Samedi 7 juin
2014

L'Edito

 


PENTECOTAVIC

Le phénomène de contestation globale qui touche tous les secteurs de notre société n'épargne pas les arènes. Hier encore, à Madrid, face à une dure corrida de Victorino, les toreros se sont fait reprocher de n'avoir pas triomphé... comme s'ils avaient fait exprés.


Voir édito



   

Actualité
NÎMES : DEUX OREILLES POUR PERERA

Corrida de Victoriano del Rio/Cortes décevante. A part le premier qui ne s'est éteint qu'après avoir donné quatre séries de triomphe, tous ont été incommodes à divers titres et n'ont pas duré. El Cid : salut et division. M.A. Perera : oreille à chacun. Daniel Luque : silence aux deux.
Le premier prit deux picotazos sans que la qualité de sa bravoure puisse être appréciée. Mobile, il porta humblement la tête vers le bas pour suivre la muleta et donna quatre séries de classe avant de réduire les gaz. Cid livra une contribution techniquement satisfaisante mais sans excès de poésie. Salut après une entière et un descabello. Le quatrième déçut en se défendant sous la seconde pique. Lors de la faena, il garda la tête basse, mais ne se livra pas. Il faut dire que Cid ne lui laissa aucune chance de s'exprimer en lui cassant la charge lors des premiers doblones. Division après une mort laborieuse.
Brutal lors de la première rencontre le second se centra mieux une fois ses appuis assurés. Au troisième tiers, il se laissa faire mais sans se départir du fond de brusquerie démontré sous la première pique. Muleta basse et allonge maximum, Perera parvint parfaitement à le canaliser lors d'une première partie de faena plus méritoire et technique que rythmée. Ce n'est que grâce à sa dextérité dans les distances courtes qu'il chavira définitivement le public. Entière. Oreille. Le cinquième s'engouffra sous le peto où il prit brièvement le fer avec classe. Il ne confirma que partiellement ces bonnes dispositions en suivant les leurres de façon satisfaisante, mais avec un déficit d'expressivité, que dut compenser son matador. Perera, qui avait déjà levé les gradins par une réception à la véronique genoux en terre et par un quite cape tenue d'une seule main, joua de son allonge pour assurer sa domination. Celle ci obtenue, il convainquit une nouvelle fois en exploitant avec brio les distances courtes, donnant à voir avec un toro adulte ce que d'autres travaillent au campo avec les vaches. Entière et nouvelle oreille.
Bien qu'épargné au cheval, le fin et léger troisième sortit de la seconde pique en ayant consommé une bonne part de sa bravoure et de ses forces. A la muleta, il n'avança que par bons successifs en appui sur les antérieurs. Le temple de Luque sauva la faena, sans que cette dernière puisse prendre son envol. Epée en arrière et horizontale. Silence. Le dernier mit les reins. A pied il se laissa tromper pour entrer dans la muleta mais n'en sortit que rarement dans l'harmonie. Le plus souvent il accrocha ou resta court. Luque batailla sur tous les fronts sans se ménager, mais ne put conclure que quelques passes isolées. Silence après entière et deux descabellos.
Temps idéal. ¾ d'arène. Frédéric Pascal. Voir galerie Roland Costedoat.

