Mardi 26 juin 2012

L'Edito

 

TRIOMPHE FONDATEUR
Pour importants qu'ils soient les triomphes de Juli, Morante, Ponce ou José Tomas ne sont en rien une garantie d'avenir pour la Fiesta. Dans cinq ou dix ans au plus, ils ne seront plus là, et nous auront laissé comme héritage un niveau ganadero plus décasté qu'il ne le fut jamais. Et à partir de ce matériau qu'il appartiendra aux ganaderos de restaurer, ce sera à la nouvelle génération d'assurer la relève.

Voir édito


Juan Leal à Rieumes


Actualité
AG DE L'OBSERVATOIRE

Lors de l'Assemblée générale de l'Observatoire qui s'est tenue dimanche matin à Rieumes, après approbation du bilan moral, du bilan financier et exposé des stratégies futures, le conseil d'administration et le bureau ont été renouvelés à l'unanimité. Le compte-rendu de l'AG sera publié ultérieurement sur le site de l'Observatoire.

BADAJOZ : JOSÉ TOMÁS ET JULI A HOMBROS

Face à une corrida décastée et en partie faible de Domingo Hernandez et Garcigrande, José Tomás (trois oreilles) et le Juli (quatre), sont sortis a hombros dans l'euphorie générale d'un public inconditionnel et généreux. Padilla a également coupé une oreille du quatrième. .

SAINT- GILLES : ESCRIBANO ET CAMILLE JUAN A HOMBROS

Bonne corrida de Cebada Gago, mobile et maniable, brave, sauf le premier, avec classe, sauf le second, le quatrième n'ayant pas la force à la hauteur de son moral. Soit quatre toros d'oreilles et deux plus compliqués pour Soto. Manuel Ecribano: salut et deux oreilles. Oliva Soto: avec le mauvais lot, une oreille et vuelta. Camille Juan: vuelta et deux oreilles.
Le premier montra sa classe en poussant droit, reins mis, sous deux assauts, mais, entre les deux, il fit une visite dans le terrain des toriles, pour montrer qu'il était plus fanfaron qu'authentique courageux. Au troisième tiers, il afficha sa mansedumbre en tirant répétitivement vers la porte de son entrée en piste. Après plusieurs tentatives de le fixer à l'opposé de la piste, Ecribano dut le toréer dans le terrain compromis de sa querencia, où il ne se livra pas. Entière engagée. Petite pétition, à laquelle il fut impossible de faire droit, mais qui fut legitime. Salut. Le quatrième poussa par coté, mais en appui classieux sur les quatre sabots. A pied il confirma cette bonne disposition en chargeant droit, aux allures du petit galop. Bon capeador, banderillero athlétique et précis et muletero aux authentiques potentialités, Manuel Ecribano trouva le bon rythme, lors d'une faena inspirée, qui comporta d'excellentes séquences, amples et lentes, des deux cotés. Entière portée dans la crème de la croix. Deux oreilles.
Le second se défendit, tête haute dans le caparaçon. Dans la muleta se montra rétif et il garda la tête mi-haute. Captant bien le tempo de son adversaire et en évitant de l'obliger Oliva Soto livra une faena valeureuse et de haut niveau technique. Il paya comptant du prix d'une très laide voltereta, repris par deux fois par la corne au niveau de l'abdomen. Il tua d'une entière sincère. Pétition à peine plus insistante que pour le premier, mais à la quelle l'autorité fit heureusement droit. Une fois ses appuis assurés le cinquième poussa avec classe, mais sans pouvoir. Trop faible pour se livrer, il tourna vite fade, avant de s'encrer au sol, course réduite à zéro. Oliva Soto profita des quatre bonnes charges du début, puis tenta le tout pour le tout en s'engageant pleinement, ce qui lui valut une nouvelle voltereta. Entière. Vuelta.
Le troisième poussa mollement au premier assaut, puis répéta allègrement de puis le centre. Il découvrit la nuque dans la muleta, pour charger tête basse, et fut sur le point de rompre vers l'avant à mi parcours. A court de compétition, Camille Juan commit un certain nombre de fautes de temple, qui l'en dissuadèrent et empêchèrent la faena de prendre son envol. 1/3 de lame qui suffit. Vuelta. Le dernier vint de loin, mais se défendit sans style au cheval. Mobile, dès lors qu'on ne l'obligeait ni à baisser la tête ni à trop dévier sa charge, il répondit généreusement aux cites lointains de son matador, puis répéta avec franchise sur les distances plus courtes. Camille Juan, qui cultive un toreo sincère, cité en allant toujours chercher la tête très en avant, put se montrer tout à son avantage, tout au long d'une faena sans grand poder, mais très plaisante. Il fit l'effort d'aller chercher le triomphe en tuant d'un recibir particulièrement ajusté. Deux oreilles.
Tiers d'arènes, les absents le regretteront. Public mené par la frange la plus exigeante de l'aficion locale, ce qui ne donne que plus de valeur aux trophées octroyés.

