Vendredi 7 juin
2013

L'Edito

 

RESACA

De la Beneficiencia et de ses dessous peu ragoutants, tout a été dit ou presque, sauf l'essentiel : Padilla aurait du couper au moins une oreille de chacun de ses toros et Castella et Morante une autre. Autrement dit, ils sont passés à côté.

Voir édito





Toro de Valdefresno pour la Beneficencia

Actualité
SOL INVICTUS ET FACE FUNÈBRE

Dans l’univers des âmes insatiables en quête d’absolu, le soleil invincible laisse apparaître sa face funèbre. Dualité d’un rite en perpétuel équilibre, dont les racines plongent dans celles de l’humanité, et dont la finca Alcurrucen conserve de précieux vestiges. Sur fond de toreo profond, ici se croisent les gitans Camaron et Luis de la Pica, le torero-peintre landais Lafitte, Padilla, Juli, Morante et Escribano à Séville, ainsi que les frères Lozano, ganaderos de prestige et deus ex machina de ce monde d’ombres, de contrastes et de lumières, dont ils furent longtemps les pontifes. Ce voyage, vous ne l'oublierez pas. L'opus 45 de Terres Taurines sera en kiosques la semaine prochaine. Réservez-le, vous ne le regretterez pas.

MADRID : OREILLE POUR UCEDA LEAL D'UN BON SOBRERO DE SANCHEZ DALP

La deuxième corrida de la Feria d’Art et Culture voyait la confirmation d’alternative du mexicain Sergio Flores dont l’afición de Madrid et celle du Sud-Ouest français ont pu suivre l’évolution de novillero à matador – alternative à Bayonne le 2 septembre dernier où il coupait deux oreilles. Le matador de Madrid José-Ignacio Uceda Leal était le parrain de la cérémonie avec pour témoin le linarense Curro Díaz. Les toros étaient de Juan Manuel Criado (origine JP Domecq). De présentation inégale, les toros sortis en 1ère et 5ème position étaient de bon trapío, le 2ème presque maigre et arrière train « sous-développé », le 3ème type bison, le 6ème de cornes large ouvertes et le 4ème fut remplacé car en plus de n’avoir pas le trapío requis, il essuyait trois costaladas qui justifiaient la sortie des cabestros. Le sobrero était de González Sánchez-Dalp et se révélait être un très bon toro que touchait Uceda Leal.  Les tercios de piques furent de pure formalité.
Revenons au toro de la confirmation d’alternative: c’était aussi un bon toro mais qui devait être bien jaugé car s’il entrait bien dans la muleta de Sergio Flores, dans la passe ou la série suivante il tardait à s’élancer ou même restait à mi-course dans la muleta. C’est d’ailleurs par un de ses arrêts intempestifs qu’il prit le mexicain au genou et le secouait au sol. La faena avait bien débuté par des statuaires au fil des barrières les pieds rivés au sol et dans une position risquée. La première série de la droite, compas ouvert, donnait des espérances vite évanouies lorsque le toro se réservait et surtout après l’accrochage. Toutefois Sergio Flores revenait devant le toro pour des passes serrées. En entrant a matar il était de nouveau pris, plus sérieusement cette fois, et piétiné au sol. Le toro tardait à mourir et sonnait un avis avant que soit emporté à l’infirmerie le jeune récipiendaire malchanceux.
José Ignacio Uceda Leal dut donc lidier trois toros. Il touchait le sobrero un toro de bon trapío, mobile dans tous les tiers et de charge « humiliée » observée dès les premières véroniques d’Uceda Leal, vibrantes, mains basses. Quant à la faena sans beaucoup de temple au début elle prenait corps au fur et à mesure que le torero se confiait et que les passes des deux côtés étaient mieux rythmées. Après une jolie mise en suerte, une grande estocade venait couronner un trasteo qui allait a más. Un oreille était accordée.
Pour ses deux autres adversaires, le premier recevait une petite faena, car il doutait de la corne gauche, détail incommode pour torero, évidemment; le 6ème, manso, ne méritait même pas le moindre effort.
Curro Díaz n’eut pas la tarde souhaitée, ni par lui-même, ni par ses supporters madrilènes. Le « bison » avait une charge très courte et la manière de citer et d’étirer le bras pour engager la charge ne permettaient aucune faena artistique. Il devait néanmoins saluer après un meti-saca car l’épée ressortait par le flanc et une estocade restant sur la face. Mystère de Las Ventas ! Le 5ème, compliqué, faisait jouer de la corne des deux côtés, il s’arrêtait à moitié passe ou se retournait. Curro Díaz évitait l’accrochage en deux occasions.
Uceda Leal : saluts ; une oreille ; silence. Curro Díaz : Saluts ; silence. Sergio Flores : un avis et saluts de la cuadrilla.
Georges Marcillac.