MATINALE DE NÎMES : LA CAPE D'OR POUR ALVARO LORENZO

Novillada matinale de quatre bons Sanchez Dalp, avec mention pour les excellents troisième et quatrième, et deux plus compliqués le fiable premier et le querencioso second. Intelligent avec le premier, Alvaro Lorenzo coupa les deux oreilles du stylé quatrième. Défavorisé au sorteo, Clemente fut, de plus, trahi par les aciers et après un silence au second, il fut condamné aux trois avis au cinquième. Le geste ample de Juan Varea lui permit de couper l'oreille du collaborateur troisième, mais les courants d'air que le soleil de midi fait naître au centre de la piste, perturbèrent sa faena au dernier. Silence.
Le faible premier arriva tous freins bloqués à la muleta. Le savoir faire de Lorenzo permit de le débrider pour quelques beaux muletazos isolés. Silence après un mort laborieuse. Juste de force le quatrième fut épargné au cheval uù il montra un joli style. Il ne démentit pas cette bonne impression en prenant la muleta tête basse et nuque découverte. A. Lorenzo ne commit aucune faute lors d'une feana académique parfaitement maîtrisée et parachevée de virtuosités en forme de tours complets et luquesinas. Une entière libéra une belle pétition. Deux oreilles.
Le second déçut en sortant seul et en allant chercher refuge vers les chiqueros dès après le premier assaut. Son manque de fond eut pour syndrome une mini-charge, ne dépassant jamais le demi mètre de course. Clemente lidia avec lucidité, mais tua lamentablement. Silence. Stylé au cheval, comme à pied, le cinquième se laissa abondamment déplacer vers l'extérieur, offrant l'occasion d'un « desquite ». Clemente lia les derechazos en séries lors d'un longue faena parsemée de détails chargés de sentiments. Après une entière, le descabello le trahit et il entendit les trois avis fatidiques.
Brave à la première, le troisième s'améliora encore à la seconde pique qu'il prit en appui sur les quatre sabots, sans donner de coup de tête parasite. Il confirma tout le bon que cette attitude laisse espérer en donnant de longues charges rectilignes. Juan Varea sut l'exploiter longuement. Oreille en dépit d'une épée portée en avant. Le dernier poussa avec classe. Tête basse, il répondit à tous le cites et suivit fidèlement le leurre. Les courants d'air ascendant que la chaleur fait monter du centre de la piste gênèrent Varea qui se fit attraper la muleta plus que l'admissible. D'où un faena heurtée. Entière et descabello. Silence. Grand soleil, petite entrée.
Frédéric Pascal. Voir galerie Roland Costedoat.

MADRID : VICTORINOS COMPLIQUÉS POUR TOREROS DÉSABUSÉS

Plusieurs toros ont été applaudis à leur sortie en piste et à l'arrastre sans donner un jeu permettant de le justifier. Certains ont poussés sous le fer mais toujours en allant a menos. Les toreros ont eu du mal avec ces bichos qui avait des comportement irréguliers.
La corrida de Victorino Martin est lancée aux mains d'Uceda Leal face à un toro veleto qui reste inédit à la cape. Brave, puis a menos sous le fer, le Victorino retourne al relance pour une pique en arrière rectifiée et courte. L'embestida est courte et incomplète dans les capotes. Les premiers muletazos à droite laissent espérer mieux. Cependant le toro trébuche et interrompt les tentatives d'Uceda Leal. A la troisième Leal arrive à lier une série complète. À gauche l'animal reste court. Le retour à droite déclenche des protestations. Le trasteo est répétitif et manque de profondeur. Entière contraire d'effet rapide. Palmas au toro. Pitos.
Le quatrième est ouvert de cornes, pointes vers le haute. Il ne cesse de derroter dans la cape de Leal. Le bicho pousse sous le fer et il est piqué en arrière deux fois puis une troisième pique delantera. Uceda tente des derechazos qui sont sifflets. Les naturelles obtiennent le même résultat. Uceda est précautionneux, les passes répétitives et sosas. L'animal sans être une alimaña attaque sans agressivité. Pinchazo et entière desprendida. Quelques palmas au toro et quelques pitos au Torero.
Le second Victorino est haut, fin et veleto. Ferrera se bagarre pour le passer à la cape quelques fois avant de le mener au centre. Placé loin le toro s'élance et est piqué très en arrière. Replacé à la même distance, l'Albasserada retourne et sort sans être prié. Quite d'Alberto Aguilar brouillon par chicuelinas. Remise en suerte au cheval par Ferrera. Le toro hésite cette fois-ci. Ferrera le bouge et le toro va al relance pour une troisième pique courte. Brillant tiers de banderilles à charge de Ferrera par poder a poder au ralenti, puis en avançant vers la tête avant de cuartear et enfin dans un sesgo por dentro, trois fois sur la corne droite. Tanteo genou plié. Première série à droite sans confiance en bougeant. À gauche Ferrera est plus a gusto mais la série est imparfaite, muleta touchée. La suivante a menos. Retour à droite pour des muletazos bagarrés en plusieurs temps. Suivent des derechazos sans épée tous touchés. Pinchazo et espadazo. Avis. Palmas.
Le quinto est un tio, court et réservé dans la cape de Ferrera. Il pousse fort tête droite sous la pique. La seconde est prise en manso en essayant de se quitter la vara. Le toro ne fait plus attention à la cape de Ferrera. Trois paires de banderilles de Ferrera sur la corne droite sans briller. Long toreo de castigo par le bas pour répondre à la première agression du toro. Macheteo en règle. Pinchazos en prenant les extérieurs. Goletazo en bajonazo. Manolo Rubio se fait prendre en essayant de puntiller. Palmas y pitos au toro. Pitos pour Ferrera.
Alberto Aguilar affronte un troisième corniabierto qui prend la cape avec un comportement versatile. Le Victorino donne de la tête sous le peto en deux rencontres. Delantales de Uceda Leal. Tanteo en se retirant rapidement. Deux séries à droite en reculant entre les passes, la deuxième embellie par un trincherazo. Dans la troisième tentative le bicho prend le dessus et ne laisse plus de répit à Aguilar qui se trouve en perdition. En bagarre à gauche, aidé de l'épée Aguilar arrache naturelles et palmas une fois mais pas deux. Pinchazo en chutant. Autre pinchazo avant demie de côté. Palmas au toro et salut.
Ambiance surchauffée pour la sortie du dernier. Il fait le cabri dans la cape d'Aguilar. Le toro est lourd sans trapio. Il pousse sous la première pique puis donne de la tête sous la deuxième en carioca. Le bicho met rapidement Aguilar en difficulté par retours secs. Macheteo. Divers pinchazos et metisacas avant demie épée. Deux descabellos. Les trois Matadors sont sortis ensembles du ruedo.
René-Philippe Arneodau.