Le matin se sont lidiés quatre forts erales d'Albaserrada qui ont donné un jeu varié, brutaux et compliqués les deux premiers, plus suaves les deux derniers. Volontaire et batailleur Bastien Roulier, de Dax, réussit d'estimables séries gauchères au premier, qui se montra court de charge et incommode de port de tête. Il fut malchanceux au descabello. Salut. Le second ne baissa la tête qu'a droite. Techniquement irréprochable, Sanchez Mejias, de Colombie, tua en deux voyages. Une oreille. Le suave troisième se décomposa à cause des fautes de temple répétitives de « El Potro, de Catalunya, Salut. Le franc et suave dernier permit à Tristan Barrale, El Diego, de montrer ses bonnes manières et son sens du temple. Malheureusement il tua piteusement. Silence.

Jeudi soir, lors de la tienta de trois vaches de Pierre Marie Meynadier, Sollalito, Rafi Roucoule et Thomas Ubeda ont signé une prestation de haut niveau, qui rappela les débuts du trio Joselito, Fundi, Bote. La relève française pointe le bout de son nez, mais il va falloir attendre qu'elle murisse, car ils n'ont que 12 ans et demi d'age moyen.
Frédéric Pascal.

VIC : CORRIDA CONCOURS FRANÇAISE

Vendredi 10 août à 21 heures 30, les toros de Yonnet, Fernay, Gallon, Blohorn, Jalabert et Darré seront combattus par Sánchez Vara, Arturo Saldivar et Tomasito.

OPUS 39 EN KIOSQUES

L'opus 39 de Terres Taurines est désormais en kiosques sous le titre :
De Belmonte à Cuadri. Sans le premier, le toreo moderne n’existerait pas, et sans des toros comme ceux qu’élève le second, il perdrait tout son sens. «J’ai connu deux génies, disait Hemingway : Einstein et Juan Belmonte». Ce à quoi Belmonte répondait : «J’ai toujours donné raison à tout le monde, même à Hemingway. C’est pour cela qu’il parle si bien de moi». Au sommaire : Juan Belmonte, l'aute révolution des oeillets ; Gamero Cívico, le triomphe posthume de Parladé ; Lamamié de Clairac, le Mousquetaire Noir ; Espioja : Absorption dans les campos de Ledesma ; Guardiola Soto : les larmes salées de Zarracatín ; Santa Teresa : la réserve de Fuente Ovejuna ; Joaquin Alves : le sauvetage de Pinto Barreiros ; Cuadri : Péril rouge et canari vert... première partie d'un long reportage consacré à cette ganadería atypique.

DESPEDIDA FRANÇAISE DU FUNDI

Sous réserve d'un contrat de dernière heure, le Fundi toréera da dernière corrida en France à Saint Vincent de Tyrosse le 22 juillet, face à des toros de Joselito et en compagnie de Ivan Fandiño et Manuel Escribano. Une corrida qui sera en concurrence directe avec celle des toros de son beau-père, José Escolar, en clôture de la feria de Mont de Marsan.

TEMPORADA BAYONNAISE

Les cartels de la temporada bayonnaise sont les suivants : Samedi 28 juillet corrida de rejones à 18 h 30 : toros de Los Espartales pour Pablo Hermoso de Mendoza, Sergio Galan et Leonardo Hernandez. Samedi 4 août novillada sans picadors le matin et à 18 h toros de Fuente Ymbro pour Antonio Ferrera, Ivan Fandiño et Thomas Dufau. Dimanche 5 août novillada sans picadors à 11h et corrida à 18h : toros de Alcurrucen pour Juan José Padilla, Juan Bautista et Daniel Luque. Samedi 1er septembre au matin finale des novillada sans picadors, erales de Alma Serena ; à 17h 30 toros de Cebada Gago pour Javier Castaño, Julien Lescarret qui fera ses adieux et Arturo Saldivar. Dimanche 2 septembre à 11h novillos de Camino de Santiago pour Cayetano Ortiz, Juan Leal et Brandon Campos ; à 17 h 30 toros de Joselito pour El Juli, Miguel Angel Perera et Sergio Flores qui prendra l'alternative. .