BENEFICENCIA INDIGENTE


Les organisations de bienfaisance sont d’ordinaire destinées à l’œuvre faite aux indigents dont malheureusement, en ces temps qui courent, le nombre va croissant. Je ne sais si la Communauté de Madrid qui patronne la corrida la plus importante de l’année année (par le cartel) pourra consacrer une partie de ses fonds pour sauver de la misère la cabaña brava qui baigne dans l’indigence la plus complète. L’exemple le plus criard fut cette corrida vedette avec un cartel qui promettait et qui se déroula à guichets fermés. A l’affiche (signée cette année par Luis Francisco Esplá) des toros de Valdefresno. Il y eut baile de corrales et seuls quatre exemplaires de l’élevage salmantin étaient rescapés et complétés par deux de Victoriano del Río (1er et 6ème). Le panachage des encastes aurait pu être 3 et 3, mais ce n’était pas l’objectif du jour. La présentation des toros de l’un et de l’autre élevage était, par un euphémisme taurin « desigual », ce qui signifie qu’il n’y avait pas d’homogénéité dans les hechuras et trapío. Au moral, seul le 6ème déclarait une mansedumbre patente en fin de faena alors que c’est le seul qui fut correctement piqué dans le premier assaut et sortait suelto de la deuxième rencontre. Là aussi on peut se poser la question de l’indigence de la suerte de picar excusée en partie par les charges pas franches des toros ou par les précautions prises par les picadors pour ne pas empirer l’état des toros.
Juan José Padilla revenait à Las Ventas et il était accueilli par une chaleureuse ovation au terme du paseillo. Son premier, faible de pattes était l’objet d’une faena sans grande continuité et une succession de passes sans relief. Padilla essayait de chauffer, sans grand résultat, l’ambiance en se rapprochant des cornes. Il écopait un avis après un pinchazo et une estocade poussée, la corne dans la poitrine. Son second sortait figé des piques, escarbando, il ne poussait pas du train arrière, faisait volte-face après chaque passe en faisant tourner son train arrière. Il en résultait un toreo linéaire, de passes non liées, sans intérêt. Padilla se faisait d’ailleurs poursuivre et cueillir à mi-cuisse face postérieure droite, la corne ne pénétrait pas  mais il était piétiné au sol sans dommage.
Morante de la Puebla ne s’embarasse pas de fioritures si un toro ne lui convient pas. Ce fut le cas avec son premier valdefresno, gazapón, qui était envoyé à l’eccarissage  par une estocade dans le cou. Le second paraissait offrir, lui, des possibilités, des véroniques, passes de la droite en début de faena faisaient rugir Las Ventas, des olés puissants et enthousiastes, mais il fallait déchanter aussitôt le toro devenait probón, se réservait, distrait. Une série de pinchazos à bout de bras et une autre épée dans le cou faisait tomber l’euphorie qui avait duré l’espace d’une dizaine de capotazos magiques et derechazos à mi-hauteur dans le plus pur style « morantiste »
Sebastien Castella n’avait pas plus de chance : un toro de Valdefresno affaibli apparemment par une lésion des pattes antérieures avait une charge erratique mais, sans cet incident, c’est sans doute le toro qui aurait permis une faena complète car  il chargea jusqu’à la mort ; au victoriano-del-río, il jouait son va-tout dans son style particulier d’initier la faena par les passes changées dans le dos (toujours le pendule?) mais là aussi, le manso, chargeait descompuesto, défaut corrigé dans la muleta, mais ce défaut reprenait et de même le toro se dirigeait vers les planches où Sebastien le faisait passer entre lui et la barrière dans le toreo classique appliqué aux mansos. Une demi-estocade tendue en terminait avec cette corrida des désillusions.
Juan José Padilla : un avis et silence ; deux avis et silence. « Morante de la Puebla » : sifflets ; applaudissement et sifflets après avis. Sebastien Castella : un avis et silence aux deux.
Georges Marcillac.