TIENTA DU LUNDI DE PENTECOTE CHEZ JEAN-LOUIS DARRÉ

À 20 minutes de Vic Fezensac direction Montesquiou, Jean-Louis Darré propose une matinée champêtre à partir de 10 heures : quatre becerras de la ganaderia seront tientées par Juan Leal et les élèves de l'école taurine de Richard Milian. À partir de 12 heures repas champêtre : apéritif - buffet de tapas - grillades de toro - dessert, vin et café. Prix 40 euros - Pas de réservation.

NOVILLADA DE ROQUEFORT

Pour le 15 août à 18 heures, six novillos de La Quinta pour Gonzalo Caballero, Borja Jimenez et Andrés Roca Rey.

ROMERIA DE MAUGUIO

Dimanche 15 juin, toros de Pagés-Mailhan pour Thomas Joubert, Thomas Dufau et Fabio Castañeda .

JUAN BAUTISTA : SIX TOROS POUR QUINZE ANS D'ALTERNATIVE

Pour son seul contre six arlésien lors de la corrida goyesque de la feria du Riz, Juan Bautista affrontera six toros d'encastes différents : Puerto de San Lorenzo (Atanasio-Lisardo),
La Quinta (Santa Coloma), Domingo Hernández (Domecq-Gamero Civico), Hubert Yonnet (Pinto Barreiro), San Mateo (Urquijo), Adolfo Martin (Albaserrada-Saltillo). Trois artistes de renommée mondiale ont accepté de prendre en charge la décoration de l’amphithéâtre romain : l’architecte Rudy Ricciotti, le peintre Claude Viallat et le couturier Christian Lacroix. La partie musicale sera assurée par l’orchestre Chicuelo, les chœurs Voce et la Soprano Cecilia Arbel. Les autres cartels seront annoncés courant juin. Vendredi 12 Septembre à 17h30 novillada concours. À 21h30 classe pratique de l'École Taurine d’Arles ; samedi 13 septembre à 17h, corrida goyesque ; dimanche 14 septembre à 11h : Mano à mano : forcados, recortadores ; à 17h : corrida de la Quinta. Abonnements en vente à partir du 11 Juin. La vente des places débutera le mardi 8 juillet sur www.arenes-arles.com. Par téléphone (paiement par carte bancaire vente à distance) au 08 9170 03 70 (00,225ttc/mn). Vente directe au bureau de location des arènes du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h. Fax : 04.90.96.64.31.

