crédit Agricole, une exposition de photos grands formats tirées de la revue Terres Taurines et représentant exclusivement des toros au campo sera organisée tout l'été dans le cadre des ferias. Elle débutera à Mont de Marsan, puis sera installée à Saint Vincent de Tyrosse, Hagetmau, Parentis, Roquefort, Soustons, Dax et Rion des Landes avant d'émigrer vers Bordeaux l'automne venu.

LA PEÑA SOL : AFICION ET FLAMENCO À ORTHEZ

Le dimanche 24 juillet à Orthez, à l'occasion de la journée taurine des fêtes, la Peña Sol donne rendez-vous à tous les aficionados. La Peña Sol remettra un prix au meilleur geste taurin de la novillada du matin (quatre novillos de Paul et Jérôme Bonnet pour Joselito ADAME et Julien Dusseing EL SANTO). Après la corrida (toros de Jaime Brujo pour El Cordobes, Juan Bautista et Javier Valverde), Miguel Darrieumerlou animera la traditionnelle tertulia à la bodega du 50 rue Saint Gilles (prés de la caserne des pompiers). La seconde partie de la soirée sera consacrée au flamenco avec un concert du groupe Alma Flamenca. Le meilleur accueil vous sera réservé.

FERIA DE LINARES

Dimanche 28 août. Toros de Domingo Hernandez-Garcigrande pour Enrique Ponce, Curro Diaz et El Fandi. Lundi 29. Toros de Valdefresno pour Rivera Ordoñez, El Cid et Matias Tejel. Mardi 30. Toros de Garcia Jimenez-Peña de Francia pour Finito de Cordoba, El Juli et Manzanares. Mercredi 31. Toros de Sanchez Cobaleda pour Fermin Bohorquez, Pablo Hermoso de Mendoza et Alvaro Montes.


ARLES : CONCOURS DE NOVILLADAS SANS PICADORS

Vendredi 12 août à 17 heures. 6 Novillos de Olivier Fernay pour Joselillo d'Arles, Jésus Sanchez de Colmenar Viejo et Juan Fernando de Mexico. Vendredi 19 août à 17 heures. 6 Novillos des Héritiers de François André pour Samir d'Arles, Curro Amaya de Calaspara, Federico d'Arles. Du 22 Juin au 31 Août t ous les Mercredis, Courses Camarguaises

CORRIDAS TELEVISEES

27 août depuis Bilbao, toros de Victorino Martín pour El Fundi, Luis Miguel Encabo et le Cid".

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction

contact rédaction

 


visumadeleine

visuorthez












imprimez cette page