HAGETMAU FERIA DU NOVILLO


Dimanche 4 août novillos de MIURA pour Imanol SANCHEZ, Cayetano ORTIZ, César VALENCIA. Lundi 5 août novillos de CEBADA GAGO pour Manuel DIAS GOMES, Rafael CERRO, Fernando REY. Mardi 6 août novillada non piquée 4 erales de Alma SERENA pour Daniel SOTO et Louis HUSSON. Tous les spectacles débuteront à 18 heures. Renseignements.

FERIA DE CÉRET


Samedi 13 juillet à 11h00 : Novillos de Hubert Yonnet pour Jesús Fernández, Cayetano Ortiz et Luís Miguel Castrillón. Samedi 13 juillet à 18h00 : Toros de Hijos de Celestino Cuadri pour José Ignacio Uceda Leal, Fernando Robleño et José Miguel Pérez "Joselillo". Dimanche 14 juillet à 11h00 : Toros de "Palha" pour Iván García, Manuel Escribano et Alberto Aguilar. Dimanche 14 juillet à 18h00 : Toros de José Escolar Gil pour Fernando Robleño, Fernando Cruz et Rubén Pinar.

CORRIDA DE TYROSSE


Dimanche 21 juillet à 18h toros de Dolores Aguirre pour Manuel Escribano, Alberto Aguilar et Thomas Dufau. Location à partir du 5 juillet. Renseignements.

ÉVÈNEMENT À MILLAS : CONCOURS D'ENCASTES


Le 11 aoûtprochain, Millas propose une novillada concours d'encastes et programme les ganaderias suivantes : Miura, Carriquiri, Victorino Martín, Valdefresno, Jalabert et Urcola (encaste Encinas). La grande nouveauté réside bien sûr dans la présence d'un des célèbres albaserradas de Victorino Martín qui, depuis que sa ganaderia existe, n'a jamais lidié de novillos en France et une seule fois en Espagne. Pour les affronter : Jesús Fernández, Jesús Chóver et Brandon Campos. Voir novillos.

TOROS Y MOVIDA À DAX

Les peñas dacquoises réunies proposent dans le cadre de la cinquième édition de Toros y Movida du 6 au 16 juin une expo de dix artistes dans les corrales et les arènes. Vernissage le jeudi 6 à 18 heures 30.

TEMPORADA BAYONNAISE

Samedi 27 juillet toros de Los Espartales pour Hermoso de Mendoza, Leonardo Hernández et Lea Vicens. Samedi 10 toros de Fuente Ymbro pour Iván Fandiño. Dimanche août 11 toros Dolores Aguirre pour Javier Castaño, Manuel Escribano et Alberto Aguilar. Mercredi 14 corrida portuguaise, six toros du Laget pour Joaquin Bastinhas, Roberto Armendáriz et Ginés Cartagena. Samedi 31 août toros de Cebada Gago pour Fernando Robleño, David Mora et Sergio Flores. Dimanche 1er septembre au matin novillos de Antonio Bañuelos pour Román, Brandon Campos et Tomás Campos. L'après-midi toros d'El Tajo y La Reina pour El Juli, Miguel Ángel Perera et Daniel Luque. Novilladas sans chevaux les 10 et 11 août avec finale le 31.