TEMPORADA DE BAYONNE

Bayonne a annoncé hier sa temporada, avec comme point fort le doublon de Fandiño, seul matador à être parvenu à sortir a hombros de Las Ventas pour l'instant, et donc triomphateur potentiel de la San Isidro. Les cartels sont les suivants : samedi 26 juillet, toros de Los Espartales pour
Hermoso de Mendoza, Roberto Armendáriz et Lea Vicens. Samedi 9 août toros de Pedrés pour Paco Ureña, Jiménez Fortes et Juan Leal. Dimanche 10 toros de Montalvo pour Iván Fandiño, Daniel Luque et Joselito Adame. Jeudi 14 en nocturne corrida portugaise : toros du Laget pour Miguel Moura, Ginés Cartagena hijo et Manuel Moreno. Samedi 6 septembre, toros de Adolfo Martín pour Fernando Robleño, Manuel Escribano et Alberto Aguilar. Dimanche 7 au matin novillada piquée du Laget. L'après-midi toros de Garcigrande pour Juan Bautista, Sébastien Castella et Iván Fandiño.

SANS CHEVAUX À SAINT-PAUL LE 12 JUILLET

Samedi 12 juillet à 18 heures, 4 erales de Bañuelos pour EL ADOURENO et Ivan GONZALES (E.T. Salamanca). Midi Taurin avec les élèves de l'E.T Adour Aficion et E.T.Salamanca.


FERIA DE DAX

Les cartels de la feria de Dax sont les suivants : Jeudi 14 août à 11h15 erales de Baltasar Iban ; 18hToros de Montalvo pour Enrique Ponce, Miguel Angel Perera et Juan del Alamo ; vendredi 15 août à 11h15 toros de Domingo Hernandez pour Morante de la Puebl,a José Mari Manzanares et Juan Leal ; à 18h Corrida toros de Torrestrella pour Juan José Padilla, Yvan Fandiño et David Galvan ; samedi 16 août à 11h15 erales de Victoriano del Rio ; à 18h toros de Pedraza de Yeltes pour Antonio Ferrera, Diego Urdiales et Javier Castaño. Dimanche 17 août à 11h15 toros de Fermin Bohorquez pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Leonardo Hernandez ; à 18h toros de Escolar Gil pour Rafaelillo, Fernando Robleño et Thomas Dufau.
Pour Toro y Salsa. Vendredi 12 septembre à 20h30 novillos de El Parralejo pour Clemente et deux autres novilleros à désigner. Samedi 13 septembre à 11h erales de Algarra ; à 17h30 toros de Victoriano del Rio pour El Juli, Sébastien Castella et un 3ème torero à désigner ; dimanche 14 septembre à 17h30 toros de La Quinta pour El Cid, Yvan Fandiño et Alberto Aguilar.
Pour réservez les places : du 1er juillet au 10 sept sur feria.dax.fr
au guichet ou par téléphone à partir du 15 juillet :
Régie des Fêtes – L'Atrium – 1 cours Foch - 05 58 909 909
Ouvert du lundi au vendredi 9h30 à 17h30 et le samedi de 9h30 à 13h30.

RASSEMBLEMENT DES AFICIONADOS LE 19 AVRIL À ARLES

À l’appel de toutes les composantes du monde taurin français, les aficionados se sont rassemblés samedi 19 avril sur le grand escalier et le parvis des arènes d’Arles, mais aussi dans les rues adjacentes, tant l'affluence fut nombreuse. Estimée entre 6000 et 7000 personnes, la foule des aficionados a montré sa force, sa dignité et sa détermination à se faire respecter. Voir images.

NOVILLOS POUR CASTELNAU RIVIÈRE BASSE


Pour sa sans chevaux du 5 juillet 2014, Castelnau Rivière Basse a retenu des erales de Hubert Yonnet, Olivier Riboulet, Astarac, Malaga, Le Lartet et Alma Serena.