CARTELS MONTOIS

Les deux derniers cartels de la feria de la Madeleine sont les suivants : samedi matin, novillos de Alcurrucén pour Conchi Ríos, Juan Leal et Álvaro Sanlúcar ; vendredi 20 en nocturne, corrida portugaise, toros de Bohorquez pour Mendoza, Moura et Manzanares. Les autres cartels sont les suivants : Mercredi 18 juillet toros de Parladé pour Morante, Manzanares et Luque, jeudi 19 toros de Margé pour Ponce, Padilla et Mathieu Guillon qui prendra l'alternative, vendredi 20 toros de Fuente Ymbro pour Matias Tejela, Fandiño et David Mora, samedi 21 toros de Jandilla pour El Juli, Talavante et Thomas Duffau, dimanche 22 toros de José Escolar pour Fernando Robleño, Javier Castaño et Julien Lescarret.

CORRIDA À VILLENEUVE

Le mardi 7 août à 19h, le Cercle Taurin de Villeneuve organise une corrida dans le cadre des fêtes patronales : toros de Santa Ana (origine Marquis de Domecq) pour Javier Conde, Julien Lescarret et Thomas Dufau.

CARTELS DE PARENTIS

Samedi 4 août novillos de Valdellan pour Imanol Sánchez, Cayetano Ortiz et Antonio Puerta. Dimanche 5 au matin novillos de Raso de Portillo pour Carlos Durán et Fabio Castañeda. Dimanche après-midi, novilos de Flor de Jara pour Javier Jiménez, Mario Alcalde et Rafael Cerro.

TEMPORADA DACQUOISE

Feria d'Août. Samedi 11. Ponce, Juli et Luque, toros de Jandilla. Dimanche 12. toros d'Escolar pour Robleño, Javier Castaño et Alberto Aguilar. Lundi 13. Toros de Alcurrucén pour Juan Bautista, Cid et Thomas Dufau. Mardi 14. Toros de Zalduendo pour Morante, Manzanares et Talavante. Mercredi 15 au matin toros de Murube pour Mendoza, Leonardo et Moura. L'après-midi toros de Baltasar Iban pour Urdiales, Sergio Aguilar et Juan del Álamo. Pour Toros y Salsa : samedi 8 septembre toros de Fuente Ymbro pour Cid, Fandiño et David Mora. Dimanche 9 toros de Garcigrande pour Curro Díaz, Juli et Manzanares.


CÉRET DE TOROS

Samedi 14 juillet, 18 heures, toros de Moreno De Silva pour El Fundi, Javier Castaño et Serafín Marín. Dimanche 15 juillet, 11 heures, novillos des Hros de Escobar et de Mauricio Soler Escobar pour El Dani, Imanol Sánchez et Emilio Huertas. Dimanche 15 juillet, 18 heures, toros de Escolar Gil pour Fernando Robleño.

UNION TAURINE BITERROISE

L'Union Taurine biterroise invite les aficionados à suivre ses activités sur son site.

GALERIES

Retrouvez toutes les galeries de Terres Taurines. Voir.

TIERRAS TAURINAS


De nombreux lecteurs souhaitant acquérir la version espagnole de la revue, il est possible de la découvrir et de s'abonner sur le site Tierras Taurinas.

fiesta campera
FIESTA CAMPERA

A 9 kilomètres de Dax en direction de Pau, "Fiesta Campera", sur le territoire de la commune de Mimbaste, propose dans un cadre champêtre des journées à thème autour de la tauromachie. Stages de Tauromachie, Bodega, Repas, Course Landaise, Tienta, Capea... Contact : Vincent Molas : 06-16-55-29-81

CREATION EN LIGNE

Issue des Beaux-Arts de Bordeaux et à l'origine de l'atelier de création indépendant Ultraviolet, Stéphanie Lhéraud (qui a créé l'univers visuel de ww.terrestaurines.com) invite les aficionautes à visiter son travail... et éventuellement à lui en donner. www.uv-creation.fr

TISSONS DES LIENS

Afin de compléter la rubrique "liens" du site, nous invitons les organisateurs, clubs taurins, professionnels ou particuliers à nous communiquer l'adresse de leur site. contact rédaction
 






















imprimez cette page