BOLSIN TERRE D'ARGENCE

La Communauté d'Agglomération de Beaucaire Terre d'Argence lance, à l'occasion du 30ème anniversaire du Centre Français de Tauromachie, un grand BOLSIN TAURIN international. Ouvert à tout candidat, âgé de 14 à 21 ans, ce Bolsín est doté de nombreuses récompenses pour les finalistes er se déroulera en trois temps : 1. Qualifications devant un eral (plus de deux, moins de trois ans) 2. Demi-finale : Mise à mort d'un eral, en classe pratique. 3. Finale : Novillada Sans Picador pour trois finalistes.
Les qualifications se dérouleront dans les Arènes de Bellegarde les : vendredi 28  juin  2013 à 18h00, samedi 29  juin  2013 à 18h00 et samedi 29  juin  2013 à 22h00.
La Demi-finale :
dans les Arènes de Beaucaire le samedi 27  juillet 2013 à 11h00.
La Finale :
dans les Arènes de Beaucaire le imanche 28  juillet 2013 à 11h00.  Pour s'inscrire
cftauromachie@wanadoo.fr

FERIA DU RIZ À ARLES

Jeudi 5 septembre, novillada sans chevaux nocturne avec des erales de Tardieu et les élèves de l'École taurine d'Arles. Vendredi 6, novillos de Dos Hermanas pour César Valencia, Francisco José Espada et Lilian Ferrani. En nocturne, second Championnat d'Europe des recortadores. Samedi 7 corrida goyesque, toros de Domingo Hernández pour Enrique Ponce, El Juli et Juan Bautista. L'amphithéâtre sera décoré par l'architecte Rudy Ricciotti. Dimanche 8 au matin, corrida portugaise, toros de Gallon pour Fermín Bohórquez, Joao Moura fils et Ginés Cartagena, avec les forcados de Chamusca. L'après-midi, toros de La Quinta pour El Cid, Manuel Escribano et Diego Silveti.

TEMPORADA DE DAX

Pour la Feria : mardi 13 août en nocturne, novillos d’El Parralejo. Mercredi 14 journée landaise. Jeudi 15 août au matin toros de Fuente Ymbro pour Miguel Ángel Perera et Iván Fandiño mano a mano. L'après-midi, toros de Cuadri pour Javier Castaño, Manuel Escribano et Luis Bolívar. Vendredi 16, toros de José Escolar pour Fernando Robleño, Morenito de Aranda et Alberto Aguilar. Samedi 17 toros d'El Pilar pour Juli, Manzanares et Talavante. Dimanche 18 toros de Fermín Bohórquez pour Andy Cartagena, Diego Ventura et Lea Vicens. Lundi 19 toros de Valdefresno pour Juan Bautista, Alberto Aguilar et David Mora.
Pour Toros y Salsa : samedi 7 septembre toros de Torrestrella pour Padilla, Fandiño et Jiménez Fortes. Dimanche 8 deux toros de Victorino Martín, deux de Fuente Ymbro et deux de Garcigrande pour Morante et Castella.

FERIA DE PARENTIS

Samedi 10 août, novillos de Raso de Portillo pour Jesús Fernández, Imanol Sánchez et Luis Gerpe. Dimanche 11 au matin novillos de Paloma Sánchez Rico pour Ángel Bravo. L'après-midi, novillos de Paco Madrazo pour Mario Alcalde, Luis Miguel Castrillón et César Valencia. .

FERIA DE CARCASSONNE

Vendredi 30 août à 20 heures, novillos de Aguadulce pour la rejoneadora Joana Andrade avec les forcados de Cascaïs, et les novilleros Miguel de Fernando et Luis Miguel Castrillón. Actuarán los Forcados de Cascaïs. Samedi 31 à 17 heures, novillos de Cebada Gago pour Tomás Angulo, César Valencia et Dorian Dejean. Dimanche 1er septembre à 11 heures 30 Fiesta campera, à 17 heures novillos de Miura pour Imanol Sánchez, Jesús Chover et Alberto Pozo.