OPUS 50 DE TERRES TAURINES

Il y a plus de 20.000 ans, dans l’abside secrète de l’imposante cathédrale géologique de Villars, un homme de Cro-Magnon peignit la première tauromachie de la préhistoire. Mille ans plus tard, au Roc de Sers, fut gravée la seconde scène d’un triptyque étonnant, dont, 2.000 ans plus tard, la troisième, qui est la plus connue, fut peinte dans le puits de Lascaux. Réalisées à la charnière du Solutréen et du Magdalénien, ces trois œuvres exceptionnelles témoignent, pendant 3000 ans au moins,de l’existence d’un mythe récurrent qui invite à penser que c’est entre Dordogne et Charente que toutes les tauromachies sont nées. Le reportage qui leur est consacré est appeler à faire date : dans la connaissance que nous avons de la mythologie de la Fiesta, il y aura un avant et un après. Dans cet opus aussi, voyage au campo chez Fernando Palha, Aurelio Hernando, El Parralejo et Juan Pedro Domecq. Feuilletez.

FERIA DE NÎMES

Les cartels de la Pentecote Nîmoise ont été dévoilés hier, avec pour principale surprise, au regard de ses triomphes passés, l'absence de Javier Castaño dans la corrida de Miura, ce qui a soulevé une vague de messages indignés sur les réseaux sociaux espagnols. Les cartels sont les suivants. Jeudi 5 juin toros de Alcurrucén pour David Mora, Joselito Adame et Thomas Dufau. Vendredi 6 au matin novillos à désigner pour Álvaro Lorenzo, Clemente et Varea. L'aprés-midi, toros de Victoriano del Río pour El Cid, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque. Samedi 7 au matin deux toros de Capea pour Lea Vicens et quatre de Zalduendo pour Juan Bautista. L'aprés-midi, toros de Garcigrande pour El Juli, Sébastien Castella et Román qui prendra l'alterrnative. Dimanche 8 au matin, toros de Juan Pedro Domecq pour Enrique Ponce, Finito de Córdoba et Manzanares. L'aprés-midi toros de Fuente Ymbro pour Juan José Padilla, Iván Fandiño et Juan del Álamo. Lundi 9 au matin, toros de Capea pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Leonardo Hernández. L'aprés-midi toros de Miura pour El Juli, Rafaelillo et Manuel Escribano.

CARTEL D'EAUZE

La comission taurine extra municipale d'Eauze a choisi pour le dimanche 6 juillet à 18h00 : 7 toros d'Antonio Bañuelos pour Juan Bautista, Joselito Adame, Michelito Lagravère (qui fera sa présentation de matador dans le Sud Ouest) et Gines Cartagena. Le matin à 11h00 novillada sans chevaux : 4 erales de Jean-Louis Darré (cartel à définir).


LA QUINTA À ROQUEFORT

Pour la novillada du 15 aôut à Roquefort a été retenu un lot de La Quinta. En matinée, novillada sans chevaux avec la participation des élevages de Malabat, Astarac, Alma Serena et Casanueva.

FERIA DE VIC

Samedi 7 juin toros d’Adolfo Martin pour Antonio Ferrera et Manuel Escribano, mano a mano. Dimanche 8 au matin, toros de Cebada Gago pour Luis Vilches, Alberto Aguilar et Jésus Perez Mota. Dimanche 8 après-midi, toros de Pagès-Mailhan pour Morenito de Aranda, Joselito Adame et Thomas Dufau. Lundi 9 toros de Dolorés Aguirre pour Fernando Robleño, Javier Castaño et Alberto Lamelas.

CÉRET DE TOROS

Samedi 12 juillet, toros de Adolfo Martín pour Diego Urdiales, Fernando Robleño et Camille Juan. Dimanche 13 au matin, novillos de Vale Do Sorraia pour Vicente Soler et deux autres novilleros. Dimanche 13 après-midi. Toros de Felipe Bartolomé pour Carlos Escolar "Frascuelo", David Mora et Esaú Fernández. Lundi 14. Trois toros de Victorino Martín et trois de José Escolar pour Fernando Robleño, Paulita et Alberto Aguilar. .

TEMPORADA D'AIRE SUR ADOUR

Dimanche 15 juin, toros de Baltasar Iban pour Paulita, Manuel Escribano et Medhi Savalli. Le matin, novillada sans chevaux avec des erales de Casanueva.


TERRES TAURINES SUR TWITTER

Depuis quelques mois Terres Taurines est sur twitter dans sa version espagnole. Rejoignez-le pour recevoir, en français, des infos parfois exclusives et impressions à chaud en direct des ruedos et du campo. @Tierras Taurinas.


DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

 



















imprimez cette page