NOVILLOS POUR SAINT-SEVER

Les novillos choisis par Art et Tradition pour les arènes de Saint-Sever proviendront le 23 juin de Jose Escolar Gil et le 25 août de Jose Manuel Escolar Carrasco (parent du précédant mais encaste Domecq par Garcigrande, un autre parent).

EXPO PERMANENTE
DE TERRES TAURINES À LAS VENTAS


Devant un public fourni et en présence de nombreux ganaderos, l'exposition consacrée au toro au campo par Terres Taurines a été inaugurée hier midi par André Viard. Installée dans la galerie du Tendido 2 elle restera accrochée durant toute la temporada. Parmi les toros exposés, entre ceux de Miura, Adolfo Martin, Prieto de la Cal, Barcial ou Cuadri, quatre ganaderías françaises sont à l'honneur : Blohorn, Margé, Scamandre et Francine Yonnet. Au fil de la saison, de nouveaux élevages seront présentés, afin de montrer la diversité des paysages et des encastes qui sont la richesse des terres taurines.

UNE CAPE DE JOSÉ TOMAS AUX ENCHÈRES

Jose Tomas a fait don d une de ses capes , dédicacée, à sa Peña francaise. Elle fera l'objet d'une mise aux enchères durant la Feria de Dax, et les fonds recueillis seront mis au service d'une action sociale. Pour toute information complémentaire: PenaJoseTomas@aol.com."




"El Juli": Rosario Domenecq, su mujer, el mejor apoyo tras su ...
Europa Press
El torero Julián López, más conocido como "El Juli" fue cogido por un toro en la Plaza de toros de la Maestranza. ... ... Lire
Two men killed during Bullfight
- Video
Two men have been killed and at least 15 people injured at a bullfighting festival in northern ... Lire
Une journée pour décrypter la tauromachie
Sud Ouest
Une journée pour décrypter la tauromachie. Avec cet événement, les aficionados espèrent conquérir un nouveau public. Paulita revient après avoir foulé le sable des arènes orthéziennes en juillet dernier...Lire
The Spanish Tradition of Bullfighting
Arts & Humanities Life
Last week Spain entered its annual bullfighting season. It's always something that has fascinated me ever since I remember learning about the tradition in my ... Lire
LES PRIETO DE LA CAL POUR AIRE

Nous avons visité pour vous les toros de Prieto de la Cal qui seront combattus à Aire. Voir galerie.

FERIA DE MONT DE MARSAN

Mercredi 17 juillet toros de Fuente Ymbro pour El Juli, Tejela et Fandiño. Jeudi 18 toros de Nuñez del Cuvillo pour Ponce, Manzanares et Luque. Vendredi 19 toros d'El Tajo et La Reina pour Padilla, Fandiño et Thomas Duffau. En nocturne corrida portugaise : Sergio Galán, Joao Moura hijo et Lea Vicens, toros de Fuenterey. Samedi 20 au matin novillos de Fuente Ymbro. L'après-midi toros de Victorino Martin pour Juan Bautista, David Mora et Alberto Aguilar. Dimanche 21 au matin novillada sans chevaux. l'après-midi toros de José Escolar pour Castaño et Robleño mano a mano.

JOURNÉE TAURINE D'ORTHEZ

Pour sa journée taurine du 28 juillet, Orthez a retenu : à 11 heures, 6 novillos de Hros de Miguel Zaballos pour Jesus Fernandez, Ivan Abasolo et Alberto Pozo ; à 18h30, toros de Raso de Portillo pour Fernando Robleño, Morenito de Aranda et Oliva Soto.

TOROS À EAUZE

Dimanche 7 juillet à 18h00, toros de Robert Margé pour Matias Tejela, Alberto Aguilar et Thomas Dufau. Le matin à 11h00 novillada sans chevaux : 2 novillos de Darré et 2 novillos de Robert Margé. Samedi 6 juillet à 11h30 tienta avec les élèves de l'école "Adour Aficion".


NOVILLADA DE SOUSTONS

Le dimanche 11 août, novillos de Pedres pour Alvaro Sanlucar, Gonzalo Caballero et Borja Jimenez. Le jeudi 8 en soirée, novillos de Jalabert pour Lea Vicens et Andy Cartagena.


TOUTE LA TEMPORADA DU SUD-OUEST

Programme complet de sa temporada dans le Sud-Ouest. Voir programme. Voir numéros de réservations.


FERIA DE CARCASSONNE

L’association "Carcassonne Toros" a annoncé les élevages retenus pour la Féria 2013 : vendredi 30 août, corrida mixte d’Aguadulce (rejon et forcados, 2 novilleros à pied ), samedi 31 août, novillos de Cebada Gago, dimanche 1er septembre, novillos de Miura.

CORRIDA D'EAUZE

Le cartel de la corrida du 7 juillet à Eauze est le suivant : toros de Robert Margé pour Matias Tejela, Alberto Aguilar et Thomas Dufau. Le matin novillada sans chevaux avec deux erales de Jean-Louis Darré et deux de Robert Margé.

FERIA DU NOVILLO À PARENTIS

Samedi 10 août novillos de Raso de Portillo, dimanche à 11 heures, quatre novillos de Paloma Sánchez Rico de Terrones (Lamamie de Clairac) qui se présentera en France. L'après-midi novillos de Paco Madrazo (Santa Coloma).



LÉGENDES DE L'ART ÉQUESTRE

Les 4 plus grandes Ecoles d’Art Equestre du monde seront présentes à Arles pour 9 soirées de gala dans l’écrin des Arènes décorées par Christian Lacroix :
Vendredi 26 et samedi 27 Juillet Le Cadre Noir de Saumur ; Vendredi 9 et samedi 10 août L’Ecole Royale d’Art Equestre de Jerez ; Vendredi 16 et Samedi 17 août L’Ecole Portugaise d’Art Equestre de Lisbonne ; Jeudi 22, Vendredi 23 et Samedi 24 août l’Ecole Espagnole de Vienne. Ces 4 Ecoles ne sont pas des conservatoires aux équitations similaires, elles portent et transmettent chacune un patrimoine vivant qu’elles n’ont de cesse d’enrichir à leur façon et en cela elles sont toutes différentes. Toutes sont les dignes héritières de la tradition équestre la plus artistique, la plus accomplie et la plus noble. Ces hommes et leurs chevaux sont à la fois les reflets de leur époque et les maillons d’une longue chaîne qui ne cesse aujourd’hui encore d’affiner ses connaissances. En équitation comme dans d’autres arts, comment comparer Van Gogh à Picasso ou Mozart à Beethoven ? Location à partir du 12 novembre 2012, places à partir de 30 € (enfants de – de 12 ans 15 €). Tous les galas débuteront à 22h. contact@arenes-arles.com. Abonnements – 10% (1 billet dans la même catégorie pour chaque Ecole). Groupes (+ de 10 personnes) – Comités Entreprises – Centres Equestres - Opérations Entreprises – Soirées VIP : 04 90 96 90 93.


DE LA DIFFICULTÉ D'ÉCRIRE UNE CHRONIQUE TAURINE...

Afin qu'une chronique de corrida puisse être lue par toute personne, aficionada ou non, il faudrait utiliser un vocabulaire des plus courants, de tout les jours, et trouver le moyen de faire que l'amalgame des mots, provoque chez le lecteur, une émotion et un plaisir. Poètes et écrivains y feraient merveille.  Mais la tauromachie est aussi une technique et ne pas s'y référer occulterait ce que l'Aficionado averti considère comme essentiel. Lire chronique de René Philippe Arneodau.


GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.


CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

 





































imprimez cette page